Un glossaire de Recommandations

Mercredi, je vous ai proposé 2 activités. J’aimerais vous parler de la première et de son utilité pratique, car j’aimerais déclencher davantage de participation. Je vais donc la présenter autrement, en racontant un peu ma vie :

J’avais à peine 23 ans lorsque j’ai créé ma première entreprise (je n’ai qu’une seule photo de cette époque que je ne publierai que sous la contrainte). À cette époque, je ne savais pas comment rédiger des courriers aux fournisseurs, aux administrations ou aux clients qui me demandaient des informations autres que celles qui concernaient mon métier. Quand je dis que je ne savais pas rédiger ces courriers, je veux dire que ça me prenait énormément de temps (parfois plusieurs heures).

Un jour, dans une libraire, juste à côté du rayon Informatique il y avait un rayon Entreprise… J’y ai découvert des livres sur la gestion de projet, sur la communication, sur le management, et de fil en aiguille je suis tombé sur la solution à l’un de mes problèmes les plus épineux. Il s’agissait d’un livre intitulé :

LES DOCUMENTS DE L’ENTREPRISE.

Il y avait dans ce livre une bonne centaine de courriers-types :

  • Comment rédiger un bon de commande
  • Comment écrire une lettre qui accompagne une brochure
  • Comment proposer un rendez-vous suite à une candidature par CV
  • Comment refuser une candidature, tout en encourageant le candidat à persévérer
  • Comment demander une remise gracieuse des pénalités et majorations suite à un dépôt tardif de déclaration de TVA…

A propos du dernier point, au-delà du fait que je ne savais pas comment rédiger des lettres aux administrations, je ne savais même pas que c’était possible d’obtenir une remise gracieuse de plusieurs milliers de francs, juste en écrivant un courrier ! En d’autres termes, c’est l’outil (la lettre type) qui m’a permis de découvrir l’usage que je pouvais en faire (demander une faveur, qui pour moi, n’existait pas dans le grand catalogue de l’univers)…

Si ce livre m’avait été vendu selon le modèle «Payez ce que vous voulez», j’aurais payé une cinquantaine de francs à l’achat, puis, à la première remise gracieuse obtenue, j’aurais envoyé à l’auteur quelques centaines de francs en plus, reconnaissant que son œuvre représentait (pour moi) bien plus qu’un enchaînement de caractères formant des mots et des phrases…

Bref : le jour où j’ai acheté ce livre j’ai fait une affaire ! Le libraire croyait me vendre du papier imprimé, alors qu’en fait, il me donnait accès à des révélations qui valaient le pesant d’or de ce papier… Sûrement davantage !

Mais revenons à nos moutons…

Recommandations-type

À chaque fois que je ne savais pas comment écrire un courrier, je me contentais de retaper sur mon clavier, mot par mot, ce qui se trouvait dans ce livre. Mais ne nous méprenons pas sur mon incompétence : si j’étais incapable d’écrire des courriers d’entreprise, je savais coucher mon âme sur le papier. Je pouvais donc écrire des lettres d’Amour ou d’Amitié, des cartes de vœux, des poèmes, et même des histoires qui réchauffent les cœurs, sans jamais avoir le sentiment que je perdais mon temps. Idem en ce qui concerne mon métier : j’écrivais des supports de cours avec une pédagogie que beaucoup de confrères m’enviaient (à l’époque j’étais formateur en informatique).

Aujourd’hui, notamment grâce à mon parcours sur Facebook, je me suis rendu compte que beaucoup de gens sont incapables d’écrire une Recommandation. J’ai vu des gens parler de leur colère contre le gouvernement avec un talent épistolaire à couper le souffle. J’ai vu des publications dignes de plus grands éditorialistes, lorsqu’il s’agissait de critiquer un enseignant. J’ai vu des commentaires sur l’actualité, issus d’un travail de recherche et de synthèse que de grands reporters envieraient à ces amateurs. Et ces amateurs sont certainement très professionnels lorsqu’ils écrivent une documentation technique relative à leur métier (comme je le faisais en informatique). En revanche, dès qu’il s’agit de gratifier un professeur qui les a marqués ou de recommander un coach (ou tout autre professionnel qui les a aidés à progresser), c’est l’angoisse de la page blanche !

De la même façon qu’il y a 27 ans, je n’avais pas la compétence de la lettre administrative, ces personnes n’ont pas la compétence de la Recommandation. Elles ne savent même pas que ce genre de lettres existe, et doutent complètement de leur intérêt. Pour qu’elles puissent agir, il leur faut des modèles de lettres ! Il leur faut quelque chose qu’elles pourront copier / coller / adapter / envoyer…

Pourquoi plusieurs modèles de recommandation ?

Dans le domaine de la Recommandation, un seul modèle ne peut
suffire. Les expériences diffèrent les unes des autres. Il y a des gens qui me
préfèrent par écrit, alors que d’autres ne jurent que par les vidéos. Certains
apprécient mes publications existentielles, tandis que d’autres sont à l’affut
de techniques et d’outils rationnels. Certaines personnes comprennent chacune
de mes phrases au quart de tour, alors que d’autres ont besoin de temps et de
répétitions avant d’apprécier ce qu’ils n’ont pas perçu à la première lecture.

C’est pourquoi j’ai demandé à CHAQUE PERSONNE QUI SAIT COMMENT me recommander à son entourage, de se prêter à cet exercice, facile pour eux, mais si difficile pour d’autres, et de PARTAGER ces Recommandation pour que d’autres puissent les utiliser moyennant quelques adaptations. C’est un appel à la générosité. C’est comme si je vous proposais de faire une collecte pour des personnes qui n’ont pas les moyens de «se payer un coach». Dans notre exemple d’hier, je vous propose de PARTAGER des moyens que vous avez et que d’autres n’ont pas.

Qu’est-ce que j’attends de vous ?

Si vous savez écrire facilement une Recommandation, je vous propose d’en écrire une sous l’article de mercredi (dans les commentaires). Jouez le jeu : faites comme si vous vous adressiez à un ami. Ne vous adressez pas à moi, ne transformez pas ma proposition en exercice marketing pour construire un argumentaire qui vend à des inconnus. Pensez à un ami que vous aimeriez inviter dans Auto-Coaching.fr, et écrivez ce que vous avez envie de lui écrire, dans les commentaires. Le but est de PARTAGER votre texte de Recommandation avec ceux qui n’ont pas la Recommandation facile.

J’espère que cette deuxième communication sur le même sujet, est plus claire, et qu’elle nous aidera à constituer un joli glossaire de Recommandations dont chacun pourra se servir de bon gré.

A++

Stéphane