Derrière le dénigrement

Lorsque j’ai fait la promotion du programme SPARK (il y a 3 semaines), je vous ai proposé de rejoindre le webinaire de présentation (en direct) de Franck NICOLAS. Plus de 60 personnes s’y sont rendues, mais j’ai reçu une bonne dizaine de remarques qui allaient à peu près dans ce sens :

– Il m’énerve à sautiller et à parler comme un animateur de foire (ou de téléachat) !

Les personnes qui ne se sont pas arrêtées à ça (ou à qui le style d’animation plaisait) ont continué à suivre la présentation. Au bout d’une petite heure, elles ont appris que durant son enfance et son adolescence, Franck NICOLAS était bègue et dyslexique… Franck est sorti du cauchemar de l’exclusion grâce à des techniques de Développement Personnel dont il détient les clefs.

Cependant, il reste encore des traces : lorsque Franck écrit au tableau, il évalue difficilement les distances. Il réduit la taille de son écriture en s’approchant des bords Clignement d'œil Parfois, lorsque l’émotion le gagne, le bégaiement réapparaît subrepticement, et les techniques anti-bégaiements s’activent sous forme de «tics volontaires» (dont des sautillements).

Lorsqu’on ne connaît pas ce type de problèmes on peut être agacé par le «style» de l’animateur. Mais lorsqu’on reconnaît les techniques, on est muet d’admiration ! A présent que vous en savez plus sur Franck, qu’en est-il de votre dénigrement concernant «l’animateur de foire sautillant» ? Avez-vous la même opinion du bonhomme ? La prochaine fois que vous aurez l’occasion de le voir en live et qu’il vous dira qu’il peut vous aider à relever des défis, comprendrez-vous toute la dimension du mot «défi» ?

Le dénigrement est un confort

L’un des lecteurs qui m’a envoyé un e-mail critique à propos de Franck (nous l’appellerons Jacob) est parent d’un adolescent dysphasique. Je le sais car j’ai une relation privilégiée avec quelques lecteurs. J’imagine qu’en tant que père aimant, il cherche des solutions, des techniques, des idées, et peut-être même des modèles pour aider son enfant à suivre une scolarité dite «normale».

Franck était là, devant lui, mais Jacob était trop fatigué pour percevoir les signes d’un «dys» qui relevait un défi de taille (un prévente en live). Il n’a pas vu le gorille… et au bout de 20 minutes, il m’a envoyé ceci :

———

Stéphane,

20 mn je décroche, c’est trop intense après cette journée bien remplie

Merci pour l’invitation

Bonne soirée

———

Le lendemain il m’a envoyé un deuxième courrier m’avouant qu’en réalité Franck l’énervait, et qu’il n’était pas question pour lui de s’inscrire à SPARK !

J’ai beaucoup de respect pour Jacob. Je n’ai pas insisté…

Je ne vais pas entrer dans la psychanalyse, ce n’est pas mon job ! Mais je vais vous inviter à une réflexion plus simple, voire simpliste et très directe :

ALLEZ VERS CE QUE VOUS DENIGREZ !

La plupart du temps lorsque nous parlons de «problème», c’est face à une situation inconfortable. Si c’était confortable, ce ne serait pas un «problème». Lorsque la situation est inconfortable, la solution de sortie l’est également. Toute personne qui cherche une solution classique, habituelle, naturelle… pour faire face à une situation inconfortable, est dans la procrastination !

Par ailleurs je suis convaincu que lorsque nous avons des problèmes, nous attirons des solutions à ces problèmes. Ce n’est pas une croyance mystique : je parle de psychologie comportementale.

La question est donc : sous quelle forme apparaissent mes solutions ?

La pratique que je vous propose est Rock’n’roll, mais elle vaut son pesant d’or :

Votre solution se trouve derrière le voile du dénigrement. Levez le voile !

Je sais, c’est dur ! Mais le dénigrement est un confort : vous n’y trouverez aucune solution. Si vous Rejetez les choses ou les êtres parce qu’ils ne vous plaisent pas, vous êtes en plein confort, et en conséquence, dans la procrastination du problème. Je ne vous demande pas de violer votre morale ou de faire des choses qui vous donnent envie de vomir. Lorsque vous sortez de votre zone de confort, vous vous développez : vous vous mettez en déséquilibre et vous compensez : tout le monde sait faire ça (lorsque vous marchez, vous utilisez un déséquilibre pour avancer, et vous compensez).

Que dénigrez-vous dans «ma vie en main» ?

En ce moment, je participe au lancement du programme «Ma vie en mains». Ce lancement se termine à minuit ce soir. Avez-vous repéré quelques dénigrements qui ont exclu cette proposition de votre champ d’action ?

Par exemple :

  • Je n’aime pas l’état d’esprit nord-américain !
  • Je n’aime pas laisser mon numéro de CB sur Internet !
  • Je n’aime pas PAYPAL !
  • Je n’aime pas les programmes qui traitent de tant de sujets !
  • Je n’aime pas le marketing qui consiste à me faire croie que je réalise une économie en payant «seulement» 400 euros, quelque chose qui vaut plus de 1.000 euros
  • Je n’aime pas l’insistance de Stéphane, qui joue au coach désintéressée, alors que je sais qu’il y a un intérêt financier derrière…
  • Etc.

En sortant de votre zone de confort vous obtiendrez un cadeau. Je ne sais pas encore lequel, car il dépend de chaque individu. Mais ce principe de «cadeau-caché dans l’inconfort» est une constante.

Je vous donne un exemple (témoignage reçu l’année dernière) :

———

Stéphane, je voudrais vous exprimer toute ma gratitude, car grâce à votre insistance et votre écoute, j’ai fini par adhérer à l’un de vos programmes malgré mon aversion pour PAYPAL. Votre programme m’a apporté bien des choses, mais ce n’est pas l’objet de mon courrier. Je voulais surtout vous remercier, car suite à mon paiement, je me suis intéressé à PAYPAL de plus près, et j’ai ouvert un compte marchand. Aujourd’hui, je viens d’encaisser des dons pour mon association. Je n’ai même pas de site Internet, j’ai utilisé les paiements par mail. C’est trop facile ! C’est consternant ! Merci ! Merci ! Merci !

———

Ne nous méprenons pas : je n’ai pas pour but de vous faire ouvrir un compte marchand sur PAYPAL. Ce n’était qu’un exemple de cadeau-caché d’un personne suite à un lâcher-prise sur un dénigrement. Ce que j’attends de vous ce soir à travers ce courrier, c’est une inscription au programme «Ma vie en main», en particulier si vous dénigrez quelque chose…

Si vous lisez ce courrier avant minuit, il est encore temps.

C’est par ici :

MA VIE EN MAIN

Si vous avez lu cet article après minuit, ce sera trop tard pour le programme, mais votre vie est toujours entre vos mains : l’outil que contient cet article n’a pas périmé à minuit : il n’est pas périssable… Alors faites une liste de ce que vous dénigrez, et choisissez un défi !

J’attends de bonnes nouvelles !

A++

Stéphane SOLOMON

19 réflexions au sujet de « Derrière le dénigrement »

  1. Cher Stéphane, je prends rarement la plume – ou le clavier – pour vous répondre mais cette fois-ci …
    je trouve toujours vos mails – les vôtres perso – très riches, pleins de réflexions qui me font tous peu à peu avancer, évoluer. Par contre, je ne m’y retrouve pas quand vous vendez le MKT des autres. Au delà du prix, de leur façon de se présenter, c’est cousu de fil blanc. cela provoque chez moi un profond rejet. j’ai même failli à plusieurs reprises depuis cette phase pub me désabonner à votre newsletter , tellement cela provoque chez moi de la gène, plutôt que de l’envie.
    .Jj’ai participé à l’un de vos programmes, j’ai bcp appris. j’ai visionné les vidéos que vous nous proposiez, Par contre, je ne m’y retrouve pas quand vous vous transformez en VRP . pour rien au monde, je ne participerez à ces promotions bidons.
    Cordialement et sans rancune.

    • Bonjour Cécile,

      Je me souviens de nos charmants échanges lorsque vous adhériez à mes programmes, et j’aurais été peiné de vous perdre à cause de mes démarches récentes.

      Lorsque je vends les programmes de autres, c’est cousu de fil blanc ? C’est drôle ! Vous n’avez pas idée du nombre de personnes qui m’ont dit la même chose lorsque je vendais mes propres programmes… La vente, c’est toujours cousu de fil blanc, sinon, les gens n’achètent pas ! Je n’en ferai pas autant pour vendre des tablettes, mais pour moi, vendre des produits et des services de Développement Personnel est de l’ordre de la «mission de vie». J’y mets donc mon art(isanat) et j’utilise du fil doré.

      Le fait que vous ne voyiez le fil blanc qu’aujourd’hui est une perception. Mais l’action n’est pas nouvelle.

      Je suis également désolé de voir que vous évoquez une «phase pub», alors que tous mes articles, qu’ils tentent de vous vendre quelque chose ou pas, ont avant tout une vocation «Développement Personnel». La seule chose qui peut les qualifier de pub, c’est le regard que vous posez dessus. Je vous invite à relire mon article «La fonction de l’observateur», et j’espère que vous comprendrez que si j’ai perdu ma fonction de coach pour devenir VRP à vos yeux, c’est parce que vos yeux me regardent différemment. Je suis toujours coach, et mes article, y compris celui que vous venez de commenter est un article de Développement Personnel. La plupart de mes lecteurs le liront après minuit, et la DEMARCHE que je propose face aux dénigrement prévaudra sur la vente. D’ailleurs, au moment où je vous écris (il est 7h30), je n’ai plus rien à vendre. Si je n’étais qu’un VRP, je ne vous répondrais pas.

      Visiblement le dénigrement que vous ressentez envers le marketing est trop puissant pour que cet article soit lu avec un regard d’auto-coach. Un jour je vous ferai le plaisir de le réécrire avec d’autres exemples qui ne vous donneront pas l’impression que je cherche à porter atteinte à votre portefeuille. Toutefois, j’aimerais que vous compreniez que lorsque vous recevrez ce merveilleux article qui ne vendra que des idées, ce sera grâce au fait qu’auparavant, j’ai vendu…

      Sinon, je n’aurais ni le temps ni l’argent pour écrire.

      Dans la continuïté de mon article je vous propose de gratifier les personnes qui ont été sensibles à mes arguments ces dernières semaines, au lieu de les qualifier de «pigeons» (plumés par des « promotions bidons »). Grâce à leur contribution, vous pourrez profiter d’articles gratuits, et c’est également grâce à eux, en cette période de lâcher-prise, que je peux envisager sereinement un retour vers la création de nouveaux programmes (de mon cru). Car si je remets en question mon COMMENT, je n’ai jamais lâché mon POURQUOI.

      Les vendeurs ne vous veulent aucun mal. Ils ont juste envie de vous faire profiter de produits auxquels ils croient et dans lesquels ils mettent tout leur talent. Le Marketing, dans mon cas, c’est l’art de vendre de l’art.

      Mais vous avez le droit de penser différemment.

      Je suis ravi de vous être toujours utile, peut-être plus que vous ne le pensez apriori.

      A++

      Stéphane

      • Bonsoir Stéphane,

        Vous avez raison c’est votre Art(isanal) cousu de fil doré qui me touche et me fait réflechir, et oui, j’ai du mal avec les produits trop markétés, qui paraissent industriels.
        j’ai du mal à écouter une personne qui me parle d’une île de grèce, (comme si il voulait me convaincre de sa réussite parce qu’il anime un séminaire en Grèce ) et à me rappeler son message.
        Par contre votre montage familiale sur l’histoire que vous racontait votre père. je l’ai vu une seule fois, j’ai été séduite et j’y pense maintenant quand la moutarde me monte au nez…. et du coup je modifie ma réaction. Ca c’est vous.
        Je ne me permettrai pas de traiter les personnes qui lisent et commentent vos articles de pigeon. Car beaucoup de ces commentaires art(isanaux) cousus de fil multicolores sont riches aussi de ces petites expériences personnelles qui me touchent.
        Comprenez là , que dans ce monde aseptisé, je savoure bcp plus les messages de chacun d’entre nous, dans la forme, le ton, l’ambiance, la lecture ( que l’on fait à son rythme sur lequel on peut s’arrêter), qu’un modèle (aïe aïe aë vous n’allez pas aimé mais tant pis ) de masse. Je dois être has been, mais j’aime cet effet famille et j’attends toujours avec impatience votre prochain message, je visionne toujours avec intéret les vidéos , mais oui j’ai du mal quand vous voulez m’inciter à aller m’incrire ailleurs.
        Bien amicalement ,

        • Chère Cécile,

          – Lorsque je lis un livre exceptionnel, je vous encourage à le lire !
          – Lorsque je trouve une vidéo inspirante, je la partage avec vous.
          – J’ai trouvé des programmes de coaching performants : je vous en fais part…

          Je ne vois pas où est le problème, d’autant que vous avez bien précisé que ce n’était pas une question de prix. C’est pareil pour moi : que ce soit une vidéo gratuite, un livre à 20 euros ou un programme de coaching ou de formation à 400 euros, je ne fais pas de différence : je vous en parle, et c’est sans aucune obligation.

          Je suppose (et j’espère) que vous n’appréciez pas TOUT ce que j’écris ou je sélectionne. Mais là, ça va beaucoup plus loin puisque vous intervenez de façon musclée. Je comprends vos arguments, mais je ne comprends pas ce qui pourrait être différent au point de vous faire bondir.

          Pour moi, l’avantage des programmes de ce prix, c’est un commissionnement digne de ce nom. De plus, je n’ai rien à stocker, rien à livrer, rien à facturer (une seule facture globale en fin de vente). Je sais que ça dérange beaucoup de gens, mais vous n’avez pas idée du nombre de demandes de partenariat qu’on me fait, et que je refuse, parce que LA SEULE CHOSE qu’on met en avant, c’est le commissionnement, sans possibilité de tester le programme auparavant.

          En ce qui concerne Max PICCININI, je vous confirme qu’il considère qu’animer un séminaire en Grèce est SA réussite. Ce qu’il tente de vous vendre, c’est une méthode qui vous mènera vers VOTRE réussite en vous servant de VOS émotions. Je comprends que vous soyez plus attirée par mon style de Communication (imprégné de valeurs familiales), mais j’ose espérer que si un jour vous avez besoin d’un coaching professionnel de performance, vous ferez appel à moi. J’espère vraiment que vous ne vous direz pas :

          – Ah non, pas Stéphane ! Je ferai appel à lui lorsque j’aurai 5 enfants…

          Je ne vends pas que des «Bonheur de neige», et si vous avez lu la suite de cet article, vous avez bien vu qu’il ne s’agissait pas juste d’une prose sur l’harmonie intergénérationnelle. C’est un article sur la perception, la responsabilité, la congruence, et la manipulation gagnant/gagnant. Franck NICOLAS pourrait bien me l’emprunter pour alimenter son programme sur le leadership.

          Enfin, et je pense que c’est le plus important : je n’ai pas abandonné mon activité… Je ne suis pas en train de céder mon fichier «aux autres». Je monte des partenariats. En intégrant des produits et des services venus d’ailleurs j’étends mon offre. Je suis comme un fleuriste qui vient de réserver un «espace arbustes», alors que jusque-là, il se contentait de faire des bouquets. Je suis en fin de période de réflexion et de réorganisation pour reprendre mes propres programmes, et je vais bientôt vous proposer des solutions de mon cru. Je sais d’avance que dès que je les présenterai vous serez contente, mais je sais aussi que d’autres lecteurs vont me dénigrer. Je dois vous avouer que la «pratique VRP» est reposante : on se lâche sur Max et son bermuda ou sur Franck et son survoltage… Ca me fait des vacances, et l’argent rentre quand-même 😉

          En créant des petits programmes accessibles, avec un bon suivi gratuit, mon but est d’aider un maximum de personnes à investir dans leur Développement Personnel. Les deux programmes dont j’ai fait la promo s’inscrivent dans cette dynamique.

          Je vous invite, comme je l’ai fait dans l’article ci-dessus, à vous interroger sur ce type de dénigrement, car je suis convaincu à 200% que même un «petit aller-vers» vous permettra de progresser dans VOTRE quête de Bonheur et de Réussite. Ca ne vous permettra pas de vous inscrire à SPARK ou à MA VIE EN MAINS (c’est trop), mais ça va repousser les limites de certaines croyances (limitantes).

          Si le Développement Personnel ne vous tente pas, adaptez cet article à tout autre domaine (l’art, le sport, la technologie, etc.) qui pourrait vous être utile, et choisissez une voie que vous dénigrez. Par exemple, ceux qui dénigrent Apple pourraient essayer d’aller vers un Mac, et ceux qui dénigrent Microsoft, pourraient essayer d’aller vers un PC. Je suis sûr que ça va développer leurs compétences en informatique.

          J’espère que ce deuxième exemple vous permettra de comprendre le sens profond de mes articles. Si vous focalisez sur mes exemples, vous en perdez l’essence, et vous transformez un article d’auto-coaching en pub ! C’est ce que la plupart des lecteurs ont fait de l’opération PWYW. Au lieu de développer leur LOCUS interne, ils ont cru que j’avais besoin d’argent…

          J’attends de bonnes nouvelles.

          A++

          Stéphane

  2. Bonjour Stéphane,
    Après avoir réagi trop tard à la proposition Stark, je me suis inscrit au second programme ma vie en main ,que vous avez présenté. Sa diversité me réjouit et je en doute pas retenir quelques messages qui me permettront d’ évoluer…
    Merci pour ces nombreux messages reçus depuis des mois sans que je vous ai fait un quelconque retour. J’ admire votre persévérance !…
    Très bonne journée,

    Joël

  3. Je suis moi aussi un pigeon plumé qui a adhéré au programme cousu de fils blanc de ma vie en main !
    Je taquine, bien sur. J’ai été sensible à l’argument de Stéphane qui explique que nous sommes capable de payer un iPhone a 500€ et que nous trouvons 1000 excuses pour investir sur soi. Bilan : Je viens d’acheter un téléphone et je viens d’adhérer à Ma vie en Main !

      • Je ne crois pas avoir suivis ton RICHE-ATTITUDE. Plutôt le mien, inspiré de tes partages ! Ils sont peut être très proches:)

        (Ps: Dans le commentaire ci-dessous, il s’agit bien de Jean-Baptiste Hibon et non Jean-Marc, comme ton commentaire l’indique. Et oui un gars qui porte ce nom, je ne passe pas à coté !)

  4. Bonjour,

    J’aimerais rappeler un lien que vous aviez donné fin mars :
    http://www.tedxalsace.com/speaker/jean-baptise-hibon/

    Il est parfois difficile de dépasser certains « détails » et plus d’aller au delà mais c’est souvent gratifiant.
    Je suppose que les « a priori » font parti des dénigrements. Je sais j’ai des difficultés avec certains termes et là j’ai besoin de réflexion pour analyser mes dénigrements.
    Lorsque je me surprends dans un jugement négatif ou une critique, je me mords la langue pour ma rappeler que l’autre a des raisons différentes des miennes et que mes priorités ne sont pas les siennes. ça ne passe pas toujours comme un coupe de champagne mais ça m’aide !!!!!!

    Bonne soirée.
    Lo

    • Lo,

      Merci pour ce rappel concernant Jean-Marc HIBON. Le fait qu’il y ait si peu de commentaires me désole…

      Concernant votre pépite du jour, j’ajouterai ceci :

      Prendre conscience que les priorités des autres sont légitimes pour eux, vous aide à comprendre que vos priorités sont légitimes pour vous.

      Forcément, ça aide !!!

      A++

      Stéphane

  5. « Allez vers ce que vous dénigrez » – très fort! Merci pour cette nouvelle pépite, Stéphane, qui nous permet de mieux reconnaitre les solutions que nous portons et que nous essayons paradoxalement de nous cacher.

    Ca me rappelle que je me suis acheté un Tshirt rouge marqué en gros ‘running sucks’, (traduire ‘courir, c’est pourri’), dans une phase où je ne courrais plus alors que j’ai adoré ça!

    Frank Nicolas m’a en effet un peu agacé dans sa présentation commerciale, et je n’ai pas tenu plus que les 20 mn de Jacob. Mais je me suis dit que si Stéphane, que je lis depuis des années et dont j’ai apprécié les programmes, décide de me proposer le programme de coaching d’un autre, c’est qu’il devait être fichtrement bon. (Qui sacrifierait un ensemble de relations bâties au long cours pour un – faible – gain court terme?).

    J’ai adhéré à Spark grâce à la confiance que j’avais en Stéphane, et j’en suis très heureux. Ah oui, il gagne de l’argent à chaque fois qu’il amène quelqu’un au programme. Et alors?

    Depuis le début du programme, j’ai repris la course à pied. Rien que cela valait bien 400 euros; mais il y a bien plus.

    Merci Stéphane.

    Bon week-end à tous.

    Jose

    • Merci José,

      Vous me scotchez ! J’ai vu dans le forum SPARK la vidéo que vous avez faite pour votre retour au sport, et j’en ai presque pleuré ! J’y suis pour quelque chose !

      Depuis le début du programme, j’ai repris la course à pied. Rien que cela valait bien 400 euros;
      Evidemment ! Mais peu de gens comprennent ça ! Et même si ça fait 5 ans que vous y pensiez, SPARK a eu un effet déclencheur, enfin… Un bon déclencheur, ça vaut largement 400€.

      mais il y a bien plus.
      Et encore… Ca fait même pas un mois que ça a commencé…

      Bravo José ! Et merci de m’associer à ce succès. Je suis touché !

      A++

      Stéphane

  6. Bonsoir Stéphane, et bonsoir à tous,
    J’ai moi aussi beaucoup de mal avec ces coachs anglo-saxons qui vous promettent tous des dents plus blanches. Je dénigre l’american way of life et je n’ai aucune envie d’aller dans cette zone d’inconfort.
    Et je suis donc un peu gêné de me sentir culpabilisé de ne pas vouloir y aller.
    J’ai essayé de regarder, par respect pour Stéphane, le programme Spark, j’y ai même convié toute ma famille, et nous n’avons pas tenu les 20 mn réglementaires!
    Je vais aller vers cette zone d’inconfort de l’acceptation de la démarche de Stéphane, mais je me refuse à mettre 500€ dans un programme de réussite de vie où avoir un portable à 500€ est un pré-requis (je schématise, j’exagère, j’extrapole, je dénigre, dans une mauvaise foi assumée mais c’est pour faire comprendre l’idée)
    Et les 500€ je viens de les dépenser pour des vacances en famille et c’était un formidable programme!
    Voilà Stéphane, je suis vos conseils: vous êtes dans ma zone d’inconfort et donc je reste.
    Bien à vous.

    • Bonjour Vincent,

      J’ai moi aussi beaucoup de mal avec ces coachs anglo-saxons
      Etrange que vous me parliez de coachs anglosaxons, je n’ai vu que des coachs francophones… Voyez jusqu’où vous pousse un dénigrement : vous ne comprenez même plus votre langue maternelle…

      je n’ai aucune envie d’aller dans cette zone d’inconfort
      Personne n’a envie ! Le but du jeu est de dépasser la simple en vie pour reconnaître ses besoins avant qu’ils ne deviennent des contraintes.

      je suis donc un peu gêné de me sentir culpabilisé de ne pas vouloir y aller
      Je suis responsable de ce que j’écris, vous êtes responsable de ce que vous lisez et de ce que vous en tirez. Si vous en tirez de la culpabilité, je vous propose de vous orienter vers d’autres solutions, car ne c’est pas bon pour la santé. Depuis 5 ans que je diffuse cette Nesletter, j’ai pu remarquer que ceux qui y trouvent de la culpabilité n’y trouvent que ce qu’ils sont venus chercher… Changer de prisme de lecture, et vous trouverez d’autres choses, bien plus intéressantes pour votre moral.
      J’ai essayé de regarder, par respect pour Stéphane, le programme Spark, j’y ai même convié toute ma famille, et nous n’avons pas tenu les 20 mn réglementaires!
      Le Développement Personnel ne se pratique en groupe que lorsque chaque individu a pour but de se développer personnellement. Il y a un dicton qui dit «il n’y a rien de plus bête qu’une foule». Il n’y a qu’à observer les supporters sportifs et les manifs pour s’en convaincre. Ca s’enflamme pour un rien. En ce qui concerne votre famille, faites l’éclaireur : allez-y d’abord ! Sinon à la première chose dérangeante, vous vous sentirez mal à l’aise, et direz aux vôtres «excusez-moi, je ne savais pas que c’était CA !». Par contre, si vous allez jusqu’au bout, vous pouvez sourire face aux réactions et dire à vos proches «Allez jusqu’au bout !».
      je me refuse à mettre 500€ dans un programme de réussite de vie où avoir un portable à 500€ est un pré-requis (je schématise, j’exagère, j’extrapole, je dénigre, dans une mauvaise foi assumée mais c’est pour faire comprendre l’idée)
      J’ai compris qu’il y avait un style rhétorique, mais je n’ai pas compris l’idée…
      Et les 500€ je viens de les dépenser pour des vacances en famille et c’était un formidable programme!
      Je n’en doute pas une seule seconde. Ce que ces coachs vous proposent c’est d’investir 500€ EN VOUS, pour que vous puissiez offrir à votre famille des vacances de 5.000€. Ce qu’ils vous proposent DANS L’ABSOLU, c’est d’évoluer dans les domaines qui vous rendent heureux.
      Voilà Stéphane, je suis vos conseils: vous êtes dans ma zone d’inconfort et donc je reste.
      La zone d’inconfort doit vous permettre d’évoluer, afin d’étendre votre zone de confort. Si c’est ce que je vous apporte, vous faites bien de rester… Mais en vous lisant, j’en doute. J’ai donc besoin d’une confirmation.

      A++

      Stéphane

  7. Le fils de Jacob… (Avec Rachel Jacob a eu Benjamin/Florentin et Joseph/Pierre? C’est Florentin dont il est question donc!) Florentin n’est pas dysphasique mais dyslexique, c’est son père qui était dyphasique dans sa prime jeunesse et qui est toujours dys[exlqiue]. Si Stéphane et Jacob se connaissent c’est parce que Jacob a décidé d’investir tout son budget annuel de formation dans un coaching Virtua et pas un autre fournisseur.
    C’est très plaisant pour Jacob d’entrer dans l' »histoire » d’un article d’auto-coaching et ce n’est pas la première fois. Cette situation a un effet secondaire surprenant car l’intéressé (Jacob) ne lit pas l’article comme les autres, il sent très bien la situation en recul d’une leçon d’auto-coaching. Oui c’est en apparence un exercice de vente (avec plus si affinité) mais en plus il y a la morale de l’histoire, la leçon personnelle et unique que chacun tire de son dénigrement de l’article lui-même. Jacob n’a que faire de justifier son dénigrement mais a bien enregistré la clé et pratique déjà au contact de time-coach l’Aller-Vers » la zone d’inconfort. Ce qui est nouveau ou plus clair, c’est d’apprendre que cet effort sera récompensé par une augmentation de la zone de confort in fine. Si on écoute que des gens de notre avis, on ne progresse pas..écoutez les gens avec qui vous n’êtes pas d’accord, regardez les films que vous n’aimez pas jusqu’au bout… Pour changer il faut faire des choses qu’on n’aime pas…si on aime ce défi et cette idée d’amélioration l’effort sera réconforté par le plaisir d’être en chemin d’un changement++

  8. Bonjour,

    J’ai visionné hier pour la première fois une conférence de Franck Nicolas et il a raison sur les points qu’il a développé. Il parle des Européens (je suis Européenne) qui sont accros aux plaisirs et c’est vrai! Beaucoup d’entre nous avons envie que notre vie soit joyeuse et belle tout le temps….mais on ne vit pas chez les bisounours! On devient intolérant à la frustration et on veut tout, tout de suite….c’est un leurre: la vie est cyclique. J’ai des instants de joies, mais ça passera, j’ai des instants de tristesse, mais ça passera. C’est un leurre de croire également qu’on peut obtenir ce que l’on veut en ne faisant rien, en attendant que ça se passe.
    Si je veux quelque chose, je construis et j’agis; cela demande de la rigueur! comment avancer dans ma vie et être heureux si je ne sais pas ce qui est important pour moi, comment être heureux si je colle à un modèle qui ne me convient pas….
    En bref, qu’on l’aime ou pas Franck Nicolas, les personnes ne restent pas indifférentes à son message et dans tous les cas il bouscule!

  9. Le monde est dévenu complètement dérisoire et déplorable.
    Ceux qui déigrent sont que des lâches, car ils ont besoin de se defouler sur quelque chose pour cacher leurs propres défauts au lieu de les accepter et de les surmonter vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *