Des gauchers très contrariés

En 1986, la revue «Nature» publia la conclusion d’une étude menée par deux scientifiques (Stanley COREN – Canada – & Diane HALPERN – USA -). Cette étude, basée sur divers recensements à travers le monde, démontra que l’espérance de vie des gauchers était inférieure de 9 ans à celle des droitiers !

66 ans d’espérance de vie pour les gauchers, 75 ans pour les droitiers !

Il fallait trouver une raison. De nombreuses théories, liées à différentes causes de mortalité sont alors apparues :

  • Le fait d’être gaucher serait lié à une faiblesse du système immunitaire… Mais aucune preuve scientifique n’a été apportée à ce jour.
  • La lutte quotidienne pour s’adapter à un monde fait pour les droitiers serait éprouvante, au point de réduire la longévité des gauchers… C’est encore difficile à prouver.
  • L’organisation spatiale de nombreuses machine et outils provoqueraient davantage d’accidents. Par exemple, en voiture, le fait que le levier de vitesse se situe à droite, pourrait entrainer des maladresses du « bras faible », et donc davantage d’accidents de la route… Toujours pas prouvé !
  • Euh… Alors ça viendrait du fait qu’en utilisant sa main gauche, on sollicite des tendons, des nerfs et des muscles qui se situent du côté gauche, donc près du cœur : un organe vital, qui s’use avec le temps ! Euh… Non plus !…

C’est ennuyeux ça… Qu’est-ce que ça pourrait bien être ? Il faut bien une raison ! Parce que les chiffres ne mentent pas : 14% de gauchers de 5 ans, seulement 12% de gauchers de 15 ans. Les cinquantenaires gauchers ne représentent plus que 10% de la population, et la statistique chute jusqu’à atteindre un niveau résiduel chez les gauchers de 80 ans…

Le facteur humain

Il faut que je vous parle de ma mère : elle est ambidextre ! Ca veut dire qu’elle se sert aussi bien de sa main droite que de sa main gauche. Un soir, quelques semaines après avoir lu cette étude, j’ai demandé à ma mère à quel âge elle a été diagnostiquée ambidextre, et sa réponse me stupéfia :

– Je ne suis pas née ambidextre. J’ai été diagnostiquée gauchère, mais comme dans les années 50, ce n’était pas bien vu, mes parents ont éduqué ma main droite. Je suis donc une « gauchère contrariée »… Mais j’ai eu plus de chance que l’une de mes voisines, qui a vécu une partie de sa vie avec la main gauche attachée derrière le dos. Ca se faisait beaucoup à l’époque, mais notre médecin de famille trouvait ça cruel. C’est pour cette raison que ma voisine est devenue droitière, et moi ambidextre.

Etonnant ! Et ce que je vous raconte date d’il y a 70 ans à peine. Imaginez la situation des gauchers (et de leurs parents) au début du XXème siècle ! Si vous vous documentez un peu, vous lirez que le sentiment qu’on alimentait à leur égard se situait entre le mépris et la tolérance. Heureusement, c’est un vieux paradigme !

Puis j’ai réfléchi… Et j’ai posé encore une question à ma petite maman :

– Lorsqu’on te demande si tu es gauchère ou droitière, tu réponds quoi ?

– Quand je peux, je coche les deux cases, et j’écris ambidextre. Quand je ne peux pas, je réponds que je suis droitière. C’est mieux…

– Pourquoi « mieux » ?

– Parce que dans ma tête, c’est toujours un problème. J’ai été éduquée comme ça étant petite. Même des gens cultivés comme les médecins et les instituteurs considéraient que les gauchers avaient moins d’aptitudes physiques et mentales que les droitiers. Mes parents m’ont toujours obligée à dire que j’étais droitière et à me comporter comme une droitière, surtout lorsque je passais des examens médicaux. Il faut dire qu’on sortait à peine d’une époque où on brûlait des gens «légalement», parce qu’ils étaient juifs, tziganes ou homosexuels. Il valait mieux éviter de cumuler les différences. J’étais donc droitière, comme tout le monde ! Et aujourd’hui je le suis toujours, quand je sens qu’il le faut.

– Donc tu fausses les statistiques ! Entre ton premier diagnostique et aujourd’hui, il y a une gauchère de moins !

– Et une droitière de plus ! Statistiquement, ça fait 2 points de plus pour les droitiers. Ce serait amusant de jeter un coup d’œil sur les recensements !

– Ca a été fait… Mais la conclusion est un second outrage aux gauchers, et il faudra plusieurs décennies pour l’effacer…

——

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous compris la raison pour laquelle en 1986, il n’y avait pratiquement plus de gauchers parmi les personnes âgées, alors qu’on en recensait pratiquement 14% chez les jeunes ?

Si ce sujet vous concerne, saisissez « gaucher longévité » sur Google, et tentez de trouver des articles qui contredisent ou qui relativisent les conclusions de la recherche de 1986… Quelles sont les implications côté «croyances» ?

