Large d’esprit

Pendant l’opération PWYW où je proposais avec conviction de réserver un budget à votre Développement Personnel, beaucoup de lecteurs ont ressenti une pression. Cette opération a provoqué de nombreux éveils, parfois sous forme de ressentiment.

Voici un message que j’ai reçu de Sammy, comme réponse au message intitulé «c’est votre dernière chance» :

Cher Stéphane,

J’aime beaucoup ce que vous écrivez. Comme disent les jeunes, je vous kiff ! J’ai cherché en vain un livre que vous auriez écrit pour l’acheter, car il faut reconnaître que ce que vous envoyez par mail n’est pas vendable. Lorsque j’observe vos derniers résultats, je vois que je ne suis pas le seul à le penser.

Soyez large d’esprit et acceptez-le : on lit vos petits messages parce qu’on vous aime bien, pas parce que vous êtes utile ou rentable. En cherchant à vendre absolument quelque chose qui n’est pas vendable, vous allez droit au mur, car vous devenez agressif.

Ces articles écrits avec véhémence pour défendre votre PWYW ne vous apporteront que des ennuis. Moi aussi je peux vous lancer un ultimatum : si vous insistez encore, ma prochaine lecture sera la dernière. Revenez vers de meilleurs sentiments, et tout le monde refermera la parenthèse.

Amitiés,

Sammy

Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais !

Ca me rappelle une altercation à laquelle j’ai assistée devant un guichet à la Préfecture : un homme d’une cinquantaine d’année agressait verbalement l’hôtesse d’accueil en la traitant de tous les noms d’oiseaux… Il conclut par « soyez gentille avec les gens ! ».

Voilà un homme qui fait preuve d’une méchanceté inouïe, et qui demande à son agressée d’être gentille !

Je ne doute pas qu’il se soit senti outragé par la « qualité des services » pour en arriver là. Mais deux choses son évidentes :

  • Il s’est lâché sur la première personne qui avait des oreilles. Pas sur les vrais responsables.
  • On ne peut pas dire qu’à ce moment là, la gentillesse l’habitait. Sa conclusion est ridicule dans ce contexte !

Ce phénomène est souvent observé et recadré en coaching. Lors de ma formation j’ai appris que lorsqu’une personne évoque une valeur ou un comportement empreint de valeurs (comme la gentillesse, la générosité, l’empathie, etc.), elle exprime avant tout ce qu’elle attend des autres. Il est possible qu’elle soit elle-même gentille, généreuse ou empathique. Mais ce n’est pas garanti ! C’est un peu comme un client qui commande son plat dans un restaurant. Il ne sait pas forcément le cuisiner…

Ainsi, lorsque Sammy me demande d’être large d’esprit, il n’a pas conscience que son esprit est très étroit vis-à-vis des prestations immatérielles ou du PWYW. Il me demande d’être ouvert avec son esprit fermé…

Ca ne me dérange pas. TIME-COACH a été créé dans un esprit d’ouverture. Mais soudainement, il ne me perçoit pas du tout comme quelqu’un d’ouvert. Pourquoi se met-il la pression avec un ultimatum qui n’aura d’effet que sur lui ?

Manipulation inconsciente

Sammy a visiblement une dent contre le numérique… Il le dit dès le début de son courrier : si je publiais un livre, il ouvrirait son portefeuille, mais ce que j’écris n’est pas vendable. Il tente d’utiliser mon «échec» (une faiblesse potentielle) pour me ramener vers sa vision des choses. C’est l’occasion de rendre mon travail non monétisable !

Cette façon de saisir l’occasion est une propension humaine naturelle. Toutefois, elle révèle un comportement que la morale réprime : frapper un homme à terre, tirer sur l’ambulance, etc.

Mais Sammy oublie une chose que j’ai pourtant répétée 3 ou 4 fois pendant cette opération : 1.107 personnes ont adhéré à mes programmes payants bien avant le PWYW ne m’ait traversé l’esprit. Si on on se réfère à mon objectif, où est l’échec ?

La défaite que Sammy évoque le concerne spécifiquement. Il y a une partie de mon fichier avec laquelle je n’arrive pas à communiquer de façon convaincante, et il en fait partie.

Nos attentes créent notre monde interne

Sammy n’est pas de mauvaise-foi. Il est convaincu par ce qu’il dit même si son adhésion à TIME-COACH (un processus entièrement numérique) est paradoxale.Le fait que ce programme lui ait été plus agréable qu’utile, part d’un principe que nous avons exploré une multitude de fois : son attente initiale, qui réduit sa perception. Il voit ce qu’il veut voir.

Ceux qui veulent que je leur sois utile, me lisent autrement, assimilent davantage de choses, et me trouvent utile. Ceci ma ramène vers un paradigme que beaucoup de gens récitent machinalement, sans y croire vraiment :

Joindre l’utile à l’agréable…

Mes petites évocations humoristiques, l’ironie, les anecdotes, les tranches de vie… rendent les sujets que j’explore plus faciles à lire, plus accessibles. Mais le fond reste sensible et sérieux. Ceux qui croient que l’utile et l’agréable peuvent être joints sont larges d’esprit, et profitent de mes écrits. Lorsqu’ils veulent me lire sur papier, ils utilisent leur imprimante !

Les autres me trouvent juste rigolo… Je suis une sorte récréation agréable. Et lorsque j’évoque des sujets sérieux, délicats, moins récréatifs, ils perdent le contact… Parce qu’ils ne trouvent plus RIEN. Rien de ce qu’ils cherchaient.

Conséquences sur le monde externe

Sammy est parti… Il a craqué suite à la pression de la «dernière chance». TIME-COACH continue : le monde externe n’a pas changé, mais pour Sammy, le résultat est autre : c’est comme si TIME-COACH n’existait plus !

Son message n’était pas une façon de se raccrocher au dernier wagon. C’était un message d’adieu masqué par un ultimatum. Je n’aurais rien pu changer sur la durée : si je l’avais écouté en modifiant mon plan d’action, il serait parti 2 ou 3 semaines plus tard.

Et vous ?

Si durant l’opération PWYW vous ne m’avez pas trouvé spécialement agréable, je pense que vous m’avez gardé pour mon utilité. Ce qui prouve l’intérêt d’être utile ET agréable : LES DEUX ! Ainsi, même en période trouble, il reste toujours quelque chose entre vous et moi…

Je m’autorise donc à être LES DEUX. Les deux à la fois, ou les deux alternativement. Mais LES DEUX…

Vous pouvez me lire gratuitement ET en payant : LES DEUX ! Ca a toujours été le cas. Avec le PWYW j’ai juste ajouté une option pour ceux qui trouvent TIME-COACH suffisant, et qui estiment qu’un feedback financier est normal. Et c’est aussi un moyen d’aller vers…, pour ceux qui aimeraient contribuer mais qui n’ont pas les moyens d’adhérer aux programmes payants (le PWYW commence à partir de 3 euros).

C’est donc une largesse d’esprit : le PWYW ajoute du potentiel, mais n’enlève rien. Comme vous pouvez le constater, TIME-COACH existe toujours pour vous.

Autorisez-vous à faire LES DEUX, alternativement, périodiquement, ou dès que vous le sentez… J’encourage cette riche-attitude et cette clé d’innovation : LES DEUX !

Le payant amplifie le gratuit.

A++

Stéphane SOLOMON

13 réflexions au sujet de « Large d’esprit »

  1. Bonjour Stéphane,
    A chacun sa perception, Sammy n’a peut-être pas utilisé les mots justes pour exprimer sa pensée, mais pour ma part il n’est pas plus »méchant » que vous n’êtes « véhément ».
    Je trouve même qu’il fait preuve d’humour (son humour propre) avec l’ultimatum.
    En ce qui me concerne, je trouve qu’au delà de 2 ou 3 mails concernant le PWYW, cela tourne un peu en rond même si vous essayez de faire passer d’autres messages, une grande partie de notre attention est accaparée par le « message » PWYW et peut-être contre productif.
    Il est aussi possible que je ne porte pas d’intérêt à vos messages du moment, ce n’est pas important, ça reviendra sûrement.

    Bien à vous,
    Alain

    • Bonjour Alain,

      Pour que je qualifie quelqu’un de méchant, il faut vraiment qu’il soit terrible… Par contre, je n’ai pas réussi à venir à bout des aprioris de Sammy (concernant le numérique, et la VALEUR des choses qui se manifestent numériquement). Nous en pouvons donc plus avancer ensemble. Il est donc parti, et c’est probablement la meilleure chose qu’il ait fait pour lui comme pour moi, comme pour mes autres lecteurs.

      Je n’ai ni tristesse ni ressentiment.

      Comprenez bien que lorsque je sélectionne ces échanges, ce n’est pas pour me plaindre, ni pour me moquer, ni pour me venger… Ce sont des « perles comportementales » dignes d’intérêt, car nous avons tous en nous un Sammy latent. SI ce n’est pas autour des médias numérique, c’est au sujet d’autre chose, et ça mérite réflexion.

      Concernant l’ultimatum, je le trouve amusant également comme message d’adieu. C’est une pirouette, mais ce n’est pas un vrai jalon posé pour rétablir un lien.

      Sammy a lu dans mes messages de l’obstination, car son seul souhait est que j’abandonne le PWYW. Beaucoup d’autres ont compris que je proposais un programme « gratuit » sur la « gestion de l’échec » et m’ont remercié pour les nombreuses clés que je diffusais en direct.

      Vous êtes apparemment entre les deux sentiments puisque vous vous focalisez sur le PWYW plutôt que sur le fond du message. La technique EDISON ne vous a pas touchée, parce que pour vous c’était un retour vers le PWYW. Pour moi, c’était l’occasion rêvée de parler de Sérendipité.

      Dites-vous qu’il y a toujours des choses à révéler et à relever (j’aimme cette anagramme) dans mes articles, et vous verrez que le PWYW, une fois la défaite absorbée, n’est qu’un prétexte pour évoquer des sujets très intéressants et passionnants. Mais peut-être devrais-je les faire payer au lieu de les proposer gratuitement, à profusion…

      Le PWYW est si troublant, qu’il brouille tout le reste : je suis d’accord. Mais alors… Allez-vous juste vous arrêter sur ce constat (en victime du contre-productif), ou pourrez-vous faire face à ce trublion et gérer votre monde interne pour garder le meilleur ? Si oui, lorsqu’un trublion apparaîtra dans vos projets, vous serez bien armé pour gérer le déni et le stress qu’il provoque en vous.

      Lorsque vous dites une grande partie de « notre » attention est accaparée par le « message », de quel « nous » parlez-vous ? Je vous rappelle que ce sentiment d’appartenance à un groupe est imaginaire. Vous le créez pour vous donner de la force (par l’union), mais le JE est plus adapté dans ce cas.

      Il y a toujours un SENS à ce que j’écris. Ces messages n’ont pas été envoyés aux nouveaux arrivants, mais à de vieux routiers de TIME-COACH. Je m’attends donc à une dimension de lecture plus élevée. Je pense que ceux qui ont une vraie Confiance dans ce processus continuent d’avancer, même s’ils détestent l’idée du PWYW. Faire abstraction de nos dénis pour découvrir le fond du « message », l’intention première, peut révéler plus de choses qu’une lecture attendue, avec un hochement vertical de la tête et un sourire béat aux lèvres.

      Ce pendant, je vous promet que je reviendrai régulièrement vers les messages porteurs de paix intérieure. NOUS en avons tous besoin, et dans ce NOUS, il y a MOI aussi.

      A++

      Stéphane

  2. Bonjour Stéphane,

    J’avais commencé à lire Time-Coach à l’époque d’Anaëlle. Déjà, je trouvais ce prénom très joli et les articles d’Anaëlle semblaient correspondent à merveille avec son prénom (Je suis conscient que c’était probalement un pseudo).
    J’avais aussi un besoin à l’époque de mieux gérer mon temps et je joignais en effet l’utile à l’agréable. Tout compte fait, je vous dois à tous les 2 une contribution financière quelconque car j’estime avoir profité de vos conseils que je trouve toujours fort utiles d’ailleurs.
    Je ne voudrais pas chercher d’excuses mais souvent ce qui m’a empêché de contribuer est le mode de paiement. En effet, comme beaucoup de vos lecteurs d’ailleurs, on appréhende le règlement par carte de crédit « on-line » car nous savons tous que ce n’est pas un moyen 100% sûr. Le chèque n’est pas non plus un moyen très pratique. Il reste des moyens comme PayPal que je n’ai jamais encore utilisé. Tout travail mérite salaire et c’est tout à fait normal de payer quand on est satisfait surtout que souvent dans la vie il nous arrive d’avoir à payer alors qu’on est pas du tout satisfait.
    Je vous recommanderai donc de faire un peu de pub sur les moyens de paiement disponibles en essayant de mettre l’accent sur le côté « securisé » du moyen proposé.
    Un lecteur assidu et reconnaissant,
    Marc

    • Bonjour Marc,

      Bien joué. Anaëlle CYRIL est effectivement le pseudo de deux personnes : un homme (moi) et une femme qui a préféré garder l’anonymat. J’ai aimé travailler à ses côtés pour rédiger et peaufiner nos messages. Elle avait aussi une bonne capacité à répondre aux messages agressifs. Mais un jour elle a décidé d’arrêter, considérant que trop de gratuité tue la valeur de notre travail (il faut dire qu’elle se faisait insulter gratuitement par certains lecteurs, et qu’elle n’avait pas besoin de cette « suractivité facultative »). Il y a eu aussi une goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Elle m’a laissé le bébé avec l’eau du bain, mais nous travaillons toujours ensemble sur beaucoup d’autres projets.

