Les activités chronophages

Cet article s’adresse à la fois aux grosses entreprise et aux petites. Vous pouvez vous en servir à la maison, mais il faudra adapter votre perception pour personnaliser la méthode aux besoins familiaux.

Qu’est-ce qu’une activité chronophage

Chronophage, signifie mange-temps ou bouffe-temps : il s’agit donc d’une activité « trop longue par rapport à ce qu’elle apporte ».

Les activités chronophages amplifient la procrastination. Par exemple, lorsque je dois monter une tringle à rideau, je sais que j’en ai pour 4 heures minimum. La tringle va donc rester contre un mur pendant des mois, et à chaque fois que je la croiserai sur mon chemin, un sentiment d’inachevé viendra me hanter. Ajoutez-y les remarques de ma femme, qui est convaincue que tout homme nait bricoleur (croyance), et l’inachevé va se transformer en culpabilité : pourquoi ne suis-je pas l’homme de la situation ?

Je pourrais me défendre en lui disant que certains hommes naissent avec une prédisposition pour les travaux manuels, et d’autres non… Mais elle pourrait profiter d’un repas en famille pour demander à ma mère : « avec quoi est-il né votre fils ? ». Et ma mère, qui a acquis le sens de l’humour en fréquentant mon père, lui répondra : « avec la jaunisse ! ».

Bon… Pendant ce temps, la tringle restera verticale… Comment faire ?

Dans le problème se trouve la solution

Si ma femme CROIT que tout homme est né bricoleur, c’est parce qu’en observant son père, elle a créé ce paradigme absurde… J’appelle donc son père pour lui demander de monter cette tringle ! C’est justice : c’est lui qui a programmé ma femme durant toute son enfance.

Ceci dit, si nous sommes ensemble, Karine et moi, c’est parce qu’à part ça, il a fait du bon boulot (chérie, si tu me lis, sache que j’adore ton père !).

Bon revenons dans un environnement professionnel : vous avez certainement remarqué des activités chronophages dans votre entreprise. Et si vous ne les aviez pas identifiées comme une source de procrastination, c’est désormais révélé : oui, ce qui est trop long à faire, sera ajourné au profit de tâches plus courtes. C’est un principe d’immédiateté… Je vous en parlerai dans un autre article, parce que si j’aborde l’immédiateté maintenant, mon article va devenir chronophage…

Quoi qu’il en soit rappelez-vous ce dicton chinois :

« Dans le problème se trouve la solution ! »

Bein oui… On ne vous demande pas de régler les problèmes de Microsoft ou d’Apple… On vous demande de régler VOS problèmes. S’ils existent dans VOTRE univers, c’est que VOUS avez la responsabilité de les résoudre. La bonne nouvelle, c’est que la solution est également en VOUS et autour de VOUS…

Par exemple, pour en revenir à mon beau-père : je vous ai dit qu’il me faut au minimum 4 heures pour poser une tringle. Mais mon beau-père a la connaissance, la pratique et les outils pour le faire mieux que moi, en moins d’une heure. Alors je délègue mon activité chronophage afin qu’elle ne le soit plus ! La demande m’a couté 5 minutes de conversation agréable et pleine d’humour avec mon beau père. Le reste s’est fait tout seul

Je peux donc affirmer que j’ai monté cette tringle à rideau en 5 minutes… Ma femme me parle autrement depuis !

Oui mais Stéphane, me direz-vous, vous avez dit que ce message est pour les entreprises. Et votre exemple concernant la tringle à rideau, ce n’est pas très pro !

En effet, j’ai oublié de vous dire que pendant que mon beau-père bricolait, moi, je cuisinais (j’adore cuisiner pour les autres). Je lui ai donc préparé des antipasti. Ce n’est pas très équitable, parce qu’il faut 2 heures minimum pour préparer de bonnes antipasti. Mais les comptes d’apothicaire, c’est très chronophage. L’important est que j’y gagne 2 heures tout en faisant ce que j’aime faire : c’est du costaud comme méthode. Je me demande pourquoi il m’a fallu tant d’années pour l’appliquer. Je le savais pourtant…

Oui mais Stéphane, me répéterez-vous à juste titre, vous être toujours dans un environnement familial. On peut saisir l’allusion de la délégation professionnelle ou de la sous-traitance, mais ça coûte cher ! Bien plus cher que les légumes de vos antipasti…

Bon d’accord… Voici une idée interentreprises :

(Cette vidéo dure 2 minutes et 43 secondes)

Si vous ne voyez pas cette vidéo dans cette page, vous pouvez cliquer ici pour la voir sur Youtube.

Mais une question reste posée : pourquoi ai-je dit, en introduction, que cet article concernait les entreprises, alors que seule la conclusion est pro ?

Le travail, c’est la santé !

Je pratique le Bartering depuis des années. C’est bien plus qu’une technique ou une méthode, c’est une attitude et une aptitude. Je l’ai acquise en milieu professionnel, et ensuite, je l’ai transposée à la maison.

Depuis, j’ai compris que toute formation professionnelle, tout litige commercial résolu, toute négociation avec un groupe de personnes, tout outil novateur… Bref, tout ce qui me sert au travail, peut être transposé dans un cadre personnel et familial.

Avant d’utiliser ces compétences dans un cadre professionnel, je faisais comme la plupart des gens : je demandais de l’aide aux personnes disponibles (souvent les mêmes). Depuis que j’ai compris comment ça marche, je demande de l’aide à ceux qui savent faire. C’est beaucoup plus efficace.

Et il y a bien d’autres choses à apprendre de cette pratique, en pratiquant…

La plupart de gens se contentent de la réduction « chèque-cinéma » du Comité d’Entreprise… C’est sympa, mais c’est pour les petits joueurs. Vous pouvez profiter de votre travail bien au-delà.

Par exemple :

  • En vous formant à la CNV (Communication Non Violente) dans le cadre de l’entreprise, vous pourrez adapter le contenu du cours pour mieux communiquer avec votre mari ou votre femme et vos enfants.
  • En vous inscrivant à une formation Internet à usage professionnel, vous apprendrez à mieux surfer à la maison.
  • En vous inscrivant à une formation sur la gestion du temps et sur la délégation, vous apprendrez à poser une tringle à rideau en 5 minutes…

Pour le dernier type de formations, vous pouvez me contacter au 09.72.29.32.53, ou m’envoyer un courrier électronique (en répondant au message que vous avez reçu).

Conclusion

Nous passons une bonne partie de notre vie à faire des choses pour lesquelles nous ne sommes pas spécialement doués ou formés. Ces activités sont extrêmement chronophages. La Formation Professionnelle Pour Adultes peut nous aider à devenir compétents.

Sachant que l’ultime compétence pour faire face aux activités chronophages, c’est de savoir déléguer aux personnes qui savent faire mieux que nous, en moins de temps, et en sifflotant.

Enfin, le plus important est cette conclusion, conforme à l’introduction. Elle tient en une citation (dont je tairai le nom de l’auteur, par modestie) :

N’emmenez pas du travail à la maison, amenez-y vos compétences !

A++

Stéphane SOLOMON

4 réflexions au sujet de « Les activités chronophages »

  1. Bonsoir Stéphane,
    Moi aussi je pratique l’échange marchandise depuis longtemps. Cela a commencé lorsque j’ai accompagné une créatrice de Mode dans la restructuration complète de son entreprise et la mise en place d’une organisation commerciale (réseau de VDI). Comme les temps étaient difficiles, elle m’a payée en vêtements sur mesure……. ,depuis, il m’arrive fréquemment de négocier des échanges-compétences sur des missions diverses.
    L’idée d’en faire une activité complémentaire ne m’avait pas effleurée, mais en visionnant la vidéo je me dis « pourquoi pas ? »
    Merci encore pour ces idées que vous semez. Si le terrain s’y prête, la récolte pourra être belle.
    Bien à vous.

    Solange.

  2. Bonjour,
    Merci pour cette vidéo. Ma fille pratique cela avec ses bijoux, les deux parties sont contentes.
    Mais quand on est professeur d’arts plastiques, on ne peut déléguer le commentaire du travail des élèves, l’évaluation et la notation, la préparation matérielle, les stages, la rencontre des parents, la présence aux réunions, la gestion matérielle et … la préparation des cours tenant compte des attentes disciplinaires et de l’histoire des arts, sans parler des cours eux-mêmes très rock’n roll ! Quand on a fait tout cela, alors seulement on peut commencer à vivre pour soi … euh, c’est quand ?
    Conclusion : dans le privé, je déléguais, en effet ; dans le public, comment je fais ? Comme je m’applique à ne plus procrastiner -merci Stéphane- je suis en sur-régime … Encore ???!! Comme disait Maurice Birot (adapté) : « Et dire que pendant ce temps-là, la France croit que ses profs ne fichent rien ! »

    • Bonjour «VAM»,

      Il y a plein de choses que je ne peux pas déléguer… Je fais toutefois la part des choses entre mes croyances, ce qu’on m’impose de faire, ce que je m’impose de faire, ce qui se fait, etc.

      L’exemple de la tringle à rideau semble simple, mais en réalité, il ne l’est pas tant que ça.

      Beaucoup de gens estiment que c’est à eux de s’occuper de leur intérieur
      Beaucoup de gens croient que si c’est fait par quelqu’un d’autre ce sera mal fait ou bâclé
      Beaucoup de gens croient que tout service est donnant-donnant
      Beaucoup de gens croient que leur beau-père est juste le père de leur femme
      Beaucoup de gens se bloquent sur « tout travail mérite salaire »
      Beaucoup de gens aiment avoir le contrôle sur les différentes étapes du projet
      Et beaucoup de gens croient que lorsque je dis que j’ai monté cette tringle en 5 minutes, je fais de l’humour, et uniquement de l’humour.

      Passons à votre énumération :

      Le commentaire du travail des élèves, c’est à vous de le faire. Si c’est une contrainte, pour vous, cela signifie que vous n’aimez pas (ou plus) votre métier. C’est donc «hors sujet» par rapport à ce que je propose dans cet article, qui vous propose de déléguer ce qui vous paraît trop long ou trop pénible, et que les autres font avec joie, et un grand sentiment d’utilité.

      La gestion matérielle peut être confiée à des élèves délégués. Evidemment, il faut faire un effort d’organisation pour que ce soit possible : des check-list, un double contrôle, et une réévaluation de vos outils de délégation d’année en année, d’expérience en expérience… Beaucoup de gens disent « vu le temps que prend cette organisation, autant que je fasse les corvées moi-même ». Ce sont des gens qui ne peuvent pas passer 10 heures à élaborer une méthode qui leur fera gagner 100 heures dans l’année.

      Les stages ne me paraissent pas comme des activités chronophages, mais comme des accélérateurs. Il faut trouver un juste équilibre, car passer sa vie en formation n’apporte rien. Il faut s’autoriser à APPLIQUER ce qu’on y apprend, choisir ce qui nous réussit, et jeter ce qui ne nous réussit pas.

      La rencontre des parents, c’est pour vous. Une formation sur la gestion des personnalités difficiles vous permettra d’apprécier toutes les autres personnalités et d’envisager ces rencontres avec plaisir.

      La présence aux réunions… Bof… Il y a des réunions qui ne (vous) servent à rien. Y assister par politesse ou parce que « ça ne se fait pas de ne pas y assister » est malheureusement un sentiment courant. Mais pendant ce temps-là, il y a peut être un parent d’élève qui a besoin de vous parler de la détresse de son enfant, et ça ne se fait pas de ne pas le recevoir le plus tôt possible… Mais c’est encore un autre sujet, car là, il s’agit de contrôler des drivers automatiques comme « Sois gentil ! », « Fais plaisir ! », « Sois pro ! », etc. Ne pas assister à certaines réunions est un écrémage, et non une délégation. L’écrémage fait partie des techniques de gestion du temps, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

      La gestion matérielle, ça peut être considérablement raccourci en responsabilisant certains élèves

      « La préparation des cours […] » Vous êtes dans la plainte ici : il y a un ras-le-bol.. C’est un peu comme si un jardinier se plaignait de feuilleter un catalogue de fleurs ou de dessiner le paysage fleuri qu’il voit dans sa tête. En théorie, il ne déléguerait ces moments précieux à personne, car c’est sacré… La pédagogie, pour un prof, c’est sacré !

      Laissez-dire ceux qui croient que vous ne fichez rien. Ceux-là considèrent leur travail comme une corvée, et au lieu de prendre exemple sur ceux qui prennent du plaisir dans leur travail, ils veulent que tout le monde souffre comme eux. Moi, quand on me dit que les profs ont 5 mois de vacances par an, je dis que c’est génial ! Surtout quand on aime les vacances… C’est un vrai choix, que j’ai failli faire, mais que j’ai refusé par anticonformisme.

      J’admire les professeurs qui savent évoluer et faire évoluer leurs élèves dans un contexte relativement fermé. Comment voulez-vous que vos élèves « rentrent dans les cases », puisque les professeurs ont déjà du mal à tenir dans ce cases. Je suis sûr que vos cours sont Rock’n Roll, parce que vous aimeriez danser vous aussi…

      « Vivre pour soi… » C’est là, la vraie question. Je n’ai pas l’impression, en quittant le bureau, d’être « enfin libre ». Je n’ai pas l’impression en me levant le matin, d’aller au travail comme on va à l’abattoir. Lorsque je travaille, je vis pour moi ! Et ce, certainement parce que je fais bien plus que ce qu’«on» attend de moi.

      Qu’en pensez-vous ?

      Vous faite ce que beaucoup de gens considèrent comme « le plus beau métier du monde ». Cette phrase est FORTE, car mis à part ce que pensent quelques cyniques, elle n’évoque pas les 5 mois de congés payés, mais le rapport avec les enfants, les ados, et la transmission d’un savoir.

      Vous faites partie d’un système qui tente de réduire le plus beau métier du monde à un « fonctionnement ». Dépassez cette simple fonction, et vous vivrez pour vous.

      A++

      Stéphane SOLOMON

  3. Bonjour Stéphane,

    J’aime beaucoup vous lire et cette news letter plus que les autres parce que cela nous a permis de mieux vous connaitre à travers vos exemples perso avec beaucoup d’humour : j’adore.
    Merci pour cet art de l’écriture que vous partagez si bien. Alors moi, je veux bien échanger mes compétences (je rends les gens riches) contre de la déco d’intérieure.
    Bien à vous et au plaisir
    Sabine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *