Les riches n’iront pas au paradis

Un ami à moi (Fabrice) m’a dit un jour :

– Tiens ! Toi qui aime bien recadrer les expressions, j’en ai une pour toi :

Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de D.ieu

Au début je ne comprenais pas quel type de recadrage Fabrice comptait me révéler. J’avais juste envie de lui dire que ce genre d’expression n’était pas ma tasse de thé !

Fabrice commença par m’expliquer que le texte original (issu des évangiles) ne mentionne pas le «trou d’une aiguille», mais le «chas de l’aiguille». Ce qui ne changea rien à l’histoire qui se déroulait dans ma tête… Ces phrases bibliques qui punissent les riches tout simplement parce qu’ils sont riches ont tendance à m’éloigner des saintes écritures… L’argent n’a jamais changé le fond des hommes. L’argent amplifie ce que nous sommes déjà. Un généreux devient super-généreux avec de l’argent, un radin devient super-radin avec le même argent.

Fabrice sourit, puis il me dit «Le chas de l’aiguille» était le nom qu’on donnait à la plus petite porte de Jérusalem, probablement à cause de sa forme… Il y avait des marchands qui passaient par là, et leur chameau ne pouvait passer par cette porte qu’à condition qu’on le décharge de sa cargaison.

Evidemment, là, ça change tout ! Et c’est un sacré recadrage.

Regardez cette illustration :

clip_image002

Pour entrer dans Jérusalem par le «Chas» le chameau doit faire deux choses :

  • Déposer son chargement (entrer sans sa fortune)
  • S’incliner (en guise d’humilité)

Allez ! Vous avez le droit de devenir riche ! Nous irons tous au Paradis !

Merci Fabrice !

A++

Stéphane SOLOMON