Le sommeil polyphasique… L’alternative…

Le sommeil polyphasique fut pendant les années 70-80 l’une des solutions proposées par le Développement Personnel pour gagner du temps. De nombreuses méthodes ont été élaborées. L’origine de ce mode de sommeil daterait de la préhistoire. Mais ce qui rendit le protocole intéressant, c’est le fait que certains hommes célèbres, comme Victor HUGO, Léonard DE VINCI ou Thomas EDISON l’aient utilisé avec succès (et quel succès !).

Le principe est de faire une sieste plusieurs fois par jour, tout en réduisant le nombre d’heures de sommeil nocturne. Le protocole le plus connu est le sommeil biphasique qui consiste à dormir 6 heures la nuit, puis de faire une sieste de 20 minutes l’après-midi.

Le protocole le moins connu, popularisé par les skippeurs, consiste à faire plusieurs siestes de 20 minutes. Ils parviennent ainsi à dormir moins de 3 heures par jour, et de rester vigilants vis-à-vis de l’environnement qui peut se déchainer si on lui laisse quelques heures d’avance.

Le plus grand problème rencontré lors des tentatives de vulgarisation des méthodes, fut le manque de discipline des candidats. Le sommeil polyphasique, pour être efficace, ne tolère aucune incartade pendant les 3 premières semaines d’adaptation. Par exemple, pour reprendre le cas du sommeil biphasique, les 6 heures de sommeil nocturnes doivent être respectées sans raccourcis ni prolongation. Idem pour la sieste de l’après-midi (que la plupart des aspirants prolongeaient volontiers). Les horaires devaient également être respectés de façon précise, tant le matin que l’après-midi. Enfin, plus on réduisait le nombre d’heures de sommeil, plus il fallait faire de sport et des étirements en journée. C’est une hygiène de vie très particulière : une technique de champions, quasi militaire au niveau de la discipline, et même pour les plus persévérants, le résultat n’est jamais garanti.

Ajoutez-y le fait que l’entrainement doit se faire hors contraintes. Ce qui signifie qu’une personne qui est très fatiguée doit d’abord penser à récupérer son sommeil de façon à retrouver une bonne forme physique. Les candidats «complètement crevés» qui tentaient ce type d’entrainement échouaient dans 95% des cas. C’est du sport !

Enfin, nous n’avons pas assez de recul (scientifique) pour connaître les effets à long terme.

Voilà qui n’est pas très encourageant, et vous l’avez compris, je ne vous le recommande pas… Mais alors, à quoi sert cet article ?…

Un cas d’école

Je vais vous exposer le cas d’un client qui pratique le sommeil polyphasique. Il s’est auto-formé afin de disposer de 3 heures de plus par jour. Je lui ai demandé s’il sentait une différence sur sa gestion du temps, et il m’a répondu ceci :

Au début OUI… J’avais 3 heures de plus par jour ! Mais finalement, je m’aperçois que je ne fais que travailler plus pour produire plus, mais pour gagner autant, voire moins, car je travaille dans un secteur ou la concurrence est sévère ! Je dois baisser mes prix, promettre des délais de livraison rapide, et surtout, tenir mes promesses, car la moindre incartade peut justifier une annulation de la commande.

Mon client a réussi à relever un défi terriblement difficile en gérant son sommeil autrement, mais sa vie n’a pas changé pour autant. Tout était comme avant : soit il dormait, soit il travaillait… Dormir 8 heures ou 5 heures ne changeait rien, ni à sa situation professionnelle, ni à sa situation personnelle. Il était toujours aussi débordé qu’avant.

Nous avons commencé par comparer ses produits à ceux de ses principaux concurrents. Chacun d’eux proposait un PLUS : une innovation, un service, un cadeau, un kit qui prolongeait la vie du produit… Mais lui, ne proposait que des tarifs plus bas, et des délais plus courts. C’était ses seuls arguments de vente.

Le phénomène d’attraction/répulsion

Sa façon d’exploiter son Energie l’a amené vers un résultat mesurable : sa clientèle était principalement constituée des clients les plus radins et les plus stressés de sa région ! Les meilleurs clients, ceux qui appréciaient la Qualité et qui étaient prêts à y mettre le prix, se sont déplacés chez ses concurrents en l’espace de 3 ans. Il était tellement envahi de clients difficiles, qu’il finissait par dire «mais ma parole, je les attire !».

Pour lui ce n’était qu’une expression. Pour moi l’équation était évidente, et l’expression révélatrice. Nous avons donc travaillé autour de ce phénomène d’attraction qu’il croyait mystique mais qui était tout à fait explicable dans son cas.

Lorsque je lui ai demandé s’il a fixé des objectifs personnels et professionnels avant de se lancer des défis et de s’engager vers différentes stratégies, il m’a répondu «ouais, bof… Globalement… Comme tout le monde…». Je lui ai alors dit que j’étais capable de deviner mentalement ce qu’il a formulé il y a 3 ans. Après 5 minutes d’écriture, je lui ai remis ma copie :

Je veux démontrer qu’il est possible de dormir moins pour gagner moins. J’emploierai pour cela toutes les techniques à ma portée, quitte à me dépasser. Pour mesurer le résultat, j’utiliserai ma propre entreprise, qui se porte plutôt bien, mais en y mettant tout mon talent je pourrai l’amener au plus bas du classement. Je me donne 3 ans pour réussir cet exploit. En un an je déclencherai tous les processus nécessaires. Ensuite je laisserai les Energies agir en procédant à quelques ajustements dont j’ai le secret… Par la même occasion, je ferai d’une pierre deux coups en m’absentant le plus possible de la vie familiale, et en prenant 3 kilos par an.

En lisant cette bafouille ironique, il a souri, puis il m’a dit :

Vous êtes dur avec moi ! Vous vous doutez bien que je n’ai jamais écrit une chose pareille… D’ailleurs je n’ai jamais rien écrit sur papier, j’ai juste réfléchi et marmonné quelques idées avant de m’endormir. Par contre, il est très possible qu’à mesure que le temps passait, je me sois répété des pensées voisines à ce que vous avez écrit, des centaines de fois, par dépit ou par dégoût…

Mon client venait d’expliquer l’intérêt d’écrire des objectifs optimistes sur papier blanc, et de les relire avec enthousiasme régulièrement, au lieu de marmonner des idées noires tous les soirs. Il ne nous restait plus qu’à nous mettre au travail pour produire l’œuvre…

La formulation d’objectifs nécessite 60 minutes à 90 minutes d’introspection, de questionnement et d’écriture. Le prix, selon le coach, varie de 50 euros à 300 euros (en excluant les ténors qui facturent plusieurs milliers d’euros). Grâce à l’auto-coaching que je vous propose, vous pourrez obtenir un résultat équivalent pour 29 euros, à raison de 10 à 15 minutes par jour, avec en prime la possibilité de recommencer quand vous le souhaitez, toujours en solo : vous aurez une méthode !

Inscrivez-vous !
Accès au formulaire d’inscription

Vous prendriez un énorme risque en vous inscrivant à un programme sur le sommeil polyphasique, car sans accompagnement, les erreurs sont nombreuses, et l’échec souvent au rendez-vous. Par contre, avec OBJECTIFS-COACH, vous pourrez atteindre les résultats attendus, en dormant sur vos deux oreilles.

A++

Stéphane SOLOMON

5 réflexions au sujet de « Le sommeil polyphasique… L’alternative… »

  1. là, tu nous pompes, Stéphane
    c’est complètement idiot

    je dors quand, comment et combien d’heures tous les jours, comme je veux
    je ne fais une sieste QUE max 5 x par an
    alors, suis-je moi-même idiote ???

    excuse, pas très chaleureux sans doute, alors que j’aime bien tes lettres d’habitude, de vieilles habitudes qd mm

    merci de ne pas m’en vouloir

    • M’enfin Lalou ! Le fait que le sujet ne t’intéresse pas ne signifie pas qu’il est complètement idiot… Ni même que tu es idiote… Ca signifie juste que tu ne te sens pas concernée.
      J’ai des lecteurs qui ont réagi de façon «pas très chaleureuse» concernant le message sur l’Intuition. Et lorsque j’exprime mon feedback concernant des moments vécus avec mes enfants pour illustrer des miracles ordinaires, j’ai aussi des commentaires du genre : «Arrêtez de raconter votre vie, et revenez à des messages plus pros !». Sauf qu’ils n’y ajoutent pas «je fais des enfants quand comment et combien tous les jours, comme je veux…» 😉
      Détendez-vous Louise… Je vous promets que le prochain message sera à votre goût. Et je promets aussi à bien d’autres lecteurs qu’il ne leur plaira pas du tout. C’est comme ça : quand je regarde un film comique, il y a des gags que je trouve lourds, et d’autres qui sont à mourir de rire. Mais globalement je ris…
      Là je m’adresse à tous : je sais que vous avez une certaine attente lorsque vous voyez «TIME-COACH» s’afficher dans votre boite de réception». Mais acceptez l’idée que parfois, pour des raisons personnelles vous ne vous sentiez pas concerné(e). Ce n’est que partie remise.
      Les gens qui ne sont jamais en vibration avec ce que j’écris ont cliqué sur le lien de désinscription depuis longtemps.
      Merci d’exister Louise. Le monde est beau par ses différences.
      Mis à part ça, je pense que vous n’avez pas compris le fond du message. Ce n’est pas un plaidoyer sur le sommeil polyphasique (ou alors vous n’avez lu que le début). Il expliquait juste que gagner 3 heures par jour pour avoir plus de temps d’autodestruction ne servait à rien, et que la quête de la performance nécessitait d’abord de placer la main au dessus du front et de regarder l’horizon avec un sentiment de bonheur…
      A++
      Stéphane SOLOMON

  2. Bonjour Stéphane.
    L’article m’interpelle.. ne serais-je pas inscrit pour Objectifs-Coach ? ce serait à l’insu de mon plein gré…
    Je suppose que c’est l’absence de réaction qui vous fait croire que je ne suis pas là. Mais si, je suis très attentif. Je manque de temps, comme votre client dont il question aujourd’hui, et comme lui, je ne dors que 5 heures 30 par jour, sans sieste. Mais ce n’est pas dans l’espoir d’attirer les clients pénibles. C’est juste que je vis à mon rythme, comme le paysan que je voulais être enfant ; longtemps, mais doucement. Du coup, mais je ne sais pas si cela a un rapport, je n’ai pas d’objectif, de but, zut, je ne sais déjà plus lequel, pour « changer » ma vie qui me va bien par ailleurs. Est-ce grave ? cela dit, j’ai des, euh, buts, plus terre à terre (pragmatiques ?) pour mon immédiat professionnel et personnel. J’en exposerai au cours d’Objectifs-Coach, si je suis toujours inscrit 😉
    Une dernière réflexion, sur vos textes, que j’ai toujours plaisir à lire, même si je ne trouve pas toujours matière pour moi. J’aime le côté positif, optimiste que vous montrez, alors que je ne suis pas à même de vous imiter/suivre. Cependant, quoique que grognon/râleur invétéré, je ne somatise pas et je ne me fais pas d’ulcère. Je grogne et je passe à autre chose. Vous voyez, je connais un des secrets du bonheur. Avec vous, un de mes buts est d’en apprendre d’autres pour pouvoir partager…
    Continuez comme ça Stéphane. J’avais déjà commencé à payer ce que je voulais quand je le voulais… le bonheur.

  3. Cher Stéphane,

    Toujours agréablement surprise … et encore une fois … car je dors plutôt beaucoup moins que la moyenne et quand je faisais mes études, je ne dormais que 6 heures par nuit mais faisais relaxation voire sieste régulièrement …sauf que quand je peux faire 2heures de sieste, j’adore … Donc, je me suis dit que j’allais enfin être une « parfaite petite soldate », et là patatra tu nous proposes objectif coach … Mais finalement, je l’ai suivi cette formation, il y a trois ans déjà et je suis prête à recevoir la nouvelle formule !

    Merci encore pour tout ce que tu nous donnes,
    qui nous permets de « grandir »,

    Bien à toi,
    Isabelle

  4. bonjour Stéphane,
    s’il vous plait, s’il vous plait, j’aurais tant aimé… le programme n’est à présent plus en ligne.
    y a t il espoir de vous retrouver?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *