Les riches n’iront pas au paradis

Un ami à moi (Fabrice) m’a dit un jour :

– Tiens ! Toi qui aime bien recadrer les expressions, j’en ai une pour toi :

Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de D.ieu

Au début je ne comprenais pas quel type de recadrage Fabrice comptait me révéler. J’avais juste envie de lui dire que ce genre d’expression n’était pas ma tasse de thé !

Fabrice commença par m’expliquer que le texte original (issu des évangiles) ne mentionne pas le «trou d’une aiguille», mais le «chas de l’aiguille». Ce qui ne changea rien à l’histoire qui se déroulait dans ma tête… Ces phrases bibliques qui punissent les riches tout simplement parce qu’ils sont riches ont tendance à m’éloigner des saintes écritures… L’argent n’a jamais changé le fond des hommes. L’argent amplifie ce que nous sommes déjà. Un généreux devient super-généreux avec de l’argent, un radin devient super-radin avec le même argent.

Fabrice sourit, puis il me dit «Le chas de l’aiguille» était le nom qu’on donnait à la plus petite porte de Jérusalem, probablement à cause de sa forme… Il y avait des marchands qui passaient par là, et leur chameau ne pouvait passer par cette porte qu’à condition qu’on le décharge de sa cargaison.

Evidemment, là, ça change tout ! Et c’est un sacré recadrage.

Regardez cette illustration :

clip_image002

Pour entrer dans Jérusalem par le «Chas» le chameau doit faire deux choses :

  • Déposer son chargement (entrer sans sa fortune)
  • S’incliner (en guise d’humilité)

Allez ! Vous avez le droit de devenir riche ! Nous irons tous au Paradis !

Merci Fabrice !

A++

Stéphane SOLOMON

19 réflexions au sujet de « Les riches n’iront pas au paradis »

  1. C’est magnifique : c’est justement ce sentiment de liberté dont nous avons besoin pour nous autoriser à faire circuler l’abondance. Nager dans la prospérité, oui, puis ne pas être encombré par la matière le jour où il est temps de s’en détacher pour aller vers d’autres royaumes!! ça me plaît, merci, ce message illumine ma journée!

  2. Le mystère des écritures. Mais quel travail d’aller chercher le sens des mots pour en comprendre le message.
    Vous nous dites :
    « vous avez le droit de devenir riche » : d’accord.
    « nous irons tous au paradis » : dit comme ca, non cher Stephane. Sinon, quel intérêt à tout votre travail? Plutôt profiter de la vie et s’enrichir patiemment par fonds spéculatifs jouant sur la dévaluation des monnaies, impactant les populations pauvres et en développement, ou toute autre idée géniale à l’antithèse de la recherche du bien commun. (J’entends paradis au sens large, le paradis des non croyant pouvant être le chemin du bonheur au cours de notre vie, le sentiment d’une vie accomplie, d’un travail achevé, d’un impact positif sur les autres…)
    Le risque d’une telle croyance est de se dire que quoique je fasse, je serais récompensé. Soyons un peu exigeant, le paradis n’en sera que plus grand !

    • Bonjour Jean-Baptiste,

      Cet article n’avait pas pour vocation de vous éloigner ou de vous rapprocher de vos croyances religieuses, mais uniquement de vos croyances vis à vis de l’argent. Imaginez toutes les personnes auxquelles vous pourriez montrer le chemin du paradis, si vous aviez beaucoup plus d’argent… Ne serais-ce que pour mieux diffuser votre message, et le peaufiner, afin de toucher les «brebis égarées»

      Par «Nous irons tous au Paradis», je veux dire que nous en sommes tous capables, quelle que soit l’orientation financière choisie. Ca permettra, je l’espère, à certains lecteurs de choisir une orientation plus fortunée, et aussi à d’autres, qui ont déjà choisi la voie de la richesse, de continuer à croire au Paradis, et d’oeuvrer pour le mériter. Parce que certaines personnes, ou du moins, certaines expressions populaires (répétées par certaines personnes) veulent les déposséder des clefs du Paradis, et ça, ça pourrait faire des ravages.

      Je te demande de m’excuser si j’ai effleuré ta sensibilité religieuse en utilisant une phrase qui, hors de son contexte et prise au premier degré, pourrait être mal interprétée. Un peu comme le «chas de l’aiguille» est devenu «le trou d’une aiguille».

      Rappelons-nous du CADRE dans lequel les chose sont écrites, ressenties, vécues… C’est l’une des clefs du Paradis.

      A++

      Stéphane

      • Il n’y a pas de mal, tu n’a pas effleuré ma sensibilité, mais j’attendais cette explication supplémentaire qui permet de sortir du relativisme « tout le monde est gentil et méritant ». Ta précision est importante : pauvre, n’ais pas honte de vouloir être riche; riche, apprends à utiliser ton argent.

  3. Bonjour Stéphane.

    Dans la version du « chas d’une aiguille », il était IMPOSSIBLE pour un riche d’entrer au paradis. Puisqu’il était déjà impossible pour le chameau d’y passer et que c’était encore plus difficile pour le riche.
    Dans votre version « recadrée » le chameau pourra y passer s’il se déleste, mais pour le riche il faudra qu’il fasse encore un petit effort de plus… Puisque c’est plus difficile… Mais c’est possible…
    Mais alors, un riche délesté de ses biens… c’est donc un pauvre ??
    Très cordialement
    Dominique

    • Peut-être peut-on simplement considérer que ses richesses terrestres ne lui seront d’aucune utilité là-haut (les linceuls n’ont pas de poches) et que dans tous les cas, il faudra bien qu’il s’en déleste en route…

    • Riche, c’est avant tout dans la tête. Prenez une personne qui sait gagner de l’argent, dépossédez-là de ses biens, et elle refera fortune. Elle connaît le processus, et elle l’applique consciemment ou pas… Un riche dépossédé de ses bien reste un riche, avec un problème de trésorerie à régler…

      ————

      Ci dessous, je pars du principe qu’une nouvelle vie nous attend après cette vie (en congruence avec le texte que je commente) :

      Supposons qu’au paradis, nous puissions communiquer par télépathie. Pensez-vous que vous emmènerez votre téléphone ? Je crois qu’il sera facile de s’en délester, puisqu’il ne sera plus d’aucune utilité. Cependant, je suis d’accord, il y en a qui vont quand-même l’emmener, au cas où…

      Le riche devra faire effort pour se délester de ses biens matériels au seuil du paradis. Mais est-ce vraiment un effort quand on sait que dans l’autre monde, ces biens-là ne lui seront d’aucune utilité ? Croire qu’un riche aime l’argent pour l’argent, c’est un peu limité. Sauf pathologie, il aime l’argent pour le confort que ça lui apporte.

      Le riches avares, comme les pauvres avares, auront la même difficulté. Les uns devront se délester de quelques millions d’euros, les autres de quelque centaines. Ce sera difficile pour les deux avares ! La richesse n’a rien à voir là dedans.

      Mais n’oublions pas aussi que le chameau doit s’incliner en guise d’humilité. Ainsi, le riche qui se croit meilleur que le pauvre, ou le pauvre qui se croit meilleur que le riche auront du mal à passer aussi.

      Ce délestage-là me paraît plus délicat 😉

  4. il est rare qu’un riche soit super généreux. Un riche « gère ». Il ne dilapide pas. C’est d’ailleurs la seule solution pour devenir riche.
    Jesus dit: débarasse toi de ta richesse si tu veux entrer au royaume des cieux; richesse matérielle, certainement. Mais peut-être d’autres richesses telles que notre fierté intellectuelle, notre propension à raisonner mieux que d’autres; la beauté de notre femme ou de nos enfants ou notre sex appeal qui nous remplit d’aise…

    • Je connais des riches super-généreux ! Ils gèrent leur générosité. Par exemple, ils ne supportent pas qu’on tente de les surfacturer (ce qui peut passer pour un manque de générosité), mais ils peuvent donner des millions à une oeuvre qui leur tient à coeur. Il sont comme beaucoup de gens normaux : ils n’aiment pas qu’on leur renne leur argent, mais ils aiment en donner.

      On est riche de tout ce qu’on gère bien. Et on gère bien ce qui est IMPORTANT pour nous.

      Dans le royaume des cieux, de nouvelles IMPORTANCES vont apparaître. Tout ce qu’on gère ici-bas, n’aura pas la même valeur. C’est une interprétation possible (très possible) des ce que ces texte nous disent sur le passage vers l’au-delà..

      A++

      Stéphane

  5. Pour expliquer cette parabole, il faut déjà croire aux miracles. Pour suivre Jésus, un riche devra d’abord abandonner sa fortune,se dénuder en quelques sortes et tout laisser de sa vie d’avant. Sur 10 riches peut-être qu’un seul le fera. Mais alors ce sera miraculeux !
    Croire à de belles et grandes choses, c’est aussi se donner un but; c’est croire que l’homme peut donner le meilleur de lui- même. Et c’est surtout en être sùr, qu’il peut donner le meilleur de lui-même, alors dans ce cas, cela s’appelle croire en l’homme et par les temps actuels c’est tout bonnement un acte de FOI !

    Voilà mon sentiment du soir……

    • Entièrement d’accord, sur presque tout… Il y a juste un truc qui me chiffonne :

      Pourquoi croyez-vous que seulement un riche sur 10 pourra se défaire de sa vie d’avant, avant d’entamer la suivante ?

      Le secret de la richesse n’est-il pas de se créer une vie confortable, là où on se trouve ?

      A++

      Stéphane

  6. Depuis mon inscription à Time-Coach, je n’ai jamais pris le temps de me poser 5 mn pour vous dire combien j’avais apprécié vos conseils et plus généralement le ton toujours positif et encourageant de vos propos. Alors aujourd’hui je fais un petit « effort »!
    En fait je veux simplement vous dire Merci pour cette brève très évocatrice, qui nous rappelle fort à propos, que nous nous torturons bien souvent l’esprit pour des choses secondaires, des détails parfois, qui nous font presque oublier l’essentiel…
    Dans l’évangile de St Mathieu, ne lit-on pas aussi : « Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des Cieux est à eux » ? C’est vrai, nul besoin d’être fortuné pour être riche d’une soif de justice, de partage, de solidarité, ou d’un désir d’être artisan de paix. Et je pense aussi que le Paradis est au bout du chemin.
    Cordialement.
    Marie-Claire

    • Bonjour Marie-Claire,

      Merci pour vos appréciations, ça me touche (et j’en ai besoin,comme tout le monde).

      Je pense que les personnes qui ont une âme de pauvre sont heureuses. Le royaume des cieux sont à elles, car elles vivent déjà au ciel.

      Ici, je m’adresse aux personnes qui n’ont pas une âme de pauvre (ce n’est pas donné à tout le monde), mais qui sont «pauvres», parce qu’elles ont mal compris Saint Matthieu : elles croient qu’en vivant pauvres et tourmentées malgré leurs envies, elles pourront s’acheter une âme de pauvre.

      Le Bonheur n’est ni dans la privation, ni dans l’opulence. Il est dans la congruence. Si vous n’avez pas une âme de pauvre, optez pour la richesse, et faites-en bon usage.

      A++

      Stéphane SOLOMON

  7. J’aime beaucoup. Merci ,o)
    La bible donne tellement de versions différentes sur ceux qui peuvent aller ou pas au paradis. Je ne crois plus au paradis mais on reste malgré soit victime de toutes les histoires que l on a entendu petit.

    Ma mère m’a raconté l’histoire du pire brigand qui se suicide en sautant d’un pont. Mais pendant sa chute il crie « Pardon Seigneur » et serait donc allé au paradis (si si il y a des témoins).
    Dieu est très indulgeant je trouve ,o)

  8. Bonjour,

    lu et relu et dans un moment de changement !
    J’aime l’idée de bonne gestion, d’autant plus que la richesse et l’abondance ne sont pas forcément dans l’argent. L’argent est un moyen et chacun fait avec ce qu’il a, avec ce qui est important et précieux, famille, amis, ses projets et ceux d’autre auxquels on peut contribuer pour les faire vivre … des exemples simplement et je pense que chacun peut en trouver beaucoup d’autre.

    Je remercie Stéphane et chaque contributeur à cette parabole qui permet de faire murir des choses plantées avant et dans d’autre programme.

  9. Bonjour votre acticle vient de me donner de plus une orientation du livre que j’écris actuellement qui s’intitile LES PAUVRES N’IRONT PAS AU PARADIS. Alors j’aimerai que vous me donniez la sources de votre verset originale je pense que cela va pouvoir bien me servir pour mon oeuvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *