Décidez du TAC au TAC (2/2)

Cet article est la deuxième partie d’un message que je vous ai envoyé il y a quelques jours. Si vous n’avez pas lu la première partie, je vous propose de la lire ici :

http://www.auto-coaching.fr/index.php/decidez-du-tac-au-tac/

Passons aux choses sérieuses : comment pourriez-vous prendre certaines décisions plus rapidement ? Des décisions comme :

  • Accepter un rendez-vous
  • Acheter un produit
  • Changer de métier (ou accepter une promotion)
  • Suivre une formation
  • Demander de l’aide
  • Déménager
  • Embaucher
  • Etc.

C’est VOTRE problème

J’aime rappeler que personne ne vous demande de régler les problèmes de Microsoft, d’Apple ou du déficit de la Sécurité Sociale. On vous demande de régler VOS problèmes. Des problèmes qui font partie de VOTRE univers. Si vous pensez que la résolution du problème vous dépasse et qu’elle ne vous concerne pas, il n’y a pas lieu d’y consacrer une quelconque analyse. Autant la remettre entre les mains de l’intéressé.

On me dit parfois que ce n’est pas toujours vrai : par exemple, un avocat peut être amené à prendre des décisions qui ne le concernent pas directement. La réponse est simple : si l’avocat a accepté de défendre une affaire, alors cette affaire fait partie de son univers. Beaucoup de décisions lui appartiennent, parce qu’il a fait ce CHOIX.

Les leviers décisionnels

Nous avons une multitude de leviers décisionnels. C’est tout l’intérêt d’être humain : nous décidons en fonction de nos valeurs, qui une fois réunies dans un seul être, représentent une exception : vous êtes unique, car votre « système de valeurs » est unique. L’expression « si j’étais à ta place, je ferais ceci » est un non sens ou un abus de langage. Personne ne peut être à « votre place ».

Prenons un exemple : vous pensez à déménager dans un logement moins coûteux. Une agence immobilière vous fait une proposition, et après un calcul logico-mathématique, vous prenez conscience de l’économie que vous réaliserez. Et pourtant, d’autres choses pourraient vous retenir… Je ne citerai que le fait de faire changer d’école à vos enfants : pour certaines personnes ce problème est sans importance (en particulier pour celles qui ont déménagé plusieurs fois dans leur vie). Mais pour d’autres, c’est un véritable paramètre, qui va amoindrir l’importance de l’économie financière.

Certains chercheurs (Boltanski et Thévenot) donnent un nom très intéressant aux « systèmes de valeurs » : ils les appellent des « cités »… C’est vous dire à quel point vous régissez quelque chose de complexe. En tant que maire de votre cité, vous devez tenir compte d’une multitude de paramètres.

Vers une simplification

La notion de valeur humaine ou de valeur universelle est relativement complexe. Certains sociologues en dénombrent 10, d’autres préfèrent en distinguer 49 qui se subdivisent encore… Le sujet est vaste. Pour simplifier le concept, remplacez « VALEUR » par « IMPORTANCE ».

Quelles sont vos importances ? La famille, le travail, l’amitié, les loisirs, l’argent, la santé, la spiritualité, la communication, le succès ? La liste est longue…

A chaque fois que vous devez prendre une décision, certaines IMPORTANCES vont se manifester. Dans l’exemple que j’ai cité (déménagement), l’ARGENT et le CONFORT des enfants rappellent leur importance. L’importance du TRAVAIL pourrait également faire son apparition si vous vous éloignez de votre lieu d’activité. Idem pour les LOISIRS, si vous déménagez de la ville à la campagne. Pour un cinéphile, la proximité du cinéma le plus proche pèsera sur la balance décisionnelle…

Vos importance se révèlent, s’opposent, se confrontent, se recadrent… de façon plus ou moins consciente. Elles vous révèlent ce que vous pourriez perdre ou gagner. Voyez à quel point vos « cités » sont subtiles et uniques.

Dans le cadre d’un auto-coaching de décision, la conscience de vos importances, même sous forme simplifiée permet de prendre des décisions plus rapides et plus sereines.

Les 3 piliers décisionnels

Pour simplifier la prise de décision, dans la plupart des cas, vos importances peuvent être rattachées à 3 grands thèmes. Les voici :

  • Le TEMPS
  • L’ARGENT
  • La CONFIANCE

Pour vous en souvenir, pensez au « TAC » ! T pour Temps, A pour Argent, C pour Confiance… Sachant que la CONFIANCE regroupe à la fois la confiance intérieure (confiance en soi), et la confiance extérieure.

Par exemple, si on vous propose une promotion professionnelle, vous pourriez être amené à ressentir quelques résistances. Commencez par vous poser 3 questions sur le modèle :

  • Est-ce une question de [pilier] ?

Ce qui donne :

  • Est-ce que question de TEMPS ?
  • Est-ce une question d’ARGENT ?
  • Est-ce une question de CONFIANCE ?

Votre problème peut être lié à un, deux ou trois piliers. Une fois que vous avez identifié votre ou vos piliers, vous pouvez enchainer sur ces questions :

  • Qu’est-ce que je ferais si j’avais [pilier] ?
  • Qu’est-ce que je ferais si je n’avais pas PEUR de MANQUER de [pilier] ?
  • Sous quels délais pourrais-je avoir plus de [pilier] ?
  • Qu’est-ce que je gagnerai en me libérant de ce problème de [pilier]
  • Comment puis-je procéder pour libérer le [pilier] nécessaire ?
  • Qui peut m’aider à réduire ou à simplifier mon problème de [pilier] ?

Chaque réponse peut vous apporter votre solution. Vous pourriez trouver dès la première réponse, à la troisième à la sixième…

Vous pouvez vous poser ces questions dans l’ordre que vous voulez, et si vous avez identifié plusieurs piliers, vous pouvez alterner les questions à votre convenance. En vous exerçant, vous vous surprendrez à vous poser immédiatement les bonnes questions, en premier…

L’art du questionnement est appelé « maïeutique ». On dit qu’Abraham pratiquait la maïeutique sous sa tente pour amener ses hôtes vers le monothéisme. Les grandes civilisations ont émergé grâce à la sagesse des maïeuticiens qui accompagnaient les rois dans leurs décisions. Socrate, qui a formalisé la pratique et lui a donné son nom, disait de la maïeutique qu’elle « accouchait les âmes »…

Aujourd’hui, la maïeutique est une méthodologie d’accompagnement. C’est un art complexe et passionnant qui s’utilise dans bien des métiers, en particulier le coaching et la thérapie.

Evidemment les philosophes, les sages, les thérapeutes, les coaches, les formateurs… ne se limitent pas aux interrogations autour du « TAC ». Ce serait très réducteur. Mais il s’avère qu’au quotidien, pour résoudre des cas pratiques, les questionnements honnêtes et sereins autour du TEMPS, de l’ARGENT et de la CONFIANCE, permettent de prendre des décisions du TAC au TAC.

Un exercice pratique

Ici, je m’adresse à mes lecteurs hésitants, qui ne parviennent pas à se décider concernant les programmes d’auto-coaching payants. D’après la dernière enquête de satisfaction, ce profil représente 38% des lecteurs. Sachant que 43% des lecteurs ont répondu honnêtement « JAMAIS je ne passerai du gratuit au payant ! ».

C’est un CHOIX que je respecte.

Mais si vous hésitez, cela signifie que TIME-COACH et ses dérivés font partie de vos importances. Une petite séance de maïeutique peut vous aider à «accoucher» d’une solution. Car ce que je propose, comme beaucoup d’offres commerciales, relève strictement du « TAC ».

Qu’est-ce qui vous fait hésiter ? Est-ce une question de temps, d’argent ou de confiance ? Soyez honnête avec vous-même. C’est tout l’intérêt d’une contemplation en solo. Vous pourrez ensuite vous poser les questions qui en découlent. Elles vous permettront de passer à l’action.

Bonne délivrance,

Stéphane SOLOMON

2 réflexions au sujet de « Décidez du TAC au TAC (2/2) »

  1. Bonjour Stéphane,

    Je n’hésite absolument pas ; j’ai déjà suivi ces formations et j’ai conservé vos mails, ce qui fait que je n’ai même pas besoin de vous demander de me les renvoyer. Lorsque j’en éprouve le besoin, je m’y replonge et je trouve les réponses aux questions que je me pose.
    Alors, j’attends……. tout simplement que vous nous concoctiez de nouvelles formations d’aide à la réflexion. Croyez-moi, pour les suivre je dispose de tout le TAC nécessaire.
    Bien à vous.

    Solange.

    • Bonjour,

      Merci infiniment pour vos encouragements, qui redonnent de la vigueur à une VALEUR importante chez moi : le sentiment d’utilité.

      Ce message s’adressait à tous mes lecteurs. La conclusion était plus spécifique, mais ne vous concernait pas.

      A très bientôt Solange. ET merci encore pour cette intervention.

      Stéphane SOLOMON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *