La syndrome de l’imposteur – préambule

Avant de vous inviter à découvrir mon prochain article, j’aimerais prendre quelques précautions :

Vous avez peut-être ressenti un malaise en lisant la conclusion de ma précédente publication. Je termine mon article en m’interrogeant sur le peu de messages de bienvenue souhaités à Isabelle et je vous invite à vous interroger vous aussi sur ce silence.

J’ai conscience que ce style d’animation, qui s’appuie sur les actions des lecteurs (ou sur leur manque d’actions), peut amener une confusion. Vous pourriez avoir le sentiment que je vous juge ou que je suis excédé… Alors je voudrais rappeler quelque chose d’important :

À chaque fois que vous avez le sentiment que je vous critiques ou que je me plains, rappelez-vous qu’il y un autre prisme de lecture : un prisme qui vous invite à améliorer quelque chose dans votre vie à travers un exercice d’Auto-Coaching. Vous pouvez donc vous prêter au questionnement que je propose sans vous sentir accusé d’une quelconque façon.

Faites comme si vous lisiez un livre, et qu’un chapitre commence ainsi :

«Vous êtes invité à une soirée organisée par une association à laquelle vous contribuez régulièrement. Pendant son discours, le Président annonce , qu’une nouvelle permanence vient d’ouvrir sur la Côte d’Azur. Il présente la directrice de la nouvelle équipe et lui propose de monter sur scène pour dire quelques mots. Ensuite, la soirée continue.

On constate que sur 200 convives, seulement 3 personnes félicitent la nouvelle arrivée. Elle est pourtant disponible et elle se montre enthousiaste lorsqu’une personne vient lui souhaiter la bienvenue. Mais force est de constater qu’ils ne sont pas nombreux.

Et vous, qu’auriez-vous fait ? Lui auriez-vous glissé un petit mot ? Sinon, pourquoi ? Serait-ce lié à votre sentiment de Légitimité ? C’est une possibilité à ne pas négliger. Dans ce chapitre, nous vous proposons différents axes de réflexion et de changement.»

Voyez, il n’y a aucune agression mais la proposition de découvrir des choses pour votre Développement Personnel. Ce qui est intéressant dans notre cas, c’est que l’exercice a été fait véritablement. Je ne vous demande pas d’imaginer une situation. Vous ne pouvez pas vous raconter une histoire du genre :

– Bien sûr que j’aurais fait partie des 3 personnes qui souhaitent la bienvenue ! J’aurais même fait de mon mieux pour inspirer les gens qui se trouvent à ma table !

Et là encore, mon but n’est pas de traiter qui que ce soit de menteur. C’est mon métier de savoir qu’il y a une différence entre ce que les gens croient sincèrement qu’ils feraient (sur le papier), et ce qu’ils font en réalité. Et comme c’est un métier choisi, ça me fera plaisir d’en parler avec vous

En tout cas, depuis le jour de votre inscription, je me sens légitime de le faire.

A++

Stéphane