Fixez vos objectifs

Vous souhaitez gagner du temps. Ce n’est pas un rêve ni une humeur du moment, c’est une envie ardente. Gagner du temps est tout à fait possible et pendant cette quinzaine, nous allons identifier certaines habitudes pour y apporter les changements souhaités. Parfois je vous livrerai des outils simples, ils seront applicables immédiatement et le bénéfice sera direct. D’autres fois, il faudra prendre de grandes décisions et faire des choix.

Qu’est-ce qui vous aidera à choisir ? Qu’est-ce qui va stimuler vos envies ? Qu’est-ce qui vous aidera à prendre la bonne décision au bon moment ? Ce sont vos objectifs.

Fixez vos objectifs

Notre rapport au temps peut être comparé à un rescapé sur un radeau en plein océan. Soit il s’allonge, passif, en attendant les secours, au risque de se noyer au moindre remous ou de mourir de faim. Soit il fait face à l’océan et établit une stratégie pour survivre, avec la certitude absolue que les secours viendront ou qu’une terre n’est pas loin… Qu’est-ce qui va déterminer son plan et qui canalisera son énergie ? Ses objectifs.

« mais mon objectif est simple : je veux gagner du temps ! », me répondrez-vous.

Gagner du temps ou de l’argent, perdre quelques kilos… ne sont pas des objectifs. Pour agir, vous avez besoin de raisons précises. Vous voulez avoir plus de temps POUR le consacrer à votre famille, perdre du poids POUR vous sentir mieux dans votre peau, gagner plus d’argent POUR faire construire votre maison… Votre objectif est ce qui se trouve derrière le mot POUR.

Demain je vais vous livrer un idée simple. Elle vous permettra de gagner quelques heures par semaine. Combien ? Tout dépend des raisons POUR lesquelles vous allez l’appliquer. Ces raisons vous appartiennent, personne ne peut les choisir à votre place. Parmi ces raisons, on trouve : plus de loisirs, plus de productivité professionnelle, plus de disponibilité familiale, plus de spiritualité, plus d’heures à consacrer à notre santé… Tout dépend de votre situation, votre âge, votre parcours…

Vous avez forcément des objectifs. A court, moyen ou long terme. Exprimez-les ! Vous n’avez pas besoin de les clamer en public ou de les revendiquer. Exprimez-les à vous-même !

La technique la plus simple est de prendre une feuille et d’écrire : Je veux avoir plus de temps POUR …

Mais ce n’est pas la seule. C’est surtout une question de personnalité : certains exprimeront leurs objectifs à haute voix, d’autres les chuchoteront sous forme de prière avant de dormir, d’autres encore feront des gestes devant un miroir. J’ai un ami qui s’écrit des e-mails à lui même, et ça marche ! Ce qui est important, c’est de rendre cette étape formelle. C’est un engagement que vous prenez avec vous-même. Un contrat moral qui vous permet d’ancrer ces objectifs.

Définissez plusieurs objectifs en variant les thèmes (travail, santé, famille, loisirs, etc.). Ceci rendra chacun de vos objectifs plus réaliste, car il faut un temps pour chaque chose.

Vos objectifs seront vos compagnons de route : une équipe d’experts où chacun a son rôle. Au moment de choisir entre plusieurs directions, il y aura un compagnon qui s’écriera : « c’est par là, suis-moi ! ». Si vous vous mettez en danger, un autre compagnon, vous préviendra. Parfois, c’est le découragement qui se glissera dans votre parcours, et c’est un autre complice qui vous donnera l’énergie dont vous aurez besoin pour vous relever.

Prenez le temps de rassembler vos compagnons, créez une bonne équipe, et en route !

Anaëlle CYRIL

Articles récents

Le jour où j’ai vexé ma grand-mère

Je devais avoir 8 ou 9 ans et je passais quelques jours chez ma grand-mère, à la campagne. Ce temps au plus proche de la nature m’apportait à chaque fois une joie et une énergie indescriptible.

Seule enfant de la maison, j’étais chouchoutée et ma grand-mère passait beaucoup de temps à cuisiner pour le plaisir de tous. Alors qu’elle passait les pommes de terre au presse-purée pour le repas du midi, je me suis entendue dire avec toute l’énergie et l’enthousiasme qui me caractérisaient :

– Oh, j’adore la purée ! À la maison, on mange de la Mousseline !

Je me suis décomposée intérieurement à mesure que les mots sortaient de ma bouche : je savais, j’avais pressenti que j’aurais mieux fait d’être en ce moment même en train de me suspendre à mon arbre favori. Ça n’a pas loupé. Elle a levé les yeux vers moi, a stoppé ce qu’elle était en train de faire et a affirmé (très haut et très fort) :

– Ah non ! Mousseline, ce n’est pas de la purée ! Ça, c’est de la purée !

D’un point de vue objectif, la purée déshydratée et la sienne peuvent toutes deux être nommées “purée”. De son point de vue, subjectif, seule la purée entièrement faite maison pouvait prétendre à cette appellation. Sa purée, sa création, est la seule qui a de la valeur ! Les efforts fournis pour choisir les pommes de terre, les éplucher, les cuire, les passer au presse-purée sont incomparables à quelques flocons réhydratés.

Sans le savoir à l’époque, je venais de vivre une magnifique expérience de psychologie sociale qui vient confirmer ce que nous vivons toutes et tous à différents moments de notre vie et à différents degrés.

Nous sommes tous biaisés !

Si le «Do It Yourself» (Faîtes Le Vous-même) a autant le vent en poupe ces dernières années, c’est en raison d’un biais nommé l’effet Ikea. Il se manifeste par le fait de valoriser ce que l’on a construit de ses propres mains et par l’effort personnel fourni pour cela. La métaphore concernant Ikea, vient du fait que beaucoup de gens qui montent leurs meubles étape par étape, et le voient se compléter sous leurs yeux, pensent vraiment, une fois l’oeuvre achevée, que leur commode Gübruüuk est un modèle unique… Or dans le monde extérieur (c’est à dire celui qui se situe hors de leur tête), il y une multitude de commodes Gübruüuk strictement identiques…

Vous pensez que vous avez une bonne immunité contre ce type de leurre ? C’est ce que je croyais moi aussi… Mais il faut se rendre à l’évidence : mes tartes aux pommes et mes fondants au chocolat sont sans commune mesure avec ceux du commerce… Et je ne vous permets pas d’en douter !

Même si vous ne vous essayez pas à la couture, même si vous ne fabriquez pas votre propre lessive, même si vous n’êtes pas adepte de l’origami, l’effet Ikea prend parfois des formes plus fourbes et viendra biaiser votre esprit… L’effet Ikea est là !

Dans le monde professionnel :

  • Julie est salariée. Une restructuration menace son poste. Elle se bat corps et âme pour le sauver, et elle y parvient ! Cependant, bien que cet emploi ne lui corresponde plus vraiment, elle a le sentiment qu’il est parfait pour elle en raison des efforts déployés pour le conserver.
  • Nicolas a créé une entreprise à partir de rien. Pour développer son affaire, il a passé un temps précieux et a déployé une énergie impressionnante. Il s’est personnellement endetté lorsqu’elle était à la limite de la liquidation judiciaire. C’est pour cette raison qu’il a été anéanti lorsque le juge, puis le liquidateur ont déclaré qu’elle ne valait rien ! Elle était cuite, et elle allait passer dans le presse-purée comme des milliers d’autres cette semaine-là…
  • Émilie a développé un super logiciel pour son entreprise. Mais voilà que TotoSoft vient de sortir un logiciel bien meilleur, qui couvre non seulement les besoins auxquels elle a pensé, mais propose des innovations à couper le souffle… Émilie s’accroche à son logiciel car l’effort qu’elle a fourni lui laisse croire que le sien est meilleur.

Dans la vie personnelle :  

  • Laurent a construit une relation avec difficulté, et chaque jour il doit relever de nombreux défis pour la maintenir. Même si elle ne lui apporte aucun bonheur, il s’y accroche…
  • Kim surévalue financièrement son oeuvre parce qu’elle lui a donné du fil à retordre. Mais au seuil de la vente elle lui réattribue une valeur telle, que les acheteurs potentiels finissent par se sauver…
  • Christelle met régulièrement de l’argent dans une tirelire afin de s’offrir un voyage à Tahiti. Elle persévère durant des années en se privant de bien d’autres choses tentantes. Même si elle part en voyage organisé identique à celui que François a gagné dans un concours Meule d’Or, Christelle aura le sentiment d’être au Paradis, tandis que François sera en Polynésie Française…

Il est difficile de se défaire de ce biais, comme de beaucoup d’autres. La raison est simple : c’est ce qui nous rend humains ! Un robot n’a pas de biais, il est programmé pour être le plus efficaces possible. Mais pour un être-humain, renoncer à un biais, c’est renoncer à sa part d’humanité… La proposition du coaching n’est donc pas de se débarrasser de tous ses biais en se disant qu’on est idiot ! Bien au contraire, l’idée est de vous servir des biais auxquels vous êtes sensibles pour vous motiver ! Il y a différentes techniques (en fonction des biais), mais l’idée est toujours la même : trouvez la VALEUR que ce biais veut mettre en évidence, et sublimez cette VALEUR.

Le fait d’avoir conscience de l’existence de ce biais (et de beaucoup d’autres) est important notamment lorsque l’on se questionne sur ce qui a de la valeur à nos yeux, sur la direction que l’on souhaite donner à notre vie ou dans un processus de prise de décision.

Servez vous de vos biais !

Si l’effet IKEA peut être un frein, il est également, comme tout biais cognitif, un outil dont on peut se servir s’il est utilisé consciemment. Faîtes en un allié qui, sous contrôle, permettra un passage à l’action plus pertinent.

En formation

Si vous suivez une formation et que l’on vous demande d’établir vos propres recommandations sur le sujet de la formation, votre formateur utilise cet effet Ikea ! En effet, votre motivation à y adhérer sera bien plus grande que si ces recommandations vous ont été livrées finalisées.

De la même manière, dans le Développement Personnel, usez et abusez de l’appropriation. Construisez vos solutions et adaptez les outils proposés selon ce qui vous convient le mieux, en fonction de vos besoins.

Avec vos enfants

Vous souhaitez que vos enfants mangent des légumes plus souvent ! Alors, laissez les être créatifs et acteurs dans la préparation des repas. Bon, ça reste des légumes alors il faudra être patient et avoir des exigences adaptées en terme de quantité ingérée. Mais, si vous les laissez décorer leur pizza au fromage avec des légumes préalablement découpés, ils devraient en manger davantage que s’ils n’avaient pas pris part à cette conception. Attention, les expériences menées sur ce sujet démontrent que l’Effet Ikea s’applique seulement à partir de 5-6 ans. Avant, il faudra user d’autres techniques, comme faire l’avion 🙂

La Gestion de votre temps

Vous souhaitez mieux organiser vos journées, vos semaines, votre avenir ? Alors, cessez de parler de la gestion “du” temps pour vous orienter vers la Gestion de VOTRE Temps. Si vous vous surprenez à utiliser votre agenda de travers (donc en biais), en ajoutant des cadres et des post-it, ou en tentant, tant bien que mal à caser des choses qui ne sont pas proposées en «standard», alors il vous faut un outil spécifique : construisez votre propre Gestion du Temps !. Le Bullet Journal est l’outil idéal de ceux qui ont conscience que leur temps est leur capital le plus précieux. Cet outil (et toutes les techniques qui vont avec) vous permettra d’accorder davantage d’attention à votre temps : vous allez concevoir une pièce unique, la vôtre !

A vous de jouer

Il est temps pour moi de cesser ces propositions prémâchées pour vous inviter à explorer vos propres effets Ikea : commencez par reconnaître le biais, non pas pour le rejeter, mais pour identifier la valeur à laquelle il veut vous connecter… Derrière le symbole que votre biais tente de défendre tant bien que mal, vous trouverez la chose symbolisée, celle vers laquelle tout votre Être aspire…

Si vous avez le sentiment qu’en montant un meuble Ikea vous venez de faire quelque chose d’exceptionnel et d’unique, il y a de fortes chances qu’en fabriquant réellement un meuble unique, vous viviez un moment extraordinaire. Vous avez l’âme d’un menuisier, voire d’un architecte d’intérieur, et les meubles en bois mélaminé biaisent votre esprit pour vous permettre de garder le contact avec quelque chose qui (apriori) est inaccessible.

En identifiant le biais qui vous leurre, vous pouvez transcender votre vie. Il pourrait s’agir d’une réorientation de carrière comme d’une simple attitude qui améliore votre relationnel… Ce qui va ajouter de la couleur à votre existence, c’est l’identification de votre biais intérieur, puis l’énergie que vous mettrez pour faire apparaître quelque chose que le monde extérieur trouvera incontestablement unique !

Aujourd’hui, il me paraît évident que la purée Mousseline ne mérite pas l’appellation de purée si je dois la comparer à celle de ma grand-mère… Le moindre grumeau d’une vraie pomme de terre qui échappe au presse-purée a beaucoup plus de charme (et de goût) que 3 flocons collés qui n’ont pas fondu correctement et qui vont rester en travers de la gorge… Evidemment, ce que je dis-là n’est valable que si la cuisine faite maison est une VALEUR.

Je vous invite à commenter ci-dessous en livrant ce qui vous vient facilement à l’esprit et qui pourrait améliorer votre quotidien suite à une simple prise de conscience, sachant que si vous avez un projet ambitieux qui mérite un accompagnement professionnel, Stéphane comme moi sommes à votre service pour entrer dans les méandres des biais qui sont à la hauteur de votre génie.

Isabelle

  1. L’aversion à la perte 13 Réponses
  2. Jugement hâtif 37 Réponses
  3. Rien ne dure 5 minutes 21 Réponses
  4. Une grande leçon dans un petit psaume Laisser un commentaire
  5. Le Sentiment de Légitimité 23 Réponses
  6. Le syndrome de l’imposteur – préambule 22 Réponses
  7. La Légitimité d’agir… 12 Réponses
  8. Chaque chose à sa place 19 Réponses
  9. Ce que tu veux :D 20 Réponses