Le rêve de Fabien

Lorsque j’étais formateur en informatique, on me donnait souvent des missions complexes qui nécessitaient une certaine pédagogie. L’un des commerciaux qui négociait mes formations me contactait en me disant :

– Stéphane, j’ai un mouton à 5 pattes : C’est pour toi…

A la fin des années 90, un grand groupe français venait d’embaucher des centaines de jeunes diplômés issus d’univers très différents. On les appelait «les atypiques» puis on a préféré le mot «dauphin» qui représentait davantage l’avenir qui les attendait (bras droit, voire successeur d’une personne ayant des responsabilités)…

Le but de la formation que je devais dispenser aux dauphins était de leur apporter une bonne culture informatique pour qu’ils puissent rejoindre des équipes «trop informaticiennes». Les dauphins pouvaient apporter des idées innovantes de par leur formation non-informaticienne et un regard plus aiguisé. Par exemple lorsqu’un informaticien créait un site web pour une galerie d’art, le site manquait d’âme artistique. En se faisant assister par un dauphin qui avait fait des étude d’art, l’informaticien pouvait créer de biens meilleures pages web. Pour que cette collaboration soit efficace, il fallait que le dauphin connaisse les différentes technologies (sans forcément les pratiquer), ainsi, ses suggestions étaient cohérentes.

J’aimais bien parler de Développement Personnel avec mes élèves, car je savais que leur réussite professionnelle ne dépendait pas uniquement de ce que j’allais leur enseigner sur les machines. Evoluer, que ce soit en solo ou dans une grosse boite, est une question d’attitude…

Parmi mes élèves, il y avait un jeune-homme prénommé Fabien. Si je me souviens aussi bien de lui, c’est parce qu’un jour, j’ai demandé à mes élèves ce qu’ils faisaient pendant les pauses. La plupart allaient fumer une cigarette, boire un café ou déguster une confiserie. Mais Fabien, lui, nous a dit qu’il aimait s’isoler dans un coin, fermer les yeux, et imaginer qu’il était un super-héro ! Pendant ce petit moment de solitude, il pouvait survoler la ville et porter secours à des gens qui avaient besoin de son aide.

Il ne dormait pas : son rêve était conscient. Il pouvait, selon ses envies, soit en contrôler le scénario, soit se laisser surprendre, sachant que quoi qu’il arrive, ça se terminerait bien.

J’ai entendu quelques gloussements dans la salle. Eh oui, les gens qui font «des trucs bizarres» sont souvent raillés. Mais Fabien était droit dans ses bottes. Pour ma part, j’étais agréablement surpris de l’entendre me parler de cette technique. Je la connaissais sous le nom de «dynamique mentale» (une méthode de Christian Godefroy que je pratiquais depuis une dizaine d’années). Une belle affinité s’est créée entre nous. C’était l’élève le plus doué. Je lui demandais souvent de survoler les écrans de la salle pour voir si l’un de ses camarades avait besoin d’aide. Terminant ses exercices avant tout le monde, il était devenu mon assistant. Avant même d’être définitivement embauché, il était déjà mon dauphin…

2 ou 3 ans après cette formation, j’ai eu le plaisir de croiser Fabien dans un couloir. Il revenait pour une formation d’un très haut-niveau. Je lui ai demandé ce qu’il devenait, et il m’a répondu :

– Je suis responsable de la Sécurité des Data Center !

J’étais stupéfait ! Comment ce jeune-homme de 25 ans avait-il atteint l’un des plus hauts postes de son entreprise, dans un domaine qui ne correspondait pas à sa formation initiale ???

Puis j’ai repensé à ses projections mentales, et la chose m’est apparue comme une évidence : c’était un super-héro ! Il n’avait pas choisi la voie de la Sécurité pour rien… Et lorsque son prédécesseur a quitté son poste, il était déjà prêt à le remplacer… Il avait la bonne attitude.

Je doute que dans cette entreprise, une autre personne ait pu évoluer aussi vite vers un poste de cette envergure. Fabien a construit sa vie grâce à de courtes séquences de rêves éveillés… Vous pouvez me dire qu’il a eu de la chance ! Vous pouvez aussi me dire qu’il était surdoué et qu’il doit ça à son intelligence. Vous pouvez même imaginer qu’il me racontait des histoires et qu’en réalité il passait l’aspirateur dans les conduits de refroidissement…

Mais si vous cherchez une autre raison que le Développement Personnel, que faites-vous ici ? C’est vrai quoi… Qu’est-ce qui vous attire dans cette page, si vous ne croyez pas en tout ça ? A quoi ça vous sert d’écouter des histoires de succès de personnes que vous ne pourrez jamais égaler ?

Vous pouvez faire la même chose que Fabien ! Je ne parle pas d’un poste de Responsable Informatique. Je parle de votre rêve à vous !

Lorsque j’ai divorcé, j’ai perdu toute confiance en moi… Lorsqu’on me parlait de mon avenir, je ne me voyais pas refaire l’erreur de me marier et de donner la vie à des enfants que je ne verrais qu’à temps partiel (si le juge est assez sympa pour m’accorder cette grâce)… Mais j’ai accepté de faire les exercices que Christian Godefroy (décédé en 2012) proposait : entretenir mes rêves ! Et d’inaccessibles, mes rêves sont devenus ma réalité.

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle fois de rejoindre mon atelier sur le Rêve Eveillé. Je ne suis pas sûr que j’aurai le temps de vous relancer à nouveau, car c’est pour demain. Alors si vous voulez tenter l’expérience. C’est MAINTENANT que vous devez vous autoriser à vous inscrire.

L’atelier du Rêve Eveillé

A++

Stéphane

2 réflexions au sujet de « Le rêve de Fabien »

  1. Je ne serai pas présent à cette séance, mais je pratique ce « rêve éveillé » spontanément depuis toujours. J’ai eu ma période super héros. Mon pouvoir étant de voyager dans le temps pour être témoin invisible des événements de l’histoire, pour m’assurer de l’exactitude de ce que nous disent les historiens. Je travaille aujourd’hui en Assurance Qualité spécialisé Compliance et Documentation. Est-ce un hasard? Je ne crois pas.
    Quant au survol, mes capacités de projection me permettent de « prévoir » les situations et donc de les anticiper. Je suis devenu expert en planification.
    Vivez vos rêves.

    • Eh non, pas de hasard…

      Et si cette technique existes officiellement aujourd’hui, c’est effectivement parce que des millions de personnes l’ont pratiquée, sans vraiment savoir qu’elle leur servait, et surtout, qu’ils pouvaient exercer un bien meilleur contrôle sur cette technique. C’est une technique naturelle, aussi naturelle que de respirer. Et si les chanteurs apprennent à mieux respirer pour mieux chanter, chaque être humain peut apprendre à mieux rêver pour mieux vivre. L’idée est de s’améliorer, se redécouvrir, se réinventer à partir de ressources déjà présente en nous.

      C’est ça le Développement Personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *