L’erreur de ma vie

Voici l’histoire vraie d’une « erreur de débutant », qui aurait pu me coûter ma carrière de formateur. Malgré cette erreur monumentale j’ai pu exercer mon métier pendant plusieurs dizaines d’années auprès de clients très intéressants.

Une erreur peut rapporter gros !

Je venais de m’installer en tant que formateur Freelance en informatique, et pour me lancer, j’ai préparé un beau mailing à l’intention de toutes les «bonnes» sociétés de formation parisiennes. A l’époque, il y en avait une centaine.

Il faut bien comprendre que ma lettre ne vendait pas un simple produit. Elle me vendait moi ! Ce qui signifie que la moindre faute d’orthographe, le moindre dérapage de vocabulaire, la moindre incohérence dans mes propos risquait de me mettre hors-jeu. Pour durer dans le métier, un formateur devait multiplier les qualités et les compétences. Une bonne culture générale était de mise, sinon il ne pouvait prétendre encadrer un groupe d’adultes. Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître…

Me voici donc face à mes 100 enveloppes à fenêtre, l’adresse est correctement calibrée, la police choisie avec soin, l’enveloppe-réponse et le coupon parfaitement pliés. Mes yeux fatigués d’avoir travaillé plus de 3 jours et 3 nuits sur le contenu de ces courriers pétillaient de joie : le jour J est arrivé ! Il n’y a plus qu’à poster… C’est parti !

Les jeux sont faits, rien en va plus…

Cette nuit là, je me retournais dans mon lit, impatient ! A chaque fois que je m’endormais, je rêvais que le téléphone sonnait sans arrêt. Je me réveillais au moment de décrocher. Puis je me rendormais, et le rêve recommençait…

Mon rêve se réalisa dès 10h00 du matin :

« Allo, ici Forma-plus, nous avons bien reçu votre courrier, que nous avons payé ! Votre enveloppe pèse 22 grammes, alors qu’elle est affranchie au tarif de 20 grammes ! Nous avons dû payer une surtaxe de 5 Francs  au facteur, pour constater qu’au final c’était une pub… »

J’étais sous le choc ! C’est vrai ! Lors de mes tests j’ai utilisé un papier ordinaire de 80 grammes et ce n’est qu’au dernier moment que je l’ai remplacé par un papier filigrané de 90 grammes pour rajouter du charme à mon envoi. Quelle erreur ! Quelle horreur ! Le temps de répondre par un mot d’humour (on fait ce qu’on peut), j’entends le bip du double appel. Je crois que certains cheveux blancs que j’assume aujourd’hui, ont commencé à apparaître à ce moment précis.

Le téléphone sonna une vingtaine de fois dans la matinée… Chaque sonnerie éveillait en moi un sentiment de dégoût. Moi qui étais si sûr de moi la veille, moi qui projetais  une carrière de rêve, je me retrouvais en plein cauchemar. La danse des facteurs suivait son cours, je restais là à regarder dans le vague, impuissant.

J’étais foutu !

Sur mon bureau une dizaine d’exemplaires de  « L’art du temps » (un best-seller de Jean-Louis Servan Schreiber) me narguait : je projetais d’offrir ce livre à chaque décideur qui me donnerait rendez-vous…

Quel rendez-vous ? Quel client ?  Je devenais fou ! J’en voulais aux facteurs, j’en voulais au monde entier ! Comment une chose pareille a pu m’arriver… Pourquoi moi ?! Il va me falloir des mois pour me faire oublier. Il faut que je change de raison sociale,  de logo, d’idées… Toutes ces idées que j’avais trouvées, qui faisaient ma fierté et qui me démarquaient. Je devais tout oublier et reprendre à zéro… A cause de 2 grammes de trop ! 2 grammes !

Manu, mon ami graphiste frappa à ma porte vers 15 heures : « Alors ça se passe comment ? Il plait mon logo ? ». Je fonds en larmes. Je lui explique la situation. Il essaye de trouver les mots, balbutie quelques « c’est pas si grave ! » pour me consoler, et n’y parvenant pas, il prend une feuille et me fait un dessin. Il pose son œuvre près de moi, et s’éclipse en douceur. Je relève la tête quelques minutes plus tard. J’observe son petit cadeau, et j’arrive à décrocher un petit sourire :

C’était une caricature représentant un facteur. Les yeux globuleux, la casquette de travers, le sac rempli de feuilles de cannabis. Il s’adresse au lecteur, d’un air intéressé, une enveloppe à la main : « T’en veux ??? C’est 5 Francs les 2 grammes ! ». Sacré Manu, toujours le mot pour rire !

TILT !

Un frémissement parcourt mon corps pendant une durée infinie… Comme si  la foudre venait de frapper ma tête. Je commence à rire et à gesticuler comme un fou. Le bonheur de la première idée du jour ! J’appelle les Editions Marabout et je demande si je peux acheter 100 exemplaires de « L’art du temps ». Il y en a en stock boulevard Saint Germain. Je fonce ! Au passage je fais 100 photocopies du dessin de Manu et je dévalise le rayon paquets cadeaux de mon supermarché.

Le soir même, aidé de Manu et de 2 autres copains, nous enveloppons les livres. Je m’applique sur chaque ruban… J’y joins une lettre d’excuses ainsi que la caricature du facteur. Le lendemain matin, un ami motard porte les cadeaux à chaque prospect. En une journée, il livre 75% des clients (la plupart des sociétés de formation se trouvaient dans le 8ème et le 9ème arrondissement).

Dès 10 heures le téléphone sonne ! Les félicitations fusent. Certains prospects n’ayant pas été surtaxés m’appellent pour me demander des explications : je fais connaissance, j’ironise, je pactise, je transpire l’enthousiasme…

Cette erreur m’a permis de décrocher 20 clients qui me sont restés fidèles tout au long de ma carrière. Le fait que je rattrape mon erreur en si peu de temps a impressionné les décideurs. Mon dynamisme a complètement occulté l’épisode de la veille. Cet incident aurait pu détruire ma carrière, il l’a déclenchée et accélérée. Je n’ai pas connu les fameux « débuts difficiles » dans ce domaine, et je le dois à une maladresse.

Faites des erreurs ! Je ne dis pas qu’il faut le faire exprès, mais qu’il ne faut pas en avoir peur. La peur de l’erreur nous ralentit dans notre travail en nous rendant perfectionniste à outrance.  Ce perfectionnisme nous fait marcher pas à pas, et comme l’illustre cette histoire nous ne sommes pas à l’abri d’un moment d’égarement… Or une erreur, si elle est vraiment involontaire, est formatrice. Et si on lui donne un sens, elle peut devenir un véritable accélérateur. L’erreur n’est pas une simple source d’Energie, c’est de  l’Energie pure !

Je crois intimement, qu’un mystère, un message caché, se trouve derrière chaque erreur que nous commettons. Message Spirituel ou Psychologique, il vous appartient de choisir. J’avoue que plus j’étudie la question, moins je fais la différence…

Les personnes qui se laissent abattre ne parviennent pas à entendre le message qui mène vers le cadeau. Elles gardent un goût amer de l’expérience. Mais en analysant vos erreurs, vous pourrez utiliser votre Energie comme un tremplin.

A l’époque, je lisais beaucoup de livres orientés Développement Personnel, et ça a créé un état d’esprit : une perception positive des événements, de leur sens et de leur devenir. Ça n’empêche pas  de se morfondre quelques minutes, de se complaire dans une situation de victime, de blâmer le système, etc. Mais après le coup de blues, je me suis autorisé à tilter. Il y avait quelque chose qui bouillonnait en moi et qui voulait réussir malgré «ça»… Quelque chose qui communiquait avec Manu, qui ne pouvant utiliser le verbal, à utilisé son talent, improvisant avec les circonsatances. Il voulait me réconforter par l’humour… Il a fait bien plus : il m’a permis d’attirer des décideurs qui ont le sens de l’humour et de la répartie.

C’est ce que j’appelle un «miracle ordinaire». Le mot «ordinaire» ne réduit pas le miracle, bien au contraire, il désigne le fait que chaque jour, vous êtes capable de co-créer des miracles avec votre univers, c’est à dire avec ce qui est en vous et autour de vous.

Vous avez en vous et autour de vous tout ce qu’il faut pour réussir !

C’est certainement cette citation, que l’on trouve dans de nombreuses lectures orientées Développement Personnel, qui m’a permis de rebondir. Elle était gravée en moi. Je me demande ce que j’aurais fait si j’avais choisi :

Rien en sert de courir, il faut partir à point…

Cette citation est également gravée en moi, et elle aurait pu prendre le dessus si d’autres forces ne s’y étaient pas opposées… On n’efface pas ce qui nous construit ! Je me suis donc autorisé à faire une chose simple, et je vous invite à en faire autant :

après un faux départ, prenez un nouveau départ, et partez à point.

Tour ce qu’on vous a injecté de réducteur dans votre jeunesse, peut être ainsi reprogrammé.

Et vous ? Avez-vous commis des erreurs miraculeuses ? Si oui, faites- le moi savoir. J’aime les miracles ! J’en fais collection, juste par plaisir ;-).

En attendant de vos nouvelles, je vous souhaite une merveilleuse année 2015, pleine de miracles ordinaires, et ++.

A++

Stéphane SOLOMON

17
Poster un Commentaire

avatar
13 Auteurs du commentaire
Stéphane SOLOMONVALERIEMarielle M-TBoboNicole Auteurs de commentaires récents
  Je veux être notifié lorsqu'un lecteur laisse un commentaire  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Patrick GUILLEMIN
Patrick GUILLEMIN

Oui ça arrive mais en moins spectaculaire !
– En prépa techno j’ai réalisé une hélice en sens contraire du schéma donné, en la montant dans la pompe à eau..ça a quand même bien fonctionné, le schéma imprimé était à l’envers ! Pierre Dac connaissait bien le phénomène “une erreur peut-être exacte si celui qui l’a commise s’est trompé”!
– Pris dans un embouteillage terrible sur l’autoroute je suis quand même allé jusqu’à l’aéroport, sans espoir mais juste pour constater le désastre, j’ai pris l’avion, il avait plus d’une heure de retard aussi !
etc etc
Et vous ?
A++
Patrick

Didier
Didier

Deux approches de l’erreur dans deux circonstances quasiment analogues, mais avec des conséquences diamétralement opposées :
Je venais de terminer le prototype d’un logiciel complexe pour lequel j’avais besoin de me pré-financer. Je m’étais préparé comme un malade pour rencontrer une demi-douzaine de prospects. En fait, après de nombreux coups de fils, plus que deux rendez-vous fermes !

Le premier arrive et là, la cata absolue : mon ordinateur ne démarre pas. Je m’énerve, ne suis pas forcément très “poli” avec lui. Finalement, après 15 minutes j’arrive à faire ma démonstration. Mais j’étais nerveusement épuisé et je réponds à côté de la plaque à des questions simples pour lesquelles j’avais pourtant préparé les bonnes réponses.

Le deuxième rendez-vous démarre à peu près pareil. Et pourtant vous pouvez imaginer que j’avais révisé ma machine… Mais là, une “zénitude” complète m’envahit et – au lieu de m’énerver – je plaisante avec le prospect sur les aléas d’une présentation. Pas moyen de la faire démarrer du tout cette foutue machine cette fois-ci ! Mais nous avons néanmoins passé plus de deux heures en questions réponses. Au terme de l’entretien, nous convenons d’une autre démonstration. Mais je savais que j’avais gagné.

Comment analyser ces deux situations ? Je ne peux même pas dire que j’avais appris de mon erreur précédente. L’enjeu était trop important pour moi. Mais ce que j’ai depuis appris, c’est à essayer de rebondir à tout prix quand les choses ne vont pas tout à fait aussi bien que ce à quoi on s’attendait. Et cette simple attitude fait très souvent une différence énorme !

Jose
Jose

Ca m’inspire une pensée un peu lointaine, pour revenir ensuite au propos…

Le client achète le vendeur.

Dans mes nombreux rendez-vous avec divers interlocuteurs de nationalités variées, j’avais constaté que ce qui permettait une communication plus vraie, c’était l’humanisation de la conversation. Je me suis donc intéressé à ceux que je rencontrais – et pas seulement à leur fonction. Je me suis réellement intéressé à eux, je n’ai pas fait semblant. Je leur ai posé des questions plus personnelles, ou je me suis intéressé à leur environnement de travail, à leur quartier, l’ergonomie de leur bureau…

Et j’ai constaté qu’eux aussi avaient envie de me connaître en tant que personne. Et lorsque je faisais, sans le vouloir, ce que l’on pourrait appeler une légère erreur – lorsque j’oubliais mon téléphone dans leur bureau, lorsque je me prenais légèrement les pieds dans le tapis, ou je faisais tomber mon stylo – ils voyaient l’homme et non pas la fonction, un être humain véritable et pas un professionnel qui joue son rôle.

L’idée n’est pas de faire l’apologie de la maladresse, bien sûr. Mais le fait est qu’une erreur montre l’humanité de son auteur. Et si – comme Stéphane dans son histoire ici – l’auteur de l’erreur parvient à la gérer avec élégance, inventivité, panache ou humour – il nous donne de l’information sur lui-même. C’est ce que cherchent tous les êtres humains qui souhaitent, secrètement ou en connaissance de cause, être en lien. Et ce lien est de nature à créer la confiance.

C’est un sujet qui m’inspire vraiment.

Patrick GUILLEMIN
Patrick GUILLEMIN

Si je me souviens bien du stage Dale Carnégie, on apprend que faire des reproches ne sert à rien, mieux vaut encourager ses semblables à donner le meilleur de soi… et avec ça on fait des miracles.
Malheureusement, le format de l’école, de l’éducation reçue/donnée et des codes de la société sont du mauvais côté Dale Carnégie. Quand on sent de l’humanité, de la bienveillance, de la tolérance, de la sympathie..authentique, on vibre avec la charité, l’agape, le meilleur de nous même qui entre en raisonnance avec l’Univers, notre vraie nature. Le monde ne tient-il pas grâce à l’amour entre les particules, l’attirance, l’attraction?
Bonne nuit
Patrick

Veronique O
Veronique O

Je débutais dans mes expériences de réalisations sur machines à bois adaptées à du PMMA. Je travaillais (stage informel – un peu rémunéré) pour une entreprise unique dans ses compétences, sur le département, qui faisait de la plasturgie pièce unique ou toutes petites séries. Un jour, je m’y suis mal prise et j’ai raté des pièces, j’en étais morte de honte, cela ralentissait la livraison, à mes yeux, c’était grave. Le soir j’ai emmené de la matière chez moi et j’ai avec mon outillage plus que “en système Débrouille” refait les pièces, j’y ai passé presque la nuit. Le lendemain, sur ma mobylette (et oui, c’est il y a 35 ans) j’étais moins désespérée que la veille. Quand le patron a compris que j’avais rattrapé mon erreur en le faisant sur du temps perso, il m’a encouragée pour faire évoluer mes outils. Ils m’en a donné des en mauvais état avec le deal : si tu répares il est à toi, si tu le casse, tu le payes.
Deux ans plus tard, il m’appelait “le KGB Belge” tellement je lui posais de questions, quand je lui rendais visite car j’avais ouvert ma boite !
Je l’en remercie encore en pensées et qqes années plus tard, j’ai commencé d’enseigner à des étudiants à peine plus jeunes que moi. Que du bonheur à rencontrer des étudiants motivés qui voulaient aller plus loin et on y est arrivés ensemble, grâce aux partages, à la cocréation à 4 ou 6 mains et j’ai continué de réaliser dans mon atelier ce qui n’était pas possible à l’école !
Vive les erreurs qui nous apprennent, nous rapprochent des personnes et nous font avancer !

Sylvia
Sylvia

S’il est quelque chose dans ton histoire qui est d’expérience courante pour moi, c’est bien de gâcher par une toute petite étourderie ou une toute petite maladresse le fruit de tout un travail de patience développé avec des trésors de créativité et d’ingéniosité ! Je dirais même que c’est mon principal talon d’Achille. OK pour essayer de rebondir sur mes erreurs, mais si tu as un programme « vaincre l’étourderie », avec garantie de réussite durable à 100%, j’y investis sans hésitez tout ce que je possède !
Le pouvoir guérisseur d’un trait d’humour, je l’ai vécu cet été quand mes petits fils ont défoncé un moule en argile laborieusement élaboré et qui commençait à peine à sécher dans mon garage. Quand je les ai surpris jouant à la pâte à modeler avec mon travail, j’étais absolument furieuse et j’ai trouvé que leur père les grondait bien mollement. Puis j’ai raconté l’incident à ma fille, par email, et c’est à ce moment-là que j’ai trouvé les mots d’humour et de tendresse pour en parler, ce qui a libéré aussi la conclusion « excellente raison de recommencer et améliorant la technique » – ce qui était à coup sûr le mieux à faire mais que je n’aurais sans doute pas eu le courage de faire sans y être contrainte.
Quant aux amitiés gagnées en reconnaissant ses erreurs, ça marche très bien aussi, quoique, dans le monde du travail, on rencontre aussi des gens assez stupides pour prétendre qu’il ne faut jamais reconnaître ses erreurs et pour mépriser les personnes qui le font…

Raphaèle
Raphaèle

Ces gens là sont bien désarmés lorsqu’on leur explique que c’est dans l’intérêt de tous que les erreurs soient détectées le plus rapidement possible…

Jose
Jose

Tiens, cette relance de la conversation me rappelle que, il y a juste quelques semaines, alors que j’étais face à certaines emm… certaines difficultés qui me pourrissaient légèrement la vie, alors que je marchais, l’esprit assombri et le front plissé, je suis tombé face à face, au détour d’une rue sur un graffiti qui me disait (ce message m’était évidemment destiné):

“Enjoy your problems”.

Un mélange donc de sérendipité, de synchronicité, et de la révélation d’un message que j’étais prêt à entendre, au bon moment. Comme si mon ange-gardien avait écrit sur ce mur, pour moi.

“Enjoy your problems”, mais bon sang que c’est bien sûr! D’abord, au risque de choquer, parce que les problèmes, si tu n’en as pas, tu n’es pas sûr d’être vivant, et ensuite parce que c’est autant d’opportunités de se surpasser, de se révéler, et de transcender la difficulté pour créer une nouvelle situation, plus propice à son but ou à sa vie.

PS : Je vous parlerai plus amplement de mon ange-gardien à l’occasion d’une prochaine relance our article de Stéphane, je sens que c’est pour bientôt.

Nicole
Nicole

Bien moi, je voudrais d’abord remercier Stéphane pour ses messages toujours intéressants, remercier ceux qui y répondent en apportant une note supplémentaire d’intérêt.

Et aussi, je voudrais souhaiter une bonne et heureuse année à tous avec plein de projets.

Nicole

Bobo
Bobo

Pour l’anecdote.

J’ai quitté mon poste à la préfecture pour réintégrer mon ministère d’origine.

Je n’ai pas rempli les conditions d’ancienneté pour prétendre muter mais l’acharnement malfaisant dfont j’étais victime ont incité les hiérarchies à me faire bouger. —erreur de choix du poste et de l’environnement (je n’étais pas du sérail).

Ce fut long et contre toute attente j’ai trouve un poste en phase avec mes aspirations professionnelles.

J’ai également passé un concours interne pour monter en grade. Je l’ai eu plutôt bien classée.

Pourtant je partais avec 1 gros handicap sur mon CV pour l’oral.
Miracle. Je voulais tant MA revanche sur humiliation infligée que j’ai tout donné et je me suis montrée authentique. On m’a apprécié tel que je suis alors sûen 18 mois je devais me travestir avec Mmes anciennes collègues pour un résultat désolant.

Bref, une épreuve écœurante s’est ouverte sur un poste intéressant et un concours.

Marielle M-T
Marielle M-T

Merci pour le cadeau de nouvel an.
C’est une chance de recevoir ce message.
Bonne année 2015 à tous

VALERIE
VALERIE

Un grand merci à Stéphane dont le texte arrive à point et un grand merci également à vous tous qui laissez des commentaires humains et pertinents. JE SUIS à la croisée des chemins de mes 41 hivers et jusqu’à la lecture de vos textes, bien désemparée… Perfectionniste de nature, par nécessité, pour éviter les sanctions parentales dans mon enfance, je ne supporte plus de me voir agir de la même façon avec mon pauvre petit garçon de 7 ans, qui fait ce qu’il peut… Le temps des devoirs est devenue une souffrance pour nous deux… Vous lire et intégrer que faire des erreurs n’est pas préjudiciable, mais au contraire peu apporter du positif, me donne de l’espoir et une bouffée d’oxygène…. MERCI (ps : c’est la première fois que j’ose faire un témoignage ici ou ailleurs, d’ailleurs 😉 ).

Auto-Coaching

GRATUIT
VOIR