Retour au sentiment d’utilité

Dans mes trois précédents articles, je me suis un peu répété. Le même thème, exposé trois fois ! J’ai juste pris trois exemples différents. Je pourrais continuer ainsi à l’infini, mais je pense que vous m’avez compris, et je voudrais rappeler, une règle de lecture me concernant :

Quoi que j’écrive, quel que soit le discours, le ton, la forme… rappelez-vous que vous êtes dans un programme orienté Développement Personnel, et que mon but est de vous être utile dans ce domaine précis.

C’est très important de le rappeler car j’ai beaucoup de lecteurs qui s’égarent en se focalisant sur mes exemples. Il suffit que je cite AMAZON pour illustrer mes propos, pour qu’on me saute dessus, comme si mon article entier était consacré à la promo de la librairie controversée.

J’ai écrit un article sur les chats échaudés qui craignent l’eau froide ! Un super thème de Développement Personnel, concernant la deuxième chance. J’ai donné un cheminement de pensée très avancé permettant de reprogrammer plusieurs paradigmes. Vraiment, si vous êtes coach professionnel, vous n’avez plus qu’à adapter l’article à la situation personnelle d’un client «échaudé» pour l’aider à se remettre sur les rails… Ca demande un travail spécifique, mais notre métier est de savoir faire ça…

Pour l’auto-coach que vous êtes, c’est le même principe, mais vous êtes à la fois coach et coaché : le thème principal de ma proposition peut être adapté à votre situation personnelle.

La question de l’auto-coach est :

– Et moi, qu’est-ce que je pourrais faire de ça ?

J’ai fait une sacrée sélection le mois dernier : je suis passé de 4.000 lecteurs à moins de 700 ! J’ai gardé uniquement les lecteurs qui m’ont dit (d’une façon ou d’une autre) que mes partages leur étaient utiles… Je croyais ainsi pouvoir écrire l’esprit tranquille, car mon écriture devenait terriblement douloureuse (plus de 10 heures d’écriture par article, depuis le début de l’année).

J’ai donc cru que j’étais à nouveau libre, et PAN ! Dans les dents ! Bien fait pour moi ! Comme j’ai utilisé le PWYW pour illustrer mes propos, je me suis retrouvé avec des anti-PWYW à dos ! Ils n’ont pas vu que je parlais de Développement Personnel, ils n’ont vu que du PWYW… Il a fallu que je me rattrape en parlant potager et musique. Que je justifie la pertinence de mon article côté Développement Personnel… C’est dingue ça ! C’est comme si, pour expliquer les croyances, je prenais POUR EXEMPLE le père Noël, et que mes lecteurs religieux me reprochaient de vouloir faire la propagande d’un mythe païen !

Du calme ! C’est un EXEMPLE… Mettez-vous 3 minutes dans la peau d’un enfant élevé au père-Noël et vous comprendrez aisément ce qu’est une Croyance ! Bien sûr que je pourrais trouver d’autres exemples ! J’aurais pu penser aux «enfants-martyrs» qui s’entourent d’explosifs pour tuer un maximum de «chiens infidèles» afin d’être récompensés par 70 vierges au paradis (ou 70 verges pour les jeunes-filles courageuses)… Mais cet exemple est trop «éloigné» pour que vous puissiez comprendre ce qu’une Croyance peut provoquer comme action. Le père-Noël est présent dans nos rues, nos magasins, nos télés… C’est plus à proximité. Et honnêtement, c’est plus rafraichissant.

Cette année, comme l’année dernière, comme ces 6 dernières années, à chaque fois que je vous écrirai à propos du Père-Noël, rappelez-vous que je ne vends pas de jouets mais du Développement Personnel. Cela vous aidera à comprendre la profondeur de ce que j’écris, au lieu de vous acharner à coups de barre de fer sur le pauvre petit bonhomme au chapeau pointu… Ca se peut, c’est même pas lui ! Il paraît qu’il y a plein de gens qui se déguisent en décembre…

Bref, si l’exemple vous fait mal, ne vous étalez pas dessus. Regardez le fond, pas la forme… Je ne vais quand-même pas vous écrire des articles sans exemples !

J’ai un challenge pour vous !

Mais non… Je rigole, ce n’est pas un challenge, c’est juste un défi ! Ah oui, parce que ça aussi c’est un problème : l’anglais ! Il paraît que si j’avais utilisé le PCQVV à la place du PWYW, j’aurais fait fortune !

Oh la la… Mais vous m’imaginez en train de suractiver mes neurones pendant une écriture, pour chercher un synonyme français de «pull-over» ? Autant rester en tee-shirt ! Je ne peux pas faire ça… J’ai trop de trucs à vous raconter qui sont au-dessus de ça. Alors parfois, permettez-moi de vous challenger, au lieu de vous lancer un défi… Je sais, je suis dur ! Mais en quittant TIME-COACH et en accédant à AUTO-COACHING.FR, vous avez changé de niveau. Vous êtes désormais challengeable.

Alors voilà l’idée : j’aime bien le rewriting ! C’était cool de revisiter mon post sur «le chat échaudé», tant côté potager que côté chanson ! En plus, en parlant de courgettes j’ai pu publier mon article sur Facebook. Si j’avais gardé mon exemple initial, aucun Facebooker n’aurait compris, car le PWYW est réservé à mes lecteurs préférés qui ont vécu l’épisode l’année dernière (ma présence sur Facebook est récente; aucun de mes «amis» n’a entendu parler du PWYW).

Donc je vous propose de recommencer l’exercice ! Allez ! Prenez n’importe quel article de l’année dernière qui (d’après vous) ne parlait que de PWYW, et j’en ferai une version plus acceptable en supprimant complètement le mot qui fâche. Vous reconnaîtrez le thème initial puisque c’est le but du jeu, mais vous pourrez enfin le lire sous le prisme du Développement Personnel, et non en vous focalisant sur «l’arnaque du siècle». Je ferai un dernier effort, en ne parlant ni de PWYW ni de pull-over. Un truc bien rond…

Faites-le vraiment, je ne rigole pas ! Prenez l’article qui vous a le plus énervé, culpabilisé, bouleversé… et je ferai exactement la même chose que ce que j’ai fait la semaine dernière : je vous le rendrai utile.

A++

Stéphane SOLOMON

16 réflexions au sujet de « Retour au sentiment d’utilité »

  1. Bonjour,
    J’ai dû être bien sélectionnée, car rien ne m’a fâchée, sinon j’aurais pris des mesures pour ne pas perdre mon temps à lire des articles qui me fâchent ou dont je ne vois pas l’utilité. Depuis que je lis le meilleur coach en gestion du temps, je ne me concentre et ne donne du temps qu’à ce qui va dans le sens de mes objectifs. Merci Stéphane pour tout le temps, l’argent et le bonheur que vous m’avez déjà fait gagner depuis que je vous lis !

  2. Bonsoir, je n’ai pas non plus souvenir d’avoir été faché. Et je suis bien content d’être un élu car c’est souvent amusant et enrichissant de vous lire.
    Pascal

  3. Bonjour Stéphane ,
    ca fais plaisir de voir que tu reprends tes écritures, je n’ai pas reçu l’article sur « chat échauder crains l’eau … » peut tu me le faire suivre stp car je pense qu’il pourra être très utilise dans la transition que je suis en train de vivre
    d’avance merci

  4. J’ai adhéré à l’article.
    Cela fait plusieurs jours que je cogite sur le chat échaudé et ce a 2 niveaux : Perso et pro…..
    C’est difficile…..vraiment….
    J’adhère mais comme dit difficile …. Peur de l’eau glacée ….et d’avoir mal….

    • Bonjour Isabelle,

      Peut-on dire que le VOUS d’aujourd’hui est différent du VOUS qui a été échaudé ?

      Etes-vous mieux armée, mieux entourée, plus apte à voir les cadeaux-cachés d’un «échec» (qui apparaissent souvent après)… ?

      Si en solo ça ne fonctionne pas, ça vaut le coup d’en parler à quelqu’un. De préférence une personne qui n’a pas vécu les affres par lesquelles vous êtes passée, car il est évident que ceux qui ont subi vos variations émotionnelles sont également échaudés, et vont préférer éviter l’eau… Parfois, un nouvel entourage s’impose, et aller à la rencontre de nouvelles personnes, fait partie du projet.

      A++

      Stéphane

  5. Bonjour Stéphane,
    L’article qui m’a le plus énervé, culpabilisé, bouleversé ?…
    Énervé, culpabilisé…il n’y en a pas vraiment un mais à un moment donné, le combat du PCQVV m’avait un peu lassé. Message après message, ton envie d’expérimenter, ta ténacité, les différents outils que tu avais essayé de mettre en place m’avaient fait décrocher de la lecture de tes messages. J’étais peut être moins disponible à ce moment là…
    Bouleversé….bien sûr ! Le plus ? Je pense à la fable de la chèvre réalisé en vidéo et raconté par ta fille. J’ai pleuré devant la beauté de cette œuvre : la voix enfantine, le fond, le ton. Tout était là ! Merci ! Et depuis, je déchèvre…lol…
    A quand « Le développement personnel raconté par les enfants » ? C’est touchant, c’est puissant. Un projet sur lequel je me pencherai volontiers ! 😉
    A++
    Frederic

    • Bonjour Frédéric,

      Oui tu n’es pas le seul à m’avoir signalé que cette INSISTANCE, ce COMBAT était trop long. Cependant, il faut reconnaître deux choses :

      – Si l’objectif était le PWYW (la collecte de fonds), je suis passé d’une participation spontanée de 50€ (le jour de la proposition) à presque 100 participations qu’il a fallu stimuler pendant 2 mois, pour un montant avoisinant les 2.000€. Evidemment, si on se fie à mon taux horaire, c’est une perte sèche. Mais si je me fie au paradigmes initiaux de beaucoup de lecteurs (dont les remarques ont créé les articles), c’est une sacrée victoire.

      – Mais si l’objectif était ailleurs et que le PWYW n’était qu’un «support» qui amène des sujets profonds (à l’image de l’article sur le chat échaudé qui peut être lu sous le prisme de «l’appel à dons», mais qui devient plus «sympa» dès que le tétragramme est remplacé par des courgettes), aucun des articles ne pourrait être lassant.

      Par exemple, relis celui-ci :
      http://www.auto-coaching.fr/index.php/merveilles-du-monde/

      En plein «combat PWYW», il est lassant ! C’est d’ailleurs l’un des articles les moins lus (c’était en fin de «combat»). Mais que devient-il si tu le lis hors combat ? Qu’est-ce que l’auto-coach que tu es peut faire de cet article s’il arrive à faire abstraction du PWYW ?

      Il se trouve que la plupart des personnes qui ont contribué au PWYW relativement tôt, ont pu profiter des articles qui ont suivis, pour une raison très simple : ils ne se sentaient plus concernés par les phrases liées au PWYW, ils ont dépassé ça, et ont eu accès à autre chose, que nous pouvons assimiler au «gorille» qui se cache dans le jeu (http://www.auto-coaching.fr/index.php/30-secondes-de-concentration/). Ce gorille, dans mon cas, s’appelait la PROACTIVITE.

      Pendant deux mois j’ai livré un programme que j’aurais pu appeler PROACTIVITE++. Plus de 4.000 personnes y ont eu accès gratuitement, et une centaine de personnes ont payé ce qu’elles ont voulu. Je trouve que c’est un merveilleux concept.

      Je te réponds séparément concernant la chèvre et les enfants, car c’est une proposition à part, qui mérite un focus entièrement consacré à la cause…

      Merci encore pour ton intervention (encore une ;-)) qui nourrit ce lieu.

      A++

      Stéphane

    • Re Frédéric,

      Concernant le Développement Personnel raconté par les enfants, ce serait vraiment le top, mais il faut trouver un cadre légal, et à moins d’être sûr que le produit sera TRES rentable, le coût du travail des enfants et l’organisation nécessaire pour que la DDASS puisse effectuer les contrôles nécessaires risquent de faire grimper la facture.

      Nous sommes très loin de l’entrepreneur qui écrit un article spontané dans l’avion ou dans le train. Donc ce sera possible lorsque j’aurai 50 fois plus de lecteurs-acheteurs. Je prendrai alors le temps de m’arrêter pour organiser les journées de tournage.

      En attendant, voici un petit cadeau «familial», tourné à la bonne franquette l’automne dernier :

      Merci pour les idées (on trouvera peut-être un moyen !) et A++

      Stéphane

  6. merci pour l’éclairage 🙂
    Le PCQVV/PWYW a sa propre histoire et il peux nous amener à nous pencher sur les paradigmes d’une nouvelle économie. Les réflexions de Tim Kelley que l’on peut trouver sur youtube sont assez intéressantes (pour les anglophones).
    En tant qu’enseignant, je sais qu’il y a une grande différence entre un apprenant qui a financé lui-même son apprentissage et un apprenant « subventionné » par le système. Le premier est curieux, motivé, il dépense de l’énergie dans son apprentissage. Le second est relativement passif et ne donne que peu de valeur à son apprentissage.
    Attention, il s’agit d’une généralisation et quelques cas sont différents (heureusement) mais mon expérience me permet de l’affirmer dans un contexte 80/20.
    Je sais aussi que j’ai adoré tes programmes payants parce que la valeur engagée (même si elle peut paraitre minime) crée une énergie qui entraine un meilleur « auto »-apprentissage.
    Je me souviens de l’article des « merveilles » et il fait toujours écho en moi. Je sais que j’ai le CHOIX de sélectionner ce qui est IMPORTANT pour moi. Cela ne m’a pas empêché de supprimer la télévision de mon environnement car elle génère plus de parasites que de valeur au quotidien…. je me prive d’excellentes émissions mais je gagne un temps précieux pour le partage, la musique, la lecture, un feu de bois, etc…

    Mon rêve ? Qu’il soit un jour inscrit devant un écran géant :
    La demande de ce produit étant trop faible, nous avons été contraints d’arrêter sa fabrication

  7. 50 fois plus ??? en voilà une jolie barrière ! Je te le souhaite bien sûr ardemment.
    Pour faire plus simple et éviter le droit à l’image et tout le toutim, je pencherai plus pour un enregistrement voix-off dans un cadre « audio » et le travail avec un graphiste. Une lecture par un enfant demande des autorisations plus simples…

    • Mes enfants font du doublage, et ce sont les mêmes autorisations DDASS que pour les tournages, ainsi que des fiches de paye et des horaires précis à fixer d’avance. Ceci dit ils travaillent avec de grosses productions. Il est possible que pour un petite boite et pour un usage Internet, ce soit plus souple.

      Je vais me renseigner 😉

  8. Bonjour Stéphane,

    Je suis une assidue de vos lettres et vous lis depuis des années.
    J’ai suivi plusieurs programmes payants avec satisfaction et re – connaissance.
    J’admire la facilité ( apparente) de vos écrits, j’ai conscience que cela vous demande beaucoup de travail.
    Un constat : vous êtes une personne généreuse car vous donnez beaucoup par vos écrits, mais le  » trop et l’insistance (comme si vous vouliez vous justifier) peuvent entrainer un effet contraire : d’où pour vos programmes* payants, entraîner moins de ventes ! –
    *tarif raisonnable et à la portée de beaucoup de monde !
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *