La peau de banane

Lorsque j’ai eu 5 ans, mon père m’a dit pour la première fois :

– Si tu vois une peau de banane par terre, ramasse-la et jette-la dans une poubelle !

C’est le premier paradigme dont je me souviens. Je n’avais pas besoin d’analyser le pourquoi du comment. Le fait que mon père me le demande était suffisant. Je crois que tous les enfants ont envie de faire plaisir à leurs parents et d’exister à travers leur regard.

Il y avait beaucoup de peaux de bananes qui trainaient à l’époque, lorsque je me promenais avec mon père, j’étais content de lui lâcher la main quelques secondes, le temps de ramasser une peau de banane puis de revenir vers lui une fois ma mission accomplie. Il me caressait alors le bout des doigts avec son pouce pour exprimer sa fierté. Il m’aimait, et comme je voulais lui ressembler, je m’aimais aussi…

Parfois, je me promenais tout seul dans le centre commercial à ciel ouvert où mon père avait son atelier d’imprimerie, et dès qu’une peau de banane apparaissait, je la ramassais pour la déposer dans l’une des cinq poubelles qui décoraient le lieu. Ensuite je jetais un coup d’œil vers le petit local… On ne sait jamais : peut-être mon père me surveillait-il en prenant sa pause… Mais même si je ne le voyais pas, même s’il ne me voyait pas, je savais que cet acte était une source de fierté pour mon père, et il créait une aura d’Amour autour de moi, à chaque fois…

Parfois je sortais de son cadre d’influence. J’allais au centre ville avec ma mère, mon grand frère ou mes grands-parents, et j’obéissais toujours à cette loi… J’étais connecté à mon père, même à distance et hors de son champ de vision.

Lorsque j’avais un doute ou une tristesse à cause d’un copain de classe, d’un passant grincheux, ou d’une quelconque déception, j’énumérais à mon père, le soir venu, la liste de mes peaux de bananes ramassées. Il me regardait en souriant, et ça suffisait pour me rendre la part d’Amour Propre que les autres m’avaient volé. Il m’arrivait même de rêver que je ramassais des peaux de banane, et mes réveils ces matins-là étaient délicieux.

S’agissait-il uniquement d’un acte civique ? A partir de l’âge de 7 ans, j’ai commencé à me poser la question. Mais en devenant adulte et père à mon tour, j’ai pris conscience que ramasser une peau de banane avait d’autres vertus. C’était le plus beau cadeau que mon père m’a offert : une technique qui me permettait de me sentir protégé par une aura d’Amour, quand je le souhaitais, juste en faisant quelque chose qui plaisait à ceux que j’aimais. C’était une technique d’estime de soi… pratique, rapide, facile, sublime…

Il était fort en Amour, mon papa !

Aujourd’hui, je transmets à mes enfants cette capacité de s’aimer. C’est tellement simple : il leur suffit de me faire plaisir à travers un acte transcendant. Un acte qui nous dépasse… Une multitude de choses magiques et inexplicables apparaissent et font le reste. Elles nous caressent et nous protègent : tout devient doux.

La peau de banane a continué à me surprendre d’année en année. A chaque étape de ma vie elle m’a apporté de nouvelles sensations. A l’âge de 7 ans, 10 ans, 14 ans, 25 ans, 40 ans… elle a changé de signification, de lieu, de forme, de portée… Et lorsque la douleur de perdre mon père fut à son comble, c’est encore elle qui m’a donné accès à la force qui m’habite et qui m’anime.

Chaque année en commémorant le décès de mon père, l’histoire de la peau de banane me revient en mémoire et m’offre encore ses secrets. J’ai envie de partager cette histoire avec vous, or je sais que vous n’avez pas adhéré à un programme appelé «La peau de banane». Je ne vais donc pas vous ennuyer avec ça dans TIME-COACH.

Si la suite vous intéresse, vous pourrez recevoir ces 5 messages d’hommage cette semaine. Il vous suffit de vous inscrire gratuitement en cliquant ci-dessous :

Inscription gratuite au programme «La peau de banane»
Cliquez ici pour vous inscrire gratuitement

C’est un programme d’éveil d’une semaine (un article court chaque matin). Si cette introduction vous a apporté quelque chose, quoi que ce soit, je suis sûr que la suite vous donnera de multiples satisfactions.

A travers différentes découvertes, sous le regard du coach, parfois adulte parfois enfant, j’explorerai avec vous les différentes facettes de cette simple mission, qui d’année en année m’a permis de Devenir.

Et surtout, ce sera pour moi l’occasion de rendre hommage à mon père, mon repère…

Vous pouvez y inviter vos amis, en prenant soin de ne pas leur forcer la main (ne les inscrivez pas sans leur consentement). Envoyez-leur juste un courrier électronique avec un lien vers cette page. Ils prendront ensuite leur décision librement.

Au plaisir ++prenom++,

Stéphane SOLOMON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *