Résultat du petit jeu Facebook

Bien… Nous voici à l’heure des révélations. Avant d’analyser les réponses, je voudrais juste rappeler la petite histoire qui précède les 4 affirmations. Si vous vous en souvenez bien, vous pouvez sauter le prochain paragraphe :

«Hier, j’avais rendez-vous à Paris pour un coaching individuel de Communication, avec un homme d’affaires âgé de 45 ans, dont je tairai le nom par souci de confidentialité. Avant de commencer l’entretien, il me demanda si je voulais un café. J’ai acquiescé, il appuya sur un bouton de son téléphone et fit sa demande. 2 minutes plus tard, une jeune personne habillée de façon printanière vint nous servir. Mon client la regarda de haut en bas, puis lui dit : «Quelle élégance aujourd’hui ! Et quelle précision dans le geste… Vous faites-ça mieux que ma femme !». J’ai trouvé que la remarque était déplacée et irrévérencieuse. Aussi, ai-je entrepris d’évoquer ce comportement au cours de la séance de coaching.»

Suite à ce texte, j’ai soumis 4 AFFIRMATIONS. Le but du jeu était de dire si l’affirmation était vraie ou fausse. J’ai volontairement exclu «peut-être» ou «je ne sais pas», car ça ne faisait pas partie du jeu. Et pour tout vous dire, si vous affirmez que vous ne savez pas, c’est une drôle d’affirmation…

Les résultats

Vous pouvez visualiser les statistiques ci-dessous (ce jeu est publié depuis 2013. Il y a donc eu beaucoup de joueurs) :

Statistiques des réponses

A présent, parlons-en

1 : Le rendez-vous se déroule en région parisienne
Vrai : 80% – Faux : 20%

Apparemment 80% des participants considèrent que Paris se situe en région parisienne. C’est effectivement VRAI selon un principe mathématique d’inclusion. Si j’avais parlé de banlieue parisienne, la réponse aurait été «FAUX». Ceci dit, nous avons un tas d’expressions comme «mon secteur est Paris et la région parisienne» ou encore «je travaille à Paris intra-muros», qui pourraient laisser entendre que Paris se distingue de sa région.

Je suis bien embêté, alors on va faire comme à l’école des fans : tout le monde a gagné !

Ce qui nous ramène à une première réflexion : une affirmation ne peut être à la fois vraie et fausse dans le même type de raisonnement. Ceux qui ont répondu VRAI se sont appuyés sur un raisonnement mathématico-logique. Ceux qui ont répondu FAUX se sont appuyés sur un raisonnement verbo-linguistique. Si le juge du test n’accepte qu’un seul type d’intelligence (en général la sienne), il n’y aura qu’un seul groupe gagnant.

Convaincu par la théorie des intelligences multiples, je suis ouvert aux deux approches. Mais ce n’est pas tout. Si j’avais un objectif répressif, je pourrais décider que tout le monde a perdu ! Car d’un point de vue mathématico-logique 20% des participants se sont trompés, et d’un point de vue verbo-linguistique 80% des participants se sont trompés. Je suis un chic-type : je préfère la solution où tout le monde gagne… Bravo à tous !

2 : L’homme d’affaires qui commande le café a plus de 40 ans
Vrai : 97% – Faux : 3%

J’aimerais bien connaître l’opinion de ceux qui ont répondu FAUX, car le texte précise que cet homme est âgé de 45 ans. Donc, soit il y a là une logique que je ne saisis pas… Soit vous avez soupçonné un piège, et vous avez répondu l’inverse de ce que vous pensiez, pour échapper au piège ! C’est ce qu’on appelle de la «logique floue». Allez ! Disons que si vous avez répondu «faux», vous vous êtes trompé de bouton…

3 : La jeune-femme qui sert le café a un chemisier à fleurs
Vrai : 12% – Faux : 88%

La majorité a bien joué sur ce coup-là ! Il est possible qu’une tenue printanière soit un chemiser à fleur, mais de là à l’affirmer, comme vous y allez ! Si le chemisier à fleurs est votre seule vision de la tenue printanière, un relooking serait certainement une expérience intéressante.

66 personnes se sont trompées. J’aimerais bien savoir ce qui vous est passé par la tête… Vous pouvez commenter (dans Facebook), si vous le souhaitez. Rassurez-vous, seules les personnes qui ont joué verront votre intervention (vous faites partie d’un groupe privilégié).

4 : Le temps de réactivité de la jeune femme pour servir le café, est inférieur à 3 minutes
Vrai : 88% – Faux : 12%

Mais pourquoi tant de gens pensent que c’est vrai ? C’est très étonnant ! Il est vrai que le café a été servi en moins de 3 minutes (le texte précise en 2 minutes, donc c’est incontestable). Mais rien ne laisse penser qu’il s’agit d’une jeune-femme. Cette AFFIRMATION est aussi fausse que de dire que l’homme d’affaires a les cheveux grisonnants ! D’ailleurs, puisque nous en sommes aux révélations, je précise que la jeune personne qui a servi ce café est un jeune-homme ! Vous ne pouviez pas le savoir, mais vous ne pouviez pas non plus AFFIRMER que c’était une femme. L’AFFIRMATION est donc fausse.

Qu’est-ce qui explique que tant de personnes aient décidé de placer une femme dans cette fonction ? Un phénomène de société ? Il y a un peu de ça… Mais puisque je suis coach et que l’un de mes principaux outils est la psychologie cognitive, observons cette affirmation sous l’oeil du coach…

Le biais de disponibilité

En psychologie cognitive, cette déduction porte un nom : le biais de disponibilité. Il s’agit d’un schéma de pensée qui se sert d’informations directement disponibles et qui les considère comme vraies : le cerveau humain dispose d’une multitude d’informations issues de son expérience, et bien qu’il soit capable de raisonnement et d’analyses très approfondies, bien qu’il soit créatif et imaginatif à volonté, dans la plupart des cas il va se servir dans ses «fichiers fréquemment utilisés» pour aller plus vite… L’image d’une femme qui sert un café à deux hommes est si répandue dans notre société, que c’est la première qui est extraite de «l’album photo» mental.

Vous pourriez me dire que c’était un piège ! C’est sûr… Sinon cet petit jeu n’aurait aucun intérêt. Surtout lorsqu’il est proposé par un coach ou un psy ou un sociologue ou encore un formateur sur la parité en entreprise… Mais peut-être ne saviez-vous pas que j’étais coach et formateur… Peut-être que pour vous, je suis juste un ami Facebook qui voulait vous poser des questions faciles pour vous annoncer que vous avez un Q.I de 180 ! Puisque nous en sommes aux révélations, sachez que je suis beaucoup plus vicieux que ça…

Mais revenons à cette petite expérience : l’éveil que je vous propose à travers cette histoire, est de prendre conscience que dans la vie de tous les jours, ce genre de «piège» peut survenir. Certes, j’ai volontairement arrangé l’histoire et orienté le questionnaire. Mais vous n’avez pas idée du nombre de fois où ce genre de choses peut arriver innocemment. Juste par «maladresses de communication»… On omet  quelques informations et vous complétez les vides en vous servant dans le stock disponible. Un simple «biais de disponibilité» peut vous amener à juger de travers…

J’aimerais également porter votre attention sur ce que nous appelons des FAITS. Pour beaucoup de gens qui entendent cette histoire, c’est une jeune-femme qui sert le café : c’est un FAIT irrévocable. Ils sont bien surpris en apprenant la vérité.

Il me reste des petites choses à vous dire. Mais avant tout, j’aimerais m’assurer que vous avez bien compris. Voici une dernière question :

A++

Stéphane SOLOMON