Sauvez TIME-COACH !!!

Il était une fois, dans une banlieue parisienne un petit cinéma de quartier, qui après avoir vécu ses années de gloire, se vit concurrencer par les multiplexes qui poussaient autour de lui. Un jour, il annonça sa «dernière séance», et donc sa fermeture prochaine.

Aussitôt, les habitants de la ville et des villes avoisinantes décidèrent de sauver leur petit cinéma. Ils fabriquèrent des banderoles, et allèrent défiler dans la rue en criant des slogans. Suite à cette action forte, l’exploitant du cinéma reçut une subvention qui lui permit de poursuivre son activité. Mais il travailla à perte, ne parvenant pas à remplir sa salle. Il afficha encore son intention de tirer sa révérence…

Aussitôt, les banderoles furent agitées, et il obtint une nouvelle subvention. Mais le scenario ne changea pas, car la plupart des manifestants qui étaient prêts à lui réserver des heures de soutien, avaient un comportement étrange : aussitôt les banderoles rangées, ils se précipitaient au multiplexe du coin avec leur petite famille, laissant «aux autres» le soin de remplir la salle de leur cinéma «préféré». Ils ont fait le choix de défendre un cause culturelle, oubliant son aspect commercial.

Parmi ces valeureux guerriers, toujours prêts à livrer bataille pour la bonne cause, il y avait un certain Jacquot : un père de famille très attentionné, toujours prêt à aider son prochain, du moment qu’il lui demandait autre chose que de l’argent. Jacquot fut fort ému lorsqu’il apprit que le cinéma de sa ville a fermé, cette fois, sans préavis. Il versa quelques larmes sur la banderole qu’il avait gardée en prévision, puis il la jeta, trouvant que le monde était vraiment trop injuste. Pour se consoler, il alla manger au Mac Do avec femme et enfants. Sa vue était trop embrumée pour voir le prospectus que le restaurateur du coin avait glissé sous sa porte, ce dimanche matin. Il ne vit la petite feuille qu’au retour :

– Trop tard !, se dit-il. La réduction était pour ce soir, l’offre est terminée…

Ce restaurant, qui était connu tant pour son menu que pour les soirées festives qu’il organisait, avait toujours intrigué Jacquot. Il s’est promis qu’il irait… un jour… Aussi, quelques semaines plus tard, lorsqu’il vit les vitres du local peintes en blanc, et la pancarte «bail à céder», il ne put s’empêcher de penser à ce pauvre restaurateur, dont la vie devait être bien difficile…

Le monde allait mal ! Très mal ! De plus en plus mal…

Vers un nouveau monde

Quelques mois plus tard, jacquot voulut fêter l’anniversaire de sa femme en tête à tête. Il réserva une table dans un restaurant qui venait d’ouvrir à 6 kilomètres de là, et qu’un ami lui avait recommandé. En entrant, il reconnut le restaurateur qui avait quitté sa ville… Il alla le saluer… Celui-ci ne savait pas qui il était, et Jacquot lui expliqua qu’ils étaient voisins quelques semaines plus tôt et qu’il était content de savoir qu’il a su rebondir aussi vite après sa faillite :

– Mais je n’ai pas fait faillite, j’ai juste déménagé dans un endroit où on aime les bon restaurants !

– Ah bon ? Mais on s’inquiétait…

– Qui ça «on» ?

– Bein moi… Et certainement les autres, tous ceux qui aimaient votre restaurant, quoi !

– Mais ceux qui aimaient mon restaurant ont été prévenus… Nous avons fêté la dernière soirée là-bas, ainsi que l’inauguration ici… Ils reviennent manger régulièrement. Regardez autour de vous !

Jacquot ouvrit les yeux… Effectivement, il reconnut quelques uns de ses voisins, ainsi que des personnes qu’il croisait à la gare de sa ville. Désormais, tous ces clients faisaient 6 kilomètres pour aller manger dans leur restaurant préféré, mais une fois les pieds sous la table, ils y étaient bien…

Il alla s’asseoir, et stupéfait, il reconnut à une table voisine l’exploitant du cinéma qui dégustait une mousse au chocolat avec sa femme et ses petits enfants. Il entreprit d’échanger quelques mots :

– Comme je suis content de vous voir, dit Jacquot !

– Pardon Monsieur ?

– Vous ne vous souvenez pas de moi ? Jacquot ! J’ai manifesté pour que vous puissiez sauver votre cinéma !

– Ah oui… Je vous remets ! La plus grande banderole en tête de cortège, c’était vous !

– Eh oui… Je vois que ça va mieux pour vous !

– Comment ça ?

– Entrée, plat, dessert pour tout le monde…

– Mais je me suis toujours permis de bien manger au restaurant !

– Oui mais bon, je suppose qu’après votre fermeture, vous avez morflé !

– Monsieur Jacquot, j’ai 6 autres cinémas en région parisienne, et lorsque j’ai voulu fermer le cinéma de votre ville, c’était pour m’associer avec un ami qui venait d’acheter sa salle au quartier latin, là où on aime les petits cinémas. Mais Lorsque j’ai vu tous ces gens manifester pour sauver leur cinéma, j’ai dit NON à mon ami.

– Mais vous aviez l’air si impliqué…

– Très impliqué ! J’ai pleuré en fermant… Je m’étais fait pour mission de sauver ce lieu culturel chargé d’histoire, mais je ne pouvais pas agir contre vous !

– Comment ça contre moi ?

– Vous ne manifestiez pas pour sauver votre cinéma, mais le mien ! Vous vouliez sauver ma «petite retraite» au lieu de conserver une valeur culturelle … Vous préfériez défiler dans la rue plutôt que dans ma salle. Lorsque je l’ai compris, j’ai décidé de partir discrètement. Je suis allé me rendre utile ailleurs, là où on a vraiment besoin de moi.

Jacquot n’insista pas. Il comprit son erreur, sa double erreur… Après le dîner, il s’arrêta au centre-ville pour acheter des fleurs à sa femme. Il entra chez la fleuriste qui s’apprêtait à fermer, mais qui remit son tablier en le voyant. Il choisit un très beau bouquet et paya la commerçante avec le sourire. Il sortit, puis il entra à nouveau :

– Vous avez besoin d’autre chose ? Demanda la commerçante.

– Oui, lui dit-il, j’ai besoin de vous dire MERCI

– Mais vous m’avez déjà dit merci en partant.

– Je vous ai dit merci pour les fleurs, mais j’ai oublié de vous dire «merci d’être là !»…

– Eh bien, ça fait plaisir !

– J’ai toujours cru que vous ouvriez le lundi parce que vos affaires allaient mal, ou parce que c’était un moyen de piquer des clients à vos concurrents. Mais aujourd’hui; je m’autorise à penser que si vous faites nocturne, spécialement ce soir, c’est pour être utile à des gens comme moi, qui ont besoin de fleurs le lundi soir.

– Heureusement qu’il y a des gens comme vous, monsieur ! Lui dit la fleuriste avec un sourire tremblant.

Il ressortit et se dirigea vers sa voiture. Il ouvrit la portière et offrit le bouquet à sa femme.

– Eh bien ! C’est ma fête aujourd’hui ! Lui dit-elle avec une certaine émotion dans le regard et dans la voix

– Oui, lui dit-il, j’ai compris quelque chose d’important.

– Explique-moi…

– J’ai remarqué que beaucoup de gens que j’aimais ou que j’appréciais, disparaissaient sans laisser d’adresse. Ca me rend malheureux, alors je les crois malheureux eux aussi. Mais en réalité, ils partent parce que je ne leur donne pas une vraie place dans ma vie. Ils vont simplement se rendre utiles ailleurs, me laissant dans mon petit monde, et faisant grandir le leur…

Jacquot rassembla ses forces pour finir sa phrase :

– Je sais que tu as souvent eu envie de partir, et je croyais que tu restais parce que tu n’avais pas le choix. Que tu continuais pour les enfants ou pour la maison. Aujourd’hui j’ai compris que c’est pour moi que tu restes. Merci… Merci d’exister dans ma vie… Je t’aime !

Vous avez peut-être tendance à croire que les commerçants font leur métier parce qu’ils n’ont pas le choix ou parce qu’il faut bien gagner sa vie… Cette CROYANCE vous pousse à consommer dans le mauvais sens : au lieu de consommer POUR VOUS et de gratifier leurs produits et leurs initiatives, vous consommez POUR EUX : pour les aider à subsister… Une croyance limitante produit des actions limitées : vous achèterez chez vos commerçants, tant qu’ils vous paraîtront fragiles…

Cette attitude risque de les fragiliser.

Comme je l’ai écrit à la rentrée, je me sens investi d’une mission, à l’image de l’exploitant, du restaurateur ou de la fleuriste de cette histoire. Mais cette Newsletter gratuite n’est pas ma mission ! C’est juste un moyen de l’accomplir. S’il fallait lâcher ce COMMENT, je saurai le faire sans trahir mon POURQUOI. Je le ferai justement pour rester fidèle à mon POURQUOI.

Je vous rappelle ma mission : aider un maximum de personnes à remplacer la procrastination par la proactivité. C’est ainsi que je me sens utile. Je peux agir avec vous (de préférence), contre vous (c’est parfois nécessaire), mais pas sans vous.

Avec 32 inscriptions au programme CROYANCES++ mon sentiment d’utilité est fortement ébranlé. Je suis au regret de vous annoncer ma «dernière séance». Si vous voulez sauver votre cinéma, il est inutile de sortir les banderoles, allez au cinéma !


Inscrivez-vous à CROYANCES++

A++

Stéphane SOLOMON

43 réflexions au sujet de « Sauvez TIME-COACH !!! »

    • Patrick,

      Tu as honoré ce cinéma de ta présence un bon nombre de fois. Si je devais déménager, tu recevras ma nouvelle adresse pour continuer à faire la fête dans mon «restaurant».

      Petite erreur (grosse erreur, mais j’ai du tact) : il ne s’agit pas d’une formation, mais d’un programme d’auto-coaching.

      Le programme sur les croyances est différent des autres programmes, dans le sens où il se concentre sur les croyances, tout simplement. Je parlerai de teps, d’argent, de confiance, de pensées positive mais je n’en ferai pas un thème central, car il y a un objectif : identifier ses propres croyances limitantes et les recadrer VOLONTAIREMENT. Par ailleurs, on apprendra à transformer certaines croyances en conviction. La conviction étant nécessaire à tout projet ambitieux.

      Tu as pu remarquer que tous mes programmes étaient différents. Le thème central est le même (auto-coaching), mais c’est à toi de décider a postériori si lorsque tu as vu un film dans mon cinéma, tu les as tous vus… Ce qui ferait de mon cinéma une salle de projection d’un genre particulier…

      Qu’en penses-tu ?

      Par ailleurs, je suis sûr que si j’y projetais La Grande Vadrouille tous les ans, je trouverai encore des fans, et ils viendront même s’il vient de passer à la télé… Parce qu’au cinéma, il y a une ambiance différente à chaque fois, mais aussi parce que lorsqu’on a ri aux éclats une fois. On peut se permettre de rire une deuxième fois. La Grande vadrouille, dans cet objectif, devient une valeur sûre.

      (Tout le monde peut utiliser l’option satisfait ou remboursé, donc je ne comprends pas la question).

      A++

      Stéphane

    • merci Patrick pour ton fromage
      cela fait un peu La Fontaine, comme lapsus ecritus

      et bonne chance pour ta rénovation
      moi aussi, j’ai du parquet plus de la première fraicheur
      alors « action »
      et merci à Stéphane qui génère toutes ces idées

  1. J’aime beaucoup vos newsletter et j’ai déjà fait l’un ou l’autre programme avec vous. Je suis quelqu’un qui n’est pas dans la procrastination , mais dans l’action , donc je ne vais pas souscrire à ce programme, sinon je suivrai ce programme pour vous et non pour moi , et ce n’est pas ce que vous souhaitez si j’ai bien compris. Mais je suis certaine qu’un jour ou l’autre vous proposerez un programme qui me sera utile et auquel je souscrirai.
    Je vous souhaite de tout coeur plus de participants à ce programme pour que ce ne soit pas la fin de Time Coaching sur internet (donc dans le monde entier) , car vous apportez beaucoup au travers de vos news letter.
    D’ailleurs pourquoi ne pas demander une participation financière pour vos histoires et métaphores si pleines de bon sens et nourrissantes que vous nous faites suivre en newsletter ?

    • Bonjour Isabelle,

      Merci pour votre réponse. Vous avez effectivement participé à 2 programmes sur les 10. Je suis désolé de ne pas trouver d’autres thématiques qui vous intéressent. Vous pouvez suggérer des idées. C’est encore une façon d’être proactive.

      Je vous invite toutefois à une réflexion : pour quelles raisons les articles de TIME-COACH sont-ils si nourrissants et pleins de bon sens, et ceux des autres programmes (que vous ne connaissez pas) ne le seraient pas ? C’est le même auteur et le même esprit…

      La participation financière à TIME-COACH est possible sous la forme du Pay What You Want (payez ce que vous voulez). C’est le premier icône sur la colonne de droite, tout en haut de la page.

      A++

      Stéphane SOLOMON

  2. Bonjour
    J’apprécie vos envois et vos programmes que je suis régulièrement mais aussi en fonction de mes envies ou disponibilités évaluées. Je me dis que votre problème de masse d’inscription est liée à la masse des contacts que vous touchez. La solution ne pourrait elle pas passer par un élargissement de celle-ci ? Vos lecteurs sont potentiellement vos messagers les plus convaincants : aider les à faire connaitre cet outil . Non ?
    Merci 😉

    • Bonjour Emmanuel,

      Je n’ai pas de problèmes avec la masse. Car il y a deux masses :

      – Les pionniers (environ 4.200 lecteurs), dont vous faites partie, qui me lisent depuis au moins 3 ans, et qui semblent se satisfaire de la gratuité. C’est à eux que ce message est destiné
      – Les nouveaux arrivants (que je peux inviter par milliers), qui n’ont pas reçu ce message (ils ont le temps), car comme ça a été le cas pour vous, il y a tout un parcours découverte, qui permet de faire un choix. Je veux leur laisser le temps d’apprivoiser ce programme gratuitement, poser des question s’indigner, faire des suggestions, etc.

      32 inscriptions sur 4.200 lecteurs qui me lisent avec plus ou moins d’assiduité depuis 3 ans et plus, c’est un très mauvais résultat ! C’est même pas le dixième de CONFIANCE-COACH. La passivité s’installe. Il n’est pas question pour moi de reproduire le même schéma avec les nouveaux arrivants. Je ne les habituerai pas à la gratuité passive. Je suis tenté par la gratuité active ou tout simplement par un processus payant au bout d’un certain temps. Mais combien de temps ?

      C’est ce que je suis en train d’évaluer.

      Merci pour votre question,

      Stéphane SOLOMON

  3. merci Stéphane,
    je m’inscris à CROYANCES, comme précédemment à d’autres Coach-machin, qui me font tjs du bien.
    Ce n’est pas le pti montant qui me gène, il suffit (d’un resto, bien vite digéré et oublié) ou (un ciné mal choisi) ou (un n’importe quoi qui nous fait craquer, puis regretter) – mais le temps (bien que pensionnée depuis longtemps et tjs trop active) parfois je mets un pti drapeau sur ton envoi pour y revenir, …. et le temps passe
    Avec toi, c’est du solide.

    • Bonjour Lalou,

      Avec une dizaine de programmes à ton actif et tes 19 interventions dans le programme gratuit, le dernier paragraphe de cet article ne te concerne pas directement. Merci pour ton inscirption, mais si tu manques de temps en ce moment, on peut remettre à plus tard.

      Le dernier paragraphe concernait surtout les personnes qui manquent de temps depuis 3 ans, sauf lorsque l’article est gratuit… Là, ils trouvent le temps.

      Même en supposant que ce soit vrai, qu’à chaque fois que je lace un nouveau programme, je tombe mal ! Alors cela signifie que TIME-COACH ne leur a rien apporté (au bout de 3 ans), et qu’il est temps pour eux de trouver quelqu’un de plus utile que moi.

      Comme le dit une croyance populaire, il faut de tout pour faire un monde. C’est la raison pour laquelle j’ai encouragé les hésitants tout ce temps, et je continuerai à le faire avec les nouveaux arrivants qui n’ont pas reçu ce message (évidemment) et qui ne le recevront jamais (en tout cas, pas avec la même conclusion), car je ne les baladerai pas pendant aussi longtemps. Très vite, il devront faire un choix.

      A partir de 12 mois de non-contribution, je leur dira au-revoir. Je crois même que je ne mentionnerai même pas l’idée que TIME-COACH continue pour d’autres lecteurs. C’et ce qu’on appelle un choix par défaut.

      Vous n’avez jamais eu ce problème d’indécision… Ca marche, vous continuez, ça ne marche pas vous arrêtez ! Donc je suppose que même une année d’hésitation, ça vous paraîtra long. En ce qui me concerne, cette année découverte fait partie de ma mission. Mais au delà, ça devient contreproductif pour tout le monde.

      Je n’ai pas été créé pour ça.

      A++

      Stéphane

  4. Bonjour Stéphane!

    Pfouh! Les larmes me sont montées à la lecture de cet article, encore plein de vérités si émouvantes à reconnaître.

    J’ai tellement hâte de recevoir le premier mail de CROYANCES ++! Merci de m’en livrer d’ores et déjà quelques bribes bien alléchantes.

    Merci de me faire profiter de ces enseignements bien que je fasse déjà partie des « 32 ». Cela prouve encore une fois que vous poursuivez merveilleusement votre mission, avec générosité, et utilité!!!

    J’avoue que je suis très très étonnée que 4 168 lecteurs de Time Coach boudent votre cinéma. J’avais cette CROYANCE que la majorité y revenait, les yeux fermés, à chaque nouvelle séance, avec impatience, persuadée de faire une nouvelle découverte éblouissante.

    J’ai hâte de découvrir comment cesser de limiter mes actions par mes croyances. Vivement lundi!!! En attendant, passez un excellent week-end!

    • Bonjour Emilie,

      Oui… Lorsque les choses suivent leur cours, nous avons tendance à croire qu’elles nous sont dues :

      Je me suis marié, ça c’est fait ! Passons à autre chose…
      J’ai embauché un employé, ça c’est fait ! Passons à autre chose…
      J’ai fait deux enfants, ça c’est fait, passons à autre chose…

      La question n’est pas de faire plus, mais de faire mieux !
      – Ma femme, je peux encore la surprendre et je m’attends à ce qu’elle me surprenne. Pour ça, il faut qu’on sorte du train-train quotidien.
      – Mon employé, je peux le former, améliorer ses compétences, lui permettre d’évoluer
      – Mes enfants, je peux m’occuper de leur enseignement au delà du scolaire. Je peux révéler leurs talents, leur proposer des choix, les encourager à aller vers…

      Les choses, et surtout les êtres, ne nous sont pas dûs. Malheureusement on ne se rend compte de ce «non dû» qu’au moment de perdre ce bien ou ce bonheur. Un cinéma qui ferme, une démission, un divorce…

      Beaucoup de personnes sont malheureuses parce que même après la séparation, ils ont l’impression qu’on les a privés d’un dû. On les entend souvent dire :

      – Pourtant, je n’ai rien fait !

      Bein oui… C’est ça le problème… Comme pour beaucoup de choses, si tu ne votes pas POUR, tu votes CONTRE.

      A++

      Stéphane

  5. De mon côté, je me suis déjà inscrite à plusieurs module d’auto-coaching, après avoir bénéficié d’un certain (grand) nombre de mail gratuits de time-coach.
    Je perçois un peu tous ces modules comme des ingrédients qui enrichissent un écosystème, celui dans lequel je vis, travaille, décide, partage … plus ou moins bien.
    J’y ai trouvé plusieurs pépites, que ce soit dans les programmes payants ou la diffusion gratuite, et je vous en suis extrêmement reconnaissante. Il y a eu quelques synchronicité fulgurantes (les messages sur l’analyse excessive sont en particulier tombés à pic à un moment où je m’enferrais sans m’en rendre compte sur une « non-prise de décision »!).
    Parfois, ces sont des « outils » ou une manière de faire ou de voir que j’arrive à m’approprier très vite, parfois je sens qu’il y a un germe, mais qu’il faut encore donner du temps à la plante pour se développer… (en lui donnant du soleil, de l’eau et quelques éléments nutritifs).
    Alors « croyances ++ », ce sera un autre angle de vue… ou d’autres petits nutriments pour ma réflexion.
    Quant au prix des modules, … difficile de comparer. Plus cher qu’un livre sur le sujet, mais plus interactif, et surtout avec une petite dose chaque jour, rythme qui me convient personnellement bien.
    C’est donc en quelque sorte une petite vitamine journalière… Mais au fait, qui va demander à un pharmacien de rembourser une boîte de vitamines jugées pas assez efficaces? Merci à Stéphane de nous offrir cette option!

  6. Bonjour,
    J’avais programmé une inscription « plus tard » car j’avais effectivement supposé que ce programme serait reproposé.
    Avant de lire votre message, j’ai ramassé un papier par terre. Par ce geste j’ai eu une nouvelle réminiscence de « la peau de banane ». J’ai revu ce que mes parents m’avaient appris et l’importance que cela a pris dans ma vie après avoir suivi ce programme. La signification positive que peut prendre un geste quotidien pourvu que l’on laisse son esprit s’élever. C’est ce que vous m’avez aidé à faire. Merci.
    En travaillant sur le programme attitude et objectif je vois bien que le programme Croyance+ m’apportera de nouvelles clés. Vous avez raison, pourquoi attendre et risquer qu’il soit trop tard ? Merci.

    • Bonjour Guilaine,

      Avec vos participations, surtout ces derniers temps, il ne sera pas trop tard pour vous.

      En supposant que TIME-COACH s’arrête, je vous donnerai la nouvelle adresse de mon restaurant. Mon article s’adresse aux lecteurs qui considèrent TIME-COACH comme un acquis social. A ce titre, il n’est nouveau que sur la forme. Le fond est le même depuis le premier jour.

      Merci pour le petit rappel sur «La peau de banane». Ca c’était du coaching ! Pour moi aussi…

      A++

      Stéphane

  7. j’ai même pas lu en entier cette histoire de cinéma, j’avais de toute façon prévu de m’inscrire quand j’aurais fini ma seconde couche du programme en cours, …..j’aime bien ta vision des choses et je te donne mon cadeau du jour entendu sur france -inter: ne pas confondre la vie et la société……
    bonne journée

    • Olivier,

      Tu ne peux pas savoir comme je suis content de t’y voir ! Je ne voulais pas t’en parler, mais tu m’as inspiré l’un de mes articles sur les CROYANCES. Je l’ai appelé le sacrifice d’Abraham… Il va te permettre de recadrer cette croyance qui te gène tant.

      Un père qui va tuer son fils et qui est reconnu comme le plus grand des croyants suite à ça ? Voyons… N’y aurait-il pas quelque chose de caché dans le texte original ?

      Je vais également redonner sa place d’honneur à Eve, ainsi qu’à toutes les femmes, car à ce niveau, qu’on soit athée ou croyant, il y a beaucoup à faire côté croyances.

      Evidemment le programme n’est pas religieux, mais il est difficile de parler de croyances sans évoquer quelques automatismes de pensées issues de notre éducation judéo-chrétienne.

      Ta présence me ravit !

      A+++++++

      Stéphane

  8. Bonjour Stéphane,

    Croire en la fin de Time-Coach !!! Ca NON ! …Voila un bel exemple de croyance limitante justement !!!
    D’ailleurs c’est étrange…, il semblerait que cette annonce ait le pouvoir de faire « exploser » les croyances limitantes…
    Je dois avouer que mes propres croyances sont en ébullition depuis la lecture de cet article et juste pour illustrer mes propos, voici la principale : « je ne peux pas autoriser l’approche de mon système de croyances jusqu’à les reprogrammer » !
    Je viens donc de comprendre pourquoi j’hésitais à m’inscrire alors que je suis fan de tous les enseignements que vous partagez !!!
    Je pense tout simplement que ce sujet m’a dérangé et me demande d’aller me chercher loin ! La lecture de cet article vient de mettre en lumière cette croyance limitante et vient d’afficher la peur (peur de reprogrammer mes croyances !) qui lui était liée ! Waouh !!!
    Belle démonstration d’auto-blocage !

    …et devinez ce que je vais faire dans la foulée pour aller renforcer cette prise de conscience : inscription immédiate ! ;-))

    Merci encore Stéphane pour ces belles avancées déclenchées par tous vos partages !!!
    Pascale Z.

    • Bonjour Pascale,

      J’ai pensé à ce blocage… Je me suis dit : Encore quelque chose qui ne va pas dans le titre ou le sous-titre ! Parce que 32 inscription après 10 jours de promo, c’est très rare ! Ca peut faire penser au lavage de cerveau.

      Ce n’est pas du tout le cas. C’est une reprogrammation douce, progressive et amusante que je propose. Basée sur l’observation, l’auto-dérision et quelques expériences. Mais surtout le plus important, c’est que vous êtes actrice du début à la fin ! Ce n’est pas moi qui vais vous programmer ;-). Je vais vous livrer une méthode.

      Mais je comprends cette peur. Certaines croyances vous disent «Ne me touche pas !». Il n’est pas question de les annihiler, mais de trouver un protocole de communication cohérent. De discuter avec… D’aller vers…

      A++

      Stéphane

  9. Bonjour Stéphane,
    En quelques mots je réagis à votre article et à votre réponse à « Lalou ».

    « A partir de 12 mois de non-contribution, je leur dira au-revoir. Je crois même que je ne mentionnerai même pas l’idée que TIME-COACH continue pour d’autres lecteurs. (…) En ce qui me concerne, cette année découverte fait partie de ma mission. Mais au delà, ça devient contreproductif pour tout le monde. »

    Tout d’abord merci !
    Merci pour votre longue réponse à mon commentaire déposé à la suite de votre message : « Suis-je utile ? »
    Merci pour votre série sur la croyance à laquelle je me suis inscrit : je me régale, je réfléchis à chacune de mes pauses, et le soir je note mes compréhensions, mes confirmations…

    Et puis, mes quelques mots donc : Je reçois depuis un bon moment vos articles et pendant longtemps, la simple lecture me suffisait. Pas de motivation pour adhérer à un programme.
    Et puis, brutalement, impossible matériellement d’adhérer à quoique ce soit. Une épreuve. Et justement à cet instant la motivation est née. L’acte fut reporté faute de moyens.
    Et aujourd’hui, je peux et je fais 🙂

    Une anecdote, une vraie ?
    Alors que ma société battait son plein, j’ai créé une édition. Par plaisir, parce que j’avais toujours voulu le faire. Et c’était ma danseuse, si j’ose dire. Cela m’a coûté du temps et de l’argent et ça ne me rapportait rien d’autre que le plaisir d’éditer. C’était fou, mais c’était ma vie.
    Et puis la branche dans laquelle j’exerçais a disparu, remplacée par d’autres outils informatique et il se trouve qu’aujourd’hui, c’est un peu ma danseuse qui m’entretient…
    Créée il y a douze année, elle a appris à ne plus être entretenue, danse pour danser et prend soin de moi dans les passages difficiles.

    Je retourne réfléchir et prendre des notes sur le programme croyances +

    Bien à vous

  10. Merci Stephane pour cette très belle histoire métaphorique…

    Tu aimes nous faire voir les choses autrement et un peu nous piquer au vif et ca me fait grandir merci!

    permet moi de te dire comment je la voit ton histoire de cinéma. La société évolue et les habitude aussi. Un bon commerçant se doit de s’adapter et d’évoluer. le cinéma à évoluer. c’est bien? c’est mal ? C’est comme ça. Si tu es le meilleure artiste du monde mais que personne ne le sais ça ne sert à rien.

    ce que tu apporte est d’une grande utilité, mais si tu commence à te transformer en artiste qui se plaint parce que les gens sont trop con pour comprendre son art, je trouve que tu ne serais pas cohérent avec tes enseignements.

    Aujourd’hui ton cinéma doit évoluer pour savoir nous donner envie et mieux nous faire comprendre ce que tu fais, tes programmes etc… Moi j’adorerais tes programmes en audio pour pouvoir les écouter quand je roule et pas me taper des heures de lecture sur écran. tes bandes annonces pourraient être plus sexy et comme je te l’ai dis une fois. j’aimerais avoir plus de message positif que de plainte sur tes « mauvais lecteurs » qui ne veulent pas payer; j’ai l’impression que toute ta stratégie tourne autour d’eux (tu te justifie, te defends, les fait culpabiliser …) Personnellement ca fini par me lasser et je n’ai plus envie de lire tes mails avec un message a peine caché pour ces lecteurs.

    je te souhaite bonne chance et j’espère que tu seras évoluer vers plus de succès… Sinon je connais un bon coach 😉

    • Bonjour Nicolas,

      Me plaindre, moi ? C’est une perception ! J’expose des faits et des conséquences logiques, là où la plupart des gens voient un mystère…

      Culpabiliser les gens, moi ? Encore une perception… Je responsabilise et j’autonomise. Après, les lecteurs peuvent faire ce qu’ils veulent de ce qu’ils lisent. D’ailleurs, pourquoi me lisent-ils, alors qu’il suffirait de s’inscrire ailleurs pour avoir des audios et des vidéos ?

      Pourquoi moi ? (là je me plains !)

      Je t’assure qu’il y a des quartiers où on aime les vieux cinémas ! L’exploitant dont je parle a fait une erreur : il est resté trop longtemps dans une ville où les habitants ne voulaient pas de lui, tout en lui faisant croire qu’il était précieux, mais pour de mauvaises raisons : ils voulaient l’aider à subsister, alors que c’est un homme d’affaires. Il a fini par comprendre et il est allé exercer son génie ailleurs : là où on aime les petits cinémas.

      Je ne cherche à convaincre personne que ce que je fais est parfait. Par contre, j’ose penser que si on me lit gratuitement depuis plusieurs années avec un certain enthousiasme, on peut se permettre d’investir un peu en soi,pour en avoir plus. On peut le faire 2 ou 3 fois dans l’année, au lieu de me dire : ce que tu écris est super ! J’adore ! Tu as un véritable talent d’écriture !!! Mais si tu veux que j’adhère, arrête d’écrire ! Fais des audios et des vidéos, et j’adhérerai à plus de choses !

      Ca, c’est procrastinateur ! Je connais un bon coach 😉

      Parlons de pensées positives :
      ——————-
      Prends le même article. Exactement le même ! OK ? Nomme-le «Disparitions étranges» et supprimes les 3 derniers paragraphes (qui ne représentent même pas 10% de l’article). Relis-le !

      C’est beau n’est-ce pas ? Comment se fait-il qu’une personne aussi positive que toi puisse lire 90% de jolies choses, 10% de choses «commerciales» (que je trouve jolies aussi), et s’attarde sur les 10% ?

      Si tu prends la perception d’Emilie (un peu plus haut), tu verras qu’elle perçoit beaucoup plus de positif. Pourquoi ? Sais-tu qu’il y a 6 mois, elle n’avait pas d’argent pour mes programmes ? Elle vient d’en enchaîner 4 ! Et elle a décidé de reprendre ses études pour entreprendre un projet ambitieux dont elle m’a fait part dans OBJECTIFS-COACH. Moi, c’est ça que j’aime ! Etre utile ! Faire sourire le monde.

      Enfin, parlons de pédagogie :
      ————————–
      Me servir des procrastinations de mes lecteurs pour les réveiller… Ah bein voilà ! Là tu es dans le juste.

      TIME-COACH devait prendre fin au bout de 10 messages. La Newsletter est venue par la suite, et même les programmes payants n’étaient pas prévus (à l’origine l’objectif de TIME-COACH était de m’apporter des clients en présentiel uniquement). 10 messages, ce n’était pas suffisant pour remplir notre agenda (nous étions 2 au départ). Alors nous avons décidé d’écrire 20 articles de plus. Comment trouver les sujets ? Au début on cherchait des sujets académiques. Mais très vite, le courrier des lecteurs est venu remplacer tout ça : Lorsqu’un procrastinateur dit à Anaëlle que lier la Confiance à la gestion du temps, c’est un peu tiré par les cheveux, on a eu un super exemple d’incompétence inconsciente. Lorsqu’une lectrice l’a littéralement insultée parce qu’elle a osé parler d’intuition, on a eu un super cadeau ! Et plus on collectionnait les critiques, plus on avait de sujets d’articles pour les recadrages et les confrontations qui font partie intégrante du coaching, et qui révèlent aux lecteurs qu’ils ont un peu de Jacquot en eux. Tu veux que je te dise la vérité ? Moi aussi, j’ai un peu de Jacquot en moi. J’en suis conscient et je fais du judo mental avec lui tous les jours. C’est ça l’auto-coaching.

      Je ne suis pas un coach de sagesse, mais un coach d’action. J’aime les coaches de sagesse ! Je vais voir leurs films… Mais ce n’est pas ce que je projette dans ma salle.

      Les prétextes des procrastinateurs, c’est de l’or pour TIME-COACH. J’en ai encore plein en stock, car même s’il est impossible d’écrire un message qui touche tout le monde, au bout de 5 ou 6 messages on a fait le tour, et chacun a pu s’identifier à un thème.

      A oui.. Parlons d’avenir
      —————-
      A présent que c’est dit, je vais abonder dans ton sens : Je sais aussi parler, et je m’entraîne pour faire des vidéos. C’est plus difficile pour moi, parce que je peux parler devant 2.500 personnes avec aisance, mais la caméra me rend timide… J’ai donc fait une formation «d’acteur face à la caméra». Je ne suis pas acteur, mais je savais que ça allait m’aider. Je ne le fais pas pour TIME-COACH, j’ai d’autres projets. Mais j’espère que ça servira à TIME-COACH aussi. Pour ça, il me faut un noyau solide, capable d’investir dans quelque chose de coûteux qui lui profite.

      Ce noyau existe ! Je n’ai vraiment pas à me plaindre. Je voulais juste bousculer encore quelques personnes qui étaient au seuil de l’entrée. Gageons que la bousculade que je viens de provoquer me permettra d’ajouter quelques nouveaux venus à ce noyau.

      A++

      Stéphane

      PS : Lorsque je déménagerai, tu seras prévenu, car malgré le fait que je ne fasse pas d’audio, tu as quand-même adhéré à 3 programmes. Si tu veux, je peux t’envoyer l’articles «Disparitions étranges», tu pourras ainsi effacer «Sauvez TIME-COACH !» que tu as déjà sauvé 3 fois.

  11. Bonjour Stéphane,

    Tu viens de dire que tu aimes connaitre les prétextes des procrastinateurs ….
    Voici donc ma contribution 😉

    Tu viens récemment de nous proposer ATTITUDES puis maintenant CROYANCES …
    J’ai failli me laisser tenter par le premier, mais ma situation est toujours aussi difficile, j’attendais un peu quand tu as proposé le second … Ma première hésitation c’est doublée de celle liée au choix !
    Qu’est ce qui, pour moi maintenant, sera le plus utile ?
    J’ai participé récemment à TIME COAH PLUS et puis j’ai eu l’impression que ma difficulté maintenant était ailleurs, au niveau d’une « mission » que je n’ai pas ; que je n’ai eu que quelques fois dans ma vie, qui m’ont poussé à faire des projets qui se sont terminés en échecs. Plus rien ne m’a vraiment motivé depuis le dernier, il y a 5 ans.
    Alors, est ce une question d’attitudes ou de croyances ?
    Te connaissant, tu pourrais me répondre « les deux »
    Mais je ne me vois pas suivre deux de tes programmes en même temps. Je sais par expérience que je prend facilement du retard à lire tes messages, ils me demandent plus que quelques minutes de lecture rapide. Je cherche à comprendre comment je peux en faire mon profit, cela demande plus de temps pour la réflexion … Alors quand je trouve un moment de disponibilité (physique et mentale), je me retrouve avec plusieurs jours de retard.

    Tu verras peut être plusieurs travers de procrastination et tu en fera surement bon usage, alors tu me donnera ta nouvelle adresse 😉

    PS, je sais pas si c’est facile à faire, mais si on pouvais avoir un compte chez toi, pour retrouver les liens des programmes qu’on a déja suivi, pour retrouver les messages précédents qu’on t’a envoyé, et les réponses que tu nous a faites … Je crois que j’aimerais bien.

    • Bonjour Xavier,

      D’abord, bravo pour ton attitude concernant ATTITUDES-COACH, car beaucoup de gens dans ta situation auraient profité du «paiement après satisfaction», pour s’inscrire, et ne rien payer au bout.

      Bravo également pour tes différentes inscriptions malgré ta situation (que je connais un peu), car beaucoup de gens qui ont un travail, un iPhone, une voiture, et qui partent en vacances, trouvent mes programmes trop chers.

      Bravo pour LES DEUX. Eh oui, tu me connais bien, parce que tu sais me lire…

      Je préférerais que tu commence par CROYANCES++, afin de profiter de l’effet de groupe. Si tu t’y prends dans 5 semaines, il n’y aura plus personne. Tu pourras toujours lire les commentaires de ceux qui t’ont précédés, mais ce n’est pas la même Energie…

      Alors voilà ce que je te propose :

      – Inscris-toi à CROYANCES++ pour rejoindre le groupe de la première ou de la deuxième semaine.
      – Je t’offre ATTITUDE-COACH après (tout de suite après, ou quand tu veux).

      Il y a une condition concernant ATTITUDE-COACH : FAIS COMME SI TU AVAIS PAYE ! Choisis la bonne date, lis l’article chaque matin, Pose des questions si tu en as, commente les articles… Si tu ne reçois pas ton courrier matinal, demande-le ! Enfin, si tu n’es pas satisfait à la fin, exprime-toi comme si tu voulais être remboursé ! Je crois que je peux compter sur toi, car vu ce que tu fais de TIME-COACH, il semble que tu attaches autant d’importance au gratuit qu’au payant. Mais je tenais à le préciser : c’est un cadeau COMPLET, comme si tu avais payé. C’est très important pour moi (et sûrement pour toi).

      Ma «nouvelle adresse», c’est sûr que tu l’auras !

      Pour ce qui est de ton PS… On est en train de développer la liste des programme suivis et à suivre, avec les documents comptables (factures et avoirs s’il y a lieu). C’est le plus important, car malheureusement, c’est là qu’on a le plus de problèmes… Pour ce qui est des commentaires dans les divers programmes, il va falloir attendre un peu, mais c’est prévu. Enfin, pour la communication par mail, ce serait trop long à faire pour tout le monde (près de 2.000 correspondances depuis le début, avec près de 650 personnes), mais si tu m’en fais la demande je peux faire quelques copier-coller (sans urgence).

      A++

      Stéphane

      • Effectivement j’accorde autant d’importance au gratuit (un livre que je prend à la bibliothèque par exemple) qu’au payant, mais un cadeau, cela a une valeur supplémentaire. Merci c’est très apprécié.

        Je prendrai donc ATTITUDES un peu après CONFIANCE, je t’enverrai un courriel quand je voudrai commencer.
        Alors à très bientôt pour CONFIANCE

        • Xavier,

          C’est vous avez une qualité rare !

          Il y a quelques années (en 1996) j’ai produit un album de chansons (une autoproduction de mes propres chansons). Je le vendais en fin de spectacle (je me produisais dans des petites scène à Paris). Un jour, j’ai vendu un album à l’un de mes collègues (qui est venu me voir chanter la veille), et un autre collègue a assisté à la transaction. Il m’a dit :

          – Tu chantes ???
          – Oui, à l’occasion…
          – Comment ça, tu as un disque !
          – C’est une autoproduction. Toute personne qui aime chanter et partager ses œuvres peut faire ça aujourd’hui
          – Je peux voir ?

          Je lui tends un disque

          – Ca a l’air pro ! Tu as fait ça avec Photoshop ?
          – Avec un autre logiciel, mais c’est moi qui l’ai fait
          – Tu m’impressionnes ! Je peux le garder ?
          – En général je le vends à la fin de mes spectacles
          – Parce que tu fais des spectacles ? Il faudra m’inviter !

          Il a pris le disque, et il est parti… Le lendemain, pas de nouvelles, ni le surlendemain, ni les jours d’après. J’en ai donc conclu que ça ne lui a pas plu !

          Et puis un jour, nous devions aller ensemble quelque part, et je suis monté dans sa voiture. Au bout de 3 minutes, il me demande :

          – Tu aimes Aznavour ?
          – J’adore !
          – J’ai un CD dans la boite à gants, tu peux le mettre si tu veux

          J’ai ouvert la boite à gants. J’ai trouvé quelques CD, ainsi que celui d’Aznavour… Puis, j’ai vu le mien, tout au fond ! Je l’ai pris instinctivement et je lui ai dit :

          – Et celui-ci, tu l’aimes bien ?…

          J’ai à peine fini ma question que je me suis rendu compte que mon disque était encore sous cellophane… C’était une grand moment de solitude pour lui comme pour moi. Aznavour chantait «Je m’voyais déjà…».

          Je ne l’ai jamais invité à mes spectacles.

          Voilà… Des histoire comme ça, j’en ai des tonnes ! J’ai même des stats de nombreuses entreprise qui offrent des cadeaux… C’est à mourir de rire !

          Mais puisque tu sais apprécier le gratuit, alors tiens, celle-là, elle est pour toi :

          Je reviendrai !

          A++

          Stéphane

  12. Adhérer à un programme payant c’est un pas à faire. Et à mes yeux une question de confiance. Mais en soi. Une fois que le premier pas est fait, que du bonheur !
    J’invite les indécis à parier sur eux, leurs envies, leur futur !

    • Très vrai ! c’est un pas à faire, mais il y a un principe qu’on appelle «l’inertie mentale», qui peut être aussi bien négative que positive.

      Lorsqu’une personne a dit NON un certain nombre de fois, elle est lancée comme un bolide qui fonce ! A partir de 3 fois, ça devient difficile à arrêter, car c’et comme la troisième vitesse d’une voiture. A partir de 7 fois, c’est impossible, il vaut mieux abandonner ou alors, l’éveiller, la bousculer, la traumatiser… C’est un peu le but de ce message : TIME-COACH n’est pas un dû. Ca peut s’arrêter su jour au lendemain, s’il n’y a pas de contribution des lecteurs.

      L’inertie mentale existe aussi dans le OUI. Certains lecteurs (que j’appelle mes «fans»), attendent mes nouveaux programmes avec impatience, et s’inscrivent immédiatement. J’aime bien cette inertie là $$$.

      Plus sérieusement : ça n’est pas plus bête que d’aller voir le nouveau Spielberg, parce que c’est Spielberg… J’aime bien être Spielberg de temps en temps 😉

      A++

      Stéphane

  13. J’ai une très mauvaise connexion, désolé si c’est une répétition (je n’ai aucune trace d’un envoi de ma part), je reposte ce que j’avais posté en début d’après midi…

    Bonjour Stéphane,
    En quelques mots je réagis à votre article et à votre réponse à « Lalou ».

    « A partir de 12 mois de non-contribution, je leur dira au-revoir. Je crois même que je ne mentionnerai même pas l’idée que TIME-COACH continue pour d’autres lecteurs. (…) En ce qui me concerne, cette année découverte fait partie de ma mission. Mais au delà, ça devient contreproductif pour tout le monde. »

    Tout d’abord merci !
    Merci pour votre longue réponse à mon commentaire déposé à la suite de votre message : « Suis-je utile ? »
    Merci pour votre série sur la croyance à laquelle je me suis inscrit : je me régale, je réfléchis à chacune de mes pauses, et le soir je note mes compréhensions, mes confirmations…

    Et puis, mes quelques mots donc : Je reçois depuis un bon moment vos articles et pendant longtemps, la simple lecture me suffisait. Pas de motivation pour adhérer à un programme.
    Et puis, brutalement, impossible matériellement d’adhérer à quoique ce soit. Une épreuve. Et justement à cet instant la motivation est née. L’acte fut reporté faute de moyens.
    Et aujourd’hui, je peux et je fais 🙂

    Une anecdote, une vraie ?
    Alors que ma société battait son plein, j’ai créé une édition. Par plaisir, parce que j’avais toujours voulu le faire. Et c’était ma danseuse, si j’ose dire. Cela m’a coûté du temps et de l’argent et ça ne me rapportait rien d’autre que le plaisir d’éditer. C’était fou, mais c’était ma vie.
    Et puis la branche dans laquelle j’exerçais a disparu, remplacée par d’autres outils informatique et il se trouve qu’aujourd’hui, c’est un peu ma danseuse qui m’entretient…
    Créée il y a douze année, elle a appris à ne plus être entretenue, danse pour danser et prend soin de moi dans les passages difficiles.

    Je retourne réfléchir et prendre des notes sur le programme croyances +

    Bien à vous

  14. Stéphane
    Voici plusieurs années que je reçois TIME-COACH, entrainé dans le tourbillon de la vie j’avais la croyance de ne pas pouvoir consacrer suffisamment de temps pour pouvoir tirer la quintessence des différents programmes. Systématiquement j’ai enregistré tes mails après les avoir lu et souvent sans les lire en me disant que j’en profiterai mieux plus tard. J’avais été particulièrement sensibilisé par un article sur la procrastination et c’est au moment ou j’avais pris la décision que si je voulais sortir de ma situation actuel il fallait que je revois mes priorités dans la façon d’organiser mon temps et qu’ a force de remettre à plus tard en pensant que demain j’aurais plus de temps je faisait fausse route que j’ai lu avec retard ton mail sur CROYANCE + et que je me suis immédiatement inscrit.
    Cordialement
    Christophe

  15. Bonjour Stéphane,
    Bon, mon problème, c’est la procrastination…
    Mais peut-être ne suis-je pas le seul!
    Je me suis inscrit à Objectif-coach en février 2011. J’ai lu le premier article avec beaucoup d’intérêt et j’ai décidé de prendre des notes, pour mieux mémoriser. Comme ça prend du temps, les notes, je n’ai pas réussi à lire un article par jour. J’ai commencé à procrastiner…, et je ne suis jamais allé au bout du programme. Je me suis réinscrit en juin 2013. Et j’ai recommencé exactement pareil. Les notes sont toujours là, sur un coin d’étagère (celles de 2011 et celles de 2013), avec des dizaines de choses intéressantes que j’aimerais faire (par exemple lire un petit livre sur la procrastination acheté il y a 2 ans).
    Alors, un programme sur mes croyances, ça m’intéresse beaucoup. Mais j’ai la croyance que je ne vais pas trouver le temps de le lire en y consacrant le temps nécessaire.
    Peut-être un jour, quand j’aurais fini de lire Objectif-coach…
    Que croyez-vous que je doive faire?
    Merci Stéphane
    PS: j’apprécie beaucoup Time-coach, mais je n’arrive pas à le lire à chaque fois, j’en ai des dizaines en « attente de lecture ». Il n’y a que la « Peau de banane » que j’ai lu jusqu’au bout et sans délai.

  16. Bonjour Stéphane,

    Je profite de cette intervention tout d’abord pour vous remerciez pour tous vos précieux enseignements. Mes diverses expériences et études m’ont permis d’étudiez plusieurs des concepts que vous partagez, mais il est tellement bon et souvent nécessaire d’avoir des piqures de rappel. Et quels piqures! Votre style est très agréable et il permet d’enraciner des leçons de vie qu’on peut quelquefois oublier et d’en découvrir de nombreuses autres.
    Depuis que j’ai adhéré à Time Coach plus, dont je suis extrêmement satisfait, je n’ai plus adhérer à d’autre programme, non par manque d’intérêt (bien au contraire), mais parce que ce programme, que je suis encore en train de « décortiquer », m’a permis un total remaniement de la gestion de mes projets et que beaucoup de choses avançant à grand pas, je mets une grosse priorité la dessus en ce moment. Voulant garder un peu de temps pour ma famille, je serais encore pris durant les quelques semaines à venir. Fin novembre devrait être plus propice pour attaquer un nouveau programme (j’ai bien hâte). Tout ça pour dire que je porte un profond intérêt pour vos programmes, pour lesquels je vous présente toute ma gratitude,et que vous m’y retrouverais bientôt en espérant que votre restaurant n’aura pas changé d’adresse ou sinon que vous me transmettrez la nouvelle.
    Merci.
    Stéphane

  17. bonsoir Stéphane, vous faites des choses très chouettes, et c’est vrai, c’est pas pour vous faire plaisir ! j’apprécie beaucoup ce que vous dites, parce qu’il y a toujours du vrai, du concrés.. mais il y a des moments où on a des priorités, ou du moins certainement ce qu’on croit être des priorités, qui font qu’on repousse.. je vais m’inscrire plus tard, mais je vais le faire ! c’est ce qu’on se dit.. je crois qu’en vieillissant on se rend compte qu’on a raté des choses et on veut tout faire, le problème c’est qu’on ne peut pas tout faire et qu’en plus on le fait mal..
    ce que je voudrais vous dire, c’est juste que vous ne fermiez pas.. même si on ne fait pas trop acte de présence physique, on est là.. on espère vous lire, s’étonner sur vos annecdotes..
    je vais m’inscrire, le pb c’est juste que je ne suis pas sure d’avoir le temps de profiter de ce que vous voulez nous faire comprendre..
    j’espère vous lire encore longtemps…

    • Caroline,

      Comme vous avez pu le lire dans mon histoire, le restaurateur n’a pas fermé. Il a juste cédé son bail à un repreneur, et il est parti à 6km de là, dans un endroit où on aime les restaurants.

      Avant de partir, il a eu deux délicates attentions :

      – Il a prévenu tous ses clients (ceux qui sont venus manger chez lui), qu’il ne fermait pas, mais qu’il déménageait à 6km de là. Il leur a donné l’adresse pour qu’ils puissent continuer à se régaler.
      – Il a organisé une soirée promotionnelle pour que les derniers irréductibles. Ces voisins qui passaient devant son restaurant tous les jours et qui se sont dits : un jour j’irai ! Il a déposé lui-même ses prospectus. Jacquot qui était en train de pleurer sur l’échec du cinéma de la ville, n’a pas vu l’ultime publicité. Il est allé manger au Mac Do.

      Ensuite, notre restaurateur a affiché «bail à céder», parce que lorsqu’on quitte un local commercial, même dans des circonstances heureuses, même dans une perspective d’évolution, on cède le bail à quelqu’un d’autre.

      Mais Jacquot, qui représente chez moi un modèle de procrastinateur (l’histoire du cinéma le démontre), croit désormais que ce restaurateur mange à la soupe populaire… Jusqu’au moment où il découvre que tout ce qu’il croyait était faux ! QU’il avait une imagination débordante, et qu’il s’en servait pour alimenter ses pensées négatives.

      L’effort que je vous demande n’est pas si énorme. Les sportifs lisent des journaux sportifs (ou la rubrique sport d’un journal), les amoureux des arts de la table lisent des catalogues qui correspondent à ce qu’ils aiment, et les amateurs de cinéma lisent l’actualité cinématographique et s’intéressent à l’actualité de leurs acteurs et réalisateurs préférés. C’est simple : ils font ce qu’ils aiment.

      Je sais qu’on ne peut pas mener plusieurs projets de front en même temps. Il faut canaliser sont Energie sur quelque chose de précis. C’est ce que je fais en ce moment avec TIME-COACH, et c’est forcément au détriment d’autres choses. Mais je ne vous demande pas d’écrire CROYANCES++, je vous demande de le lire. L’exercice est beaucoup plus simple. C’est la même différence qu’il y a entre le restaurateur qui doit préparer ses repas pendant des heures, et le client qui vient le consommer en quelques minutes.

      Si vous n’avez pas le temps de manger, je comprends…

      Quoi qu’il en soit vous êtes déjà venue manger dans mon restaurant, donc vous aurez ma nouvelle adresse. Pour les autres je ne serai plus qu’un souvenir. Ce que je voulais leur dire, c’est qu’ils ne devait pas s’apitoyer sur mon sort, en se disant qu’un pauvre garçon généreux et persévérant a été obligé de fermer boutique à cause d’un système pourri.

      J’ai déjà pris ma décision de changer de modèle. Par sauvez TIME-COACH, je ne leur demande pas de sauver MON TIME-COACH, mais de sauver LEUR TIME-COACH. Le mien, le vôtre et celui de quelques centaines de personnes continuera d’exister. Mais les autres, ceux qui attendaient de voir combien de temps je pourrais tenir gratuitement, finiront pas avoir leur réponse, autrement appelée «gain de cause».

      Vous créez votre vie !

      A++

      Stéphane SOLOMON

  18. bonjour Stéphane,
    je reçois la newsletter time-coach depuis une bonne année, je crois. Il m’arrive parfois d’en reporter la lecture, mais je finis par les lire toutes car je me sens chaque fois touché, interpellé et régulièrement même bousculé par leur contenu.
    Sans doute estimez-vous que j’ai été « long à la détente » car j’ai attendu fin juillet dernier pour souscrire à un 1er programme payant: Time-Coach +. Et j’en ai été très heureux car j’en tire déjà un réel profit et sans en être encore arrivé au maximum! Je suis inscrit à Croyances + et attends avec impatience son démarrage lundi prochain. D’autres programmes m’intéressent également (Objectifs, confiance) et j’y viendrai un de ces jours mais je prends mon temps pour digérer vos savoureux mais aussi copieux mets! Votre dernier message me désole… pour tous ceux qui passent à côté de cette opportunité que vous leur offrez. Personnellement, je suis ravi d’avoir fait le pas et d’être entré dans les programmes payants: en fait, j’ai eu une attitude cohérente vis-à-vis de moi-même et c’est aussi un résultat de votre action. Merci Stéphane ! encore une chose: je souhaite sincèrement avoir votre nouvelle adresse. Pascal

    • Evidemment que vous l’aurez Pascal. Vous êtes inscrit depuis le 27/02/2012, ce qui nous fait 20 mois. D’une certaine manière, votre témoignage vient bousculer les choses, car vous démontrez qu’il est possible d’adhérer, même après 20 mois de gratuité passive.

      Il y a une chose que je sais : sans la gratuité, peu de gens se seraient intéressés à TIME-COACH, et encore moins au reste. DOnc cette gratuité, généreuse (en qualité et en quantité) est nécessaire pour faire connaissance.

      Mais une seconde règle apparaît : trop de gratuité tue la gratuité ! Chez qui ? Chez ceux qui y croient ! Parce que moi, je n’y crois pas une seule seconde, parce que TROP, ça ne veut rien dire !

      Ces trois dernières semaines, j’ai envoyé plus de 10 courriers :

      – Pour certains c’est trop ! Ils ne vont pas s’encombrer de 10 courriers de plus, d’autant qu’il faut les payer (le comble !). Et bien pour ceux-là, la gratuité prendra bientôt fin.
      – Pour d’autres, c’était un régal ! Un véritable préquel du programme qui s’annonçait… Chaque article était une découverte et leur donnait envie d’aller plus loin. Il se sont inscrits.

      Je ne parle pas uniquement de CROYANCES++, mais de chaque programme que j’ai lancé. Il y en avait pour qui c’était trop, et d’autres qui voulaient en savoir plus. Toutes ces personnes, tous programmes confondus recevront ma nouvelle adresse. Parce que la gratuité les a menés vers l’adhésion, et ces adhésions ont permis de CREER davantage de richesses et davantage de gratuité : LES DEUX !

      Mais tous ceux qui pensent que trop de gratuité tue la gratuité ont raison : ils tuent LEUR gratuité, tant dans leur monde intérieur, que dans leur monde extérieur.

      A++

      Stéphane

  19. Bonjour Stéphane,
    Que j’aime ton style et ta façon de présenter les choses.
    L’histoire du cinéma et celle du petit restaurant local m’ont bien fait sourire et penser à ma façon de fonctionner avec le « local ». Si je consomme chez l’un ou l’autre, ou profite de leurs services, c’est bien pour garder ce « confort » de proximité. L’histoire du restaurant est bien représentative. Adieu la possibilité de s’y rendre à pied, 6 km c’est plus du ressort de la voiture…
    Pour Time Coach, j’ai peut-être été long à la détente (30 messages ?! Tant que ça au départ ?). Mais une fois mordu à l’hameçon, difficile de lâcher le morceau ! Il y a tant de pépites dans tes écrits !
    Même si certains sujets sont déjà connus, les lire à nouveau permet de les retenir ou de les voir d’une autre façon.
    Attitude Coach m’a bien plus, j’aime ce « conte » moderne. Même si la conclusion se fait attendre, c’est la deuxième, cela devient une (mauvaise) habitude… Très intéressant de prendre du recul par rapport à certaines situations en les transposant dans sa vie quotidienne…
    32 sur plus de 4000 ?! Serait-ce l’effet vacances ? J’ai des doutes… et toi aussi apparemment ! Pour reprendre une conversation passée, tes écrits sont un cadeau et non un dû. Un (petit) effort est nécessaire pour le mériter.
    Donc Croyances++, moi j’y crois… en bon agnostique religieux 😉 ! Vivement lundi !

    • Bonjour Emmanuel,

      Je vais regarder ce qui se passe avec les conclusions, car tu n’es pas le premier à m’en parler… Elles sont pourtant écrites. Je te promets de m’en occuper.

      30 messages, c’est rien ! C’est le temps qu’il faut pour faire connaissance. 10 messages (l’invitation initiale), ce n’était pas assez. Mais à partir de 20, 30 ou 40, ça commence à donner des résultats. C’est sûrement améliorable. J’aurais pu te faire adhérer plus tôt, et je m’y applique désormais pour les nouveaux arrivants.

      Je prends mes responsabilités, car ces score lamentable (32 sur 4.000) est dû à une mauvaise communication, et surtout à un certain laxisme.

      Lorsqu’un lecteur m’a écrit : «Vous êtes pour moi comme un ami qui me veut du bien, et je ne saurais payer mes amis, ni leur demander de me payer pour le bien que je leur fais», j’avais un excellent sujet d’article, mais j’en ai écrit d’autres, pour ne pas le bousculer (il en aurait pris pour son grade). Mes autres articles ont sûrement été appréciés. Mais au final, je me retrouve avec quelques dizaines de contributeurs, et quelques milliers d’amis à qui je veux du bien (c’est vrai), mais qui ne sauraient payer leur ami.

      Ce qui signifie que lorsque je créerai mon restaurant, ils ne viendront qu’en cas d’invitation gratuite… Mince alors ! J’espère que chacun apportera son paquet de chips et sa bouteille ! Parce que je ne pourrai fournir que les tables, et pas très longtemps…

      Ou alors, je vais ouvrir mon resto, sans inviter mes amis-non-payants. Ils ne sauront même pas que je l’ai ouvert, parce qu’ils représentent un danger pour une activité commerciale. Ils continueront à venir manger à la maison gratuitement (un ami c’est un ami), mais je demanderai à ma femme et mes enfants de ne pas parler du resto !

      Un jour, mon ami-non-payant va apprendre par la bouche d’un ami-payant que j’ai ouvert un super restaurant qui marche du tonnerre ! Et mon ami-non payant va se vexer :

      – Mais pourquoi tu m’as caché une chose pareille ?
      – Parce que le nombre de places est limité !
      – Oui, mais je suis ton ami ! Tu aurais pu m’annoncer la bonne nouvelle…
      – Ca n’a rien à voir… Je ne t’ai rien dit et nous sommes toujours amis !
      – Oui m’ais j’aurais pu faire du remplissage le jour de l’inauguration, j’aurais même pu inviter des amis pour te rendre service, et faire croire qu’il y avait du monde…
      – Mais je n’avais pas besoin de faire du remplissage… C’était déjà plein !

      C’est dans le besoin qu’on reconnait ses amis… Mais nos amis connaissent-ils nos véritables besoins ?

      Il y a des gens qui veulent créer, et d’autre qui veule profiter des créations. Je trouve ça très bien. Mais ceux qui profitent peuvent toujours contribuer à la création. L’argent fait partie du jeu ! Il suffit de le placer entre les mains de ceux qui CREENT ce qui vous profite. ET qui d’une manière ou d’une autre, sont vos amis !

      A++

      Stéphane

  20. Oups !!!

    J’ai programmé à mon agenda l’inscription à croyance ++. L’arrivée de ce programme m’a interpellé, donc au vu de ma situation j’ai progrmmé mon agenda. et hop aujourd’hui je me pose et je m’inscrit directement sans lire le message …..
    Serait-ce une erreur, ou plutôt une croyance limitante voire autre chose …car après mon acte d’inscription, j’ai lu le message et les commentaires forts intéressant mais qui me donnent un doute. Ai-je bien fait de choisir le 18 pour commencer, n’aurai-je pas du le faire plus tôt ?
    Et oui, hésitation et crainte ressurgissent encore au moment où je pense avoir réglé quelques questions. Evidemment et vous le rappeler très justement, je fais aussi du judo avec des doutes, des incompétences très conscientes et des manques. A vrai dire je serais plutôt dans le Qi Gong.
    Alors pourquoi me sentirais-je aussi bousculée par vos messages, car comme certain j’ai adhérer à d’autres programmes avec bonheur etde plus en plus de satisfaction au fur et à mesure des propositions. J’y trouve et retrouve toujours des outils.

    Une dernière remarque, il n’y a besoin d’aucun outil pour parler de Time coach ou de out autre programme. J’intégre ime coach dans mes discusison privée et professionnelle pour dire ce que cela m’apporte, ce que j’y trouve et je n’hésite pas à le conseillée et à faire lien. Le reste n’est pas de ma responsabilité, celui qui est intrigué, curieux et qui pense que cela peux lui apporter s’inscrit ou pas !

    Au plaisir de vous lire et dites moi s’il faut que j’avance mon inscription s’il vous plait ! (là je ressemble vraiment à titi sans gros minet !!!)

  21. bonjour Stéphane,

    je découvre l’article « sauvez Time coach  » d’hier puisque je viens de rétablir ma connexion internet.
    je n’ai pas fini de lire les commentaires… bcp de réactions visiblement!
    Si peu d’inscrits, c’est dur; je me dis qu’une des raisons doit être le titre, quand on entend « croyances » on peut penser qu’on nous veut nous manipuler…
    Je suis moi même un croyant pratiquant et j’ai même eu une hésitation avant de m’inscrire, mais j’avais relu la semaine dernière la newsletter « le secret de Marie », et la fameuse phrase (du moins pour moi) « je ne me suis pas arrêté à cela », et j’ai dit action!
    Je n’ai jamais regretté une inscription, donc allons voir le nouveau Spielberg (ou le nouveau Stéphane Solomon…)!

    Pour l’anecdote, je n’avais pas internet car je me suis décidé la semaine dernière à poncer le parquet de mon salon/salle à manger et l’entrée (46 m² quand même), car il était noir et je ne le supportais plus.
    J’ai compris mardi que c’était le moment propice : un peu moins de travail en ce moment, les enfants pas là car en vacances, et intervention impérative avant l’arrivée du nouveau mobilier que je vais faire faire sur mesure.
    Dès mardi soir j’ai commencé à vider tous les meubles, tout mettre à la cave ou dans les chambres, puis j’ai déplacé tous les meubles.
    J’ai quand même assuré mes rdv clients jeudi, puis tout poncé vendredi et lundi, et fais mes rdv mardi et mercredi entre deux couches de vernis.
    Entre temps je suis allé ce WE à une retraite spirituelle organisée avec mon église, où j’ai fait une peinture performance pendant le culte, et j’ai également fait deux sorties course à pied (ou j’ai trouvé des sujets de peinture…).
    Et j’ai passé ma journée d’aujourd’hui à remettre tous les meubles en place et à replacer toutes les affaires dedans après les avoir triées (j’ai même eu droit à un cadeau caché puisque l’ami entrepreneur qui devait m’aider à remettre mes meubles en place ce matin est venu dès hier avec un compagnon pour égrainer la première couche de vernis et passer la deuxième) .
    Ma femme avait les yeux qui brillent quand elle a vu le résultat, elle n’arrive toujours pas à comprendre comment j’ai pu me décider et agir si vite.
    Pour elle ce parquet noir était une fatalité qu’il fallait subir…
    Si maintenant je raisonne autrement c’est en partie grâce à tes programmes qui ont été de vrais déclencheurs, donc merci encore pour ce que tu fais, mon maître mot est devenu « action », et mon quotidien a changé!!!
    Et je te souhaite de trouver la bonne formule pour trouver un public à la fois enthousiaste et prêt à dépenser (un peu) pour apprendre(beaucoup) et agir (mieux et efficacement, et pour longtemps).
    J’attends le 11 novembre avec impatience pour Croyances++
    bien cordialement

    Jean-Pierre

  22. Bonjour Stéphane,

    Pardon de ne pas lire régulièrement tous vos mails….et c’est moi qui y perds !
    j’apprécie ce que vous faites! je suis coach/ formatrice,….maître prat PNL….et vous lis comme un dessert ou un point de vue complémentaire ou une révision….
    MERCI de tout coeur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *