Le «bon moment»…

Dans mon article intitulé «cas de coaching», je taquine mon client à propos d’une commande qu’il commence à procrastiner juste après la décision d’achat. Le prétexte de sa procrastination est d’attendre que son employée fasse ses preuves (à ce moment-là, il considère encore que la bénéficiaire de cet ordinateur sera son employée). Je demande donc à mon client s’il va attendre Noël pour offrir son ordinateur à cet employée qui a été bien sage…

Cette plaisanterie n’était pas uniquement liée au côté paternaliste de ce patron… Beaucoup de gens attendent «le bon moment» pour offrir un beau cadeau ou pour commencer quelque chose, oubliant ce qu’il est possible de réaliser en quelques semaines.  Ce type de procrastination est un classique du genre.

Je vous raconte ma vie :

Il y a 2 semaines, j’ai acheté sa première machine à coudre à ma fille. Un bel objet d’une valeur de 160€.

– Pour son anniversaire ?

– Non ! C’était en mars…

– Pour sa fête alors ?…

– Non ! Ce sera début octobre !

– A-t-elle fait quelque chose qui mériterait un tel cadeau ?

– Oui… Chaque jour. Mais pas spécialement davantage à ce moment-là…

– Ce cadeau avait-il un intérêt immédiat qui justifiait cet achat ce jour-là plutôt qu’à Noël ?

– Non… Elle en parlait souvent mais elle n’a évoqué aucun projet précis nécessitant une machine dans l’immédiat.

– La machine était-elle en promotion ?

– Je ne pense pas… C’est ce qui était écrit, puisqu’il y avait un prix public barré et un prix d’achat, mais ce site pratique cette méthode sur 80% de ses produits, ça ne m’impressionne pas outre mesure…

– Bah alors ? Pourquoi cette folie ?

Parce que comme je l’ai expliqué en début d’année, j’investis en elle ! En son talent ! Celui qu’elle a choisi et dans lequel elle fait régulièrement des progrès. Récemment, elle a découpé et recousu un sac en tissus (offert par un commerçant) pour le transformer en tee-shirt ! Elle l’a fait grâce à des cadeaux qu’elle reçoit régulièrement : des petites attentions comme du fil fantaisie, des bouts de tissus, des boutons, des feutrines, ou encore des livres sur la couture.

Je ne saurais vous dire précisément pourquoi, en rentrant de vacances, j’ai décidé de lui offrir cette machine. Bref, le moment de l’achat n’a pas été déterminé par un événement selon lequel tout bon père de famille devrait offrir un cadeau… Il est déterminé par des lois internes : c’est une décision autonome.

Le bon moment…

Si j’avais eu la mauvaise idée d’en parler autour de moi (pour proposer à ses grands-parents, ses oncles et tantes et quelques amis de la famille de participer à un cadeau collectif), je serai encore en train de justifier auprès de 80% des généreux contributeurs, la raison pour laquelle je n’attends pas Noël ou son anniversaire ou tant que nous y sommes, son premier 20/20 en mathématiques…

M’enfin ! Quel est le rapport entre sa passion pour la couture et une note attribuée par un agent du Ministère de l’Education Nationale qui n’est pas plus convaincu que moi de l’utilité de distribuer des notes aux enfants, mais qui fait son boulot ?!!!

– Mais alors Stéphane, allez-vous rétorquer, qu’allez-vous offrir à votre fille à Noël ? Une voiture ?

Ma proposition est de distinguer les cadeaux qui permettent aux gens de progresser dans leur art (ou dans leur métier), des autres cadeaux, qui sont plutôt de l’ordre du loisir. Si votre enfant est passionné de lecture et vous parle régulièrement d’un livre de Roald Dahl, attendre Noël est une erreur pour une raison simple : d’ici Noël, il pourrait lire 10 livres de Roald Dahl ou d’un autre auteur dont il est passionné… Il aura 10 expériences de lecture de plus !

Je vais le dire autrement, même si ça peut choquer certains : si votre enfant est capable (et a envie) de lire 10 livres d’ici Noël, en le faisant attendre «le bon moment» pour lui offrir le livre qu’il réclame aujourd’hui, vous ne lui offrirez pas son livre tant attendu, mais 10 lectures de retard !

Parlons à présent de vous ! En tant qu’enfant, il est possible que vous ayez été éduqué selon le paradigme du «bon moment»… Ce qui pourrait expliquer un certain nombre de procrastinations. Souvenez-vous de mon client : en «offrant» son iMac à son employée immédiatement au lieu d’attendre qu’elle fasse ses preuves, il a fait faire à son entreprise un bond énorme ! Tellement énorme qu’il n’avait plus besoin de gérer ses anciens problèmes de management, mais plutôt de mettre en place de nouvelles solutions.

Pour terminer sur ce sujet avant de passer à un autre thème (que vous trouverez certainement passionnant), je vous invite une nouvelle fois à vous inscrire au programme Attitude-Coach. Le Développement Personnel fait partie des investissements de base pour les personnes qui en ont compris l’intérêt.

«Attitude-Coach» n’est pas l’investissement du siècle ! C’est un programme d’entretien. Je l’ai même proposé pendant l’été comme un cahier de vacances… N’en faites pas une prise de décision complexe en vous disant qu’un jour (peut-être à Noël), vous offrirez à votre enfant intérieur ce cadeau tant attendu. Combien de Développements Personnels de retard, aurez-vous d’ici Noël ? Et surtout, pourquoi attendre Noël pour progresser. La rentrée est un bon moment pour vous remplir d’Energie.

Le meilleur moment, c’est maintenant !

Inscrivez-vous !

(Je viens de repousser la fermeture de quelques heures)

4 réflexions au sujet de « Le «bon moment»… »

  1. Bonjour Stéphane,

    Moi aussi je me suis inscrite cette nuit et je pense avoir réglé, mais la transaction ne me semble pas terminée comme d’habitude. Pouvez-vous vérifier et me tenir informée au cas où il y aurait un problème ? Merci
    d’avance

    • Bonjour Christine,

      Votre inscription n’est effectivement pas allée jusqu’au bout. Je la valide et vous réglerez plus tard (je vous enverrai un mail).

      Le plus important est que vous puissiez rejoindre le groupe les plus tôt possible.

      A++

      Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *