Ca m’empêche d’avancer

Il y a quelques semaines, j’ai publié un article lié à l’image de soi, qui s’intitulait «l’appariement». Suite à cette publication, j’ai reçu un courrier. C’est le genre de courrier qui m’horripile, et je pense (comme le dit l’auteur de l’e-mail) qu’un certain nombre de personnes auraient voulu me l’écrire. Voyons si vous en faites partie, et si c’est le cas, la réponse que j’ai faite à Georges peut vous aider à vous débarrasser d’un énorme poids qui vous pèse et qui me pèse.

—- Courrier de Georges : —–

Bonjour Stéphane,

J’ai beaucoup apprécié votre sujet sur l’appariement. La façon dont vous avez amené les choses m’a beaucoup touché, en particulier l’histoire de Tamalou. Mais à la fin j’ai déchanté, car en lisant INSCRIVEZ-VOUS, je me suis dit que tout cet article n’avait qu’un seul objectif : me soulager de quelques euros. C’est un sentiment récurrent, j’ai d’ailleurs cessé de vous lire pendant une longue période à cause de ça. Ça m’empêche de profiter de mon apprentissage, car je me dis au final que votre intention n’était pas de m’aider (comme vous le prétendez), mais de me racketter. Le mot est un peu fort, mais c’est pour que vous compreniez mon sentiment, qui doit être partagé par d’autres lecteurs.

Serait-il possible de recevoir vos écrits sans les incitations à adhérer à vos programmes (qui ne m’intéressent pas) ? Je serai plus réceptif à votre enseignement.

Cordialement,

Georges

—– Ma réponse (qui s’adresse à tous les «Georges» : ——

Cher Georges,

Tout d’abord je voudrais m’excuser de vous avoir entraîné vers ce sentiment d’être racketté, car même si vous êtes responsable de vos émotions, je suis responsable de ma communication, et visiblement, elle n’est pas assez claire. Je vais donc tenter de la clarifier davantage :

JAMAIS au grand JAMAIS, je n’ai présenté cette Newsletter (ni aucune de mes activités en ligne) comme un programme d’Auto-Coaching gratuit à perpétuité. Je pense même avoir affirmé, droit dans mes bottes, que mon but est d’aider les personnes qui souhaitent améliorer leur vie, à investir dans leur Développement Personnel. C’est ma MISSION !

Dans votre courrier, vous voulez que je vous conforte dans l’idée que tout ceci doit rester définitivement gratuit. Or vous me demandez d’agir à contrecourant de ma mission. Si je faisais cela (il faudrait vraiment que j’y sois contraint), je me sentirais racketté ! Et si vous pensez que votre sentiment est partagé par beaucoup d’autres lecteurs, ce serait du racket organisé !

Le mot est un peu fort, mais pour vous aider à mieux le comprend, je vais revenir au sujet de l’article que vous avez commencé à apprécier :

vous avez fait un appariement «Stéphane<->Gratuit» !

Comme je l’ai écrit, cette vision réductrice de ma personne risque de m’empêcher d’avancer. Je vais donc vous poser 3 questions qui, je l’espère, provoqueront un éveil et vous permettront de prendre une décision alignée :

  • Vous viendrait-il à l’esprit de demander à une boutique de cosmétiques de faire disparaître de leur local commercial tout ce qui a trait à l’argent, et donc de ne laisser visibles que les échantillons gratuits ?
  • Vous viendrait-il à l’esprit de dire à votre boulanger «les viennoiseries que j’ai goutées lors de votre dégustation gratuite sont exquises, mais celles que vous vendez ne m’intéressent pas !»? D’autant plus que vous savez pertinemment que ce qu’il propose dans ses dégustations est un échantillon représentatif de ce qu’il vend…
  • Avez-vous le sentiment récurrent, lorsque vous voyez les commerçants de votre ville s’affairer, qu’ils se sont levés aux aurores dans le seul but de vous soulager de quelques euros ?

Je suis en partie Responsable de votre appariement me concernant, car je ne savais pas qu’en vous proposant des échantillons et des dégustations, j’allais être étiqueté «altruiste béat». Comme je l’ai souvent dit, j’aime la gratuité, car elle permet :

  • Aux hésitants de prendre conscience que leur solution est peut-être dans le Développement Personnel.
  • A des personnes qui traversent un période difficile de garder le cap en poursuivant leur Développement Personnel
  • A moi-même d’associer la Solidarité à ma mission de vie : ceux qui paient entretiennent la gratuité pour ceux qui ne peuvent pas payer.
  • A promouvoir un principe précieux à mes yeux : donner avant de recevoir.

Mais si mon initiative doit créer le contraire, c’est-à-dire :

  • Accentuer l’hésitation
  • Faire croire aux gens qui traversent une période difficile qu’ils sont bien mieux comme ça, car on s’occupe d’eux
  • Maintenir un clivage social, où ceux qui donnent et ceux qui reçoivent sont toujours les mêmes
  • Donner l’impression que recevoir prime sur le don

Alors je vous dis NON ! Vous avez frappé à la mauvaise porte ! Oubliez cette Newsletter : elle ne vous apportera jamais rien ! A chaque fois que je vous proposerai de franchir un cap, vous allez vous sentir agressé et trahi ! Le allez me trouver intelligent tout au long de mon article, puis dès que vous lirez «Inscrivez-vous !», vous vous direz :

– Ah !… Tout ça pour ça…

Laissez tomber ! Vous êtes au mauvais endroit !

JE SAIS que parmi mes lecteurs, il y a des inconditionnels du gratuit qui ont fermement et définitivement décidé que JAMAIS leur budget ne sera touché par le Développement Personnel, et je profite de ce courrier pour leur rappeler que quelle que soit la légitimité de leur principe (je n’ai pas forcément raison), ils brisent ma vocation ! Ils prennent une place importante dont un autre lecteur pourra profiter s’ils la libèrent, et surtout, Ils perdent leur temps et me font perdre le mien. Je les invite à quitter l’expérience de cet Auto-Coaching, puisqu’elle ne les mènera nulle part.

Mais JE SAIS aussi qu’il y a de nombreux hésitants sincères : des personnes qui s’interrogent sur leur possibilité de pouvoir un jour investir dans leur potentiel, et qui sentent que je peux les aider à Aller Vers.

A ceux-là je répéterai régulièrement :

Inscrivez-vous !

Et c’est le coeur sur la main que je poursuivrai ma mission.

A++

Stéphane SOLOMON