      Je suis d’accord avec elle sur le fond, et je le vois aujourd’hui : face à la profusion récente de messages, certains lecteurs se sont sentis envahis, et d’autre m’ont trouvé généreux. Il convient de séparer les groupes. Ce n’est pas qu’une question d’argent, mais je vois bien que ceux qui aiment me lire quel que soit le rythme, n’ont jamais eu de problèmes d’argent avec moi.

      Parce que tout est raisonnable à leurs yeux.

      Je voulais accorder plus de TEMPS et une nouvelle approche à certains lecteurs. Je pense qu’elle s’est arrêtée trop tôt, et que j’ai continué trop longtemps. Il y a plusieurs « niveaux » de lecturs, chacun peut rejoindre celui qu’il souhaite, mais je ne dois pas l’imposer.

      Le paradigme « tout travail mérite salaire » n’est pas très cohérent avec « c’est normal de payer quand on est satisfait ». Je ne souhaite pas être payé par chaque lecteur inscrit. Je veux encourager les personnes qui bénéficient de ce système, de lui apporter différents soutiens, y compris un soutien financier.

      Votre assiduité et votre reconnaissance sont un soutien d’un grande valeur. Tant que d’autres lecteurs soutiennent la partie financière, ça tient !

      LES DEUX sont nécessaires. J’ai LES DEUX formes de soutien. Ce que je vous encourage à faire, d’est d’adopter, vous aussi LES DEUX formes.

      Depuis le début j’utilise PAYPAL pour les règlements immédiats. Il suffit de cliquer pour le voir. Comme quoi, la solution est souvent à portée de mains. L’idée de faire des vidéos pour apprendre à utiliser PAYPAL m’a souvent effleuré l’esprit. Merci de la renforcer.

      A très bientôt,

      Stéphane.

  3. Cher Stéphane,

    Mille mercis encore une fois pour ce que vous apportez avec hauteur d’esprit, recul, sérieux et générosité ! Continuez ! C’est excellent et très pro !

    • Merci Pasacle,

      Vous correspondez exactement au profil que j’apprécie puisque vous avez mis 9 mois (quelle belle durée) avant de vous orienter vers les programmes. Vous avez pris le temps de la réflexion avant de vous lancer, et je pense que si TIME-COACH n’avait pas été à la hauteur de vos espérance, vous n’auriez pas poursuivi. Je suis heureux de vous accueillir à chaque nouvelle initiative (y compris le PWYW qui ne vous était pas directement destiné), et je suis impatient de vous retrouver dans mon prochain programme.

      Au PLAISIR,

      Stéphane

  4. Bonjour Stéphane,
    Ah le superbe avantage de l’économie numérique : pouvoir être à la fois gratuit et payant, à la discrétion des lecteurs !
    Stéphane quelque part je vous envie 🙂
    Avoir une activité qui vous plait et la rendre rémunératrice grâce aux volumes que permet de générer internet, voilà un état de faits qui me soirait bien !
    J’ai déjà participé à quelques uns de vos programmes d’auto-coaching, mais pas au PWYW, pour l’instant.
    C’est effectivement une autre approche des échanges marchands. Une accroche gratuite, des offres payantes et la possibilité de valoriser, si l’on veut, la partie gratuite.
    Ce n’est pas (encore) entré dans les mœurs de la plupart d’entre nous (français s’entend, je ne peux parler que de ce que je connais…) de payer pour un « simple » service, contrairement à d’autres pays où cela est du plus naturel de laisser une pièce ou un billet…
    Je me demande comment cette démarche pourrait être transcrite dans l’économie concrète ? Comment disiez-vous déjà : « Celui qui veut faire trouve une (des) solution(s) »…
    Pour Sammy, peut-être qu’un recueil de vos messages vendu en livre de poche aurait été une solution plus tangible et donc valablement payante de son point de vue ?
    Il reste bien des solutions à trouver, des pistes à tracer.
    Cordialement,
    Emmanuel

    • Bonjour Emmanuel,

      Je pense que l’adhésion au Développement Personnel est toute une attitude, qui génère des aptitudes… Donc oui, il y a des solutions… Des tas !

      Mais contrairement à ce que pensent beaucoup de lecteurs, ma principale activité est la formation et le coaching en présentiel. TIME-COACH est avant tout un moyen d’amener de la clientèle physique, réelle, en face à face. Les programmes payants ne payent pas. Faite le calcul : 1.100 clients avec un panier annuel moyen de 45€, ça fait moins de 50.000€ en 4 ans. Aucune entreprise ne pourrait tenir avec un CA aussi faible (en France).

      TIME-COACH est donc mon meilleur commercial. Il a séduit plus de 50 clients pour des prestations à forte valeur ajoutée (plusieurs milliers d’euros pour certains).

      Les programmes payants ont été créés parce que je me suis rendu compte que beaucoup de lecteurs progressaient à un très bon rythme, juste en me lisant et en appliquant ce qui leur convenait. Il s’agit de personnes qui n’ont pas les moyens (Temps, Argent et/ou Confiance) pour entamer un vrai coaching. L’auto-Coaching permet de se donner les moyens.

      C’est pourquoi je pense que Sammy raconte des histoires avec l’achat éventuel de mon livre. J’ai vue ce genre d’argument (prétexte) apparaître des milliers de fois avant de dire adieu :

      – Si vous aviez fait ceci, j’aurais fait cela…

      Mon oeil ! 😉

      Sammy n’est pas attiré le Développement Personnel et ne s’en donne pas les moyens… Si je publiais un livre de poche, il me répondrait qu’il préfère les beaux livres au papier glacé.

      Je n’ai rien contre le CHOIX de Sammy. Je suis même pour ! Le monde a besoin de ces différences… Ce que je ne veux pas, c’est qu’il entre dans mon système pour changer mes plans. Des plans qui conviennent à des milliers de personnes.

      A bientôt Emmanuel, et merci pour vos nombreuses contributions.

      Stéphane

  5. Bonsoir Stéphane,
    Je vous lis depuis un moment et j’ai adhéré à certains programmes .J’ai plaisir à vous suivre . Quand je n’en ai pas envie j’imprime vos messages que je lis plus tard.Je participe peu aux débats parceque je ne sais pas trop m’exprimer.Je reste pour le plaisir, personne ne m’oblige et je paye pour moi ,pour me sentir impliquée .C’est plaisant d’avoir régulièrement quelqu’un qui raconte de jolies histoires pour nous faire évoluer sans nous juger. Merci mille fois. (Je ne comprend pas l’agressivité gratuite de ce monsieur envers vous) Vous qui êtes un sourire pour la condition humaine

    • Mary,

      Quel joie de vous lire ! C’et exactement ça : vous me lisez pour VOUS, vous gardez ce qui VOUS plait, vous payez pour VOUS !

      Mais d’où vient ce sentiment que vous ne savez pas vous exprimer ?

      Je suis sûr que si je lançais un vote, votre commentaire serait dans le top 5 des meilleurs : rapide, concis, efficace, correctement orthographié, avec une conclusion qui donne le sourire, qu’on a envie d’ancrer en soi pour qu’elle nous donne de l’Energie chaque jour.

      J’aime votre façon de vous exprimer, et j’aimerais vous aider à l’aimer.

      Si vous pensez que je peux faire quoi que ce soit, j’attends vos idées, car la solution est avant tout en vous. Je ne fais que révéler les choses.

      Merci infiniment,

      Stéphane

  6. Merci Stéphane , votre gentillesse me touche. J’ai 58 ans et j’ai passé ma vie à essayer de comprendre les humains pour ne pas en avoir trop peur.J’étais sans doute trop sensible à l’arrivée. J’ai fini par comprendre que je devais chercher moi même des solutions .J’ai eu la chance de lire des gens comme vous qui m’ont beaucoup apporté sans le savoir .Alors je le dis aujourd’hui pour ceux qui n’ont pas eu à se débrouiller et qui ne le savent : vous ne pouvez pas savoir ce qui est vain si vous n’en avez pas besoin. Moi j’ai besoin de personnes positives et éclairantes comme Stéphane .Encore merci à lui et son équipe.

  7. Bonjours stephane
    Merci pour tous vos magnifiques cadeaux, vous rendez nos journées plus belles avec vos messages (gratuits, payants, p.w.y.w.) .
    Chacun est libre de les consulter,et de les payer.
    Pour ma part ,je suis convaincu que pwyw est le future mode d’échange .
    Merci de continuer d’élever nos consciences par votre travail.
    Vous êtes un rayon de bonheur
    Encore merci
    Thierry

    • Merci Thierry pour cet enthousiasme exprimé et pour votre ouverture d’esprit. Finalement, ça se résume à ça :

      – Prends ce qui t’es donné
      – Valorise ce qui te porte
      – Nourris des pensées hautes à l’intérieur, et agis concrètement à l’extérieur

      Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse…

      A++

      Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *