Ken Robinson : Comment échapper à la vallée de la mort de l’Education

Voici une vidéo de Sir Ken ROBINSONS lors de son intervention au TED 2013. Ken ROBINSON est une référence internationale en matière d’Education et de Pédagogie. Enseignant, écrivain, chercheur, conseiller… il est à l’origine de nombreuses initiatives et a contribué à d’innombrables projets éducatif, tant aux USA qu’en Europe. Il glisse de l’humour (so british) à la poésie en quelque secondes, saisissant la moindre occasion pour mettre en avant la créativité et l’innovation, tant dans les milieux professionnels que dans les écoles.

Ses vidéos ont comptabilisé 20 millions de vues sur Internet. Ce qui est une record absolu dans ce domaine. Ces mêmes vidéos sont parfois projetées sur grand écran dans des conférences, ce qui porte le nombre de spectateurs à plus de 250 millions ! Il est possible que sa tête vous dise quelque chose.

Lien original :
http://www.ted.com/talks/lang/fr/ken_robinson_how_to_escape_education_s_death_valley.html

Je vous propose de commenter cet article, toujours en vous rappelant que vous êtes sur un système d’auto-coaching :

Qu’est-ce que cette vidéo révèle en vous ? Si vous avez des enfants ou des petits enfants, vous vous sentez peut-être concerné(e) pour eux. Mais vous avez été aussi formé par l’Education Nationale, vous pouvez donc vous sentir touché(e) personnellement. Si vous êtes instituteur ou professeur, ce sera encore un feedback différent.

J’attends vos commentaires.

A++

Stéphane SOLOMON

PS : Ken ROBINSON est également l’auteur du livre :
L’Elément – Quand trouver sa voie peut tout changer !
A lire absolument, si vous vous sentez très très concerné(e) par cette vidéo.

11 réflexions au sujet de « Ken Robinson : Comment échapper à la vallée de la mort de l’Education »

  1. Ken Robinson devrait être écouté et enseigné dans toute les écoles de formations d’enseignants, dans toutes les shères des pouvoirs de nos différentes sociétés où l’être humain est sans cesse étouffé, frustré, bridé, découragé, et ce depuis l’enfance. Bravo Mr Ken Robinson.
    Merci Mr Stéphane SOLOMON.
    Merci aux coachs de Time Coach.

  2. Qu’est-ce que cette vidéo révèle en moi ? Que c’est une lueur d’espoir d’entendre ses belles paroles de M. Ken ROBINSON et de voir que les choses commencent à changer avec des écoles alternatives. Avec le recul, j’ai été aussi formé par l’Education Nationale et je dirai plutot « formatée » que formée. J’en ai souffert, aller à l’école pour y souffrir, vous y croyiez vous ???? Avec le temps, j’ai cru que la situation s’était améliorée (je me suis leurrée car je suis sortie du système dès que j’ai pu pourtant j’adorai apprendre et n’ai donc pas suivi l’évolution) mais quand mon fils est entré à l’école (28 ans plus tard), je me suis aperçue à mon grand étonnement que c’était pire qu’à mon époque et lui a porté « une étiquette sur son front » du début jusqu’à la fin. « Cassé », il a été cassé par certains de ses instituteurs et profs ensuite. Pourtant, j’ai fait partie des associations de parents d’élèves pour justement expliquer, parler, convaincre, améliorer les situations avec d’autres parents, que de coups d’épée dans l’eau !
    Prendre conscience du « mal être » de nos enfants à l’école alors qu’il devrait être un lieu d’épanouissement pour eux, peut nous amener en tant que parents à poser des actes qui permettent des changements car nous sommes responsables de leur avenir…à leurs premières années en tous les cas ensuite c’est eux qui décideront leur vie encore aura-t-il fallu ne pas avoir tout détruit, même si au fond d’eux comme tout à chacun, la graine ne demande qu’à sortir comme dans le désert, dont il parle !! Aussi, pour mes petits enfants, je cherche d’autres solutions et j’ai découvert quelques écoles en France comme les écoles MONTESSORI mais il n’y en a pas encore partout ? A nous de faire pour avoir et pouvoir ETRE !

  3. Je trouve aussi qu on ne stimule pas suffisamment créativité et curiosité….mais n enverrai pas le pavé aux enseignants mais au système!….car j ai été enseignante! Et ai pas mal déménagé , donc vu différents endroits….je peux vous dire que la majorité des enseignants est très dévouée ….souvent les conditions sont dures, groupes importants…et surtout enfants mal élevés, qui se couchent trop tard, vivent avec le bruit de la TV constamment allumée chez eux….ce qui fait qu ils sont moins attentifs à l enseignant qui parle, car chez eux « ça » parle sans qu il soit nécessaire de prêter attention! Les parents vivent eux mêmes des situations plus stressantes, plus complexes…alors c est déjà bien quand les enfants trouvent le sourire, la disponibilité et des choses nouvelles à apprendre à l école, même si c est loin d être parfait….

  4. Hmm je voudrais faire une comparaison, nous savons maintenant qu’il est ridicule de dire « sauvons la planète » car elle s’en moque notre Planète, elle survivra à l’Homme, comme il est dit dans ce speech la vie est forte elle saisit toutes les occasions pour germer. Nous pourrions effectivement nous joindre à Ken pour « améliorer l’éducation », évangéliser de meilleures façons d’être éduqués..mais nous sommes là « quand même » et assez bien « éveillés ». Faut-il « sauver l’éducation » ou la nature curieuse de l’homme n’est-elle justement pas comme notre planète assez forte pour réaliser sa nature sans être forcément « contrôlée ». Notre culture augmente, le savoir humain devient gigantesque et connecté « malgré » des systèmes éducatifs « inadaptés ». Comme le coaching, il suffit d’une méthode et d’un but et « ça » se fait. La curioisté, la créativité ne se laissent contrôler ni par une bonne, ni par une mauvaise « éducation collective ».
    Comprenne qui pourra !
    Ami calmant
    Patrick

  5. Malheureusement, je ne suis pas capable de comprendre l’anglais parlé et je suis très frustré de passer à côté de cette intervention.
    Snif !

  6. C’est vrai que l’on pourrait rêver à un système idéal comme le décrit Ken Robinson. Pour ma part j’ai bien adhéré à l’école, mon frère avait plus de mal à être « dans le moule ». Nous avons tous les 2 le métier et l’activité professionnelle que nous avons pu choisir. Ce n’est pas uniquement grâce à l’école mais aussi grâce à l’éducation parentale! Je prends conscience depuis quelques années (la maturité a du bon) qu’ils nous ont toujours stimulés. Mon père a quitté l’école à 14 ans, ma mère à 16 ans. Nous étions inscrits à la bibliothèque et parmi nos cadeaux de Noël il y avait toujours un livre (que je qualifierai aujourd’hui de livre d’éveil) et une activité manuelle. Le dictionnaire était le livre le plus utilisé par toute la famille, pour chercher l’orthographe d’un mot, pour lire les définitions, pour s’émerveiller, pour s’amuser…
    Merci pour cette vidéo qui éveille de nouveaux ancrages positifs.
    Super idée la viéeo du mercredi.

  7. Bravo ! Vive l’humour British, et quelle belle idée de reconnaître en chaque être humain un être unique, différent de tous les autres, et ayant droit au Bonheur. Bonheur à trouver avec son propre chemin ! Fi des modèles éducatifs uniformes, et vive la valorisation du métier d’enseignant !
    Merci,
    Francois

  8. Quelqu’un a-t-il le mail du Ministre de l’éducation national pour lui envoyer le lien vers la vidéo de Sir Ken Robinson ? Après les résultats de l’enquête PISA, il y a d’excellentes pistes à exploiter…

  9. j’estime être un produit scolaire. j’ai toujours aimé apprendre mais je n’avais pas de prédisposition « aidante »….je travaillais beaucoup pour avoir de bonnes notes. je peux même dire que je me suis « usée » à l’adolescence en passant à côté de plein de choses….au désespoir de me sparents qui n’avaient d’ailleurs pas d’attente particulière dans ce domaine.

    aujourd’hui, le produit scolaire s’en tire convenablement au niveau pro mais rien de génial. la culture scolaire aide à s’insérer à obtenir des diplômes mais elle n’est pas suffisante! la personnalité est liée à la réussite à 50% voire +.
    c’est cela qu’il faut travailler…..mais pas de manière individualiste! respect, solidarité ….il y a un contrat social, on n’est pas obligé pour vivre de devoir écraser l’autre.

    je peux aussi dire que certains milieux pro (faits de bons ex-élèves) perpétuent le carcan de la normalisation….pas de place pour l’originalité, la diversité. en somme tu es ou tu n’es pas …des nôtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *