Il est encore temps

Connaissez-vous le paradigme «Il est encore temps ?»…

Il est très différent de celui de la «dernière chance», parce qu’il s’adresse à un public différent. C’est une pratique commerciale facultative, qui s’apparente soit à la clémence, soit à la faiblesse. Je vais vous expliquer pourquoi on l’utilise si souvent, mais avant tout, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’il est encore temps de participer à l’opération «payez ce que vous voulez».

Jusqu’à ce soir 23h59
(mercredi 10 avril 2013)

Clémence ou faiblesse ?

Suite à mon message d’hier, il y a eu du mouvement. La pression que j’ai exercée, même si j’en ai décrit tous les principes a donné des résultats. C’est toujours très en dessous des attentes initiales, mais c’est bien au dessus des premiers chiffres. Cependant, parmi les personnes qui veulent participer, il y en a beaucoup qui n’ont pas les moyens de le faire. Je veux les aider !

Attention ! Je ne parle pas de moyens financiers. J’ai déjà été fauché dans ma vie, endetté jusqu’à la moelle, menacé de toutes parts, visité par des huissiers, fiché Banque de France, jugé dans des tribunaux commerciaux et administratifs… mais j’ai toujours trouvé 3 euros pour les choses qui me tenaient à cœur. Au pire des cas, je les demandais à un proche. Lorsqu’on ne peut pas payer 3 euros pour une chose IMPORTANTE qui a de la VALEUR, c’est que d’autres moyens manquent… Alors parlons-en.

Avez-vous les moyens ?

Sophie m’a écrit : Je n’ai pas de CB pour payer en ligne. Il s’agit donc d’un moyen de paiement, et non d’un problème d’argent. C’est une belle approche de la question de MOYENS. Merci Sophie pour cette Sérendipité. Votre message est le meilleur exemple que je puisse donner en introduction.

Je vous rassure ++prenom++, après m’avoir écrit Sylvie a quand-même cliqué sur le bouton PWYW. Elle est allée jusqu’au bout de la manœuvre, constatant que le paiement par chèque était possible. J’ai enregistré sa commande, et je recevrai probablement son chèque avant la fin de la semaine. Toutefois, je me demande combien de personnes CROIENT encore qu’il est impossible de payer par chèque. Ca mérite un peu de clémence.

Continuons :

Jean-François a découvert le message de la dernière chance à 2h00 du matin, après son travail ! Il est désolé (et aussi légèrement fâché), parce que je l’ai prévenu trop tard. Ici nous sommes face à un manque de moyens temporels. Je ne lui ai pas laissé le temps de réagir, car son mode de vie est «décalé» par rapport aux autres. Je vous rassure, j’ai également accepté son paiement, tout en lui rappelant que l’opération a commencé il y a un mois. Jean-François a admis qu’il n’en a saisi l’importance qu’au pied du mur… CQFD.

Le champ des possibles

Un autre exemple, plus drôle, mais j’affectionne particulièrement ce type de comportement, parce qu’il nourrit le système. C’est lié au champ des possibles et également aux faits de société. Hervé voulait payer le juste prix. Ni plus ni moins ! Il m’a écrit ceci :

«Je voulais payer 9 euros, mais c’est impossible. Dans le formulaire vous proposez 3, 4, 5, 7 puis 10 euros !»

Remarquez l’usage de l’imparfait : il voulait payer, mais il n’a pas pu… Et c’est visiblement à cause de mon manque d’ouverture… Je lui ai répondu : «4+5=9». C’est le mail le plus court de ma vie ! Et c’est efficace : il m’a bien payé en 2 fois !

Bertrand voulait payer 30 euros en 3 fois sans frais. Je n’ai pas prévu cette option dans le paiement en ligne. Je lui ai répondu qu’il pouvait passer sa commande dans les délais, puis m’envoyer 3 chèques de 10 euros. Il suffit d’écrire la date d’encaissement souhaitée au dos de chaque chèque, et ABRACADABRA !

Patrick m’écrit : «Alors-là, vous me décevez, on dirait que vous êtes en train de faire la manche dans les rues piétonnes…»

Je vais vous expliquer quelque chose : il y a une différence de sémantique (de sens) entre PAYEZ et DONNEZ. Dans votre critique, vous m’observez comme quelqu’un qui veut des résultats financiers uniquement. Mais c’est votre perception de l’opération, malgré tout ce que j’écris…

J’ai bien d’autres objectifs. Je pense que vous êtes quelqu’un de généreux et d’altruiste. C’est pourquoi vous voulez DONNER au lieu de PAYER, faisant abstraction de ma véritable demande. Mais je ne veux pas de DONS. Je délivre des factures, pas de reçus CERFA. Si vous voulez faire des dons, appelez le 110 (il est encore temps), ou n’importe quelle association qui défend vos valeurs. Je n’ironise pas, je vous encourage à le faire. Ce n’est pas du tout le même argent. Cet argent là est dans vos moyens.

Maurice m’a écrit : «Si je paye en CB, vous pourriez garder le numéro pour me débiter à mon insu… Qu’est-ce qui me garantit que je paierai seulement CE que je veux ?»

Maurice est intelligent : il utilise mes propres mots pour en jouer. malheureusement, il manque d’un moyen essentiel pour devenir client : LA CONFIANCE !

J’ai répondu ceci :

PAYPAL ne me communique pas votre numéro de CB, l’arnaque que vous évoquez est impossible parce qu’il y a un TIERS DE CONFIANCE entre l’acheteur et le vendeur (vous payez ce que PAYPAL affiche à l’écran)… Est-ce suffisant pour vous rassurer ? A votre place, je répondrai NON, parce que finalement, je pourrais vous raconter n’importe quoi ! A ce stade de notre relation, je ne peux rien faire pour vous. C’est uniquement une question de CONFIANCE, et ça vous regarde !

CONFIANCE et «biais cognitif»

Ce n’est pas la première intervention de Maurice, qui me lit depuis plus de 3 ans. J’ai pu remarquer qu’à chaque fois qu’il intervenait, c’était autour du manque de confiance… Ce qui lui donne le mérite d’être franc, car la plupart des gens qui manquent de confiance ne le montrent pas. Ils utilisent ce qu’on appelle un «biais cognitif» pour argumenter autour d’autres sujets.

Lorsqu’une personne vous dit qu’elle n’a pas les moyens, et vous sentez que le problème n’est pas lié à l’argent, pensez à à la CONFIANCE et tout ce qui pourrait vous permettre d’augmenter ce Capital. Le but n’est pas forcément de changer la perception de cette personne, mais en écoutant attentivement ses doléances sous le prisme de la Confiance, vous pourrez préparer un argumentaire qui vous permettra de vous adresser à d’autres personnes. Des interlocuteurs qui ont juste besoin de plus de confiance en vous, en votre produit, en votre méthode, et en eux-mêmes. Même s’ils parlent d’argent, une réduction des tarifs ne servirait à rien. Ni aucune autre contorsion tarifaire…

D’autres fois, on utilisera des prétextes liés au TEMPS. Mais si vous observez bien vos comportements et ceux de vos proches, vous verrez que le MOYEN le plus efficace, et malheureusement le moins facile à mettre en valeur, c’est la CONFIANCE.

La CONFIANCE libère du TEMPS !

Lorsque je me dis «c’est trop cher !» ou «je n’ai pas le temps !», je pense au biais cognitif, et ensuite, je crée des liens avec la Confiance intérieure et extérieure. Cette Confiance, qui porte différents noms, selon le contexte (Foi, sentiment de Sécurité, Instinct de survie, Courage, Enthousiasme, Etayage, Confiance en soi…).

La CONFIANCE est votre meilleur moyen. Elle donne accès à une multitude de possibles.

Si vous pensez que vous avez acquis un nouveau moyen depuis le début de cette lecture, je vous invite à participer à l’opération «payez ce que vous voulez». Mais après cette extension temporelle d’une journée, comprenez que si je poursuis l’opération, je ne serai plus crédible… Auriez-vous confiance en une personne qui n’est pas crédible ?

Il est encore temps d’avoir Confiance :

PAYEZ CE QUE VOUS VOULEZ !
Payez ce que vous voulez

A++

Stéphane SOLOMON

Vous pouvez commenter cet article en cliquant ici

15 réflexions au sujet de « Il est encore temps »

  1. Stéphane

    Le Patrick de ce Blog/Post n’est pas moi ;-))

    Qu’est-ce qu’on s’amuse!..j’ai confiance, je pense qu’on reste tant qu’on ne clique pas sur « vous avez la possibilité de vous désinscrire à tout moment en cliquant ici» en bas de votre email.

    Je mets ce post surtout pour cliquer (cocher) ci-dessous « Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont ajoutés  » car j’aime suivre le fil des échanges…

    A Bientôt
    Cordialement
    Patrick

    • Bonjour Patick,

      Non, ce n’est pas le même Patrick… Mais quelle idée de t’appeler comme lui ! 😉

      L’une des sérendipités que je récolte est effectivement un taux de désinscription supérieur à la normale.

      Comme ça fait longtemps que je voulais (re) parler de l’auto-sélection / auto-exclusion. Ca me fait un article de plus (voire 2).

      Mais ce qui est surtout très important, c’est l’augmentation de ma délivrabilité. Je t’explique :

      L’air de rien les mails que j’envoie vers des webmail comme gmail, yahoo, voilà, etc. sont surveillés par des robots. Par exemple, lorsque j’envoie 500 messages à des adhérents de gmail, le robot de gmail sait qu’il s’agit d’un envoi en masse, et il y a automatiquement une présomption de culpabilité qui me place parfois en SPAM.

      Lorsque les adhérents cliquent sur « ceci n’est pas un spam », je gagne en crédibilité pour les envois suivants. Lorsqu’ils laissent le mail dans cette zone, je perds de la crédibilité.

      Ca c’est la base. Et c’est logique. On peut même remercier gmail pour ce travail. Mais ils ne s’arrêtent pas là. Ils ont des statistiques sur tous types de comportements. Par exemple, si une personne lit juste l’intro du mail et l’efface au bout de 20 secondes, ils le savent ! Ils ont des stats en fonction du nombre de caractères du message, et du temps passé à l’écran. Ils savent également si on clique sur mes liens pour accéder à mon site. Ils en savent plus que moi sur mon propre fichier ! En fonction de leur stratégie (secrète) ils me donnent une note de BON ou de MAUVAIS mail-marketeur…

      Ensuite, mais mails arrivent (ou pas) dans certaines boites (même des boites d’autres fournisseurs, car mon score est partagé, comparé, vendu, etc.).

      C’est le prix de la gratuité de gMail. Et encore, je n’en décis qu’une toute petite partie.

      Ca signifie que plus j’écris à des gens qui ne me lisent pas, qui me suppriment, qui me qualifient de spammeur, qui ne cliquent pas sur mes liens, etc. plus je suis qualifié de mauvais ! La conséquence :

      – Ceux qui aiment me lire pourraient rater de nombreux messages (non délivrés ou placés en spam par les robots)
      – Les nouveaux arrivants qui sont sensés recevoir un message par jour, n’en reçoivent que 2 ou 3 par semaine

      Il est donc important que je n’écrive qu’aux personnes intéressées. Vraiment intéressées !

      Bien sûr, je pourrais écrire un message à tout le monde, en demandant de faire un effort pour me donner un super score. Mais si je dis pourquoi, il y aura forcément des lecteurs qui vont profiter de l’occasion pour me classer « mauvais ». L’occasion de me donner une leçon ! Parce qu j’ai osé faire un hommage à Steve JOBS ou parce que j’ai parlé de TF1 ou d’AMAZON… C’est inévitable. Donc la seule solution est d’écrire des e-mails qui impressionnent les plus intéressés et qui font fuir les autres, progressivement.

      Je ne garderai que la crème.

      Gratuit ou payant, peu importe.

      Après quoi, j’aurai un score insolent de « gentil garçon »… Et je pourrai enfin évoluer.

      Le comportement de mes lecteurs fait partie de mon fond de commerce.

      A+

      Stéphane

  2. Je trouve aussi ce thème de plus en plus amusant et suis impatient de voir quelle sera la prochaine pirouette…

    « Comprenez que si je poursuis l’opération, je ne serai plus crédible… »

    Crédible en tant que coach ou en tant que commercial ? 🙂

    • David,

      On se se connaît pas mais vous me donnez l’occasion de réagir (pour la forme, pour en discuter) sur le style parfois « direct’ (volontaire ou pas) de certains blogueurs (d’ici ou d’ailleurs).

      Vous/Tu ne mets plus/pas d’entête « Cher Stéphane ou Chers Tous » et tu ne signes pas « A+ » ou « Cordialement » ?

      Plus de temps? Pas dans le paradigme de communication « d’aujourd’hui »?

      Est-ce mieux d’être commercial (est-ce péjoratif, l’argent, la manipulation) ou coach (manipulation, argent)? Vous/N’es-tu pas toi-même un manipulateur, coach, formateur ? Qui sait ? Pas de lien, un anonyme masqué offensif, inoffensif, direct..

      Ce post est trop court, je provoque pour une réponse plus élaborée. Es-tu un gentil, un ironique, un agressif, un taquin, un provocateur, un sournoi, un complice, un blagueur, un time-coacher de la première heure, un fan d’auto-coaching, un procrastinateur du PWYW, un accro du tout gratuit.. qui es tu?

      Moi je suis tout ça!

      Ami Calmant
      @++
      Patrick

      • Hello Patrick,

        Tu n’es pas un TIME-COACHER de la première heure, et David non plus. Je n’enverrai pas ce genre de mails à de nouveaux arrivants. Il faut d’abord qu’ils acceptent de se faire manipuler consciemment.

        Je dis ça, parce qu’il y a une quantité non négligeable de lecteurs qui croient que j’ai le pouvoir de créer des journées de 30 heures. Et comme le seul moyen que je vois de faire ça, c’est de déléguer, je suis bien obligé de changer leurs paradigmes «anti-délégation» autrement appelé le «paradigme de la gratuité» (je fais tout, tout seul comme ça je gagne de l’argent).

        Mener un projet comme PWYW, est un vrai casse-tête relationnel. Il n’y a pas de méthode pour ça. Par contre, il y a beaucoup à découvrir en live.

        C’est un peu comme si chaque lecteur de cette série de mails me déléguait ce travail, et observait les résultats.

        Tu me diras que tu es salarié et que David n’est peut-être pas dans les affaires. Il n’y a donc aucune raison pour que vous me confiiez cette mission.

        Et pourtant ça vous intéresse ! Pourquoi ?

        Ce n’est pas pour le côté reality-show, je n’ai même pas montré une cuisse.

        Alors pourquoi ?

        A+

        Stéphane

      • Bonjour Patrick,

        Désolé de couper court à toutes tes questions et de ne pas te faire une réponse aussi longue que ton message : prends ca comme un choix de gestion du temps.

        Concernant la forme « directe » de mon message qui te surprends, je dirai juste que mon paradigme sur ce point diffère du tien : le mien est hérité de la fréquentation régulière de forums en anglais, ou l’usage est de rentrer dans le vif du sujet sans s’embarrasser de formalités. Je ne sais pas si ce paradigme est plus ou moins « d’aujourd’hui » que le tien.

        Concernant le sens de ma « taquinerie », je pense que Stéphane l’a bien saisi : invoquer la crédibilité après tout ce qui précède m’a fait sourire, et je voulais le titiller sur ce point. Peut-être l’objet d’un prochain billet ?

        Amicalement
        David

        • Ah… David a bien compris que c’est en me critiquant qu’on devient célèbre !

          Mais comme le fait de VENDRE des produits ou des services ne m’a jamais dérangé, il va falloir me titiller un peu plus !

          Paix intérieure ! Le meilleur est à venir…

          Stéphane

    • Bonjour David,

      En tant que business-coach, bien-sûr ! LES DEUX !

      Ceci dit, j’attire votre attention sur le fait que dans ce processus, je ne suis pas votre coach. C’est vous qui faites votre coaching grâce à mes outils et mes techniques.

      Je vous confirme que je VENDS des programmes d’auto-coaching, pour que vous puissiez évoluer dans ce domaine.

      ACHETEZ ! 😉

      Merci pour cette réaction,

      Stéphane

  3. Bonjour Stéphane,
    Pour répondre à votre réponse à Patrick, effectivement cette saga est passionnante, très probablement aussi parce que nous sommes quelques uns à sentir le potentiel du PWYW, sans savoir trop où ça va.
    Mais c’est tellement plus tranquille de vous observer faire ! En plus vous expliquez tout ! Et gratuitement en plus ! C’est peut-être juste trop beau pour être vrai.
    Mais je voudrais vous demander : vous connaissez certainement la télé de Lilou ? Si j’ai bien compris, elle fonctionne en grande partie grâce à des « dons ». Elle appelle cela des dons en effet, pourquoi dans son cas cela serait des dons et pas dans le votre ? .
    Je crois qu’il y aussi des sponsors en + dons, mais je n’en suis pas sure.
    Est-ce qu’on est sur une démarche similaire ou pas ? Hormis le fait qu’elle diffuse sur le web pour tout le monde, alors que vous vous adressez à un votre public par mail.
    Merci pour tout cela, c’est effectivement passionnant.
    Je n’ai pas payé pour ma part car je suis une « riche fauchée ». C’est à dire que là maintenant je compte effectivement à l’euro près et c’est pour me nourrir et tous les obligatoires qui partent tout seuls (edf etc.), mais que je fais tout ce que je peux pour que cette situation se transforme.
    Et puis c’est vrai qu’il est plus difficile de mesurer l’apport de time coach gratuit (une sorte de de fluide qui ne s’interrompt jamais) que de celui des programmes payants, qui sont beaucoup plus porteurs je trouve. Par contre time coach est très drôle et particulièrement plaisant à lire, et ça ça n’a pas de prix !
    Merci et à bientôt,
    Myriam

    • Bonjour Myriam,

      Eh Oui.. Ce PWYW est un programme. Un véritable parcours que je pourrais vendre à ceux qui y voient une valeur. Merci de le remarquer. Rassurez-vous je suis récompensé de mon efforts ! Et c’est assez beau pour être vrai.

      La télé de Lilou est un bon média, très différent du mien par la cible visée (c’est plutôt réservé aux particuliers). Il n’y a donc aucune facturation et que des dons. Ca rejoint son courant de pensée : prenez ce qu’on vous donne et laissez le reste… Je suis d’accord avec elle sur bien des points, mais j’y ajoute une pointe d’action (car je m’adresse aux professionnels – qui sont aussi des particuliers -). D’ailleurs, elle est hyper-active !

      J’adore son idée : en publiant son livre « Je n’ai pas d’argent et ça me plaît… », elle a fait un coup génial ! Il y a une multitude de gens qui sont prêts à payer 25 euros pour vivre fauchés et heureux. Mais s’ils suivent les recommandations du livre, ils accéderont à plus d’aisance financière, car ce qu’elle met en avant, c’est la RICHE-ATTITUDE. Je m’incline… J’admire !

      Lilou a également sa newsletter. Il suffit d’entrer dans le flux, et vous recevrez beaucoup de choses gratuites (avec des invitations à acheter des livres, des CD, des conférences, etc.).

      Concernant la puissance des programmes payants, j’ai un truc drôle à vous raconter : la seule demande de remboursement de PENSEE++ a été motivée comme suit :

      – Je suis déçue par le contenu de votre formation (sic !) parce que je connaissais déjà tout ça, j’ai même l’impression de régresser. Je trouve que vous donnez beaucoup plus gratuitement que dans les programmes payants !

      A présent, elle peut payer ce qui a le plus de valeur pour elle.

      Mais vous Myriam, vous n’êtes pas concernée par le PWYW. D’ailleurs, je suis sûr que lorsque je lancerai le prochain programme payant, vos finances s’arrangeront, et vous pourrez vous inscrire, comme d’habitude…

      A++

      Stéphane

  4. Bravo!
    ça dérange certains… pas moi!J’aime le principe, et le coté didactique de vos propos.Le plaisir de lire la chronique quotidienne n’a pas de prix!.Effectivement, le fait de payer indique l’interêt porté par le « payeur ».
    Le prix s’oublie… la qualité reste!(à méditer)
    Eddie

  5. Chers Tous
    (Dear All..même en anglais on dit quelquechose avant ;-))
    Et si on comparait nos dates d’arrivées dans TIME-COACH pour savoir si je suis (ou pas) un time-coacher de la première heure (au sens figuré).

    J’ai reçun un mail + une offre gratuite pour TIME-COACH le 7 Octobre 2010 à 13:19 et je me suis inscrit « pour voir » à partir du 11 Octobre 2011!

    Et vous ?

    Cordialement
    Patrick

  6. Je ne comprends pas le fonctionnement que vous avez choisi et pourquoi cette date de fin : quand vous avez mis le PWYW, je pensais que je pourrais donner ma participation au fil de l’eau, lorsqu’un message m’aura semblé particulièrement utile. Pourquoi ne pas nous laisser réagir financièrement en fonction des articles ? J’avoue que dernièrement ça me parlait moins, donc je ne suis pas motivée maintenant.
    (nb : je ne vais pas m’abonner aux post de ce blog pour ne pas être spammée à chaque intervention, donc si vous voulez que je lise votre réponse, merci d’utiliser une autre moyen)

    • Bénédicte,

      Vous avez tout compris. Je n’ai jamais dit que vous ne pourrez pas payer après la fin de l’opération… Au contraire, vous aurez tout votre temps, puisque ce lancement est terminé. Et comme vous le voyez, le formulaire est toujours là.

      Je pensais juste qu’il vous était possible, au moment du lancement, de payer l’un des 150 articles que vous avez reçus, et surtout, face aux diverses autres valeurs énumérées (solidarité avec les nouveaux arrivants, gratitude envers ceux qui vous on précédés, ou tout simplement un encouragement – de 3 euros -), de ressentir un certain élan.

      Mais j’ai confiance ! Je trouverai vos valeurs motrices. Pour le moment, dites-vous que je parle aux lecteurs à qui ça parle.

      Je vous envoie un mail, comme demandé (quel autre moyen voyez-vous ?)

      A++

      Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *