La bonne réponse (1/2)

Il y a 7 gagnants au jeu concours de mercredi ! Dès que la zone des commentaires a été ouverte, il y a eu une certaine précipitation et les 10 premiers commentaires ont été publiés en moins de 15 minutes.

Je vous propose de découvrir la bonne réponse, dont différentes formulations ont été données par les lecteurs. Certaines sont très joliment exprimées.

La bonne réponse à la question

Je suis coach et formateur ! Je ne suis pas virtuel. TIME-COACH est un apporteur de clients. C’est un processus gagnant/gagnant, un échantillon gratuit, une démonstration de savoir-faire. Grâce à cet échantillon, je crée un contact UTILE avec des «passants», que ce soit pour les intéresser personnellement ou pour provoquer le bouche-à-oreille. Ces lecteurs sont sensibles à ma façon de travailler et de communiquer. En 5 ans, près de 14.000 personnes sont entrées dans TIME-COACH. Avec un taux de conversion de 4 pour 1.000, j’ai décroché environ 60 clients.

Ca paraît peu, mais un Coaching, une Formation, une prestation de Conseil ou d’Innovation se facture plusieurs milliers d’euros. Et un client satisfait ne s’arrête pas à une prestation : il réinvestit une partie de ses gains dans la même équipe gagnante. Equipe dont je fais partie. Je suis le co-équipier de 60 structures qui font appel à moi régulièrement.

Sur 14.000 lecteurs (en 5 ans), il en reste 6.000 aujourd’hui. Vous en faites partie puisque vous lisez ces lignes. 8.000 lecteurs ont donc quitté TIME-COACH, parfois en claquant la porte. Il y a plusieurs raisons, mais elles peuvent toutes être ramenées à une seule :

Dans mes articles j’aborde des thèmes
qui sortent les lecteurs de leur zone de confort

Par exemple, je viens de vous expliquer que TIME-COACH est une commercial automatique ! Or pour certaines personnes je suis sensé être un bon samaritain qui donne de son temps pour aider les autres. Elles vont donc se désinscrire parce que je suis un salaud qui trompe son monde !

Ces personnes ne s’autorisent pas à penser que je puisse faire LES DEUX : aider mon prochain tout en gagnant ma vie. C’est très inconfortable pour ceux qui veulent absolument que le travail soit une peine, et que l’aide soit TOUJOURS désintéressée…

Ce que je viens de dire est encore très désagréables pour beaucoup : «vous excluez des «gens bien» en les jugeant durement !». Pas du tout ! Je leur dit simplement que s’ils veulent que je les conforte dans l’idée qu’ils doivent souffrir au travail et s’épanouir en contribuant à un monde meilleur, ils sont au mauvais endroit. Come eux, je contribue à un monde meilleur. Je m’autorise simplement le faire faire plus lontemps : en faisant un travail congruent avec ma personnalité.

Pour certaines personnes, sortir du confort est motivant, source de nouvelles découvertes, de progrès… Pour d’autres, c’est une erreur, un accident, une terrible méprise, qu’il faut réparer au plus vite en rentrant au bercail. Pour ces dernières, j’ai mis en place une «sortie de secours» : le bouton de désinscription qui apparaît en gros, avant et après chaque article.

Auto-sélection

Beaucoup de lecteurs se sont interrogés en voyant ce bouton apparaître… La plupart des process marketing le glissent discrètement à la fin de la pub avec une police de petite taille, juste pour rester dans le cadre légal (c’est ce que je faisais aussi au début).

– Pourquoi incitez-vous vos lecteurs à se désinscrire ? M’a-t-on demandé plus d’une fois.

C’est évident :

  • Comment voulez-vous que je coache quelqu’un qui me fait un malaise vagal dès que je lui parle d’Intuition, de Gratitude, de Responsabilité, d’Engagement, de Pensée Positive, d’Argent… C’est impossible !
  • Comment voulez-vous coacher une personne, si à chaque fois que vous lui faites une proposition (une simple idée à prendre ou à laisser), a l’impression qu’elle est obligée d’accepter ?
  • Comment voulez-vous coacher une personne qui croit que si vous ne faites pas le même métier qu’elle, si vous n’avez pas eu la même vie qu’elle, si vous n’avez pas choisi les mêmes outils qu’elle, vous ne pouvez pas l’aider…?
  • Comment voulez-vous coacher une personne qui est intimement convaincue qu’elle est née pour souffrir ?

Avant d’entamer un coaching avec moi, un client potentiel doit s’autoriser à croire que sa vie est entre ses mains, même s’il a des petites mains.

J’irais plus loin : même s’il n’a pas de mains !

C’est très dur, trop dur à entendre pour beaucoup de gens ! Alors ils prennent la poudre d’escampette en cliquant sur le bouton que j’ai généreusement agrandi à leur intention, en leur souhaitant (de tout cœur) de trouver d’autres solutions que les miennes.

Eh oui : TIME-COACH est un outil de sélection de clientèle. Je n’oblige personne à rester, je n’oblige personne à partir. je n’ai JAMAIS inscrit personne à son insu, et je n’ai JAMAIS désinscrit un lecteur parce qu’il m’ennuyait ou m’insultait. Venir, partir ou rester est un choix personnel. Ce qui fait de TIME-COACH un outil d’auto-sélection.

Sérendipité

Vous allez me dire :

– Mais Stéphane, si c’est uniquement un processus commercial, vous êtes sacrément patient ! En 5 ans, vous avez décroché 60 clients. Mais il reste encore 5940 lecteurs qui profitent gratuitement de votre système, et qui ne deviendront jamais clients ! Au bout de 5 années de gratuité, ils ont pris l’habitude de vous prendre pour un samaritain !

Vous avez raison ! Jusqu’à présent, 95% des clients amenés par TIME-COACH ont passé leur première commande dans les 4 à 9 mois qui ont suivi leur inscription. Ce qui signifie que d’un point de vue strictement pragmatique, TIME-COACH devrait s’arrêter au bout de 9 mois ! Le temps d’une gestation. 😉

Mais quelque chose d’inattendu est arrivé : mes articles, de simples courriers d’une à trois pages, ont accompagné bon nombre de lecteurs vers des réussites qui vont bien au delà de «l’échantillon». Au bout de quelques mois, j’ai reçu des dizaines de messages de Gratitude de personnes qui m’ont écrit :

  • Grâce à votre accompagnement épistolaire, j’ai repris le tir à l’arc et le théâtre ! C’est fou ce que ça change de prendre le temps, au lieu de chercher à l’avoir. Merci mille fois !
  • Je suis désormais beaucoup plus attentive aux messages subliminaux que mes enfants m’envoient. Merci pour tous ces recadrages qui me permettent de grandir avec mes enfants.
  • J’ai toujours repoussé mon intuition, pensant qu’il s’agissait d’impulsions… Vous m’avez aidée à me réconcilier avec mon intérieur. Aujourd’hui, je m’écoute, et miracle : des douleurs abdominales que je trainais depuis des années ont complètement disparu ! Merci pour ce double bénéfice.
  • J’ai mis un temps fou à comprendre la pensée positive, et en deux paragraphes, vous avez éclairé mon esprit. Merci de m’aider à penser autrement. Ça ouvre des horizons.
  • Etc.

Ca vous dresse les poils ! Qui lâcherait ça ? C’est un cas de sérendipité exceptionnel : j’ai mis en place un processus de sélection de personnes prédisposées, et ce même processus a créé des prédispositions ! Des personnes «incoachables» sont entrées dans le système, et en quelques mois, elles sont devenues «coachables» !

En bon auto-coach, j’ai décidé de développer ça ! Je suis coach et coaché ! La performance m’intéresse ! Surtout dans un domaine qui contribue à un monde meilleur.

Plus égoïstement : vous abandonneriez votre talent caché ? Je savais que j’avais de l’Energie à revendre en présentiel ou par téléphone. Mais par écrit à des milliers de personnes ?!!! C’était nouveau !

J’ai donc décidé de passer à la vitesse supérieure : créer des programmes d’auto-coaching sur diverses thématiques. Il y a une condition à l’entrée : s’autoriser à investir en soi. C’est aussi une présélection : osez mettre 39 euros dans un processus qui vous remplit de Confiance, en acceptant l’idée que c’est un bénéfice à vie !

Je me suis donc lancé dans l’aventure des programmes payants en écoutant les lecteurs de TIME-COACH. En répondant à leurs questions, en partageant leurs peurs, en m’intéressant à eux de près, passant parfois des heures à correspondre sans contrepartie financière. Chaque échange, chaque réaction devenait un sujet passionnant pour écrire un article.

Tout en diffusant ces programmes d’auto-coaching, je recevais de nouveaux témoignages de Gratitude :

  • C’est la première fois que je commande sur Internet, et je le fais parce que j’ai confiance en vous. Merci ! C’est bon d’être confiant…
  • Je commence à aimer l’argent et il me le rend bien ! Merci de m’avoir éveillé sur la riche attitude.
  • Il y a un an, je m’ennuyais dans une administration derrière mon PC, aujourd’hui je me prépare à passer ma certification de coache. Je vous adresse toute ma Gratitude de m’avoir inspirée et aussi de m’avoir éclairée sur mes objectifs.
  • Grâce à vos programmes, je sais ce que je veux Devenir. Je ne suis plus une victime, je veux profiter de ma vie, et j’ai compris que j’en suis l’actrice principale.

Ca ne se lâche pas !

Et pourtant, j’ai lâché-prise. Pourquoi ?

Réponse partielle

Ma question était celle-ci :

[…] les programmes payants ne sont pas rentables, et le programme gratuit est très rentable ! Comment est-ce possible ???

Et pourtant, une bonne partie des participants n’a répondu que partiellement. Ils ont fait comme si j’ai demandé «pourquoi le programme gratuit est-il rentable ?».

Ce point est éclairci : TIME-COACH est un commercial automatique qui m’apporte des clients, il désélectionne les incoachables chroniques, et il éveille les coachables qui s’ignorent…

Mais pourriez-vous répondre à la deuxième partie de la question ? Pourquoi les programmes payants ne sont pas rentables au point d’être supprimés du catalogue ? Ils sont déjà écrits ; qu’est-ce qui m’empêche de les laisser là ? Même s’il n’y a qu’une inscription par semaine, c’est toujours ça de pris !

Alors pourquoi ? Il y a des indices dans cet article et dans les précédents.Allez ! Encore des places gratuites à gagner, si votre réponse est bonne et qu’elle se trouve dans les 10 premières réactions (même règles que mercredi).

J’ouvre les commentaires à 14h30. Faites sonner votre montre !

A++

Stéphane SOLOMON

19 réflexions au sujet de « La bonne réponse (1/2) »

  1. Bonjour Stéphane,

    Ce n’est pas rentable a cause de la gestion administrative, informatique, comptable qui est chronophage et coûteuse.

    Bien a vous.

    Frédéric

  2. Bonjour Stéphane.
    Les programmes payants ne sont sans doute pas rentable parce que le temps passé à répondre excède largement le prix payé, sans compter les coûts logistiques (serveur, électricité, entretien, loyer, etc.).
    Mais comme nous savons que l’argent pour vous est certes un moteur mais pas un but en soi, je pense personnellement que c’est le temps qui est véritablement la cause de cet arrêt. Je ne peux que vous donner raison. Il faut garder du temps pour ceux qu’on aime au moment où on les a près de soi.
    A très bientôt avec Time-Coach, même si c’est moins souvent, et peut-être comme coach, sait-on jamais.
    Merci en tout cas pour le temps que vous nous accordez.
    Très cordialement,
    Max.

  3. Bonjour Stéphane,

    Je crois que vous l’aviez dit en annonçant la fin des programmes payants : ils sont devenus un boulet pour vous sur tous les plans…
    Ce qui était bon hier ne l’est plus aujourd’hui.
    J’ai eu le même problème avec ma propre vitrine, j’avais la même sensation de traîner un boulet tant de temps, d’énergie et de complications. Par contre j’avais la chance de pouvoir sous traiter, ayant trouvé de bons partenaires. Et je ne vous vois pas sous-traiter vos programmes 🙂

  4. Le probleme, c’est l’admin’!

    Mais pour prendre à contrepied la phrase d’un fameux perdant : « je vous demande de ne pas arrêter! »

    A ++

    🙂

  5. Combien de nouveaux entrants sur time-coach chaque mois ?
    Quel % d’inscription sur les programmes payants ? ….
    La richesse des programmes payant était dans les textes certes mais aussi et surtout dans les recadrages de Stéphane…
    60 clients par time-coach mais d’autres par d’autres canaux…Stéphane est-il un extraterrestre ou dort-il la nuit ?
    Si Stéphane avait faim et s’il n’avait pas d’autre activité, je pense que les programmes pourraient être rentables et il trouverait des modes de passage à l’achat plus efficaces mais (j’adore le mais …)….avant d’avoir des problèmes de santé et de perdre de la valeur sur des actions en présentiel, il est peut être temps d’atrêter ce qui n’est « comparativement » pas rentable.
    Sans compter qu’un auto-coaché content du service rendu devient peut être un coaché potentiel en moins…..
    Cela fait 4 ans maintenant que je suis time-coach. Je n’ai pas femandé à être coaché (j’ai fait le choix de la décroissance donc beaucoup de temps libre mais des budgets plus serrés) mais les programmes payants m’ont énormément aidé dans mon développement personnel et spirituel.
    Donc j’ai su prendre l’opportunité de l’aide de Stéphane et je le remercie pour ses beaux programmes qui m’ont permis de m’épanouir.
    J’ai peut être zappé le programme « memory coach »….et si je le gagnais 🙂
    Merci encore Stéphane. Ce fût un vrai bonheur que de te lire dans tous ces programmes neuro linguistiques

  6. j’allais oublier. Article superbr !
    Et si je me rappelle bien une vieille histoire (que je conte pendant les veillées), pour obtenir la bonne réponse, il faut d’abord poser la bonne question. Un pas après l’autre, on recommence…

  7. Les coûts de fonctionnement sont assimilables à ceux de time coach gratuit, la part marginale affectée aux programmes payants doit être relativement anecdotique. Le coût de facturation est en revanche spécifique aux programmes payants, par définition, mais il doit être couvert par le revenu généré (en tout cas je l’espère pour vous).
    La principale différence structurelle doit reposer sur 1 seule chose, enfin 2 si l’on fait dans la nuance. D’une part le fait de facturer génère non pas une obligation de résultat puisqu’elle dépend du client (même si ce dernier doit faire acte de diligence pour l’accepter), mais certainement une obligation de moyen. Vous êtes obligé de traiter chaque retour, comme un devoir, alors que dans le cadre du gratuit, vous rebondissez avant tout … pour le plaisir (ou simplement quand vous en avez l’occasion). Donc le temps alloué à ces allers-retours est une mobilisation à laquelle vous ne pouvez pas déroger, et qui fait une concurrence stricte au traitement de vos 60 clients « structures sociales ». Or ce sont elles qui vous font vivre et assure la pérennité de votre activité. Passé un volume qui représente un plafond de mobilisation, vous travaillez à perte et négligez vos clients « physiques ». De plus la mobilisation de cette pratique n’est pas complètement proportionnelle au volume d’inscription, elle a une légère tendance exponentielle. Car les clients doivent vous solliciter, même légèrement, après un programme payant. Et ce phénomène est probablement permanent, depuis le premier client, et vous ne facturez pas à l’heure (ce que vous pouvez en revanche négocier avec les entreprises). Vous avez atteint le plafond de mobilisation initialement prévu (ou pas ;-), et vous ne pouvez pas envisager, par respect et éthique, de couper court à toute relation avec vos clients passés. Solution ? Ne plus contracter de clients supplémentaires (tel un médecin spécialiste qui ne prend plus de nouveaux clients, pour garder un peu de place dédiée aux urgences).

    RQ : finalement vous parliez bien de rentabilité économique (ou commerciale), et non financière, dans le premier jeu ;-).

    Yves

  8. Le caractère payant d’un programme est sans doute difficile à dissocier d’ une notion de coaching individuel ce qui n’est pas le cas puiqu’il s’agit de programmes d’auto-coaching et probablement que les lecteurs de time coach, pour une majorité d’entre eux, ne sont pas suffisament généreux envers eux mêmes pour se risquer hors de la zone de confort « je paye donc j’ai droit à un service ». Une histoire d’ego
    Le pwyw reformulé comme « faites une offrande » est une belle idée restée sans echo. Dommage

  9. Bonjour, Stéphane
    Très belle lettre.
    Juste pour être solidaire, je me suis réabonné à deux modules.
    Je vous suis depuis plus de 3 ans, grâce a vous, même si parfois je n’étais pas d’accord avec vous, même si certaines fois j’étais même contrarié, vos écrits m’ont permis d’acquérir une meilleure ouverture d’esprit, de tolérance, de réflexion…
    Je regrette que vous arrêtiez vos programmes, pourquoi ne pas augmenter le tarif, puisque vos programmes sont fait, et puis vous pourriez avoir des milliers d’acheteurs en passant par d’autres intermédiaires qui ne vous connaissent pas.
    Cordialement
    EVELYNE

    • Bonjour Evelyne,

      C’est ça que j’aime : «même si parfois je n’étais pas d’accord avec vous[…]»

      Parce que dans les prétextes de non-adhésion (en dehors de l’indétrônable «10 articles pour 20 euros, c’est trop cher !»), il y avait celui-ci :

      – N’étant pas toujours d’accord avec vous, je ne me vois pas m’engager dans un programme qui me satisfera à 60%, 70%…

      C’est très mathématique de croire que chaque article vaut 10% ! parallèlement, j’ai eu des appréciations du type :

      – Rien que cet article vaut largement le prix d’entrée !

      Eh oui, on peut s’autoriser à penser que sur les 10 articles, certains valent 0%, et d’autres 800% !

      Le Développement Personnel, comme es oeuvres d’art peuvent provoquer une satisfaction de 3000%. D’ailleurs une satisfaction à 100%, c’est très faible ! Il faut se faire rembourser…

      Merci Evelyne d’avoir souvent suivi le mouvement. J’en profite pour vous dire qu’une fois vous m’avez écrit «A quand le prochain programme ?». Et ça m’a remis au travail !

      C’est du co-coaching !

      A++

      Stéphane

  10. Cher Stéphane
    J’admire votre travail depuis au moins cinq ans, j’ai été client et j’en ai vraiment eu pour mon argent… et beaucoup plus!
    j’admire surtout en vous votre pugnacité remarquable a connotation légèrement dramatique, il me semble quand même….
    Que les clients soient payants, gratuits, virtuels ou non, cela change quoi, en fait…
    Quelle est l’intention de tout ce travail de « laboureur »?
    C’est pour faire quoi en vrai?
    J’ai une formation de coach (International MozaÏc) mais je n’exerce pas, j’utilise mes « talents » à titre gratuit et je suis très déçu des résultats que j’ai ou plutôt que je n’ai pas… et il a une dimension dans l’aide qui maintenant m’échappe, j’ai presque envie de dire que cela ne peut exister: l’aide telle qu’on la conçoit. Pour aider il faut faire bouger la structure mentale… et cela????? C’est vraiment une autre affaire!!!

    • Bonjour Jean-Pierre,

      Je crois que l’erreur est d’assyer d’aider des gens qui «n’ont rien demandé». C’est l’un des problèmes de la gratuité : lorsqu’un client vous payez 500€ pour une matinée d’accompagnement, il est clairement EN DEMANDE.

      La plus grosse «insulte» que j’ai reçue de la part de mes lecteurs «gratuits» lorsque je proposais une inscription à un programme payant, c’est :

      – JE NE VOUS AI RIEN DEMANDE !

      Ca me donne l’impression d’être un spammeur !

      J’ai accès à un fichier qui fait 10.000.000 d’adresses. Je n’invite que 6.000 personnes (actuellement) à mes programmes. Il s’agit forcément de gens qui, non seulement se sont inscrits, mais qui ont eu des dizaines d’occasions de se désinscrire (parfois des centaines).

      Je préfère quand on me dit :

      – Je n’ai pas d’argent pour ça
      – Ma femme n’est pas d’accord quand je dépense l’argent du couple dans ce genre de choses
      – Il y a tant de gratuité que je ne vois pas l’intérêt de payer
      – Je n’aurai jamais le temps de vous lire. J’ai déjà du retard à rattraper avec vos articles gratuits
      – Pour investir une telle somme, il faudrait un bon retour sur investissement, que je ne ressens pas encore
      – etc.

      Parce qu’il y a matière à discuter.

      Mais «JE NE VOUS AI RIEN DEMANDE», c’est une victoire par KO !

      Vous ne pouvez pas aider les gens gratuitement ad-vitam-eternam. A un moment, ils vous reprochent de vouloir les changer, alors que votre seule intention est de les aider à se changer eux-mêmes. De les accompagner dans LEUR changement.

      En peu de temps, on peut oublier qu’il y a eu une DEMANDE. C’est important de reconfirmer qu’elle existe toujours… Alors OUI pour des des actions collectives gratuites (il y a toujours des gagnants dans le groupe), mais NON pour le suivi individuel d’une personne qui va vous épuiser par son inertie mentale et son ingratitude.

      Réservez votre Energie à ceux qui sont en DEMANDE, et offrez le surplus aux hésitants et aux curieux. Quant à ceux qui commencent leur changement et qui étouffent. Rappelez-leur qu’il y a une sortie de secours (cet article est une démonstration de la méthode).

      A++

      Stéphane

  11. Bonjour Stéphane,
    Parce que ces programmes demandent une forte disponibilité mentale qui vous rend peu ou pas disponible pour d’autres projets 100 fois plus lucratifs et bénéfiques ?
    Tel est donc le prix à payer pour libérer l’énergie nécessaire afin de s’embarquer vers de nouvelles et grandes aventures ?
    Bien amicalement
    JM

    • Pas si sûr 😉

      Si vous observez bien, il y a des participations «hors concours». Je ne suis pas sensé les compter dans les 10… C’est bien l’un de mes problèmes !

      J’en parlerai dans la deuxième partie.

  12. Bonjour

    je n’ai jamais adhéré à un programme payant par flemme et par radinerie peut être
    en vérité aussi parce que je rogne sur tout et que j’ai peu de temps pour réfléchir à la mise en oeuvre de vos conseils (il y beaucoup de choses qui ne prennent que quelques minutes par jour que ce soit l’entretien de son niveau de langue, les mouvements de gym, le minimum de travaux domestiques, cuisine, repassage … de la lecture pour ne pas rester idiot et s’ouvrir l’esprit, l’écriture de quelques notes perso, l’oisiveté dirigée pour se ressourcer …)
    je ne prendrai pas le temps de répondre à la deuxième partie de la question mais je lirai comme toujours avec grand intérêt votre commentaire
    bonne chance, merci et à bientôt

  13. Bonjour Stéphane,
    J’apprécie vos articles, même si je ne les lis pas en priorité, au fur et à mesure qu’ils arrivent dans ma boite mail : Gestion des priorités ou procrastination ? Peut-être un peu des deux. J’investis beaucoup de temps et d’énergie dans un nouveau projet… et vos articles m’enrichissent…

    Pour répondre à votre question, je propose que vous avez à gérer des priorités.
    Peut-être en vous focalisant sur votre cœur de métier : le coaching. Il est votre source de revenus prioritaire. Le temps libéré par l’arrêt des programmes payants, va vous permettre de consacrer davantage de temps pour vous, pour votre famille, vos amis…
    Au bout de 5 ans, les réponses à apporter devenaient probablement répétitives, de moins en moins enrichissantes et sources de fatigue, voir d’ennui…
    Ce temps libéré va contribuer à une meilleure qualité de vie…
    Merci encore pour vos messages de développement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *