Le Locus de Contrôle

Voici une petite histoire trouvée sur le WEB :

Un homme s’adresse au juge du divorce, qui doit répartir les biens du couple :

– Je dois avouer que dans ce divorce, les torts sont partagés : 50% ma femme, 50% sa mère !

Le Locus de Contrôle

Le «Locus de Contrôle» est un concept psychologique (défini par Julian ROTTER en 1954) qui désigne le lieu où une personne situe le contrôle de sa vie : dans le monde extérieur ou dans le monde intérieur :

  • Par exemple, à chaque fois que vous vous plaignez de vos parents, de votre conjoint, de vos enfants, de votre patron, de Nicolas SARKOZY, de François HOLLANDE, sans oublier D.ieu… Votre locus de contrôle est externe. En revanche, lorsque vous assumez vos responsabilités, vous avez un locus de contrôle interne.
  • De même lorsque quelque chose de positif vous arrive, si vous estimez que vous n’y êtes pour rien (le hasard fait bien les choses, la chance vous sourit, les étoiles sont bien alignées, etc.), vous êtes en locus externe. Mais si vous vous dites que vos efforts ont été récompensés, que vous avez su saisir l’opportunité qui s’est présentée, que vous avez donné un SENS au parcours qui vous a mené jusqu’à votre réussite, etc. votre Locus de Contrôle est interne.

Le problème le plus courant est d’avoir un locus de contrôle «girouette» : on remarque que la propension Humaine naturelle est de placer son Locus à l’intérieur en cas de réussite, et à l’extérieur en cas d’échec. Par exemple, une personne qui s’est vaccinée contre la grippe et qui voit ses collègues tomber malades les uns après les autres, considérera qu’elle a bien géré sa santé (c’est grâce à moi = Locus Interne). Mais si elle a négligé cette vaccination, elle pourra reprocher à son collègue de l’avoir contaminée ! (c’est à cause de l’autre = Locus Externe).

La pratique du coaching encourage un juste équilibre qui permet de gratifier le monde extérieur (à moins de fabriquer soi-même son vaccin !) tout en appréciant l’idée que l’effort «d’aller vers» la vaccination répond à un processus de contrôle interne.

Le vaccin n’est qu’un exemple. Vous remarquerez que selon la situation, vous adopterez un Locus Interne ou un Locus Externe, automatiquement ! Ce positionnement est impliqué par vos croyances, vos valeurs, votre parcours, et autres paradigmes…

Inversion du Locus

En surveillant cet automatisme, et en tentant de changer d’approche, vous deviendrez de plus en plus proactif, et vous constaterez que beaucoup de choses changent autour de vous.

En 1995 j’ai été trahi par l’un de mes associés (un véritable charlatan). J’ai vécu une période noire, et bien que j’ai toujours trouvé un endroit où dormir (amis, famille, hôtel, etc.) j’étais officiellement SDF. Je n’ai pu sortir de ma torpeur qu’en acceptant l’évidence :

Certes cet associé est coupable des malversations, et tous les ennuis qui me sont tombés dessus (en tant que gérant) sont de sa faute ! Mais je suis responsable d’une chose :

C’est moi qui ai choisi cet associé ! Personne d’autre ne l’a choisi pour moi. On a même tenté de m’en dissuader et j’ai persisté à dire que c’était un chic-type…

L’électrochoc de cette responsabilité (sans culpabilité) m’a permis de refaire surface, et de revenir dans le monde des affaires. Ce qui, quelques semaines plus tôt, me paraissait absolument impossible !

A méditer…

Stéphane SOLOMON

7 réflexions au sujet de « Le Locus de Contrôle »

  1. Merci de me conforter dans ma devise :
    « Je suis belle et intelligente, pourquoi je ne réussis pas à gagner de l’argent ? »

    Ainsi je suis en analyse et ai une énergéticienne … je suis régulièrement tes formations …
    et maintenant, j’ai enfin quelques contrats qui arrivent et ne désespère pas que la résolution de cette difficulté
    advienne !

    Je dirai qu’il faut :
    1) admettre que l’on est responsable de sa vie et donc des situations qui en découlent
    2) trouver l’origine … ce qui peut prendre plus de temps …

    Bonne suite à toi, et à toutes et tous ! et surtout bon courage pour l’intégration de ce paramètre essentiel de votre développement personnel.
    Isabelle

  2. Bonjour
    Evidemment que l’on est co acteur dans n’importe quelle situation positive ou négative. Il faut juste en avoir conscience pour pouvoir se réajuster….
    Bonne journée à tous et merci pour cet espace d’expression.

  3. bjr je dsuis responsable d avoir lu cet article !!!!!!! et je m en felicite c est une bonne piqure de rappei atchoum atchoum c est l orgasme du pauvre !!!!!!!!

  4. Bonjour Stephane !
    Voila un moyen simple et efficace de reprendre notre vie en main, tout en ralant un peu moins contre les autres et contre les elements (« c’est la faute de ma femme et de ma belle mere » ou « c’est la faute de cette maudite pluie »).
    Jack Canfield, un des nombreux conferenciers americains expliquant les methodes du succes, va plus loin en affirmant « je suis responsable de 100% de ce qui m’arrive ». Je ne sais pas qui a raison, mais peu importe, on est dans la meme ligne: acceptons notre part de responsabilite pour mieux avancer, rebondir ou refaire surface, suivant les cas.
    Un moyen simple et efficace… mais ca ne veut pas dire « facile » ! Pour ma part, encore aujourd’hui, j’ai du mal a accepter ma part de responsabilites (surtout face aux autres). C’est un combat de tous les jours !
    A bientot,
    Benoit

  5. Bonjour Stéphane, bonjour à tous,

    Effectivement nous sommes tous « RESPONSABLE à 100% » de ce qui nous arrive car NOTRE vie n’est que le résultat de NOS choix et de NOS actes.
    Même ne rien faire ou ne rien décider est un choix que nous pouvons faire…
    Et notre premier choix est le suivant : « est-ce que je décide de VIVRE ou de mourir ? »
    – Est-ce que je décide d’abandonner tout de suite ?
    – Est-ce que je décide d’attendre ma mort (et ça peut durer vraiment longtemps) sans rien faire si ce n’est de subir les décisions des autres et tous les événements à venir (tout change, rien ne dure…) ?
    – Est-ce que je décide de vivre pleinement ma vie, quels que soient les aléas, d’apprendre encore, de découvrir, de rencontrer, de partager, d’aimer… ?

    Ne réalisez pas un jour, comme Johnny le chante, que « j’ai oublié de vivre » !
    Tant que vous êtes vivant et que vous voulez profiter de votre vie alors vous pouvez décider d’être l’ACTEUR de votre vie et non pas un simple SPECTATEUR !

    Si vous vous laissez aller, alors c’est que vous avez capitulé, que vous avez décidé que ce sont les autres et les événements qui allaient diriger votre vie !
    Dans ces conditions, vous subirez irrémédiablement leurs choix et aurez beau vous plaindre, ce sera bel et bien de votre faute exclusivement puisque vous leur aurez abandonné votre vie (locus externe total) !

    VOTRE vie c’est VOTRE chance, donc VOTRE responsabilité (locus interne total) !
    A vous de choisir…

    Longue vie à vous et soyez heureux !… 🙂

    • Bonjour Guillaume,

      Ce que vous dites est intéressant. Il y a d’ailleurs des principes spirituels qui disent qu’avant la naissance, nous choisissons nos parents (ce qui rejoint votre 100% responsable) ! Evidemment, c’est plus facile à accepter lorsqu’on a eu de bons parents…

      Je suis plutôt d’accord sur tout le reste, sauf sur un point :

      Evitez de dire «c’est de votre faute ! » ou «c’est de ma faute !», car c’est une source de culpabilité. Quitte à me répéter, je rappelle que la culpabilité c’est l’inverse de la responsabilité en termes d’action :

      – Un coupable se lamente
      – Un responsable corrige ses actes et reprend sa vie en mains

      A++

      Stéphane

  6. Cet article me rappelle la révélation que j’ai eu en lisant le chapitre où Marshall Rosenberg parle de la responsabilisation de nos sentiments (Les mots sont des fenêtres ou bien se sont des murs).

    Depuis que j’ai appris cela, dès que je réalise que je commence à avoir un locus de contrôle extérieur, je me dis intérieurement que j’ai un choix : soit je cherche à changer ce locus de contrôle, soit je choisi de continuer avec celui que j’ai.
    Parfois je choisi le premier, parfois je choisi le second. Il y a des périodes où le choix du locus de contrôle intérieure est simple, rapide à mettre en place. Lorsque je suis dans ces périodes, tout va bien pour moi. Je rebondis. Je tord le coup à la loi de Murphy.
    Lorsque je tombe, du je me laisse tomber dans le locus de contrôle extérieur, j’ai du mal à remonter à la surface.
    Grâce à Aller vers, aux vidéos de David Lefrançois, aux vidéos d’Isabelle Padovani, je rajoute des outils dans ma boîte à outils pour le locus de contrôle interne. Et à chaqur fois que je me sens le laisser partir, ma priorité est de le faire revenir à moi. Le weekend dernier, cela a été difficile de le faire revenir. Mais plutôt que de continuer à essayer de le faire revenir, je me suis reposée. À mon réveil, il était de nouveau là, à l’intérieur de moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *