Opération terminée

Jeudi, j’ai reçu un e-mail à 00h22 (quelle idée de m’envoyer un e-mail quand de dors !) :

[…] Vous avez perdu votre crédibilité ! Je viens de cliquer sur le bouton PWYW et le formulaire est toujours là ! […]

Je vous épargne la suite du message où cette personne m’explique qu’elle est restée suspendue à son ordinateur juste pour vérifier si j’étais digne de Confiance !

Je rappelle que je fais du coaching, pas de la thérapie…

Petit exercice de perception

Je vous propose un petit exercice :

Relisez l’un de mes précédents articles, au choix, et dites-moi à quel moment il était question d’abandonner le modèle PWYW ?

Même dans mes états-d’âme, je ne trouve pas ce genre de choses ! A différents moments j’évoque la fin de l’opération, une date de clôture, une «dernière chance» et même une deuxième «dernière chance»… mais je n’ai jamais dit que je renonçais au PWYW ! D’où vous vient cette idée ?

Une autre perception étrange…

A 8h24 ce matin, j’ai reçu ce message :

[…]je ne vous en avais jamais remercié. Alors en étant d’accord avec le désabonnement que je vous demande puisque l’offre gratuite prend fin, je le fais maintenant : merci pour les lettres que j’ai reçues gratuitement. […]

De rien…

Mais Waouw ! Comment avez-vous pu transformer mes propos à ce point ? A quel moment vous ai-je dit que l’offre gratuite prenait fin ? Par ailleurs, l’idée de vous chasser ne m’a même pas effleuré l’esprit ! Pourquoi lisez-vous tout ça dans mes lettres ? Et gratuitement en plus !

L’opération PWYW est bien terminée

Vous pourrez constater que le formulaire de paiement est toujours là, que vous pouvez toujours payer ce que vous voulez et quand vous voulez. Mais le lancement est terminé. C’était une OPERATION commerciale destinée à vous sensibiliser à des paradigmes qui méritent toute votre attention. Voyez ce que votre monde interne a créé !

C’était une campagne comme les autres. Avec un début, une fin, des déceptions, quelques maladresses, une «dernière chance», et même une clémence qui m’a coûté des points de crédibilité auprès de personnes qui m’attendaient au tournant.

Comme pour tous les autres produits, j’y ai mis mes convictions et selon la perception de chacun, j’ai été généreux ou envahissant… L’opération n’était pas vraiment différente de mes autres campagnes, concernant MEMORY-COACH, OBJECTIFS-COACH, MEMORY-COACH, ZEN-COACH, RICHE ATTITUDE…

Depuis mercredi 23h59, la campagne est terminée. Le temps de faire les comptes, et de recevoir les chèques des derniers procrastinateurs (je le dis avec affection), je vous donnerai les chiffres.

Tous va bien… Zen…

Une comparaison pédagogique

Il y a quelques mois, le Centre Commercial qui se trouve près de chez moi a lancé une grande opération commerciale : « Doublez vos points de fidélité ». Il y avait, comme toujours, une date de début d’opération et une date de fin (avec une promo active concernant la «dernière chance», mais sans extension de clémence).

Cette campagne est finie depuis longtemps. Et pourtant :

  • Le magasin distribue toujours des points de fidélité (sans les doubler puisque l’opération est terminée). Il n’a pas renoncé à la fidélisation.
  • Il accepte toujours tous les clients et les visiteurs (même ceux qui n’ont pas de carte de fidélité)
  • Les personnes qui entrent dans ce magasin sont toujours incitées à acheter de différentes façons
  • Malgré l’énergie consacrée à chaque produit, le client reste libre d’acheter ce qu’il veut, quand il veut.
  • Le patron n’a pas fait faillite (ça lui a même profité)
  • Ca lui a permis de fidéliser les anciens clients et d’en gagner de nouveaux, qui ont demandé une carte de fidélité pendant l’opération.

Comme convenu, les consommateurs qui ont suivi le mouvement ont été récompensés : non seulement ils ont doublé leurs points de fidélité (c’était prévu), mais en plus, ils ont reçu de nombreux coupons de réduction (bonus de Gratitude).

Voilà tout.. Et c’est pareil pour mon opération : elle est terminée, mais je ne renonce pas au PWYW. Tous ceux qui ont participé à l’opération recevront leur bonus de Gratitude. Cette surprise était prévue, c’est normal de récompenser les plus fidèles.

– Mais Stéphane, diront certains, le grand magasin a bien précisé que les participants allaient doubler leurs points en participant. Alors que vous, vous n’avez parlé d’aucune récompense… Vous proposez juste un bonus dont personne ne connaissait l’intention. Vous auriez dû en parler, ça aurait motivé les foules !

Si vous pensez ça, vous avez encore mal lu. J’ai bien précisé ce que les participants allaient gagner en passant à l’action. Relisez-moi ! Vous verrez que dans cette opération, la liste des récompenses a été énumérée, à plusieurs reprises.

Tiens… D’ailleurs, je pose la question aux valeureux participants de cette opération : qu’avez-vous doublé ?

Merci d’avance pour vos réponses enrichissantes.

A++

Stéphane SOLOMON

12 réflexions au sujet de « Opération terminée »

  1. Bonjour les survivants!
    Le seul moyen de quitter TIME-COACH est de volontairement cliquer sur le bouton en haut du mail qu’on reçoit: « Vous avez la possibilité de vous désinscrire à tout moment en cliquant ici ».

    Ce que j’ai gagné depuis Octobre 2010 c’est tout ce que j’ai appris et vécu grâce à cette expérience enrichissante et gratuite, ça m’a enrichi, j’ai beaucoup gagné car je « dénigrais » le développement personnel et le coaching « à la mode ». Je préférais alors la psychologie voire la psychanalyse (plus coûteuse, plus longue, moins sûre à court terme.. incroyable que j’écrive ça aujourd’hui!).

    Je suis venu pour la gestion du temps et j’ai essayé TIME-COACH-PLUS. Et j’ai découvert la communauté des auto-coachers, le time-coachers + les « gens » qui avaient aussi suivi des formations d’auto-coaching et lire les posts dans ces blogs m’a permi de gagner en connaissances (de savoir et de personnes – qui sont quelqu’un), en découvertes de mes incompétences inconscientes; Stéphane appelle cela « coaching de conscience »..moi je croyais que c’était un coaching « spirituel », plouf!, il s’agissait (je crois) de me faire prendre conscience de mes incompétences..et j’en ai trouvées. J’ai acheté CONFIACNE-COACH, ZEN-COACH et RICHE-ATTITUDE… Sans ces préliminaires je ne serais pas aller vers ces auto-coachings. En plus en paralèlle j’ai suivi de l’autre coaching disponible sur le marché, ça a déclenché une recherche et des achats de livres, de formation (Dale Carnegie), de coaching personnel/bien être, d’approche/test de nouvelles techniques (yoga, relaxation, méditation…). Woaw, j’ai fait un régime de remise en forme global et ça a bien fonctionné, de 102Kg je suis descendu à 90 Kg (pour 1m85 et 52 ans.et 5 enfants..et un divorce + remariage) .. Bref vous voyez, je suis accro, pas près de cliquer sur l’OPT out de la newsletter TIME-COACH. Tout est gagnant et ceux qui restent maintenant savent mieux pourquoi ils lisent la newsletter et vont bientôt vouloir essayer de gagner « plus »..et Stéphane est généreux, c’est du coaching « solidaire », il vous amène vers le développement volontaire que vous choisissez, pas forcément chez Virtua, il stimule plein de comportements dont l’offre est disponible partout et notamment dans auto-coaching ou Virtua (pour ceux qui sont sur Paris). Cette mouvance ce n’est pas doubler des « points de vie », c’est doubler/dépasser ses incompétences inconscientes.
    A Bientôt
    Cordiamlement
    Patrick

    • Bonjour Patrick,

      Merci pour ce témoignage. Il y a peu de choses à dire, si ce n’et que je me sens utile.

      Le temps, c’est la vie. En doublant ta capacité de gestion de ton temps, tu as doublé tes « points de vie ». Mais je voudrais que tu gardes toujours conscience d’une chose essentielle : ce que tu as réussi à faire, c’est TOI qui l’a fait. Les personnes qui t’aident dans ton parcours, c’est TOI qui les choisis. C’est très important pour éviter l’attachement excessif ou l’addiction à une méthode.

      En te répondant, je réponds à tous les lecteurs de ces commentaires.

      – Certains attendent de moi un miracle… Je ne suis pas un prophète.
      – D’autres m’accusent de vendre du vent… Je ne suis pas un gourou.

      Chaque être humain dispose d’un cadeau extraordinaire : sa perception.

      Bien sûr que j’ai usé de manipulation, et j’aurais gagné beaucoup de temps (apparent) en abandonnant le PWYW, et en remboursant les 12 personnes qui y ont participé en m’excusant de la mauvaise idée. Mais face à ce résultat déroutant et décevant, j’avais une autre option : faire le travail que vous m’avez confié en vous inscrivant.

      Vous n’avez pas adhéré à TIME-COACH pour que je suspende le temps. le temps coule, et nous passons disait Lamartine… Ce qui compte, c’est ce que vous faites en passant. Il vous appartient de choisir avec qui vous le faites en profitant de forces tangibles et de force invisibles. Bien sûr qu’il y a une part de spiritualité dans ce que je propose. J’essaye juste de rester accessible.

      Mais au fond, nous voyons ce que nous croyons.

      A++

      Stéphane.

  2. Bonjour Stéphane,
    Time-coacheur depuis 2010, j’ai participé à quelques-uns de vos programmes avec beaucoup d’intérêt, et je lis toujours vos infolettres avec plaisir.
    C’est la première fois que je vais me permettre un avis, hormis la fois où vous l’avez spécifiquement demandé.
    Vous m’avez aidé à démêler certains écheveaux par des images simples et directs et je peux témoigner de votre engagement sincère et totalement altruiste par la très longue conversation téléphonique que nous avons eu, il y a un an, alors que rien ne vous y obligeait.
    En bref, même si je ne suis pas toujours d’accord avec la façon dont vous exprimez les choses, j’apprécie infiniment votre générosité sincère, qui est une valeur rarement exprimée de nos jours.
    Toutefois, je dois vous avouer que cette dernière campagne que vous venez de lancer me laisse un sentiment bizarre; un peu comme si cet auto-coaching vous était, en définitive, plutôt destiné à vous.
    Aucun blâme dans ma remarque, j’y vois plutôt comme un dévoilement de votre humanité, qui toutefois dépasse le cadre qui nous réunit.
    Je pense donc que vous avez du recevoir certaines réponses virulentes de personnes qui n’ont pas envie de vous prêter ce genre d’oreille.
    Pour ma part, je vous la prête bien volontiers et me permet une question simple:
    « Ca va, Stéphane? »
    Je n’attends pas forcément de vous une réponse; le simple fait que vous l’entendiez lui fera peut-être entièrement remplir sa fonction…
    Bien à vous…
    Vincent

    • Bonjour Vincent,

      Je vais vous répondre, car je reste le même. Je ne suis pas avare de mon temps.

      Toute à l’heure, je suis allé chercher les enfants à l’école. J’ai « la chance » de travailler à 600 mètres, et de pouvoir déjeuner avec mes enfants quand je ne suis pas en clientèle. La dame de Service m’a dit que j’avais l’air en forme.

      – Donc ça va !

      Et puis je me suis dit que j’allais répondre aux premiers témoignages. Le vôtre a l’air de me dire que je ne suis pas très en forme… Que je suis ce que j’appelle avec mes mot un «oiseau blessé»…

      – Donc, ça ne va pas !

      —–

      Vous savez ce que j’ai fait finalement ? En ramenant mes enfants à l’école après un déjeuner au goût insipide, j’ai vu Maryline, et j’ai échangé un super sourire avec elle.

      – Du coup, ça va !

      Ca répond à une partie de votre question : je suis allé chercher un sourire chez Maryline, donc cette action m’était destinée. Toutefois je pense qu’elle en profite aussi.

      Ce sentiment intérieur ne m’empêchera pas de faire ma prise de sang dans 2 semaines. Je reste pragmatique… Mais ce dont je suis sûr, c’est que le sourire de Maryline contribuera aux bons résultats que j’attends.

      Mystique ? Optimiste béat ? Naïf ?

      Pas du tout ! Ce repas qui me restait en travers de la gorge et que je n’arrivais pas à assimiler, commence à passer… Ma respiration est plus douce, mon rythme cardiaque plus serein, ma sérénité revient, et je suppose qu’au niveau hormonal, la dopamine, l’adrénaline, la sérotonine, l’insuline… sont en train d’œuvrer pour mon homéostasie. Je sais aussi que ce week-end, je vais aller courir. Parce qu’une personne que j’apprécie avait l’air d’être ravie que je me porte bien. Son petit mot va m’aider à reprendre le sport. En douceur… Ce qui contribuera encore à mon bien-être, qui grandit à mesure que je vous réponds.

      J’en veux pour preuve que j’ai relu votre message, et soudainement, je lis de la bienveillance, des encouragements, de la Gratitude, une volonté d’aider… En lisant que «mon humanité dépasse le cadre qui nous réunit». J’entends un DEPASSEMENT de soi, qui nous unit à d’autres niveaux que ceux «attendus». De plus, vous posez une question pour que je me la pose. Ca me rappelle mon père. Il faisait ça souvent… et au seuil de la sixième commémoration de son Grand Départ, je le prends comme un cadeau dont peu de gens peuvent estimer la valeur.

      – Ca va super bien Vincent !

      En lisant ce message, certaines personnes vont se dire «mais il est barjot ce type ! Il a fantasmé sur une blonde, il a les hormones du printemps en furie, et il est en train de faire une dépression parce qu’il est enchaîné : marié avec des enfants. En plus, il doit avoir une maladie grave puisqu’il a une prise de sang à faire. Ce qui explique pourquoi il fait plein de choses gratuitement…»

      C’est un vrai problème de perception : Maryline est effectivement blonde, mais elle approche de la soixantaine (peut-être davantage), et elle n’est pas du tout mon type de femme*. C’est le prénom qui est trompeur. Si je l’avais appelée Mauricette, vous auriez eu une toute autre perception. Ma prise de sang est liée au diabète qui m’accompagne depuis que j’ai 14 ans. La surveillance fait partie du protocole.

      Maryline a le sourire généreux, comme la plupart de gens qui travaillent au contact des enfants. Ce sourire là, nous en avons tous besoin de temps en temps. Je sais où le trouver, et je m’autorise à aller le chercher, en utilisant ce qui est en moi et autour de moi.

      C’est le message que je veux faire passer. C’est ça l’auto-coaching : on n’apprend rien dans ce processus, on utilise ce qu’on sait déjà, mais qu’on ne s’est jamais autorisé à utiliser de peur de paraître bizarre.

      Aujourd’hui, je sais que certaines personne apprécieront ma dernière opération et d’autre me la pardonneront malgré leur sentiment bizarre. Beaucoup d’autres sont partis et bien d’autres me quitteront encore, me laissant en paix avec des personnes comme Maryline et comme vous, Vincent.

      Après la déception indescriptible des premiers résultat de l’opération PWYW (je m’attendais à offrir plein de cadeau !), j’ai décidé de suivre la voie qui m’était offerte : utiliser les énergies en cours pour m’entourer de personnes qui me sourient.

      Oui, je l’ai fait pour moi, et j’espère que tous ceux qui savent sourire apprécieront la nouvelle ambiance.

      Merci d’être resté Vincent. Pour moi, et tant d’autres.

      Stéphane.

      —-
      * Mon type de femme est ma femme

  3. Bonjour Stépahne

    QUELLE ENERGIE !!! , je suis admirative de votre mobilisation et de l’énergie que vous mettez à nous transmettre vos projets …
    Vous avez raison si on est pas convaincu sois m^me à quoi bon, sur ce point je ne doute pas une minute que vous trouverez une clientèle attentive à votre discours , je vous souhaites bon courage pour vos idées et votre volonté nous montréer l’intéret du coaching. je vous lis régulièrement et vos message sont toujours rempli de sens, alors SVP continuer , même si ont ne peut plaire à tout le monde , ce que vous faites me seduit et interpelle la commerciale et coach que je suis. Lachez rien ça finira par payez, mais ça vous le ssavez deja j’en sui s sur … à bientôt de vous lire

  4. Bonjour Stéphane,
    A la suite de votre agréable lettre, je souris de plaisir et en même temps j’ai un refrain en tête extraite d’une chanson enfantine « II était un petit homme, Pirouette, cacahuète… » » Belle pirouette !
    Je suis persuadée que vous allez mieux maintenant.
    Par contre, malgré ce que dit VINCENT, cette lettre est destinée à tout le monde. Elle me fait prendre conscience que tout est une question d’interprétation et de compréhension
    « On comprend ou entend que ce qu’on veut comprendre ou entendre » en fonction de son degré de culture et de travail personnel.
    Je lis Time Coach gratuit depuis mars 2010, j’ai payé pour anecdotes-coach, action coach, time-coach plus, pensée+… Je vous remercie de m’avoir permis d’évoluer, je reste une fan.
    Je vous souhaite une journée remplie de joie, d’optimisme, et de satisfaction.
    EVELYNE66.

    • Bonjour Evelyne,

      C’est ainsi que vous me percevez ? Petit ???!

      Vous avez raison : 1m65 lorsque je me tiens droit.

      Evidemment que ce que j’écris à tout le monde s’adresse à tout le monde. Je pense que Vincent voulait dire que cet auto-coaching s’adressait EN PARTIE à moi. Et il a tout à fait raison.

      Je ne peux pas toucher tout le monde. Même le «Bonheur de Neige» (qui est mon plus gros succès en commentaires élogieux) a provoqué des désinscriptions. Ce qui est important, c’est que vous soyez restée Evelyne. Pour vous, comme pour moi.

      Très bon week-end,

      Stéphane

  5. Stéphane, vous êtes ÉNORME ! Je me régale avec le « feuilleton PWYW ».

    Plus sérieusement, je vous souhaite du fond du coeur que cela finisse par payer (au sens propre).

    Petite question : sur votre site, je ne vois (je ne dis pas « il n’y a pas ») nulle part de liens vers les programmes payants. Pourquoi ?

    Bon week-end coach !

    • Bonjour Caroline,

      Merci, merci…

      Pour le moment, cette zone n’est pas un site dans le sens large du terme. C’est juste un zone où les abonnés de TIME-COACH peuvent s’exprimer.

      Le site définitif, c’est pour bientôt.

      Bon week-end Auto-Coach !

  6. bonjour Stéphane,
    je me suis abonnée (est-ce le mot) depuis qq années en payant pour différents COACH, et m’en suis trouvée intéressée, instruite, bénéficiaire de tous vos conseils.
    C’est le principe du donnant-donnant. On paie pour recevoir.
    Par contre, et excusez-moi, vous commencez à m’énerver avec toutes ces considérations oiseuses sur le PWYW.
    Intéressant le processus d’idées, mais passez votre chemin.
    Pourquoi chercher la petite bête, et la bonne …, aussi souvent, aussi longtemps …
    Je vous souhaite un bon w-e, maintenant que le printemps est arrivé.
    Et des idées claires à nous transmettre, avec la belle lumière d’un ciel enfin bleu, comme dans mon coeur.
    Merci

    • Bonjour Louise,

      Lorsque vous avez adhéré à TIME-COACH, je ne vous ai jamais promis que ce programme allait vous plaire à 100%. J’apprécie même l’idée que certaines choses vous choquent, vous ennuient, vous bousculent… Par contre, je vous ai toujours autorisée à prendre ou à laisser ce que je donne.

      Je vais vous aider à mieux comprendre :

      Vous vous souvenez que les premiers épisodes de TIME-COACH vous proposaient :

      1. De définir vous objectifs par écrit, ou sous une autre forme EXPRESSIVE de votre choix.
      2. De communiquer votre intention de changer votre rapport au temps
      3. De trouver des bons plans concernant «la vie à contretemps»
      4. De nommer la procrastination afin de mieux la reconnaître

      J’ai également disserté autour de l’utilité des pauses, de la communication positive, des listes, de la planification, de la concentration, des journées-défi, du don du temps, etc.

      Eh bien il y a des gens qui ne planifient toujours pas. D’autres qui ne font jamais de listes (à part la liste de courses). Et encore d’autres qui estiment que communiquer est une perte de temps ou qui n’utilisent pas le mot procrastination, car il est d’origine anglais, et que notre langue est meilleure !

      Mais ils font 2 ou 3 choses qu’ils ne faisaient pas avant. Et les messages suivants les ont aidés à aller plus loin encore.

      Tout ça me va… Je préfère vous dire qu’il existe 1.001 façons de bien gérer votre temps, que vous pouvez expérimenter puis choisir ce qui vous correspond, plutôt que de vous dire :

      -Puisque vous n’avez pas fixé vos objectifs par écrit, ce n’est pas la peine de continuer ! FAITES CE QUE JE DIS ou RIEN !

      Vous comprenez ? Je suis convaincu que c’est important de fixer des objectifs, de planifier, etc. mais je ne veux pas vous y obliger. Donc je continue, sans exercice, ni diplôme, ni aucune autre forme de sanction…

      Il y a des lecteurs qui sont partis d’eux-mêmes, parce qu’ils croyaient que tout ça était imposé. La plupart du temps, il s’agit de personnes très exigeantes, qui ont l’habitude d’imposer leurs choix avec une certaine violence. Elles pensent que j’impose aussi, parce que dans leur monde intérieur il n’est pas envisageable qu’on puisse proposer avec conviction, tout en laissant chacun expérimenter, approuver, personnaliser, ou refuser… Et même objecter publiquement.

      Revenons à cette expérience :

      Face au premiers résultats du PWYW, j’avais deux possibilités :

      – Soit continuer à œuvrer pour valoriser mon travail auprès de tous mes lecteurs
      – Soit effacer plus de 3.700 lecteurs de mon fichiers, estimant que leur inertie mentale ne leur permettra pas d’avancer, et qu’ils ralentissent les autres.

      J’ai préféré la première solution.

      Je ne sais pas combien de temps je tiendrai. Car si vous Louise, lectrice de longue date, admiratrice de la première heure, et contributrice systématique, vous m’abandonnez… je vais être contraint de préférer la seconde solution, de peur de perdre ma précieuse clientèle (Plus de 1.100 personnes).

      Il reste que travailler dans la contrainte et la peur n’a jamais été ma tasse de thé, et surtout pas dans mes activités facultatives. Je fais donc le CHOIX de poursuivre sur la voie du Gagnant/Gagnant (à ne pas confondre avec le donnant-donnant, qui en est une sous-partie très incomplète).

      Restez avec moi, et vous verrez que le qualificatif «oiseux» est une perception temporaire que nous pourrons recadrer ENSEMBLE. Je ne peux rien faire tout seul. C’est vous qui décidez !

      Si je n’y parviens pas, j’espère que vous me pardonnerez cet incident de parcours. C’est un seconde option que j’accepterai, surtout si elle vient de vous.

      En attendant, j’aimerais rebondir sur votre messages publique pour lancer une réponse publique (donc à tous ceux qui lisent les commentaires) :

      – Si vous ne vous sentez pas capable d’apprécier ce programme d’auto-coaching pour ce qu’il est
      ou
      – Si vous ne vous sentez pas capable de pardonner un accident de parcours

      Il y a une solution très simples qui vous permettra de ne plus jamais entendre parler de moi.

      En d’autres termes, vous pouvez faire avec moi, ce que vous avez fait avec une multitude de personnes dans votre vie. Des personnes qui entrent ou sortent de votre vie, en fonction de la valeur que vous leur accordez. J’ai un avantage sur les autres : ça se fait en deux clics.

      Pour le moment, et encore pendant un temps, je considère que ceux qui ne contribuent pas au système, ne sont pas forcément des personnes toxiques. Car il est possible qu’elles soient simplement Intoxiquées… Il est très difficile de faire la différence, surtout lorsqu’elles ne s’expriment pas. J’ai encore 2 étapes à traverser avant de les exclure, et si je pouvais en trouver une troisième en chemin, j’en serai ravi.

      Si je devais me contenter du Donnant-Donnant, je réserverai l’intégralité de mon temps aux clients qui me payent 300 la séance (c’est mon tarif pour du coaching en présentiel), sachant que très vite, je les abandonnerai au profit de personnes qui donnent davantage, et à qui je pourrai donner bien plus.

      Dommage… J’aime écrire des programmes à 20 ou 30 euros, pour ceux qui ont des moyens plus modestes.

      Encore un petit effort Louise, et nous seront peut-être d’accord. En attendant, je vous adresse mes excuses pour tout ce qui a pu vous heurter, car je sais que vous avez la sagesse de pardonner ce que vous ne comprenez pas.

      A++

      Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *