Changement de paradigme

Si vous avez pris l’avion au moins une fois dans votre vie, vous vous souvenez certainement des consignes de sécurité qui précèdent le vol : dans la séquence, on vous donne des procédures à suivre, notamment en cas de dépressurisation de la cabine.

Tant au niveau des images vidéo que sur la documentation en papier, il y a une recommandation étrange qui peut faire penser à une erreur de montage : si vous voyagez avec un enfant, en cas de dépressurisation vous devez en premier lieu vous occuper de vous, en plaçant le masque à oxygène sur votre visage, et ensuite seulement, vous occuper de votre enfant !

Il faut voyager une dizaine de fois pour se rendre à l’évidence : ce n’est pas une erreur de montage. Toutes les compagnies d’aviation recommandent cet ordre des choses : les parents d’abord ! C’est très intriguant… Le premier réflexe devrait être de protéger ses enfants d’abord. Qui a validé cette procédure ? Une personne qui n’amie pas les enfants, sans doute…

Si vous interrogez des voyageurs en leur demandant dans quel ordre il convient de faire les choses, plus de 8 personnes sur 10 vous répondront : les enfants d’abord ! C’est tellement évident : ils sont fragiles, ils paniquent rapidement, ne savent pas forcément enfiler ce masque… Et puis c’est un réflexe de bon parent !

Changement de paradigme

En fonction de la gravité de l’incident, la dépressurisation peut vider la cabine de son air en moins de 7 secondes. Que se passerait-il en cas de malaise respiratoire, une fois que le premier masque a été posé ?

Si l’adulte a eu le temps de poser son masque, il y a tout un tas de petites choses auxquelles on ne pense pas naturellement, qui augmentent ses chances de survie et celles de son enfant :

  • En enfilant son propre masque d’abord, l’adulte apprendra comment procéder. Il pourra ensuite répéter les mêmes gestes plus rapidement sur son enfant. Le gain de temps est énorme, surtout face à cette urgence. S’il met le masque à l’enfant et perd connaissance, l’enfant pourra essayer de faire la même chose, mais il le fera pour la première fois… De plus, il est souvent moins habile pour ce type d’action.
  • Si l’enfant panique et s’agite, il est possible pour un adulte de le maîtriser. Mais un adulte qui fait une panique respiratoire n’est pas manœuvrable par un enfant.
  • En cas de perte de connaissance de l’adulte, l’enfant ne sait pas quoi faire. De plus selon son âge il n’aura peut-être pas la force de soulever la tête d’un adulte. L’adulte panique moins, et peut soulever la tête d’un enfant pour enfiler un masque.

Vous pourriez répondre concernant le troisième point, qu’un adulte qui a peur pour son enfant perdra tous ses moyens en le voyant s’évanouir, et ne saura pas quoi faire, même s’il a de l’oxygène dans les narines.

Et c’est là qu’on oublie un détail important :

Lorsqu’on suit une procédure ou un rituel, surtout s’il n’est pas naturel, l’émotion est contenue. Un parent qui a la présence d’esprit de suivre une procédure dans un moment pareil, panique beaucoup moins qu’un parent qui réagit sans réfléchir. Ne serais-ce que pour cette attitude psychologique, il sera plus efficace et sa peur sera canalisée.

Sans jardinier, pas de jardin

La métaphore de la dépressurisation est souvent utilisée en psychothérapie pour expliquer à des couples en chute libre qui se sacrifient pour leurs petits, que les enfants ont besoin de leurs parents vivants, souriants, positifs, rassasiés, amoureux…

Le travail n’est pas si simple pour le thérapeute : allez faire comprendre à un couple qui ne vit que pour ses enfants, qu’un week-end en amoureux dans le but de maintenir la flamme, en laissant les enfants chez papy et mamie, est la meilleure chose qu’ils puissent faire pour leurs enfants… Allez leur faire comprendre qu’en cas de difficultés financières, il ne s’agit pas d’annuler ce séjour, pour se punir de ne pas avoir pu emmener les enfants au cinéma, ou pour se donner bonne conscience.

Allez leur expliquer que lorsqu’ils prononcent la phrase sacrilège «s’il n’y avait pas les enfants, je serais parti(e) depuis longtemps», ils se trompent. C’est exactement l’inverse : c’est parce qu’ils ne pensent qu’au confort de leurs enfants, qu’ils n’ont pas entretenu leur Amour.

En réalité, «s’il n’y avait pas les enfants», ils seraient en train de les faire !

Le coaching n’est pas une thérapie. La thérapie s’adresse à des personnes qui veulent guérir, alors que le coaching concerne des personnes qui se portent bien, et qui acceptent de remettre en questions quelques principes pour accéder à la performance : ils se fixent des objectifs, expérimentent avec enthousiasme, maintiennent leur Energie, cherchent des motivations, acceptent de nouvelles idées sans aprioris… Et au fond d’eux, ils savent qu’ils le font aussi pour leurs proches.

Le terme «Développement Personnel» peut prêter à confusion car il laisse entendre qu’une seule personne évolue au détriment des autres. Comprenez à travers mon exemple que cette évolution personnelle est aussi temporaire que le temps de pose du premier masque à oxygène. Une fois l’oxygène délivré pour la personne clé, c’est toute la famille qui respire.

Avec OBJECTIFS-COACH je vous propose de reprendre un nouveau souffle à travers une série d’articles qui vous permettent de transformer vos rêves en réalité. L’alchimie est subtile : elle consiste à transformer le rêve en objectifs. Ensuite, bien des solutions apparaissent, car si le rêve est du domaine de l’inaccessible, l’objectif, lui, n’a qu’une seule destinée : être réalisé.

Inscrivez-vous !
Accès au formulaire d’inscription

A++

Stéphane SOLOMON

5 réflexions au sujet de « Changement de paradigme »

  1. Bonjour Stéphane,
    J’ai déjà suivi objectif-coach il y a 2 ans et je souhaite m’inscrire pour cette nouvelle session.
    Dans un précédent message, vous nous avez dit qu’il n’était pas nécessaire de se ré-inscrire pour participer à cet atelier et que vous nous enverriez un lien spécifique.
    A ce jour, je n’ai rien reçu et je vois que la date approche. Je ne voudrais pas rater le prochain démarrage.
    Que dois-je faire?
    Merci pour votre réponse,
    Cordialement

    • C’est en cours, j’attends que mon informaticien me donne le lien spécifique et je vous ferai un mail.

      En ce qui vous concerne, le prix sera de 8 euros TTC, car vous connaissez déjà le programme. Vous ne payez que la différence (30% de réécriture et d’ajouts), et le fait qu’il s’agit désormais d’un atelier.

      Je vous tien au courant. Promis. Mais pour la semaine prochaine, ça me paraît trop court (à moins que ce ne soit prêt lundi matin).

      A++

      Stéphane

  2. Bonjour
    J apprécie beaucoup votre travail dans l ensemble.
    Je souhaiterais m inscrire mais je vous ai demande plusieurs fois de changer l adresse d envoi et cela n a pas marché.
    Je souhaiterais tout recevoir sur cette adresse ci.
    Si cela est possible, alors je pourrai m inscrire. Merci
    Belle journee

  3. Bonjour Stéphane,

    Comme Michel, j’ai déjà suivi objectif-coach et souhaite m’inscrire à cette nouvelle cession.
    Puis-je vous adresser un chèque de 8 €, sans remplir le formulaire d’inscription ?
    Bon dimanche.
    EVELYNE66

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *