Le syndrome de l’imposteur – préambule

Avant de vous inviter à découvrir mon prochain article, j’aimerais prendre quelques précautions :

Vous avez peut-être ressenti un malaise en lisant la conclusion de ma précédente publication. Je termine mon article en m’interrogeant sur le peu de messages de bienvenue souhaités à Isabelle et je vous invite à vous interroger vous aussi sur ce silence.

J’ai conscience que ce style d’animation, qui s’appuie sur les actions des lecteurs (ou sur leur manque d’actions), peut amener une confusion. Vous pourriez avoir le sentiment que je vous juge ou que je suis excédé… Alors je voudrais rappeler quelque chose d’important :

À chaque fois que vous avez le sentiment que je vous critiques ou que je me plains, rappelez-vous qu’il y un autre prisme de lecture : un prisme qui vous invite à améliorer quelque chose dans votre vie à travers un exercice d’Auto-Coaching. Vous pouvez donc vous prêter au questionnement que je propose sans vous sentir accusé d’une quelconque façon.

Faites comme si vous lisiez un livre, et qu’un chapitre commence ainsi :

«Vous êtes invité à une soirée organisée par une association à laquelle vous contribuez régulièrement. Pendant son discours, le Président annonce , qu’une nouvelle permanence vient d’ouvrir sur la Côte d’Azur. Il présente la directrice de la nouvelle équipe et lui propose de monter sur scène pour dire quelques mots. Ensuite, la soirée continue.

On constate que sur 200 convives, seulement 3 personnes félicitent la nouvelle arrivée. Elle est pourtant disponible et elle se montre enthousiaste lorsqu’une personne vient lui souhaiter la bienvenue. Mais force est de constater qu’ils ne sont pas nombreux.

Et vous, qu’auriez-vous fait ? Lui auriez-vous glissé un petit mot ? Sinon, pourquoi ? Serait-ce lié à votre sentiment de Légitimité ? C’est une possibilité à ne pas négliger. Dans ce chapitre, nous vous proposons différents axes de réflexion et de changement.»

Voyez, il n’y a aucune agression mais la proposition de découvrir des choses pour votre Développement Personnel. Ce qui est intéressant dans notre cas, c’est que l’exercice a été fait véritablement. Je ne vous demande pas d’imaginer une situation. Vous ne pouvez pas vous raconter une histoire du genre :

– Bien sûr que j’aurais fait partie des 3 personnes qui souhaitent la bienvenue ! J’aurais même fait de mon mieux pour inspirer les gens qui se trouvent à ma table !

Et là encore, mon but n’est pas de traiter qui que ce soit de menteur. C’est mon métier de savoir qu’il y a une différence entre ce que les gens croient sincèrement qu’ils feraient (sur le papier), et ce qu’ils font en réalité. Et comme c’est un métier choisi, ça me fera plaisir d’en parler avec vous

En tout cas, depuis le jour de votre inscription, je me sens légitime de le faire.

A++

Stéphane

22
Poster un Commentaire

avatar
12 Auteurs du commentaire
Jacqueline P.JeanxavierStéphane SOLOMONLiliane Auteurs de commentaires récents
  Je veux être notifié lorsqu'un lecteur laisse un commentaire  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Azizi
Azizi

vous savez parfois il nous arrive d’être un peu fébrile face a une personne ou simplement on a pas le courage de dire les choses en public ou face a une personne qu’on vient juste de connaitre oui 3 personnes sur 200 franchement ses très peu mais laissez le temps aux temps ça va venir et notre parole sera liberée

Loïc
Loïc

Effectivement, c’est peut être ce sentiment de manque de légitimité qui m’a interdit de prendre la plume, heuh le clavier, pour accueillir Isabelle, et je le relie aussitôt, en lisant ce préambule, à la difficulté que j’éprouve à prendre la parole en public, lors de conférences, de réunions, y compris dans une assemblée d’amis, alors que je n’ai aucune difficulté, au contraire,je dirais que j’adore animer des groupes de formation professionnelle, ce qui est mon activité actuelle. Peut-être que la raison en est que dans ce dernier cas, mon intervention se fait dans un cadre contractuel plus délimité?
Cordialement, Loïc

Arnaud
Arnaud

.Comme déjà publié dans le précédent message je ne suis pas très expressif, donc je n’ai pas salué l’arrivé d’Isabelle. Par contre cela ne veux pas dire que je me réjouissais pas ! J’ai d’ailleurs eu l’occasion de suivre un live “des livres et vous” avec sa présence et je dois dire que je m’y suis senti à l’aise !

Sophie
Sophie

Bonjour Stéphane,

Très honnêtement sur la période de janvier j’ai procrastiné. Je travaille dans le commerce et le mois de janvier est intense. Je ne me sens aucune obligation sur un portail virtuel car il est toujours possible d’y revenir à un moment choisi. J’ai lu en diagonal. Je n’ai pas eu le temps de prendre le temps, fatigue ou procrastination ? Ou les deux ?
Pour autant j’apprécie grandement votre démarche votre site je respecte votre travail. Isabelle votre binôme à donc toute légitimité. Même si je n’ai pas encore vu le Coaching du coach ni lu l’article d’Isabelle. En présence dans une salle réelle de convives lors de cette présentation j’aurai applaudi
La question qui m’apparaît : Suis je légitime sur site si je ne réagit pas dans l’instant ou dans le bon timing pour vous et /ou a groupeité ? Ou si je loupe des articles ?
Dans le fond (et merci pour cet exercice) raisonne le syndrome de l’imposteur :
Je fais un travail alimentaire et j’imagine depouvoir me lancer à un moment dans une activité libérale dans le bien-être. (Aurais je toute légitimité ? ) J’applique la procrastination, c’est épuisant j’en convient, j’en suis consciente, j’y travaille
J’ai besoin d’un coach j’ai donc toute légitimité ici
Bienvenue à Isabelle.
Bien à vous.
Sophie

Geneviève Rozental
Geneviève Rozental

En ce moment, je suis un peu ailleurs. Je lis tes articles, souvent avec du retard, parce qu’ils arrivent sur mon ordinateur mais je ne me sens pas directement impliquée. Ceci explique mon manque de réaction.

xavier
xavier

Ça me concerne,
je veux suivre le sujet.

Nicole
Nicole

Moi, j’ai beaucoup de retard dans mes lectures. Les messages sont dans ma boite mail, il faut que je les lise.

Myriam
Myriam

Je ne sais pas si c’est pour une question de légitimité que je n’ai pas répondu, peut-être.
Voilà comment je l’ai vu de mon coté : le message “bienvenu à Isabelle” est arrivé assez tard après la première annonce de co-écriture. Et si ma mémoire ne mélange pas tout, il commençait par quelque-chose du genre : cela n’a t’ll pas attiré votre curiosité ? Alors que je me souvenais très bien du super webinaire avec Isabelle (celui où Stéphane se faisait coacher par Isabelle, quelle meilleure présentation aurait été possible ?) et que j’étais donc très contente de voir que vous collaboriez. Pour moi ça n’annonce que du bon !
Je ne sais pas comment expliquer ça, je ne me sentais pas en phase avec la présentation, si bien que j’ai pensé qu’il fallait que je laisse les autres lecteurs répondre.
Alors… avec un peu de retard, je souhaite la bienvenue à Isabelle !

Liliane
Liliane

Je suis très absorbée par beaucoup de choses d’ordre professionnelles, alors je pourrais dire que point de vue coaching, je procrastine complètement. Isabelle est selon moi tout à fait légitime, je te fais entièrement confiance, je suis désolée de ne pas avoir été là pour l’accueillir comme il se doit. Mais il est vrai que, grâce à ton coaching en partie, et j’oserais dire par ailleurs grâce à moi :p , que j’ai été très efficace dans mon travail, mais du coups très demandée, de ce fait, je suis obligée de faire le tri.
Je garde certaines choses apprises lors des précédents programmes comme des mantras, la gestion du temps en l’occurrence, et je suis obligée de faire des choix, mes choix s’orientent vers le fait d’être là dans les périodes plus creuses pour me ressourcer, m’enrichir, mais de me concentrer sur mes tâches professionnelles le reste du temps (double temps plein depuis janvier, et ce jusqu’à juin), et ma famille. Je sais que c’est un choix, que j’ai appris à faire avec Devenir et Aller Vers, alors merci à toi, et bienvenue Isabelle, je suis ravie qu’elle t’ait rejoint!!!

Jean
Jean

Bonjour
Tout en pensant la personne tout à fait légitime pour occuper une fonction, il n’est pas naturel pour moi de la féliciter simplement parce qu’elle occupe une place qu’elle mérite. Je le ferai éventuellement en direct pour un proche, mais pas pour une personne inconnue, encore moins via internet.
C’est une “distance”, en aucun cas une posture négative. Mais ton interpellation m’en a fait prendre conscience.

Jacqueline P.
Jacqueline P.

C’est drôle, j’ai tout de suite pensé que je n’avais pas souhaité la bienvenue à Isabelle parce que je ne me sentais pas légitime de le faire. J’ai d’ailleurs laissé un post dans ce sens.
Or la réponse de Jean m’a tout d’un coup montré qu’il pouvait aussi s’agir de la légitimité d’Isabelle. Alors j’ai relu attentivement ce dernier article “la légitimité d’agir” Effectivement, Stéphane veut attirer notre attention sur l’importance de la légitimité ; il nous parle ensuite d’Isabelle -avec la conviction que nous ne mettons pas en doute sa légitimité- et donne trois pistes de réflexion pour expliquer notre inaction : 1) on a du mal à trouver les mots pour le dire, 2) on sous-estime l’importance de l’officialisation (légitimante) de la mission d’Isabelle et on stocke simplement l’information, 3) on ne se sent pas légitime po.ur le faire.
J’ai sauté au 3 sans même voir les deux premières explications ! C’est dire à quel point je suis concernée par ce syndrome de l’imposteur. J’attends la suite avec impatience.