Le voyage à Tahiti (1/2)

Ceci est un dialogue imaginaire avec un personnage fictif que j’appelle Natacha. Donc elle pourrait aussi bien s’appeler Florence, Franck ou Emilie… Vous pouvez même la remplacer par votre prénom si vous vous reconnaissez…
 
Mais attention ! Un dialogue imaginaire ne signifie pas qu’il est complètement inventé ou improbable. Au contraire : la réalité dépasse souvent la fiction, qui elle-même est inspirée de la réalité… Si je fais appel à mon imagination pour écrire le texte ci-dessous, c’est uniquement par pédagogie. Dans la vraie vie, pour comprendre ce qui vous sera livré en quelques minutes de lecture, il faut environ 10 ans. Ayant un grand respect pour votre temps, j’ai pris le chemin le plus court. Un dialogue imaginaire :
 
——-
C’est moi qui commence :
 
– Natacha, saurais-tu apprécier à sa juste mesure, un cadeau qui t’est offert alors que tu n’as fourni aucun effort pour l’obtenir ?
 
– Oui ! Bien-sûr ! J’aime lorsque la vie me fait des cadeaux… Un beau ciel bleu, des oiseaux qui me chantent une belle mélodie le matin, des inconnus qui me sourient dans la rue, mes enfants qui me font un bisou dans le cou…
– OK… Si tu le permets, on va changer un peu de registre, car même si j’apprécie ce genre de réponse, je voudrais gratter un peu plus ce concept. Peux-tu me donner une destination de rêve pour tes vacances ?
 
– Tahiti !
 
– Purée… Je l’aurais parié (bon en même temps c’est moi qui invente le dialogue, donc c’est facile) !
– C’est mon rêve !!!
– Alors voilà : imagine que je t’offre un voyage à Tahiti !
 
– Pourquoi tu m’offrirais un tel cadeau ?
– Parce que tous les ans, j’offre un cadeau de valeur à une personne que j’ai rencontrée durant cette même année, et là, c’est tombé sur toi !
 
– Ah bon ? Et l’année dernière c’est tombé sur qui ?
 
– Un gars qui s’est assis près de moi lors d’une conférence. Il m’a laissé sa carte et je l’ai contacté 3 mois plus tard, lorsque ce petit bout de papier a été tiré au sort…
 
– Il a accepté facilement ?
 
– Oui et Non… Disons qu’il m’a posé autant de questions que toi avant d’accepter…
 
– Il faut dire que ce n’est pas très courant !
 
– Je n’en sais rien et je m’en fous ! Alors ? Tu acceptes ce cadeau ou pas ?
– C’est à quelle date ?
– Quand tu veux ! C’est un vrai cadeau, pas une contrainte !
– J’ai compris mais si j’ai envie de partir dès demain, je suppose qu’il te faut un peu de temps pour réserver l’avion l’hébergement, etc. Tu as une famille, un métier, une vie… Tu ne vas pas passer la journée à t’occuper de moi. Quand est-ce que tu auras un moment pour m’organiser ce voyage ?
 
– Ecoute Natacha, c’est un cadeau ! C’est offert, avec cœur et générosité. C’est comme un bisou dans le cou. C’est spontané. Tu l’acceptes ou pas ?
– Le voyage à Tahiti ou le bisou dans le cou ? Parce que si c’est pour en venir là, je préfère te dire tout de suite que…
– Arrête ! Je préfère moi aussi te dire tout de suite que je suis heureux en ménage et que tu peux ranger ta suspicion. Je parlais du «bisou dans le cou» parce que c’est toi qui l’a évoqué tout à l’heure, mais c’était un exemple, une métaphore pour que tu me comprennes. L’offre n’a pas de contrepartie. C’est un cadeau !
 
– Bon, au moins à ce sujet c’est clair… Alors j’aimerais bien partir le plus vite possible, parce que je suis au bord du burn-out.
 
– Je vois ça… Donc fais tes valises, une limousine viendra te chercher demain matin entre 10h00 et 10h30. Voyage léger, parce que pour ce qui est de l’intendance, tu auras tout ce dont tu auras besoin sur place. Le tout confort est offert avec…
 
– Une limousine ? carrément ?!
 
– Eh ouais, je ne fais pas les choses à moitié.
– Tu sais, tu peux m’accompagner en voiture. Je ne demande pas une limousine. Pourquoi tant de zèle ?
– Parce que comme tu l’as dit, j’ai une vie et j’ai plein de choses à faire. Donc je vais faire appel à un chauffeur privé. On appelle ça «déléguer».
– Je peux me payer un Uber jusqu’à l’aéroport… 50€ pour aller à Tahiti, c’est pas trop cher.
 
– Tu te souviens de ma première question ?
– Euh… C’était quoi déjà ?
– Saurais-tu apprécier à sa juste mesure, un cadeau qui t’est offert alors que tu n’as fourni aucun effort pour l’obtenir ?
 
– Ah oui, c’est vrai !
– Et tu m’as répondu «Oui bien-sûr !» en me citant tout un tas de trucs gnan gnan. Là, je te propose du lourd ! C’est toujours OK ?
– Oui !
– Cool ! Bon voyage Natacha !
Natacha s’en va à Tahiti. Mon entreprise de conciergerie l’accompagne comme une VIP. Elle revient au bout de 15 jours…
 
Mais avant de vous raconter son séjour et son sentiment au retour, j’aimerais déjà m’arrêter sur ce cadeau qui lui a été offert. Peut-on vraiment dire qu’elle l’a accepté sans efforts ?

8 réflexions au sujet de « Le voyage à Tahiti (1/2) »

  1. Si je rentre dans l’effet Barnum, je dirais qu’elle l’a accepté sans faire aucun effort car elle a fait beaucoup d’efforts avant ta proposition pour en arriver là ! La question suivante étant : s’est elle autorisée a pleinement vivre l’expérience ? A-t-elle pris le cadeau ? J’espere m’etre assez auto coachée pour pouvoir dire oui aujourd’hui aux deux affirmations.

  2. On dirait qu’elle a peur….., De dire merci.
    J’ai vu des réactions que moi même je fais. Il est souvent plus facile de dire merci et d’ouvrir le cadeau que de chercher a savoir ce qu’il y a a l’intérieur avant de l’avoir ouvert.

  3. Comme on dit dans ma campagne : quand on t’offre un cheval, tu ne lui regarde pas les dents (en tous cas, pas avant de l’avoir reçu)
    Stéphane, tu es bien patient de consacrer autant de temps à « vendre » ton cadeau. Faut garder le moral !
    Natacha, enfant gâtée, tu souffres manifestement d’une carence en coups de pieds au c…
    Mais bon, c’est courant, on rencontre souvent des gens comme çà dans la vie, et j’ai toujours beaucoup de mal à garder ma sérénité devant ces sales gosses. Faut que je m’adapte…
    Cela me ramène à un fait très terre à terre : dans ma e-boutique, j’ai pris la décision d’offrir systématiquement un cadeau de bienvenue aux nouveaux clients lors de leur première commande; spontanément et sans réfléchir, j’ai décidé de ne pas l’annoncer à l’avance, histoire de faire une surprise; je n’ai jamais eu le moindre remerciement formalisé, mais ce n’est pas ce que je cherche, donc tout va très bien; après quelques semaines, j’en ai parlé un peu par hasard à mon épouse qui m’a dit : « comme tu as raison, moi qui achète souvent sur internet et reçois donc souvent des « cadeaux » des vendeurs, le plaisir est très mince à leur réception s’ils sont annoncés, et je dois dire que je m’en fous un peu; je préfère recevoir des échantillons ou autre chose, pas prévu ou surprenant ». Bon, ce commentaire est peut-être un peu hors sujet, mais je suis sûr que, Stéphane, tu en feras quelque chose.
    Bonne journée à tous.

  4. Autre commentaire, totalement hors sujet et purement technique : Stéphane, ton serveur est resté à l’heure d’hiver, il y a un décalage entre les commentaires et leur horodatage

  5. Franchement, je ne crois pas au cadeau sans contrepartie. Je ne les souhaite pas non plus. Ils me semblent utiles quand on est un enfant et qu’on a besoin de sentir que des parents n’attendent rien de toi pour avancer. Dans le cas contraire c’est un « faux » don qui te fait peser sur toi une dette dont tu ne connais ni l’échéance ni le montant exact. Tous les aspects d’une manipulation. D’ailleurs de nombreux modes de fonctionnement que je nommerai pervers (ex, la prison, ou recevoir un don d’un autre te fait son obligé) fonctionnent sous le don et appelle à une contrepartie implicite.

  6. Hello,

    C’est pas du lourd ! c’est énorme !
    Je ne suis pas certaine qu’elle va passer un agréable séjour. C’est de l’auto-sabotage.
    Même si cela peut se comprendre, c’est elle qui passe par tous les état de doute et d’auto critique finalement.

    Le mérite et les efforts sont un peu des pièges. La vrai valeur du cadeau ne se situe-t-elle pas justement dans le don simple et sincère, dans le geste ! Et si on est en position de recevoir un cadeau c’est une question de lien, de personne et non de mérite et d’efforts. c’est un cadeau pas une récompense.

    Là Stéphane, c’est vraiment énorme ! je ne sais pas si je vais en faire des rêves ou des cauchemar mais c’est l’équivalent d’un upercut! (merde!)

    Merci mercie
    merci beaucoup

  7. Pas plus tard que dimanche une amie m a rendue un énorme service, elle m a prêter son mari, afin de m éviter un dimanche galère .
    J ai accepter après de longues minutes de négociation.
    Et depuis lundi , je me sens redevable, j ai un sentiment d avoir abusé d un passe droit .
    Par contre ce service, m a permis de me débarrasser de chèvres très très encombrantes.
    Lundi j étais prête pour mon rendez vous .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *