Quel est votre signe ?

Comme je vous l’ai écrit brièvement vendredi, je n’ai pas pu animer mon webinaire de la veille suite d’un problème technique. Après avoir fait tout ce qui était à ma portée pendant 20 minutes, j’ai fini par lâcher-prise. C’était indépendant de ma volonté, et hors de mon champ d’action.

Je vous ferais bien un commentaire composé sur le paragraphe ci-dessus, mais mon sujet du jour sera différent. En premier lieu, pour ceux qui n’auront pas le temps de lire l’intégralité de cet article, je propose un acte simple :

(ré)inscrivez-vous pour le webinaire de ce soir.

(si vous avez raté le direct, vous pourrez accéder au replay)

Je renouvelle mes excuses à celles et ceux qui m’attendaient devant une mire. Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je n’ai pas eu de problèmes techniques depuis 18 mois. Et si vous me suivez depuis moins de 18 mois, pour vous, ce n’est jamais arrivé ! Dans les deux cas, je compte sur votre indulgence, et je vous en remercie d’avance. Tordons le cou à tout ce qui pourrait nous empêcher d’aller de l’avant, et reprenons notre route.

L’intérêt de l’incident

En premier lieu, cet incident m’a confirmé un changement qui s’est opéré en moi il y a quelques années, mais qui ne cesse pas de me surprendre : face au problème, j’ai été d’un calme olympien ! Je n’ai pas serré les dents, je ne me suis pas écroulé en larmes, je n’ai pas dit un seul gros mot, je n’ai pas couru dans toute la maison en hurlant à la catastrophe, et j’ai à peine accusé ma femme… Je ne dis pas que je cumulais tout ça par le passé (c’est un peu trop pour un seul homme), mais d’une certaine façon, je faisais mes courses dans ce panel : à chaque fois que quelque chose «tournait mal», je piochais la réaction qui me convenait sur l’instant, sans penser à l’avenir…

L’exercice (quotidien) consiste à remplacer les plaintes par des actions concrètes. C’était très difficile au début, car j’avais naturellement tendance à me focaliser sur la gravité de la situation. J’imaginais que ce problème était le signe annonciateur d’une cascade d’autres catastrophes encore plus difficiles à vivre ! Mais j’ai travaillé ces pensées, et progressivement, doucement, tranquillement, mon imagination m’a offert de plus en plus de cadeaux.

Vous allez trouver ça ésotérique, mais lorsque je m’angoissais en me disant qu’on allait m’en vouloir, j’avais raison ! Les retours des personnes impliquées étaient terribles ! Face à cette agressivité, je me disais que j’ai bien fait de me préparer à affronter le pire… Mais curieusement, lorsque j’ai commencé à imaginer que j’évoluais dans un cadre bienveillant, les choses se sont arrangées. J’avais raison aussi de croire ça !

Lorsque je pensais à ma galère,je recevais des messages de ce type :

  • J’ai réservé ma soirée, c’est inadmissible ! Je suis outré par ce manque de professionnalisme !

Jeudi soir, j’ai reçu ceci :

  • Il est 21h20 et tout semble bloqué. J’imagine que ce ne sera pas pour ce soir. Bon courage pour la suite Stéphane, et tenez-moi au courant s’il y a une session de rattrapage.

C’est beau ! Et j’ai également reçu ceci :

  • Après analyse rapide, je pense que c’est le compte Google associé à webinarjam qui n’autorise pas les embed-vidéos. Voici un lien qui vous aidera […] bonne soirée.

Peu importe si mon exemple ne vous parle pas. C’est juste pour vous expliquer que l’un des participants, qui a visiblement de bonnes affinités avec l’informatique, m’a proposé spontanément son aide. Et il n’est pas le seul. D’ailleurs, d’aide en aide, grâce à ce «cerveau collectif», j’ai fini par trouver l’origine du problème et sa solution, dès le lendemain.

Avec des pensées négatives et des invectives régulières, j’y serais encore !

Alignement

Comment se fait-il que les réactions des autres soient alignées sur mon état d’esprit ? Mystère et boule de gomme ! Mais c’est un mystère qui me plaît ! Je le cultive avec mes clients et je le vois apparaître de plus en plus ! Depuis peu, ce n’est plus un mystère absolu : c’est une théorie psychologique (basée sur des études) qui attend une validation scientifique. Des gens très sérieux (avec des lunettes et une calvitie avancée) étudient la question de façon pragmatique…

Si vous me lisez souvent, vous savez que l’une de mes suggestions préférées est de garder ce qui fonctionne, et de jeter ce qui ne fonctionne pas (ou plus). Donc j’ai jeté le pov’ type qui se plaignait de tout ce qui lui tombait sur la tête «toujours au mauvais moment», et j’ai gardé le chic-type qui après avoir géré le problème, est allé rejoindre sa famille comme si de rien n’était. Si mon fils sait que je n’ai pas pu animer mon webinaire, c’est uniquement parce qu’il m’a demandé comment ça s’est passé.

Le travail intérieur est fait (j’ai toujours le sourire). Passons au travail extérieur :

Vais-je jeter mes prestataires pour les remplacer par d’autres ? Il y a 10 ans c’est ce que j’aurais fait sans autre forme de procès. Mais si je peux facilement jeter un comportement qui m’appartient, je préfère améliorer la Qualité de mes Relations. Je ne renonce pas à une Relation à cause d’un sentiment soudain. Après tout,  ce genre d’incident est très rare. Je ne vais pas rompre une collaboration de 2 années, juste pour me donner l’impression d’avoir agi.. Je vais plutôt m’arranger pour que ce genre de problème ne m’affecte plus !

Les pensée positives soulagent l’esprit et lui permettent de redevenir disponible : une belle place est aménagée pour la prise de décision, la créativité, la capacité d’adaptation, etc. Après avoir pris contact avec les différents acteurs, deux solutions me sont apparues :

  1. Le premier choix était facile (pour moi), mais il fallait qu’en cas de problème j’implique tous les participants dans un plan B. Or c’est très risqué lorsque le public n’a pas les compétences techniques requises.
  2. Le deuxième choix est plus coûteux mais il est plus «écologique» : si le problème venait à se répéter, il m’appartiendra (et à moi seul)  de me rabattre sur un plan B, sans impliquer les spectateurs dans une contrainte technique.

J’ai opté pour la deuxième solution pour une raison que j’ai souvent évoquée : lorsqu’une personne décide d’investir en elle, les premières initiatives sont très fragiles. Le moindre problème peut la décourager. D’ailleurs, certaines personnes inscrites jeudi ont décidé de ne pas se réinscrire ce soir, parce que pour eux l’incident est «un signe» ! Signe que leur première démarche était une erreur, et qu’il vaut mieux en rester là…

Mais en pratique, lorsqu’on parle coaching, le seul signe que l’on peut voir face à ce genre d’incident, c’est un appel à votre persévérance.

J’ai fait ma part. Vous pouvez faire la vôtre :

Inscrivez-vous !

(si vous avez raté le direct, vous pourrez accéder au replay)

A++

Stéphane SOLOMON

PS : si en lisant ce courrier, vous vous dites qu’il ne concerne que les personnes intéressées par ce webinaire, cela signifie que les 2 mots de la conclusion ont eu plus d’impact sur vous que les 1.250 mots qui ont précédés et qui pourraient vous inspirer dans votre quotidien, même lorsque ce webinaire sera terminé.

4 réflexions au sujet de « Quel est votre signe ? »

  1. Comme je dis souvent noys ne sommes pas forcément responsable des événements qui nous arrivent, mais nous sommes toujours responsable de notre attitude face à l’événement.
    Une solution changer le vocabil aire de notre disque dur personnel . Faites reset chaque fois que vous rencontrez une situation à problème ou une phrase contenant le mot problème par la phrase suivante:
    « J’ai une situation temporaire à résoudre »
    1) on prend du recul face à l’événement
    2) l’événement nous apparaît à sa juste dimension ou valeur
    3) cet état d’esprit nous oblige à penser action plutôt que problème
    POur moi ça marche. Peut être que pour d’autre ça résonnera et ça pourra leur être utile.
    en toute amitié
    gilou

  2. Effectivement j’ai été retenue tout ce WE et j’espérais voir le replay de la deuxième session, croyant que l’inscription serait reconduite. Il y a-t-il tout de même moyen d’accéder à ce replay ? Le sujet m’intéresse et j’étais curieuse de voir ce que vous alliez en tirer.
    Bonne continuation.

    • Bonjour Jacqueline,

      Pour accéder au Replay, il vous suffit de cliquer sur le lien d’inscription ci-dessus (il apparaît deux fois dans l’article).

      Belles découvertes,

      Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *