Caméra cachée

Aujourd’hui, je vous invite à regarder une vidéo de caméra cachée (10 minutes).

Pour bien comprendre le concept que je souhaite vous faire découvrir, vous devrez la regarder deux fois (au moins) durant cette semaine. La première fois pour la découvrir, vous amuser, vous étonner, etc. car c’est l’objectif de l’équipe qui a créé cette émission et vous ne pourrez pas y couper. Mais lors des visionnages suivants, vous pourrez mieux analyser ce qui s’y passe sous le prisme de l’auto-coach.

C’est comme un film à suspense : la première fois vous vivez l’intrigue en «mode découverte». Vous vibrez donc au rythme de l’histoire. Mais si vous vous autorisez à visionner le même film une deuxième fois, vous découvrez un tas de petits indices que le réalisateur a laissé, justement pour ceux qui reverront le film plusieurs fois. Si vous l’observez une troisième puis une quatrième fois, vous vous direz :

C’est pourtant évident ! Comment ai-je fait pour ne pas avoir vu tout ça du premier coup ?

Biais rétrospectif

On appelle ça un «biais rétrospectif». C’est un biais de jugement, qui vous fait croire que c’est évident !

Poussé à l’extrême le «biais rétrospectif» peut apparaître sous cette forme :

Je le savais depuis le début !

Eh oui… Je connais de gens qui ont vu le film «sixième sens», le cœur battant, les sourcils foncés et le souffle haletant, et qui prétendent au bout de 3 ou 4 passages télé, qu’ils connaissaient l’intrigue depuis le début !

– Même la première fois que tu l’as vu ?
– Evidemment, c’est trop évident ! Il faudrait être bête pour pas s’en apercevoir…

Et vous savez quoi ? Ils ne sont pas de mauvaise-foi ! Ils ne disent pas ça pour paraître intelligents, ils croient sincèrement ce qu’ils disent… Ils ont oublié le ressenti du premier visionnage.

Ca vous fait rire ? Et si vous repériez vos propres biais rétrospectifs ? Nous en avons tous…

Par exemple, en regardant ce gag, il y a beaucoup de gens qui me disent : «moi, j’aurais tout de suite vu que c’était un gag, et j’aurais cherché la caméra !». C’est vraiment mésestimer l’équipe qui a préparé tout ça en coulisses…

La dame qui a été piégée l’exprime très bien une fois qu’elle a retrouvé son calme (elle n’a pas de biais rétrospectif). Une fois de retour dans la vraie vie, elle dit (à sa manière) qu’elle était forcément vulnérable face à cette manipulation.

Manipulation bon-enfant, qui se termine par un grand soulagement et des éclats de rire.

Alors bon premier visionnage !

Je vous relancerai la semaine prochaine pour que vous regardiez cette vidéo une seconde fois sous un œil plus avisé, afin que nous puissions parler d’autre chose que de caméra cachée. Quelque chose d’un niveau plus élevé que «le gag»…

A++

Stéphane SOLOMON

PS : vous pouvez, bien sûr, laisser vos premières impressions.

9
Poster un Commentaire

avatar
9 Auteurs du commentaire
Anne-MarieOlivierNathalieJMJAlain Auteurs de commentaires récents
  Je veux être notifié lorsqu'un lecteur laisse un commentaire  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
emmanuelle
emmanuelle

Whaw
C’est précisément ce qu’on ressent quand on est victime de harcèlement
Cette gentille dame a du prendre quelques jours pour s’en remettre et une fois remise, être devenue plus forte
On devrait tous vivre ca un jour.

Dans le harcèlement, la fin de l’histoire est différente malheureusement, pq il n’y a pas ce lever du rideau sympathique
La victime reste incertaine de sa santé mentale, avec tout ce qui suit
Elle n’ose souvent pas en parler, ou quant elle aborde le sujet, voit dans l’œil de ses interlocuteur la question qu’elle se pose elle même : “est ce de l’imagination ou la vérité ?”

Comme quoi, on a intérêt à être vachement sur que sa “carte du monde” est la bonne 🙂

Bonne journée

Florence
Florence

Bonsoir,
Ce que je trouve dommage c’est l’introduction. C’est un peu comme quand un polar s’ouvre par malchance sur la page où il est écrit “comment c’est donc Marcel le coupable ?!”
Je me mets à la place de cette dame… C’est une situation d’isolement très angoissante. Plus on avance plus elle se trouve isolée. Elle ne trouve aucun regard pour se rassurer sur sa non-folie..
Nous, nous pouvons revoir cette vidéo, d’autant que le jeu de piste est clairement annoncé : cherchez les indices qui font que jamais cette femme n’aurait du se laisser prendre à ça. Mais dans l’action on n’a pas le temps d’analyser. On ne fait pas d’arrêt sur image.
J’aurais surement été étonnée (choquée) qu’une parfaite inconnue me confie son môme vu que jamais je n’aurais fait ça. A cause de cela je n’aurais peut être pas accepté. Mais je n’étais pas à sa place.
Les miss je regarde pas et certes cette lieutenante est ravissante mais 0 chances que je la reconnaisse si je la voyais.
Une fois qu’on a dit oui, technique du pas dans la porte, c’est impossible de laisser dans la rue tout seul un enfant, aussi insupportable soit-il.
Je trouve remarquable que lorsque la 2° mère arrive, cette femme ne profite pas de la situation pour lâcher l’affaire : un flic lui dit en gros “c’est bon je gère, et je décide que c’est bien la mère de l’enfant et que je la laisse partir avec”, l’enfant lui dit que c’est sa mère mais elle reste “fidèle” à la première mère. A ce stade là, elle aurait pu partir, se désengager, couverte par l’autorité des flics.
Mais non, son engagement vis à vis de cette première femme qu’elle ne connait pas est trop fort pour cela et les conséquences trop lourdes. C’est un réflexe social normal, et prioritaire, de protéger les enfants. Comment dire à une mère qu’une autre s’est présentée en prétendant l’être, qu’une flic a validé ça, alors qu’elle ne connaissait pas la personne et n’a pas contrôlé son identité, et qu’on a donné son accord alors qu’on était la seule personne ayant vu l’enfant arriver l’enfant avec sa mère qui vous l’avait expressément confié ?
Plus le piège est énorme, plus il a de chances de fonctionner. Cette femme ne doute pas du tout de sa propre santé mentale ou de sa capacité à reconnaitre la personne qui lui a confié l’enfant. Elle ne doute pas d’avoir la police en face d’elle. Elle ne peut pas trancher entre ces deux situations et elle tourne en rond (physiquement aussi d’ailleurs, elle s’agite de plus en plus). Elle n’a pas d’issue. Et elle ne veut plus rien entendre car elle a le sentiment que chaque élément à venir ne peut que renforce sa confusion.
La seule solution c’est de se dire qu’elle devient folle. Affreux. Je ne peux pas être la seule saine d’esprit alors que 3 femmes + 1 enfant et un collègue flic qu’on n’entend pas mais qui cautionne le tout par sa seule présence sont d’accord “contre” moi. La seule explication logique c’est que c’est moi qui suis folle. Aie, de quoi trouver la blague pas très drôle… !
Donc même si elle a vu des trucs pas logiques, plus c’est gros plus elle y crois.

xavier
xavier

Moi je ne l’ai pas trouvé drôle cette vidéo. J’en ai eu les larmes aux yeux de voir dans quel malaise on mettait cette femme. Elle l’a dit elle même, elle était en train de devenir folle. On lui a fait perdre ses repères, elle était en train de perdre la raison.
Cela me fait peur de voir que l’on peut faire perdre la santé mentale à une personne ordinaire, en seulement quelques minutes. Il aurait “suffit” qu’on la laisse repartir comme cela pour qu’elle soie durablement traumatisée, avec de hautes probabilités de difficultés importantes dans sa vie.
J’espère que le réconfort et les calins qu’on lui donne à la fin lui permettront de prendre suffisamment de recul pour se remettre de ses émotions, mais je trouve que ce jeu est méchant et je ne trouve pas ça drôle.
Voilà, c’était mes premières impressions.
Je crois qu’il faudra m’indiquer une piste pour regarder les choses autrement !

Dot
Dot

Moi non plus je n’ai pas trouvé la vidéo très drôle. On s’étonnera ensuite que les gens se détournent de ceux qui demandent de l’aide de peur de s’attirer des ennuis ! :/
D’un autre côté, en tant que mère, j’aurais trouvé pour le moins étrange, voire carrément irresponsable, qu’une femme confie son enfant à une inconnue qui passe sous un prétexte aussi futile. Je pense que ma réaction aurait plutôt été de lui faire remarquer le risque incroyable qu’elle prenait sans raison valable. Ce n’est pas comme si elle avait été victime d’une crise cardiaque sur la voie publique ou renversée par une voiture !

Alain
Alain

A chaud, après un premier visionnage, je pense que l’intérêt de ce petit film est dans l’évolution psychologique très rapide de la dame prise au piège, qui arrive sous la pression des événements extérieurs à “s’autodétruire” et à proposer sa propre mutation vers la folie comme explication à la situation.
Cette personne pourtant n’abdique pas ses valeurs – la protection de l’enfant avant tout-, malgré la perte de ses repères.
Il me semble qu’il aurait fallu être extrêmement fort psychologiquement pour
garder sa confiance en soi, et analyser la situation avec suffisamment de recul pour développer une analyse critique de la situation, se positionner de manière logique face au interlocuteurs (très difficile, tout est faux dans l’entourage), et peut-être arriver à identifier le subterfuge.
analyse à revoir après un autre visionnage…

JMJ
JMJ

Je ne vois pas ce que cette “manipulation” a de ” bon-enfant”….

Nathalie
Nathalie

Pareil, je suis impatiente d’avoir votre retour Stéphane car je ne trouve pas le procédé amusant, j’ai également été très mal à l’aise … Trop d’empathie ? Et rire sur la détresse des autres (fond sonore de la vidéo), bof.
Maintenant en tant que Maman, je n’aurai pas accepté de “garder” un enfant inconnu ainsi sous le prétexte futile que la maman aille récupérer son portable, c’est je crois le postulat de base. mais voyons voir votre suite !

Olivier
Olivier

Désolé, je n’ai aucun biais rétrospectif (j’ai fait une recherche pour comprendre ce que signifie ce terme).
Je suis trop empathique.
J’ai bien compris le message, cependant je ne trouve aucun humour bon enfant dans cette vidéo et les éclats de rires enregistrés auraient très bien pu être des pleurs ou des cris d’angoisses.
Tout est faux et la seule chose vraie est l’angoisse de cette femme éprouvant la perte totale de ses repères.
Je n’aurais pas aimé être à la place de cette femme et je compatis.
Je n’arrive pas à rire du malheur des autres…

Anne-Marie
Anne-Marie

Le malaise est total ;;;poussé à son paroxsyme…
je n’ai pas ri du tout…
je ne peux pas dire si je serais tombé et jusqu’où dans ce piège …difficile à savoir lorsque nous ne sommes pas dedans.
Des fois, les choses vont si vite que l’on est emporté à son corps défendant..et bien fort celui qui dit qu’il ne se serait pas fait prendre…là ou ailleurs…
Cependant, il me semble que la personne est trop dans son monde émotionnel pour en sortir ….c’est comme si elle était prisonnière de quelque chose et elle s’enferme de plus en plus au point de douter d’elle.

Je pense que cela nous enseigne notre vulnérabilité….

Auto-Coaching

GRATUIT
VOIR