Et si j’arrêtais tout ça ?

Une personne avec laquelle j’ai eu l’occasion de travailler m’a dit hier que vu la quantité de problèmes que je cumule depuis que j’essaie de lancer mon programme printanier, je devrais y renoncer ! Et par la même occasion, lâcher toutes mes activités en ligne, car elles accaparent mon énergie pour peu de résultats.

C’est un signe !

Je suis victime de beaucoup de dysfonctionnements en ce moment, tant sur le plan commercial que sur le plan technique. J’ai beau tenter des solutions, la «Loi de Murphy» me rattrape à chaque fois :

  • Lorsque j’ai annoncé cette session au début du printemps, je n’ai eu qu’une trentaine d’inscriptions. C’est mon plus mauvais lancement !
  • La pub que j’ai faite sur Facebook a intéressé plus de 300 personnes, mais il est quasiment impossible de les contacter (Facebook ne l’autorise pas, et même en payant, il n’y a aucune solution : je n’ai que des noms et des «likes»).
  • En ce qui concerne les abonnés de cette newsletter, il semble que le début du printemps n’était pas le bon moment non plus, puisque même en décalant d’une semaine, je n’ai eu que 77 personnes prêtes à expérimenter le 2 premières semaines du programme.
  • J’ai dû redoubler d’efforts sur différents médias et réseaux. En repoussant d’une semaine de plus, j’ai réussi à dépasser les 120 inscriptions gratuites avec difficulté…
  • Pendant cette semaine, j’ai animé un atelier de Développement Personnel gratuit en live sur Facebook tout en faisant la promotion du programme… Curieusement, cette émission qui attirait jusqu’à 60 curieux par soir l’année dernière, plafonnait difficilement à 10 habitués cette année.
  • Vient enfin le problème de délivrabilité : la livraison de mes courriers en boite de réception est diminuée de moitié ! Le programme «Aller Vers» a pris un faux départ en début de semaine : sur les 125 personnes inscrites, 60 seulement ont pu lire le premier article… Heureusement que nous sommes dans une période d’évaluation gratuite.

Mon confrère m’a donc dit :

«Tu vois tout ça, ce sont des signes ! Arrête ce truc, tu vas nous faire un burnout ! Fais ce qui te rapporte le plus (le coaching en face à face) et laisse tomber ces programmes à 10 balles qui te prennent un temps fou et qui attirent des ingrats !»

Depuis que j’ai commencé les «coachings populaires» (il y a bientôt 10 ans), peu de gens dans mon entourage professionnel apprécient ma démarche. Selon eux, un vrai programme de coaching ne devrait s’adresser qu’à des gens qui ont des projets ambitieux, et chacun d’entre eux devrait pouvoir y mettre au moins 2.000€ sans sourciller. M’acharner à convaincre des gens qui ont peur d’investir quelques dizaines d’euros dans leur Développement Personnel est une mission vouée à l’échec (toujours selon eux). J’ai davantage de critiques que de soutien de la part de mes pairs.

Suivre les «signes»…

Il est vrai que ces dernières semaines ont été épuisantes en termes d’actions et décevantes en termes de résultats, mais cette histoire de «signe» m’a toujours amusé (et intrigué). Car il y a une multitude d’interprétations que je pourrais percevoir dans ces «signes». Des interprétations qui vont dans la continuité de ma mission :

  • Par exemple, grâce au faux départ de cette session, j’ai compris que mes courriers électroniques n’étaient livrés qu’à 50% des lecteurs, et ça ne date pas d’hier. Ce qui signifie que ma campagne a également été réduite. Ayant résolu ce problème je peux doubler le nombre de personnes qui recevront mon annonce et donc augmenter le nombre d’inscriptions. Si certains se sentiront relancés à propos de ce programme, d’autres en entendront parler pour la première fois.
  • Je compte aussi sur la procrastination : aussi bizarre que ça puisse paraître, mes lecteurs ont tendance à me procrastiner puis à regretter (comme pour toute procratination). Cette fois ils vont pouvoir s’inscrire après procrastination, tout en étant à l’heure !
  • Sans oublier ceux qui se fient aux «signes» : ils peuvent très bien choisir comme interprétation, l’idée que ce programme n’attend que leur inscription pour démarrer. Ils ont beau l’éviter il revient les titiller ! L’air de rien, ça fait un mois qu’il est repoussé de semaine en semaine !

Evidemment, mon confrère a fait la tête lorsque je lui ai proposé de voir dans cette mésaventure, des signes favorables à mon projet. D’autant plus qu’il est coach ! Il est formé pour apprécier différentes visions des choses, même s’il n’est pas fondamentalement d’accord avec le projet de son interlocuteur.

Alors voilà. J’ai fait mon choix : si vous ne faites pas encore partie de ce programme, vous pouvez rejoindre cette nouvelle vague d’inscriptions dont je rappelle le processus :


Le programme «Aller vers – Spécial Printemps 2018»
commencera le 16 avril par 2 semaines d’évaluation gratuite.

Au cours de ces deux premières semaines, à tout moment, vous aurez la possibilité, soit de vous désinscrire, soit de vous inscrire (à partir de 47€, avec possibilité de payer en 3 fois). Si vous ne prenez aucune décision pendant ces deux semaines d’essai, votre statut sera «en attente».

  • Les inscrits poursuivront le programme 5 semaines de plus (7 semaines au total)
  • Les désinscrits ne recevront plus de courriers concernant ce programme (dès leur désinscription)
  • Les participants «en attente» recevront des courriers de relance pour rejoindre la suite du programme ou pour se désinscrire. Sans réponse après le 30 avril, ils seront désinscrits et les relances cesseront.

    Inscrivez-vous !

Pour les plus craintifs :
La demande de paiement ne se fait pas au moment de l’inscription, mais au cours des deux premières semaines. Ce qui signifie que si vous ne pouvez pas recevoir mes courriers (à cause d’un problème technique), vous ne recevrez pas de demande de paiement non plus. Vous ne paierez pas quelque chose qui ne sera pas livré.

Pour les esprits encore plus craintifs :

En supposant que ce problème de délivrabilité se reproduise après votre paiement (ce serait ballot), vous pourrez quand-même accéder au programme via le site dédié. Les courriers que j’envoie servent juste de notification, mais tous les articles, toutes les vidéos et tous les replays des webinaires sont stockés et organisés sur un site consultable 24h/24h.

Rien ne peut vous empêcher d’aller vers, si vous voulez vraiment aller vers.

Inscrivez-vous !

A++

Stéphane

9 réflexions au sujet de « Et si j’arrêtais tout ça ? »

  1. Les signes, et leurs interprétations, sont le reflet de notre état d’esprit et certainement de nos désirs inconscients. C’est même à raccrocher aux principes de l’attraction : on a les signes que l’on veut bien.

    • C’est ça ! Apparemment, il profit du fait que mon chien soit malade pour me proposer de le piquer.

      Heureusement que je sais qu’il n’aime pas les chiens ;-).

    • Même si je lui montrais la liste des programmes auxquels vous avez adhéré, et vos nombreuses contributions aux commentaires, il ne changerait pas d’avis sur le sujet. Il n’aime pas l’idée, et j’ai été mal inspiré de lui demander conseil à propos de certains process (notamment Facebook), car il a profité de l’occasion pour me dire qu’il avait raison !

      Mais bon… Comme je connaissais plus ou moins son opinion, je me dis qu’en le consultant, j’avais soit envie de l’entendre, soit envie de le contrarier 😉

  2. Vire de ta vie et de tes contacts ton confrère à 2000 euros et garde 200 ingrats à 10 euros, nous y gagnerons tous :
    – tu nous apportes ce qui nous manque
    – nous t’apporterons plus que ce docte conseilleur que nous ne verrons jamais et qui ne doit pas mouiller si souvent sa chemise

    Excellente journée à tous.

    PS : STP, envoie copie de ce message au fameux confrère, çà lui sera peut-être profitable. Après tout, il a manifestement besoin de progresser dans la vie

    • Meuh non… Il se dit juste que s’il avait mon potentiel et ma clientèle (je parle de ma clientèle qui signes des contrat en K€), il ne perdrait pas son temps avec des «clients à 10 balles».

      J’ai pourtant utilisé le mot «mission» plusieurs fois…

      Belle journée à toi aussi Denis

  3. Je ne peux que dire: « Je comprend ta démarche et ta réaction. »
    Si je suis « en attente », ce n’est pas de ton offre, mais de mon projet.

  4. Bonjour Stéphane !
    Un troisième Aller vers ? pourquoi pas ? C’est juste que cette période est très remplie d’activités variées et que je crains de ne pouvoir suivre vraiment. Déjà le second, je n’ai pu assister aux derniers webinaires (pour cause de déplacements divers) et j’en ai été passablement frustrée..
    J’allais te demander combien (à peu près) il y a de nouveaux modules par rapport aux deux précédents programmes, mais je me suis apperçue que cela n’a aucune importance : même si le sujet est connu, il y a toujours une pépite qui fait considérer les choses autrement..
    Merci Stéphane d’insister ! Je fais apparemment partie de ceux qui n’ont plus été contactés.
    A bientôt !

  5. Bonjour Stéphane,

    Tout d’abord merci à l’attention que tu nous porte !
    Je n’ai absolument rien contre d’adhérer à un nouveau programme « aller vers » mais pas tout de suite car j’ai divers soucis en ce moment qui vont m’empêcher de mon concentrer sur ton programme que je sais pourtant génial !
    Je participerai à nouveau dès qui ma situation le permettra à nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *