L’auto-Coaching en continu

L’un de mes lecteurs (nous l’appellerons Aaron pour des raisons de confidentialité) a été choqué par mon agressivité de ces dernières semaines. Il n’est pas le seul puisque j’ai compté 32 désinscriptions. Mais Aaron a le mérite d’être resté avec nous. La raison pour laquelle il n’a pas claqué la porte malgré son ressenti initial est simple : il a participé à des programmes tels que «Prenez l’avantage», puis «Aller Vers», ainsi que «La peau de banane». De plus, nous avons passé plus de 2h00 à discuter sur SKYPE (de ses projets et des miens). C’est au nom de cette Relation de Qualité qu’il est entré en contact avec moi pour me demander de reprendre mes esprits. Ce dialogue, cette communication au nom de la Relation de Qualité, distingue Aaron des chochottes qui ont claqué la porte.

Eh bien vous voyez cette dernière phrase ? Je suis sûr qu’Aaron ne l’appréciera pas, car elle est violente ! Pas envers les chochottes qui ne la liront pas (forcément les déserteurs ne peuvent être outrés par ce qui se passe dans le lieu qu’ils ont déserté), mais envers celles et ceux qui naviguent entre deux eaux et qui se demandent pourquoi je les traite de chochottes ! Un vrai coach, bien élevé et propre sur lui, dirait plutôt qu’ils sont d’une «sensibilité exagérée», voire un terme plus à la mode qui flatte l’égo victimaire des chochottes : «hypersensibles»…

Je crois que je viens de perdre encore 2 ou 3 chochottes… Pas grave ! Je continue avec ceux qui restent :

Etes-vous coachable en ce moment ?

Aaron m’explique dans son courrier qu’il s’est inscrit en 2016, avec un projet en tête. Il a investi sur lui (180€), et a beaucoup apprécié mon style puisqu’il a réembarqué dans les programmes suivants. A chaque fois qu’il a fait cette démarche, il était prêt à se faire coacher ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il commentait avec intelligence les différents articles des programmes dans lesquels il s’était engagé : il savait que s’exprimer sous les articles et les vidéos faisait partie de son coaching.

Seulement voilà : en ce moment Aaron n’est pas coachable ! Il me dit qu’il ouvre plus ou moins les courriers d’Auto-Coaching.fr et ne parcourt mes articles que si l’objet l’intrigue. Pour lui, ce que j’envoie est de l’ordre de la «piqûre de rappel», et n’a pas pour vocation de coacher. Pour être coaché, il faut le vouloir ! N’ayant «rien demandé», Aaron me dit que mes démonstrations de Rupture de Pattern ne peuvent le coacher. Il n’y voit que de l’agressivité, de la culpabilisation et de la manipulation subversive…

Je suis Chochotte !

Je vais vous faire une confidence : moi aussi je suis une chochotte ! Ceux qui ont été outrés par ce mot il y a quelque lignes et qui ont abandonné leur lecture ne le sauront jamais, mais je suis hypersensible grave de chez grave : je peux pleurer devant un épisode de Maya l’abeille ! Aussi, lorsqu’Aaron a qualifié le travail que nous faisons Isabelle et moi de «piqûres de rappel», j’ai été saisi d’un vertige. C’est ma façon à moi d’exprimer un mal-être profond.

Isabelle et moi, nous passons des heures à écrire des articles. Régulièrement, nous nous donnons rendez-vous sur Skype pour discuter de l’évolution de ce programme gratuit et des extensions que nous prévoyons. Nous surveillons les commentaires dans le but d’animer ce lieu d’échange, et nous tenons compte de ce qui est dit dans nos articles successifs pour vous livrer un programme vivant !

Comment peut-on percevoir tout ça comme des «piqûres de rappel» ? Une «piqûre de rappel» est un copier-coller d’un vieil article, suivi d’un travail furtif de type reformulations et paraphrases… Je n’ai rien contre cette pratique, mais c’est loin, très loin du travail que nous fournissons. Pour info : la vidéo que nous avons réalisée sur les biais cognitifs a coûté 10 heures de travail entre la préparation des slides, l’enregistrement (nous nous y sommes repris à 2 fois à cause d’un problème de micro), le montage, etc.

Dans ce contexte, «piqûre de rappel» est plus violent que «magnez-vous le derche !».

Un océan dans un trou d’aiguille…

Le programme gratuit que nous avons mis en place depuis le début de l’année vaut largement les programmes que j’ai vendus jusqu’à présent. Oui ! Vous recevez mois après mois, thème après thème, l’équivalent d’un programme que j’aurais fait payer l’année dernière… Le rythme est moins soutenu, mais je pense que le contenu est de qualité équivalente, voire supérieure.

Heureusement pour la chochotte que je suis, je ne vis pas ma première humiliation. Et à force d’y faire face, j’ai ajouté dans ma boite à outil des leviers qui me permettent rapidement de m’entourer d’une aura d’invulnérabilité. Parmi ces interrupteurs magiques, il y a cette citation de Jules Renard :

Que vous jetiez l’Océan ou un verre d’eau sur le trou d’une aiguille,
il n’y passera toujours qu’une goutte d’eau.

Aaron me l’a écrit clairement : en ce moment il n’est pas prêt à se faire coacher ! Il n’est pas réceptif au coaching. Peu importe la richesse des articles reçus, cet océan versé dans son esprit se réduit à une goutte d’eau à l’arrivée. Il ajoute que ce qu’il attend de la Newsletter, c’est de maintenir notre relation de façon agréable, jusqu’à ce qu’il redevienne coachable et passe commande, c’est à dire une vraie démarche d’inscription.

Il y a donc un écart énorme entre ce que nous lui écrivons et ce qu’il lit… Et ne croyez pas que cette situation ne concerne qu’Aaron et ce programme. C’est également ce qui se passe lorsque vous vous adressez à un banquier pour faire financer vos projets, et qu’il doute de leur pertinence. Vous versez un océan dans le trou d’une aiguille…

Le conseil d’Aaron

Aaron m’invite à scinder mon fichier en 2 parties (au moins) :

  • Une partie qui est prête à se faire coacher (à laquelle je peux envoyer des «magnez-vous le derche !» et qui appréciera)
  • Une partie qui n’est pas prête (et qu’il ne faut surtout pas bousculer, de peur de la perdre)

De plus, pour lui, il est évident que l’argent fait partie de l’équation. Les personnes prêtes à se faire coacher payent pour ça ! Dans le fond, Aaron a raison : c’est ce qui se fait, et je ne fais pas ce qui se fait… Du coup, ce que je fais, ne se fait pas ! (je ne sais pas si vous m’avez suivi là…).

Seulement voilà ! Sa proposition n’est pas compatible avec ma mission, et donc ma vision ! Pour moi, le Coaching et le Développement Personnel devraient faire partie du quotidien. Certes, il y a des moments où on a envie de mettre le paquet et de faire des choses exceptionnelles, mais vous communiquez chaque jour, votre légitimité mérite une maintenance régulière, vos biais cognitifs se manifestent à chaque sortie de zone de confort, et il n’est pas question de mettre votre Leadership au placard par intermittence. Échanger entre auto-coachs autour du Développement Personnel ne nécessite pas une démarche officielle et peut faire partie de votre quotidien. En tout cas, c’est ce que je souhaite faire ici : de l’Auto-Coaching en continu.

Cependant la proposition d’Aaron fait écho en moi, et je comprends que «Magnez-vous le derche !», ce n’est pas à mettre entre toutes les mains. Je vais trouver une solution pour réduire les envois vers les personnes qui ne s’intéressent à mon programme que de façon épisodique, mais je tiens à rester généreux et à poursuivre ma mission avec celles et ceux qui apprécient mes publications. La solution que j’envisage (pour le moment) est de mettre en place un système de points qui augmenteront lorsque vous cliquerez sur les liens de mes courriers. Plus vous aurez de points, plus je saurai que pour vous l’Auto-Coaching en continu, c’est OK. Inversement, je vais réduire les envois vers ceux qui ont peu de points, afin de ne pas les déranger.

Pour finir

Je veux d’abord remercier Aaron pour son intervention. Elle me permet de prendre conscience de la grande diversité des motivations des lecteurs, et de m’adapter à cette diversité. Même mon objectif est de maintenir un programme riche et continu, il est important que certaines personnes ne reçoivent qu’une partie de cette richesse.

Gardez à l’esprit toutefois, que ma démarche est beaucoup plus complète pour les auto-coachs actifs : chaque mois nous choisirons un thème à développer, et nous le clôturerons à fin de mois pour entamer un nouveau thème. Ce qui signifie que même après un break, vous n’aurez jamais de retard important à rattraper : si le sujet du mois vous intéresse, vous n’aurez qu’à lire les articles du mois en cours sans vous soucier de tout ce qui a précédé. Cela permet également à de nouveaux arrivants de nous rejoindre sans se sentir obligés de «commencer par le début» (ça risque de leur faire 10 ans à rattraper et ce n’est pas utile).

Nouveauté

Une nouveauté vient s’ajouter à notre schéma : à chaque fois que nous clôturerons un thème, nous animerons un atelier (en direct) pour dépasser les limites de l’écrit et proposer des techniques D’IMPLEMENTATION. L’implémentation consiste à adapter et à intégrer dans votre quotidien, les outils et les techniques que vous découvrez.

L’atelier d’implémentation de la «Rupture de Pattern» aura lieu le lundi 3 juin à 21h30. Vous pouvez vous y inscrire dès aujourd’hui :

La rupture de Pattern – Implémentation

En matière de Développement Personnel, l’implémentation consiste à intégrer dans votre vie de tous les jours des outils et des techniques. Qu’il s’agisse de nouvelles habitudes, d’une attitude à adopter dans certains contextes, ou d’une disposition mentale, l’implémentation commence par le renforcement de la confiance qui permet la mise en application, vient ensuite l’appropriation de la méthode en fonction de votre personnalité, puis les détails créatifs qui lui permettent de s’adapter au contexte, aux autres acteurs, et à l’énergie ambiante.

La rupture de Pattern est une technique que vous utilisez plusieurs fois par jour sans le savoir, dans le but de proposer (et parfois d’imposer) un changement. Comme toute technique instinctive, son utilisation inconsciente peut provoquer des effets indésirables menant à des problèmes de Communication, du stress, du déni, de la résistance, etc.

Grâce à ce webinaire, vous apprendrez à utiliser cette technique en pleine conscience. Vous pourrez ainsi vous assurer que vous l’utilisez de façon bienveillante. Peu à peu, vous n’aurez plus besoin de faire effort, puisque vous maîtriserez la Rupture de Pattern. Elle deviendra naturelle.

Vous apprendrez également à reconnaître la technique lorsqu’elle sera utilisée sur vous. Vous pourrez ainsi, selon le contexte, vous préserver d’une manipulation malveillante, ou à l’inverse, participer en connivence à la manœuvre, afin d’accompagner le changement souhaité.

A++

Stéphane