Et puisque nos croyances ont une implication directe sur nos vies, je vous invite à partager cet article avec des gauchers de votre entourage. Peut-être allongerez-vous leur vie…

Enfin, puisque nous sommes dans un cadre d’auto-coaching : pensez-vous que dans votre environnement personnel ou professionnel, vous tirez souvent des conclusions froides en observant les chiffres, et en excluant le facteur humain ou en réduisant son importance ?

Je me délecte d’avance de vos commentaires :

A++

34 réflexions au sujet de « Des gauchers très contrariés »

  1. J’ai lu que les premiers hommes étaient gauchers ou droitiers à égalité (la taille des bifaces également répartis en témoigne)
    Le caractère gaucher étant assez fortement héréditaire, il y a des chances que les premiers hommes gauchers aient eu une espérance de vie plus faible (décès avant d’avoir un descendant) pour réduire la part des gauchers dans la population à 10/12% aujourd’hui.
    Le décès avant l’age adulte se faisant plus rare, il n’est pas aberrant que la proportion des gauchers se stabilise ou augmente depuis 1 à 2 siècles
    Vivent plus ou moins vieux aujourd’hui ? Je n’en sais rien
    Sur les statistiques, je ne crois pas à votre explication des gauchers qui se cachent, même si je sais qu’on peut utiliser les statistiques de manière aberrante.
    Exemple entendu récemment : les chauves ont 2 fois plus de chances de mourir de la prostate que les chevelus ! Sachant qu’un homme a une chance sur 100 de mourir de la prostate, les chauves ont 2 chances sur 100 d’en mourir ! et alors il reste 98 autres chances sur 100

    signé : Un gaucher chauve et bien portant

    • Bonjour,

      Merci pour ce message.

      Votre formule « je ne crois pas à VOTRE explication des gauchers qui se cachent » est amusante au stade où en est notre correspondance. Ca fait longtemps que j’utilise des anecdotes, des allusions, des descriptions d’expériences, dans un style accessible pour mettre des concepts difficiles à portée de tous.

      Comme par exemple, les « croyances limlitante ». Nous sommes en plein dedans…

      Il est certains qu’un petit rigolo qui parle avec sa maman dans une cuisine, ne peut faire le poids face à une étude aussi sérieuse…

      Si j’avais adopté le style « Que sais-je », en utilisant un vocabulaire complexe, voire quelques formules mathématiques appliquées en sociologie, vous auriez probablement adhéré.

      Le coup de grâce serait de servir des ressources complémentaires de renom, ce qui me rendrait moins « original ». En tout cas, moins seul… :

      Si vous cherchez bien, vous trouverez des résultats plus officiels proches de « mon » interprétation. Par exemple en conclusion de cet article de doctissimo :

      http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/developpement-personnel/8899-gauchers-verites.htm

      Ou encore ici : Neurosciences

      Mais voilà le problème : il faut bien chercher ! 95% des sites relayent plutôt la première thèse. Et les 5% qui restent sont souvent mesurés ou évoquent une « théorie alternative » en 3 lignes dans la conclusion.

      Il est certain que les gauchers et les droitiers sont différents. Mais la conséquence sur l’espérance de vie n’est pas prouvée. Elle a juste été mesurée puis interprétée.

      Une question demeure : Si vous dites à une personne qu’il est « scientifiquement prouvé » qu’elle vivra 9 années de moins que la majorité. Et que ce sujet revient régulièrement dans sa vie, au gré de ses lectures et autres sources d’informations, sans aucune contradiction de la fameuse « malédiction »… Est-il possible que cette « prophétie » soit autoréalisatrice ?

      C’est à dire qu’elle aurait tendance à se réaliser parce qu’elle est considérée comme vraie par les intéressés ?

      Et comme je le précise à la fin de mon article, quelles conséquences peut avoir cette « foi » dans l’approche scientifique, lorsque vous ne laissez parler QUE les chiffres ?

      Les sciences sont des outils extraordinaires. Faut-il qu’elles nous asservissent ? Ne serait-il pas plus judicieux de nous en servir de façon optimiste et enthousiaste ? De considérer qu’elles sont au service des Hommes, et non l’inverse ? La physique quantique apporte des arguments intéressants (et troublants) sur ce sujet.

      Les futures découvertes nous feront davantage sourire. J’en suis sûr !

  2. Bonjour et merci de vous poser cette question. Même si elle a de quoi m’inquiéter, étant gaucher 🙂
    Je ne suis pas de la génération votre mère mais j’ai connu la même chose. En effet, il ne faisait pas bon être gaucher au début des années 60 à l’école de la République.
    Sans doute lassé de me voir effacer ma ligne d’encre avec ma main et ne sachant pas comment faire, mes instituteurs ont convaincu mes parents qu’il fallait me rééduquer.
    J’ai 55 ans et il y a 2 ans, j’ai fait un bilan psychologique ( test de QI) après celui de mon fils. À la suite j’ai décidé d’apprivoiser à nouveau ma main gauche. Maintenant je suis à nouveau gaucher pour l’écriture et le dessin. Je l’étais pour tout le reste. Depuis je n’ai plus de problèmes d’equilibre, je ne confond plus ma gauche de ma droite et je n’ai plus peur de danser.
    J’ai retrouvé un courrier de mon institutrice de CE1. J’étais dans le refus de tout. Ma scolarité a

    • Ma scolarité était désastreuse, disais je.
      Pourquoi sommes. Lus gauchers ? Je veux croire que c’est pour nous faire aimer la différence pour nous et chez autrui.
      Il est certain que ceci forge le caractère.

    • Bonjour,

      Cette « question » n’a aucune raison de vous inquiéter puisqu’elle nous ramène vers une vérité beaucoup plus optimiste.

      Gardez le sourire !

  3. Je suis gauchère et c’est parce que ma tante a eu le bras attaché dans le dos suivi d’une dyslexie sévère que j’ai été épargnée, protégée : ma mère m’avait dit que si qui que ce soit me disait quelque chose, elle interviendrait !
    N’empêche qu’apprendre à écrire avec les plumes Sergent Major, se battre avec les ciseaux qui ne coupent pas quand on les tient de la main gauche… cela forme la tenacité !
    Quand au Tennis, j’étais cantonnée dans le fond du cour, pendant mes leçons en 1970 avec pour consigne de me débrouiller toute seule; c’était avant les prodiges de Mc Enroe.
    Depuis les études ont tordu le cou aux idées reçues.
    http://www.lesgauchers.com/gauchers-sports-avantages-_12_260.html
    Alors, quelques statistiques que ce soit, elles sont fausses et dépassées. Heureusement, humainement,
    Sophie

    • Aujourd’hui, il existe des ciseaux pour gauchers. Ces ciseaux s’achètent en grande surface comme les autres paires.

      Si on laissait proliférer les mauvaises interprétations statistiques à propos de gauchers, c’est en pharmacie qu’on vendrait ces ciseaux…

      Les conséquences d’une mauvaise interprétation peuvent parfois être outrageantes. Surtout si seuls les chiffres s’expriment.

      Ah Mac Enroe ! Sacré bonhomme !

  4. mon mari est né gaucher en 1923.
    A cette époque à l’école, il a été contrarié
    DONC pour écrire il est droitier
    pour tout le reste gaucher : dessiner (il est artiste), jouer du marteau et tout outil, petit pour la trottinette.
    Et en finale, ses difficultés, ce sont gauche-droite, qd je lui indique la route à un carrefour.
    Je suis bien certaine que c’est un tort de contrarier les enfants. Ils ont autant de potentiels.
    Aussi des amis Pakistanais, n’ont pas le droit ,par leur culture, d’utiliser la main gauche pour manger, c’est celle qu’on utilise pour de l’impur, se frotter le cul !!!

    • Merci Lalou,

      Oui, aujourd’hui les médecins sont tous d’accord pour qu’on cesse de contrarier les gauchers.

      Côté culture c’est différent, parce que lorsque c’est bien enseigné, on sait qu’on est au service de quelque chose de plus grand que soi. Le niveau de spiritualité permet d’adopter les pratiques sans contrariétés, du moment qu’elles sont ressenties comme spirituelles.

      Si une étude scientifique déduit que les gauchers pakistanais sont plus enclins à la spiritualité que les droitiers, ce ne serait pas étonnants. Si on conclut l’étude par un délire neuroscientifique, ce serait bien dommage.

      Bonne continuation,
      et merci pour votre réaction.

      Stéphane

  5. Je n’ai pas trouvé l’article original, et donc je me pose des questions sur la manière dont les choses ont été calculées. Par exemple, on parle communément de « l’espérance de vie », qui est en réalité une donnée difficile à appréhender. Ce n’est pas la « moyenne d’âge au décès », qui, elle, dépend du caractère plus ou moins vieux de la population (une population très âgée, comptant peu d’enfant, aurait une moyenne d’âge au décès élevée, ce qui ne signifierait pas une espérance de vie meilleure). Les chiffres que l’on donne en général sont en fait extrapolés à partir de la proportion de décès dans chaque tranche d’âge de la population, ce qui est différent.
    Mais, partant de là, comment peut-on les rapporter au nombre de gauchers? Cette donnée ne figure pas dans les certificats de décès. Le seul moyen que j’imagine est de travailler sur des échantillons de population: il faut interroger l’entourage des personnes décédées pour connaître leur latéralité, en rapporter par tranche d’âge le nombre à la proportion de gauchers et de droitiers dans la population générale et recalculer les espérances de vie spécifiques. On peut comme vous le suggérez imaginer que la proportion de droitiers dans les tranches plus âgées de la population soit artificiellement augmentée, du fait d’une tendance à cacher (ou à avoir oublié) une latéralité gauche contrariée. Mais, si l’enquête est bien faite, cette tendance devrait se retrouver dans des proportions équivalentes chez vivants et les morts, sauf si il existe réellement une surmortalité. Sans une lecture approfondie de la méthode d’analyse des auteurs de l’enquête de 1986, on discute sur des hypothèses sans savoir sur quoi elles s’appuient

  6. Moi ce qui m’étonne c’est que seuls des gauchers ont réagit…comme si les droitiers, bien heureux de leur 9 années de longévité supplémentaires n’étaient pas concernés…
    Quant aux chiffres, oui on peut leur faire dire ce que l’on veut ou plutôt ce qui arrange. En les déconectant donc de tout autre facteur. Peut-être est-ce une manigance pour à nouveau contrarier les gauchers en leur faisant peur..:-)

    • Bonjour Stéphanie,

      C’est effectivement très étonnant que seuls les gauchers répondent, et que leurs témoignages soit aussi passionné au sujet de la latéralité gauche/droite.

      Heureusement que je ne parle pas de politique 😉

      Cela confirme l’outrage, et le fait que la blessure soit toujours ouverte. Pourquoi réagirait-on de façon aussi passionnée s’il n’y avait pas un fait de société particulièrement injuste ? Des rumeurs, des croyances limitantes…

      Il semble que ma conclusion (le fait de se fier uniquement aux chiffres) soit passée aux oubliettes :

      – Les droitiers se disent que ça ne les concerne pas.
      – Les gauchers témoignent de leur parcours de combattant
      – Les « terre à terre » affirment qu’une recherche faite par deux scientifiques de renom est forcément plus VRAIE qu’une conclusion d’un fils de gauchère…
      – Et une mention spéciale à ceux qui me demandent d’arrêter de raconter ma vie, et de revenir à la gestion du temps !

      Effectivement. Non seulement on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut, mais la recherche elle-même, bien avant que les chiffres n’apparaissent, est souvent orientée vers une direction.

      Lorsque vous remettez un bilan comptable à un banquier et qu’il vous refuse un crédit ou une facilité de caisse. Autorisez-vous à présenter les mêmes chiffres à un autre banquier, et souriez autrement…

      Le bilan comptable peut être associé à un nouveau projet. Il n’est pas sensé en déterminer la pertinence, et encore moins les limites.

      A+

      Stéphane

      • Merci Stéphane de ce sujet, qui fait monter en conscience des gauchers leur parcours… mais aussi peut laisser sans voix les droitiers qui n’appréhendent pas tout ce qui la latéralité peut impliquer ! Rien qu’un petit jeu à leur proposer : s’exercer à écrire et tout faire de la main gauche pendant une heure… C’est drôle et cela permet de changer de paradigme.
        J’ai vécu ma « gauchitude » comme un différence de plus, pas moins que celle d’être une fille… et d’avoir bénéficié de la mixité.
        Quand à l’écriture, si personne ne vous « corrige » (ce qui est le cas en Angleterre ou aux USA) vous apprendrez naturellement à assouplir le poignet et non les cervicales, pour visualiser ce que vous écrivez.
        Plus tard, à écrire, feuille tournée, de bas en haut !
        Les statistiques manipulatrices, objet de l’article, ne sont là que pour prouver le chemin de lumière et de conscience qui reste à parcourir, libre à nous les gauchers, de l’ouvrir.
        En toute altérité,
        Sophie

  7. Je suis moi aussi gauchère contrariée, ayant commencé ma scolarité vers le milieu des années 60. Bien qu’aujourd’hui je me considère ambidextre, comme votre mère. Pourtant, si je ne pouvais cocher les deux cases, je choisirais « gaucher ».
    Je considère le fait d’être gauchère comme un atout, j’oserais presque dire une supériorité : capacités d’adaptation plus développées, plus grande aptitude à surmonter les obstacles, plus grande volonté et persévérance, plus grande créativité… En un mot : plus grande capacité à survivre. 🙂

    Assez tôt, j’ai constaté que je pouvais gagner un temps fou en dessinant, par exemple, les schémas et cartes de géographie de la main gauche, tout en prenant des notes de la main droite, un crayon dans chaque main. Quand j’ai appris l’arabe, être gauchère m’a avantagée à l’écrit par rapport aux droitiers. L’intérêt d’être droitier est très relatif, donc. 🙂 Je pourrais citer bien d’autres exemples…

    J’ai brillamment réussi ma scolarité. J’étais plus rapide, plus efficace, plus polyvalente que la moyenne. Intellectuellement aussi. Il m’a toujours semblé que je me servais plus efficacement des mes deux hémisphères cérébraux, que mon corps calleux était plus épais, donc que les connections entre ces deux hémisphères étaient plus faciles. Résultat : je suis aussi bonne dans les matières scientifiques que littéraires et artistiques. Je suis autant manuelle qu’intellectuelle. Je laisse bien souvent les droitiers sur place. 🙂

    Donc, loin de considérer le fait d’être gauchère comme une honte et un handicap, comme on aurait voulu me le faire croire, j’ai découvert par l’expérience que c’était un avantage, une force, voire une supériorité. Je n’ai jamais pensé que je n’avais pas quelque chose que les autres avaient, mais plutôt que je bénéficiais de quelque chose que tout le monde n’avait pas.

    D’où cette déduction : être « dans la norme » n’est après tout qu’être moyen. Est-ce le but ? Ce ne sont pas les gens « moyens » et « normaux » qui font avancer la société, mais les autres. 🙂

  8. Je me demande si d’autres les études ne seraient pas un peu « faussées » par les déclarations des personnes, qui, quelquefois déforment la réalité (consciemment, volontairement ou pas). Les enquêtes sur la consommation d’alcool, de cigarettes, de produits gras et sucrés, ou au contraire de fruits et légumes…? les enquêtes sur les comportements, pratiques ou opinions (personnelles, politiques, religieuses, sexuelles…)… Même si on demande aux personnes interrogées d’être sincères (l’anonymat des réponses doit aider), je pense que quelquefois, on se cache la réalité à soi-même, on minimise certains excès, on modèle notre image face aux autres. Pour des personnes qui ont été habituées à se conformer à un modèle dominant, c’est d’autant plus compréhensible.
    Mais les scientifiques qui étudient et publient ces études intègrent certainement une « marge d’erreur » non?

  9. Bonjour,
    Je suis gauchère, ambidextre, née en 1979 et j’ai su que j’étais dyslexique bien que depuis je sois meilleure en orthographe que bien des personnes! Le problème que j’avais: écriture en miroir d’où la confusion du 6 avec 9, etc… On écrit de gauche à droite dans bien des pays sauf en Asie! Je suis sûre que cela nous impose plus d’efforts qu’aux droitiers. D’ailleurs, soit dit en passant, je remarque que beaucoup de gauchers sont obligés de mettre en travers leur cahier pour écrire, du coup ils écrivent de haut en bas et cela induit des mauvaises positions physiques, maux de dos pour éviter que notre voisin triche! J’ai entendu souvent la remarque aussi que les gauchers écrivaient mal. J’ai moi-même encore souvent des maux de dos! Même les claviers sont fait pour les droitiers! Il y encore beaucoup de choses qui sont faites pour les droitiers. Quant aux ciseaux, on en trouve pas partout. de là à aller en acheter dans une pharmacie! Etre gaucher n’est pas une maladie. Et il est prouvé aujourd’hui que les gauchers ont de meilleures connexions entre l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit du cerveau voilà pourquoi on est meilleur dans certaines disciplines sportives et artistiques! En tout cas, j’ai l’avantage de pouvoir faire mon repassage avec les 2 mains, l’une après l’autre quand celle-ci fatigue.

  10. Pauline, votre commentaire au sujet des claviers d’ordinateurs m’a fait penser à un phénomène amusant : il y a une bonne quinzaine d’années, quand j’ai acheté mon premier PC, les souris sans fil n’existaient pas. Etant gauchère, j’ai donc branché la souris du côté gauche. Cet ordinateur est vite devenu « l’ordinateur familial ». Mon conjoint et mes enfants, bien que tous droitiers, ont donc pris l’habitude de s’en servir avec la souris à gauche. Aujourd’hui, chacun a son PC et pourrait donc placer la souris du côté qui l’arrange, d’autant plus que le problème de fil n’existe plus. Eh bien, non ! Tout le monde chez moi place la souris à gauche. 😀
    Preuve, s’il en était besoin, que nous avons tous la capacité de nous adapter à notre environnement et que main droite/main gauche n’est qu’une question de conventions et d’habitude. 🙂

  11. Ayant eu un très bon copain gaucher, je me suis entraîné à écrire, manoeuvrer portes et robinets, manier des ciseaux de la main gauche. Je suis pendant un temps devenu ambidextre, et j’ai sûrement perdu quelques années de vie à cet exercice 🙂
    En tout cas, toutes ces études font bien rire les musiciens qui travaillent et s’exercent à obtenir une dextérité des dix doigts des deux mains, voire des pieds quand ce n’est pas du souffle…
    Pour en venir aux « conclusions froides » (j’aurais dit « conclusions abruptes et ridicules »), j’ai eu la chance d’apprendre à croiser des fichiers, bien que je sois nul en informatique, et j’ai eu la joie de découvrir un univers nouveau à la découverte des résultats.
    Je suis aussi allé collecter les résultats bruts des sondages dont nous sommes friands d’ordinaire par souci de précision. J’ai pu jauger de la distance entre l’interprétation des résultats selon les opinions et leur source.

    Ces deux points (croisements de fichiers et données brutes de sondages) m’ont amené à ne plus mener de réflexions importantes sur un seul plan.
    Je crois maintenant que si la pensée est mouvante et qu’elle suit un cheminement (pour peu qu’elle ne tourne pas en rond), chaque constat est comme un instantané. Vrai sur l’instant, mais déjà passé lorsqu’il est formulé.
    Je veux dire en cela que chaque bilan, chaque compréhension ont une durée de vie limitée et que croire qu’ils resteront des repères pour nos décisions futures est la porte ouvertes à de futurs désarrois.

    Merci de m’avoir lu.

    • Merci pour ce commentaire, Olivier, qui s’accorde avec la vibration de mon message.

      J’aime cette idée de constat instantané, dépassé après formulation. Restent les traces… Elles sont gravées, un peu comme la vie d’un arbre peut être lue sur son écorce, ou la vie d’un terrain ou d’une montagne, peut être lu dans la roche…

      Ayant accès à plusieurs types d’intelligences et à plusieurs niveaux de conscience, notre gravure à nous, Humains, est multidimensionnelle. Notre parcours, s’il devait être inscrit de façon naturelle, ressemblerait davantage à une vue microscopique d’un cristal ou d’un diamant. Chacun ses différences. Si nombreuses, qu’elle forment une identité unique.

      Selon notre mode d’expression (écrite, orale, artistique, émotionnelle…) nous gravons en nous une histoire. Cette histoire persiste en nous et peut être reflétée à l’extérieur lorsque la lumière nous traverse. Lumière, transformée et diffusée en tous sens… Autant enrichir ses couleurs pour qu’elle donne un sens à tous les regards.

      L’intelligence, ou la sensibilité logico-mathématique est l’une des nombreuses formes d’intelligences auxquelles nous avons accès. Ne pas s’en servir serait de la pure folie, l’utiliser seule, en faisant abstraction de toutes les autres, c’est de la traîtrise… Envers soi d’abord, puisque le diamant n’est taillé qu’en surface, et envers les autres ensuite, car la lumière qui traverse le diamant est sans profondeur, et aux couleurs ternes.

      Je pense à cette danseuse, qui après des années de travail sur pointes… parvient à se maintenir dans un équilibre parfait, avec un sourire entendu à l’égard des connaisseurs… Là dessus, arrive un type intelligent, et demande au chorégraphe « n’aurait-il pas été plus simple de prendre une danseuse plus grande ? ».

      Ca peut faire sourire, mais c’est exactement ce qu’on vit parfois, dans certains contextes décisionnels. Un peu comme si le seul résultat attendu était la hauteur…

      Hissons-nous !

  12. Bonjour,

    Je trouve que l’analyse d’Olivier est pertinente. J’ajouterai qu’un
    passage dans le texte est révélateur de notre société : « Quand je peux, je coche les deux cases, et j’écris ambidextre. Quand je ne peux pas, je réponds que je suis droitière »
    Tout le problème est là : Il faut caser les gens dans un système binaire : De sexe masculin ou féminin, valide ou handicapé, de gauche ou de droite, croyant ou non croyant, blanc ou de couleur, matheux ou littéraire, …
    L’analyse aboutit à des conclusions issues de présupposés (socioculturels, religieux, familiaux) qui limitent la réflexion et l’ouverture d’esprit.
    Refusons le formatage !
    Bon weekend à tous.

  13. Bonjour,

    Je ne lis que maintenant cette lettre sur les gauchers. Moi, je suis droitière, mais une touche ambidextre.

    Je suis en revanche graphologue (étude du caractère via l’écriture en vue par exemple d’une meilleure connaissance de soi, d’une réorientation, d’une embauche) et j’ai fait une formation complémentaire de graphothérapeute. On connaît mieux les orthophonistes pas bien formés pour l’écriture même s’ils sont sensés s’en occuper, peu les graphothérapeutes qui sont unis par le GGRE 83 rue Michel Ange 75016 PARIS, 01 40 71 00 66, organisme qui permet d’être certain d’avoir affaire à une personne et graphologue, diplômée de la SFDG, Société Française de Graphologie, et diplômée pour la rééducation de l’écriture.

    Cette rééducation s’adresse aux enfants, notamment parce qu’hélas actuellement on n’apprend plus à tenir un stylo correctement (entre le pouce et l’index, l’instrument se pose sur la main entre le pouce et l’index, le majeur en dessous le maintenant), aux adultes qui n’ont jamais bien appris et en éprouvent une gêne ou suite à une maladie ou un accident.

    Ecrire devrait être un plaisir.

    La rééducation de l’écriture s’adresse aux personnes qui n’arrivent pas écrire, leur écriture n’est pas lisible ou difficilement, but premier de l’écriture, ou elle est trop lente entraînant une difficulté à suivre les cours, dictées et prises de notes, ou encore entraînent des douleurs (main, bras, dos).

    La méthode est celle codifiée par le graphologue Robert OLIVAUX, suite aussi aux travaux de Julian DE AJURIAGUERRA.

    Pour en venir au sujet de la latéralité, qui fait partie parfois de cette rééducation, la position actuelle est évidemment différente de cette contrariété qui était à une période la norme.

    On fait des tests pour vérifier que la personne est vraiment droitière, gauchère ou ambidextre. Les cas les plus nombreux sont les droitiers et les ambidextres.

    Les vrais gauchers doivent être rééduqués, bien sûr il ne s’agit que des personnes qui ont une difficulté, cela ne concerne pas tous les gauchers, en tant que gauchers, pas question de modifier la latéralité de la personne. La main, même pour un gaucher, devrait être en dessous et non tournée au-dessus de la ligne. On modifie cette position pour éviter les douleurs, toutefois si la mauvaise habitude est trop acquise, il n’est plus possible de procéder à cette modification, on rééduque au-dessus de la ligne de telle manière qu’on évite les douleurs et tensions que cela engendre. (Les bureaux penchés d’autrefois avaient du bon).

    Les vrais droitiers, comme des droitiers.

    Les ambidextres en fonction des tests et de l’intérêt (et non d’une idée préconçue) de la personne. Souvent, on débute la rééducation et avec la main gauche, et avec la main droite, au bout de quelques séances on décide en commun accord avec l’enfant, plus rarement sans doute l’adulte, de la main qui va être retenue.

    Pour ma part, j’ai suivi la formation, mais me suis vite rendue compte n’être pas faite pour ce métier. Je suis restée dans mon métier, le recrutement, depuis peu je me tourne vers des postes en expatriation. Le contact avec les candidats m’a vraiment beaucoup plue.

    Puisque vous autorisez à transmettre ce message sur les gauchers, je le transmets à quelques personnes.

    Bon week-end

    Nicole

  14. Bonjour

    J’ai lu les commentaires, je suis d’accord avec Anne-Marie
    Je suis Gaucher contrarié, j’ai 36 ans
    La société m’a fait croire pendant 20 ans que j’était droitier, pendant 8 ans j’ai été ambidextre.
    Mais ambidextre veut dire avoir deux main droite, mais aussi ça veut dire qu’on appartient à aucune caste (ni les droitiers, ni les gauchers).

    Depuis peu je peux dire que je suis fier d’être Gaucher, donc si je rempli un papier pour être employé, je notifierais que je suis Gaucher et fier de l’être.

    J’ai fais des recherches entre Lucifère et Satan.
    Lucifère veut dire en Latin ou en Grec la Lumière
    Satan veut dire en Latin ou Grec les Ténébres
    Si j’ai le choix je préfère être dans la Lumière

    Mais encore « maladroit » veut dire « mal à droite » donc si nous mal à droite je préfère être Gaucher

    Mais bien sûr il en va de tout pour la société.
    Diviser pour mieux régnier.

    Mais pour mon cas j’ai été soutenu par mes parents et mes frères qui eux sont droitiers. Puisque c’est en CP que j’ai eu une institutrice conformiste et normalienne qui m’a fais écrire de la main droite

    Bonne semaine

    Samuel

  15. Et bien, je trouve cette thèse brillante car il fallait effectivement y penser. C’est très loin d’être simpliste ou idiot ou que sais-je encore.

    Concernant l’hérédité, il faut quand-même relativiser, je suis gaucher, mes deux parents sont droitiers tout comme ma sœur. Mes grands-parents l’étaient aussi, seule une des sœurs de ma mère est gauchère. Née dans les années 50, elle a été contrariée (méthode brutale, main attachée dans le dos et coups de règle), mois, plus de chance car né dans les années 70. Mais mon grand-père, menuisier-ébèniste, s’amusait parfois à me dire qu’il allait me passer à la dégauchisseuse. Ça ne m’a jamais bouleversé et j’ai toujours considéré qu’être gaucher était un plus, un atout. Bref, le facteur héréditaire ne doit pas être si systématique, à moins que « gaucher » ne soit un caractère récessif, ce qui expliquerait la plus grande prévalence de droitiers (pour ceux que le jargon rassure).

    Enfin très intéressant en tout cas, et j’apprécie particulièrement l’esprit sous-tendant le tout par rapport aux croyances limitantes. Dites à une personne depuis son plus jeune âge que dans sa famille les hommes meurent tous à cinquante ans d’une crise cardiaque et vous verrez si lui-même, sans mourir nécessairement, ne commencera pas à avoir des problèmes cardiaques à 50 ans. Ah lala, la force de l’esprit.

  16. Bonjour, je ne sais pas si l’on peut encore commenter cet article… Pour ma part je suis un gaucher non contrarié (enfin c’est ce que dit ma mère 🙂 ) En 1968 au CP on m’a demandé d’écrire de la main droite pour plus de facilités sans doutes; Il semble qu’il ait été convenu entre mes parents et l’enseignante d’une période d’essai d’écriture de la main droite. Je ne me souviens pas réellement d’une contrainte mais je crois que j’ai obéi à l’autorité…ça commençait bien 🙂
    J’ai un sens de l’orientation lamentable et j’ai tendance à stressé en voiture pour me rendre à destination. Est-ce lié ??? . Toutes les autres activité à part l’écriture se font de la main gauche ou pied gauche (guitare, badminton, foot, bricolage) Certains événements nous incitent à nous poser des questions à un moment de notre vie et depuis 3 ans environ j’écris parfois de la main gauche dans le sens droite vers gauche : c’est un vrai plaisir; en tout cas je n’éprouve pas de résistance, ni une sorte d’effort que j’ai en écrivant de la main droite. Ma question : Le retour à l’utilisation de la main gauche dans le cadre de l’écriture peut-elle être bénéfique à l’individu ? Merci à vous.

  17. Sans vouloir avoir l’air d’insulter ta mère ou de ne pas respecter son choix, personnellement je suis gaucher et TRÈS FIER de l’être, je le revendique à voix haute et je n’ai pas honte de le dire/affirmer car j’en ai assez des différences, des archétypes et de leurs conséquences !

    Après je comprends tout à fait sa décision de préférer dire aux autres qu’elle est droitière à cause du climat en 40′ et le fait que ce soit « mieux » mais au font c’est se renier soi-même et ne pas s’assumer ?

  18. bonsoir Stéphane
    je reçois ton mail ce jour 11-01-2017, et j’allais y répondre
    et puis
    je lis les commentaires
    et retrouve ce que je t’avais écrit en 2012 -étonnant parce que mot pour mot c’est ce que je ressens encore auj. après 5 ans.
    Merci de nous ouvrir les yeux sur de nombreux sujets

  19. http://www.noisecreep.pl/lepszy-samochod-nowy-uzywany
    Buying a new or used vehicle can be a hard process if you do not know what you really are undertaking. By teaching yourself about auto purchasing before you head to the dealer, you may make stuff less difficult for your self. The following tips will help your following purchasing trip be a little more pleasant.

    Usually deliver a auto technician coupled when shopping for a whole new vehicle. Vehicle retailers are notorious for promoting lemons and you do not need to be their following target. Whenever you can not get a auto technician to think about vehicles with you, at least be sure that you have him take a look at final decision before you purchase it.

    Know your restrictions. Before starting shopping for your next car or pickup truck, determine how much you can manage to pay, and adhere to it. Don’t forget to feature curiosity about your computations. You can expect to spend close to 20 % as a payment in advance too, so be well prepared.

    Just before visiting a dealership, know what kind of motor vehicle you desire. Research most of you choices ahead of store shopping so you can determine what works best for your financial allowance and household needs. Shop around to learn simply how much you ought to pay to get a prospective car.

    Before you sign any deal spend some time to study every range, like the fine print. If you find something listed that you just do not fully grasp, tend not to signal until you have an response that you just understand. Unsavory salesmen may use an agreement to put in numerous service fees that have been not discussed.

    When you keep the preceding guidance in mind when that you just go buying a automobile, you will be prone to obtain a good offer. Investing in a auto lacks to become a frustration. Use the tips from this write-up and you will have the vehicle you would like at the great cost.

  20. Bonjour,
    Je suis née en 1949. Ma première année scolaire a été un cauchemar. Nous étions 2 gauchères dans la classe et la maîtresse nous obligeait à garder notre main gauche dans le dos et à écrire de la main droite. Elle était toujours près de nous à nous surveiller avec sa règle et nous tapait sur les doigts (de la main gauche) si elle nous surprenait à nous en servir. A la maison, mon père prenait le relais.
    Aujourd’hui, j’écris des 2 mains mais je suis restée gauchère pour tout le reste (manger, dessiner, coudre, bricoler, cuisiner, etc….).
    Mais, je bégaie quand je suis énervée ou sous le coup d’une émotion, je confonds ma droite et ma gauche, si bien que je suis angoissée à l’idée de prendre ma voiture et faire de la route au delà de ce que je connais. Si je demande mon chemin dans une ville que je ne connais pas, je ne peux plus suivre les explications, perdant totalement le fil de « vous tournez à droite, puis à gauche, etc …mon cerveau déconnecte complètement, je ne comprends plus rien.
    Quand j’étais petite, on me disait souvent que les gauchers étaient les enfants du diable. Je ne me suis jamais sentie comme les autres à cause de mes problèmes d’orientation. Les gauchers étaient très nombreux dans ma famille. Sur mes 3 petites enfants, 1 est gaucher.
    Voilà mon témoignage.

  21. Alors là je suis une vraie droitière complètement gauche de la main et du pied gauche. Ma maman 78 ans est restée effectivement ambidextre et marquée par ces scènes de quasi torture et de honte. Quelque soit le sujet je vois combien l intolerance et les idées reçues peuvent être destructrices et me mefie maintenant même des plus petites. Vive la différence.

  22. Mon ex-mari, né en 1923, est gaucher. En classe OBLIGATION d’écrire de la main droite, d’où écriture de cochon. Devenu décorateur, en créant un plan, c’était dessiné de la main gauche, et pour le texte passage à la main droite. Rigolo à observer. Il est aussi gaucher très habile de la main gauche pour bricoler, tenir un marteau, petit pour la trottinette. J’admire les gauchers qui trouvent toutes les astuces pour écrire correctement, pencher le papier, écrire de haut en bas, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *