Je n’ai pas dormi de la nuit !

Je n’ai pas dormi de la nuit ! Ou presque pas…

En lisant cette phrase, vous vous dites peut-être «pauvre Stéphane, qu’est-ce qui a bien pu lui arriver…». Et vous entrez dans une empathie que je qualifie d’empathie du perdant, dans la mesure où le but de votre lecture est d’apprendre pourquoi j’ai PERDU une nuit de sommeil.

Or en réalité (dans ma réalité), toutes ces heures, je les ai GAGNEES ! Cette nuit, j’ai mené concrètement des actions importantes, et  ce matin, je me suis senti fin prêt à reprendre une activité pleine d’entrain. Je ferai certainement une sieste cet après-midi. J’ai la chance de pouvoir aménager 2 heures de mon temps chaque jour, comme je le souhaite.

Alors maintenant que le problème physiologique est également résolu. Voyons pourquoi je n’ai presque pas fermé l’œil de la nuit :

Hier, mes «15 minutes de direct» ont duré 45 minutes !!! Il est hors de question que ça se reproduise ! Personne ne me dira qu’il s’agit de 30 minutes de trop, car le contenu est pertinent. Mais que ce soit en direct ou en replay, lorsque vous avez aménagé 15 minutes de votre temps, il est complètement irrespectueux de ma part de vous retenir davantage. L’écart entre le prévu et le réel est trop important !

Résolution

Pour résoudre ce problème (visiblement récurrent), j’ai commencé par regarder mon émission 3 fois pour y repérer les «incidents»… C’est là que je me suis rendu compte que si l’émission avait duré un quart d’heure, la regarder 3 fois m’aurait pris 45 minutes au lieu de 2h15 ! Mais au bout de l’effort, j’avais en mains la liste complète de tout ce que je devais surveiller et corriger lors de mes prochains «live».

Ce n’est pas tout : bien décidé à épargner le temps des centaines de personnes qui regarderont cette émission en rediffusion, je me suis lancé dans un montage pour garder l’essentiel. Si vous avez déjà fait ce genre de choses, vous savez à quel point le sacrifice est délicat et le choix est complexe. Heureusement, la liste établie préalablement m’a été d’un grand secours lors de mes prises de décision : j’ai supprimé tout ce que j’ai considéré comme «accidentel» . Même si ce que j’ai coupé était hautement intéressant, je pourrai le redire lors d’une prochaine émission. Ce n’est pas perdu !

De ce fait, j’ai le plaisir de vous inviter au replay de l’émission d‘hier, qui dure entre 15 et 16 minutes…

A ce stade de votre lecture, vous avez peut-être envie de me dire :

«Stéphane, votre tambouille interne, on s’en fout ! Vous avez écrit toute une page pour m’inviter à votre émission… Vous auriez pu le faire en une ligne ! Votre nuit blanche n’intéresse que vous ! Vous voulez que je vous raconte ma nuit ???»

Auto-Coaching

En pratique vous avez raison ! Mais rappelez-vous que vous êtes dans un programme d’auto-coaching. Ce qui signifie que tout ce que j’ai écrit ci-dessus a du sens dans le cadre de votre inscription, et est destiné à vous inspirer pour vos propres actions :

  • Aménagez votre temps en fonction de votre mission de vie
  • Respectez le temps des personnes qui apprécient votre travail
  • Lorsque vous entamez un projet, réservez du temps pour les actions correctives (surtout au début)
  • Enregistrez quelques séances de travail, afin de vous observer, et d’améliorer votre performance en jugeant sur pièce
  • Listez les incidents auxquels vous êtes sensibles
  • Utilisez cette liste concrètement lors de vos prises de décision
  • Tout ce que vous avez vécu a du SENS, et si vous ne pouvez pas l’utiliser sur l’instant, c’est réutilisable dans le futur. Gardez en la trace…

Voyez ! Il suffit de me lire en bon Auto-Coach, et soudainement, ce n’est plus ma vie que je raconte, c’est la vôtre que j’inspire…

Je vous souhaite une bonne inspiration ! Que vous alliez ou non voir le résultat de mon travail nocturne, ce que vous venez de lire est bien plus important pour vous.

Qu’en pensez-vous ?