La fessée, c’est naturel…

Encore félicitations à David pour son commentaire sur l’article Un ange passe car il est le premier à avoir évoqué la «Rupture de Pattern» dans son commentaire (c’est quand-même le sujet du mois). Avant de continuer, nous vous invitons à visionner la vidéo ci-dessous :

 

La maman a reconnu un schéma dans lequel son fils s’engageait. En créant la surprise, elle a rompu ce modèle comportemental. La confusion chez l’enfant (visible à 0:14) a été telle qu’il s’est arrêté net. Pendant cette confusion, la maman reprend le contrôle : ce ne sont plus les bonbons ni les chips qui vont commander. Et voilà, c’est gagné !

La vidéo est courte (publicité oblige), mais la trame est claire : Rupture de Pattern, surprise, confusion, changement de schéma… Tout y est !

Si vous voyez un jour une maman rompre le pattern de son enfant de cette manière, elle ne le fera pas parce qu’elle a vu ce film publicitaire. Elle le fera parce qu’elle aura suivi un cours de PNL, lu un livre sur le sujet ou un article comme celui-ci. Les publicitaires se sont servis de cette anecdote (souvent utilisée pour décrire la «Rupture de Pattern») pour amuser le grand public, et pour faire un clin d’œil à ceux qui ont une petite culture de PNL.

  • Mais, vous étonnerez-vous, où les techniciens de la PNL vont-ils chercher leurs techniques ?

La réponse est simple :

  • Dans la vraie vie !

Ce qui signifie qu’avant de devenir une technique c’était une action naturelle d’une ou de plusieurs mamans qui ont trouvé des moyens de créer un choc autrement que par les gifles, les fessées ou un verre d’eau (ou de bière) froide dans la figure… Il ne faut pas se leurrer : une gifle, c’est technique ! La violence qui claque sur le visage est une rupture de pattern vers laquelle beaucoup de parents penchent naturellement, parce que c’est la technique qu’on leur a apprise. Beaucoup de gens aimeraient croire que c’est naturel, en se réfugiant derrière les fameux :

  • C’est parti tout seul !
  • C’était plus fort que moi !
  • Tu l’as bien cherchée…
  • Il n’y a que toi pour me mettre dans un état pareil…
  • Etc.

Le schéma en question

Agresser physiquement l’enfant n’est pas la meilleure Rupture de Pattern qui soit, ni pour l’enfant, ni pour le parent. C’est juste ancré comme modèle éducatif depuis la tendre enfance : c’est donc facile parce que c’est une habitude.

Prenons un autre exemple qui n’a rien à voir avec notre sujet, pour mieux y revenir :

Beaucoup de gens ne savent pas ce qu’est la PNL. En lisant le début de cet article, ce sigle va les interroger. Certains, en le voyant apparaître 2 ou 3 fois vont probablement arrêter leur lecture, se disant que cet article est destiné aux initiés. Ce sera leur pratique NATURELLE pour abandonner. D’autres lecteurs vont aller sur Google et saisir «PNL def». En 30 secondes, ils auront compris de quoi il s’agit, et pourront continuer leur lecture. Ce sera leur pratique NATURELLE pour aller jusqu’au bout.

Oui ! Les deux pratiques sont NATURELLES et dépendent principalement de l’Éducation. Aussi incroyable que ça puisse paraître pour certains, abandonner la lecture à cause d’un mot complexe est facile pour beaucoup de gens, tandis que pour d’autres, ce serait un pêché ! De même, chercher la définition d’un mot inconnu est facile pour certains, et est un véritable défi pour d’autres !

La vraie question n’est pas de savoir pourquoi de telles inégalités existent, mais plutôt :

Laquelle de ces pratiques est la plus inspirante ?

Ou encore

Laquelle de ces pratiques mène vers la réussite ?

Mais pour ça, il faut accepter l’idée que dans les deux cas, nous sommes face à des techniques apprises qui deviennent naturelles avec le temps. Car si vous croyez qu’abandonner est naturel, alors que la recherche d’informations est artificielle, vous pencherez vers le naturel ; rien ne vaut le naturel !

Revenons à l’article, intitulé «Un ange passe» :

Que raconte l’histoire ? Un petit garçon voit sa joie régulièrement réprimée. Il est ignoré, rabaissé et humilié publiquement. La bouteille d’eau qui est renversée sur sa tête est une pratique naturelle chez sa belle-mère. C’est ainsi qu’elle croit que les enfants doivent être rectifiés lorsqu’ils font une «bêtise» (elle y croit fermement, avec une conviction que vous aurez du mal à contrer). C’est facile, c’est ancré en elle. Techniquement parlant, c’est une Rupture de Pattern : on pourrait imaginer que l’enfant est surpris, puis qu’il entre dans une certaine confusion qui permet à la technicienne de soumettre ses suggestions.

L’erreur est de croire que ces violences répétées vont avoir un impact à chaque reprise.  Or l’absence de protestation de l’enfant indique qu’il n’est plus affecté par cette violence ordinaire. Ce garçon grandit avec ce schéma : il n’est rien, ne mérite aucune attention, et n’a droit ni à l’erreur, ni à la protestation… Il n’y a plus de surprise. Il n’y a plus de confusion, et à terme, il n’y a plus de rupture… On constate cette attitude passive chez les enfants réprimandés à la moindre incartade : ils font semblant d’écouter le savon qu’on leur passe, mais ils sont comme vaccinés : plus rien ne les touche, car ils sont déjà profondément affectés.

Face à ce constat, et forte de ses connaissances en psychologie, Karine décide d’intervenir afin de briser ce schéma, au moins une fois dans la vie de ce jeune garçon. Elle sait qu’un cœur abandonné, triste ou colérique, peut être consolé par un cœur à cœur chaleureux.

Comment ??? Karine a appliqué une technique ?! Oh mais c’est affreux ! C’eut été tellement plus beau si elle avait laissé parler son cœur au lieu d’entrer dans un processus manipulatoire… «C’est horrible de froideur technique» comme le dit David dans son commentaire.

Au-delà de toutes ces considérations techniques, Karine avait envie de serrer cet enfant dans ses bras ! Si elle n’en avait pas eu envie, elle n’aurait pas pratiqué cette technique. Cela ne s’oppose pas à l’empathie ou à l’instinct maternel. C’est même à l’origine de son choix. Mais c’est un choix : Karine est intimement convaincue que c’est le moment pour elle de devenir l’Ange de la Bienveillance. Juste un ange qui passe… À travers un acte peu coûteux (pour elle), elle va construire une véritable citadelle autour de cet enfant. Il va désormais disposer d’une force, d’un pouvoir dont il pourra se servir à chaque fois qu’il se sentira abandonné, triste ou colérique…

Karine sait que cette rupture-là aura un effet bénéfique sur du long terme. Elle n’a pas pleuré, elle n’a pas murmuré à cet enfant qu’elle est désolée mais qu’elle ne peut rien faire, elle ne lui a pas donné un conseil à 2 balles pour le tirer de là. Elle lui a juste prêté son cœur le temps d’une étreinte qu’il n’oubliera jamais, car pour lui c’est une véritable rupture du schéma auquel il est habitué.

Aussi froide que puisse paraître la technique (parce qu’elle résulte d’un calcul), elle est meilleure que celle de Stéphane, qui était prêt à écraser cette bonne-femme comme il l’a fait avec le petit bout de papier qu’il tenait dans sa main. Cette réaction, plus sanguine, peut paraître moins froide puisqu’elle résulte d’un cœur qui exprime sa colère sans retenue. Mais ne nous leurrons pas : écraser les super-vilains tel un héros de bande dessinée était une technique adoptée par Stéphane bien avant l’évènement. Elle paraît moins calculée parce qu’elle devient automatique. En grand fan de l’univers Marvel, Stéphane a choisi d’être Wolverine. Il lui a fallu du temps pour préférer le Professeur Xavier (pour certains lecteurs, un petit tour dans Google s’impose). Stéphane était sur le point d’utiliser une technique qu’il ne nommait pas encore, mais il est clair qu’il était prêt à lui rompre son pattern à la garce !…

Et après ?

Nous avons souvent tendance à nous attaquer aux mauvaises personnes, alors qu’il est plus efficace de renforcer les bonnes personnes. C’est le choix que nous avons fait ici, dans ce programme d’Auto-Coaching. Le webinaire que nous allons co-animer le 3 juin est construit dans ce sens. Ce sera une session unique, spécialement créée pour les lecteurs de cette newsletter, et tenant compte des participations sous les différents articles, depuis le début du mois.

Au programme :

  • Présentation de la technique par Stéphane (sous forme de Pecha Kucha)
  • Exploration des temps-forts du mois (passages-clé de certains articles, commentaires remarquables, etc.)
  • Implémentation de la technique dans différents contextes et métiers (Éducation, Musique, Cinéma, Santé, etc.)
  • Mise en scène : Coach contre Coach ! Accords et désaccords sur la technique, ses usages, ses exceptions et ses dérives
  • Questions/Réponses

 

A++
Isabelle et Stéphane