Une rentrée avec ou sans

Dans un précédent article, j’ai évoqué une «rentrée difficile». J’ai reçu quelques messages empathiques ainsi que des encouragements, et on m’a également demandé si ma rentrée était si difficile que ça… Voici donc un auto-recadrage de mon pessimisme apparent :

  • Ma relation avec ma compagne est au beau fixe.
  • Ma  petite dernière vient de rentrer en CP avec une sacrée pêche !
  • Pour mes 3 autres enfants scolarisés, l’année commence bien.
  • Mon fils aîné (28 ans) va s’acheter un appartement dans les semaines qui suivent.
  • Comme ma fille aînée (10 ans) aime chanter, je lui ai proposé d’enregistrer au moins 4 chansons par mois en studio. Vous avez découvert la première récemment et nous avons d’autres rendez-vous programmés.
  • Cet été je suis intervenu (en tant que conférencier) dans une conférence TEDx Salon. C’est l’étape qui précède le grand événement TEDx. Même si j’interviens souvent en public dans différents lieux, le TEDx est un véritable rêve réalisé !
  • Mon activité de coaching a progressé de 70% par rapport à l’année dernière.
  • Je viens de co-louer une salle de formation aux Buttes-Chaumont : c’est un bon début pour fonder mon école d’auto-coaching ; je pourrai également y animer des webinaires top niveau (la fibre optique y est installée, et le cadre est très agréable).
  • Un éditeur de livres sur le Développement Personnel est très intéressé par «La peau de banane». Il est question de faire paraître un opuscule cette année.
  • Ce même éditeur voudrait que je présente en vidéo sa sélection «le livre du mois», car il trouve que j’ai toutes les qualités requises pour ça. Je vous rappelle qu’il y a encore 6 mois, j’avais peur de la caméra…

Veuillez excuser mon pessimisme apparent du premier septembre, mais tout va bien ! Je n’ai aucune raison de me plaindre. En fait si… Je peux trouver quelque chose… Par exemple, je suis toujours diabétique insulinodépendant ! Mais ça fait 34 ans, je vais finir par vivre avec !

La technique

Bon… Comme je sais que vous êtes très empathique, je vais arrêter de parler de moi quelques minutes, pour mettre en lumière la technique de cet article :

Si vous cherchez un sujet qui vous plongera dans la victimisation ou dans la plainte, vous trouverez facilement : nous sommes sur-éduqués pour afficher nos «PEU» et nos «SANS». Cependant, en vous autorisant un moment privilégié, vous pourrez lister une profusion de choses qui vous mettent dans l’enthousiasme. Faites-le vraiment ! Ne le faites pas tout de suite, car vous me lisez entre deux rush n’est-ce pas ? Mais planifiez ce moment de Recherche & Développement : prenez rendez-vous avec vous-même, que ce soit un soir de cette semaine ou de la semaine prochaine, et listez !

S’il le faut, annulez une activité habituelle (le JT de 20h, par exemple), et planifiez-vous 30 à 45 minutes pour lister vos «AVEC» de la rentrée : toutes ces activités dans lesquelles vous avez (ou avez eu) un rôle à jouer, et qui vous satisfont aujourd’hui. Ces choses, petites et grandes, qui démontrent que vous avez bien fait d’être là, d’agir, de persévérer…

La liste contrepoids

Grâce à ma liste, force est de constater que j’ai passé un très bon été et que la rentrée est prometteuse. Cet optimisme me permet de faire face à une déception qui me pèse et qui apparaît machinalement lorsque je me laisse aller… Car il y a une frustration qui ne me lâche pas : mon programme d’auto-coaching est en déconfiture ! Une dizaine de commentaires pour l’histoire «Le sacrifice» contre 128 commentaire il y a deux ans pour «Le Bonheur de Neige»… 18 inscriptions pour le programme «Histoires Inspirantes», contre 150 inscriptions en moyenne par programme il y a trois ans…

En période de vacances, je veux bien diviser mes résultats par deux ou par trois… Mais par 10 ?!!! Avec de tels résultats, il est hors de question de lancer un nouveau programme, même si j’en ai très envie. «La Clientèle» ne le validera pas à coup sûr ! Je vous ai écrit tout un chapitre sur le fait qu’elle ne voulait pas de mes histoires, et si je m’enfonce dans mes pensées négatives ma réalité est encore plus dure : tous mes programmes sont boudés ! Je pourrais en déduire qu’elle ne veut plus rien venant de moi ! L’article «Une rentrée sans histoires» aurait très bien pu s’intituler «Une rentrée sans techniques» ou «Une rentrée sans outils» ou encore «Une rentrée sans auto-coaching»… Bref, une rentrée sans moi !

Pour faire face à certaines défaites, il faut  toute une liste de réussites pour faire contrepoids. Elle a fait son effet ! En l’espace d’une semaine, j’ai troqué «une rentrée sans histoires» contre «une rentrée en chansons».

Qu’est-ce qu’une chanson ? C’est une histoire racontée en musique ! Serais-je une girouette pour changer d’avis en si peu de temps ? Vous avez le droit de l’interpréter ainsi. Mais me connaissant, vous pouvez aussi vous autoriser à méditer sur cette métaphore de la rentrée, afin de mettre en pratique ma proposition :

Faites-en plus !

En observant ma liste optimiste, une chose me saute aux yeux : je réussis là où je m’implique à fond ! Là où j’en donne TOUJOURS PLUS ! C’est du bon sens, mais on a souvent tendance à l’oublier, tant on a envie que les choses coulent de source… Je ne fais pas exception à la règle du moindre effort : si on se réfère à mon dernier programme, on ne peut pas vraiment dire que je me sois dépassé.

Je ne parle pas de l’idée (elle reste bonne), mais de ma façon de la vendre : pensant que je m’adressais à des acheteurs, je n’ai pas cherché à convaincre. J’ai cru que ça allait se faire tout seul : un acheteur, ça achète ! C’est comme si je considérais que ma compagne est définitivement acquise, et que je n’ai plus rien à faire pour entretenir notre Amour. Une amoureuse, ça aime ! C’est comme si je déléguais l’éducation intégrale de mes enfants à l’Ecole, me disant que je paye assez d’impôts pour ça. Des enseignants, ça enseigne !

En découvrant le talent de ma fille, j’aurais pu me dire «tous les parents trouvent que leurs enfants sont extraordinaires, ne te laisse pas impressionner !»… Et lorsque mon éditeur était de passage à Paris et m’a proposé un rendez-vous, j’aurais pu lui répondre «si vous êtes vraiment motivé par mon ouvrage, c’est à moi de fixer le jour et l’heure du rendez-vous !».

S’il y un point commun à relever dans toutes les réussites que j’ai citées, c’est l’IMPORTANCE que j’ai donnée à chacune d’elles. Importance liée à des valeurs telles que l’Amour, l’Education, le Partage, le Respect… Je constate que depuis deux ans, je donne de moins en moins d’importance à mes programmes en ligne. C’est probablement dû au fait que d’autres activités me payent et que je n’aie pas réellement BESOIN de vendre ces programmes. Au début j’avais un véritable défi à relever, car je voulais prouver leur efficacité. Mais une fois que la preuve était faite, j’ai opté pour un entretien minimum…

Mais que se passerait-il si c’était mon activité principale, voire ma seule activité ? J’aurais probablement la gnaque : j’en ferais plus ! Et de plus en plus pour satisfaire une clientèle de longue date. Si elle ne suffisait pas, je ferais entrer de nouveaux lecteurs, et si elle ne venait pas aussi facilement qu’au début, j’intégrerais des innovations pour m’aligner sur les attentes du public. Attentes que mes concurrents n’ont pas négligées.

Aussi pertinente que soit mon analogie entre «La Clientèle» et un organisme certificateur, approbateur, modérateur ou censeur, il est important de se rappeler qu’à l’inverse d’un Conseil de l’Ordre, d’un Syndicat ou d’un Tribunal quelconque, c’est le professionnel qui constitue La Clientèle. Il l’attire et il la repousse grâce à divers outils de Communication, et c’est également lui qui détermine (consciemment ou pas) le nombre de personnes qu’il souhaite toucher.

Si le professionnel en veut PLUS, c’est à lui d’en faire PLUS !

Pour moi, ça commence aujourd’hui ! Et pour vous ?

A++

Stéphane SOLOMON

 

10 réflexions au sujet de « Une rentrée avec ou sans »

  1. Bonjour,
    Et tout d’abord, bon et joyeux anniversaire ! Tous mes vœux pour que cette année continue comme elle s’annonce.
    Et merci pour cette « remise en condition », effectivement, on a toujours tendance à se plaindre. Stop ! Je vais dès ce soir établir ma contre-liste.
    Merci

  2. Bon anniversaire Stéphane
    Merci pour ce recadrage salutaire et positif. Je vais lister moi aussi de mon côté tout ce qui contrebalance mon pessimisme de manière à voir le verre à moitié plein.
    J’espère que vos résultats seront à la hauteur de votre engagement. J’apprécie ce que vous écrivez.
    Cordialement
    Ronald

  3. Bon anniversaire Stéphane !!!
    En ce qui concerne la désaffection pour tes programmes; j’ai essayé de voir de mon côté ce qui faisait que j’accrochais ou non
    J’avoue ( mais non je ne suis pas coupable) que j’ai du mal à suivre ton rythme et que je lis souvent tes messages en décalé ( voir très décalé) J’ai souvent le sentiment d’arriver après la bataille
    Ce côté « éphèmère » de tes messages (un message chasse l’autre) se percute avec mon côté » procrastineur » (je le lirai tout à l’heure ou demain , vois je le lis en travers, je le lirai en profondeur demain , après demain ou à la trinité
    donc au final je lâche l’affaire en me disant je prendrai le prochain train
    tes messages sont riches et nécessitent méditation , ce qui pour moi cohabite mal avec l’immédiateté d’internet
    comme une lettre d’amour qu’on veut lire et relire pour s’en imprégner et en voir toutes les subtilités
    je préfère ne pas te lire plutôt que de te lire mal
    voilà j’espère que ma vision des choses t’aidera à construire la suite
    merci pour ce que tu fais
    Pascale

    • Je plussoie
      Pas le temps de lire (correctement) tes messages quand j’ouvre mon ordi et que j’en ai 25 dans la boite de réception.
      Alors, plus tard … parfois !
      Et puis le stock s’accumule.
      Le coté éphémère aussi est peu pratique. Comment revenir sur des messages qui ont pu être pertinents, ou qui pourraient l’être plus maintenant qu’au moment ou je les ai reçus.
      Pour cela un livre est tellement plus pratique. Un site internet aussi, enfin presque.
      Je vais te comparer à un personnage (probablement pas un enfant, un [pas si] vieux singe-sage peut être) qui fait des bulles de savon. Le temps de les apercevoir, elles sont finies. C’était joli, mais leur souvenir est fugace. Cela concerne aussi les quelques programmes auxquels j’ai participé.
      Comment vas tu rebondir sur ce que je te dis là ? Celà fera partie du charme d’une prochaine bulle probablement, donc tu tien 😉

  4. Je comprends la philo du message.
    J’ai fait le même constat pour ma part.
    2 déceptions qui pincent le coeur mais aussi des réussites et au fond un bel été et une rentrée qui tient la route et puis il y a toujours les forces en mouvement qui travaillent ….on va voir ….
    J’ai bien saisi aussi que si ma situation pro évolue favorablement il va falloir que je lmnvestisseme davantage aubureau et que je sorye de ma zone de confort …cela m’effraie un peu.surtout quand les collègues amicaux taquinent la ou ça fait mal…il y aura du travail de l’inconfort et de la solitude pour ne pas dire du sabotage mental des potes qui t’apprécient et ne veulent que ton bien….c’est dur de constater que les plus proches peuvent aussi être les plus néfastes au taf…..

  5. Bonjour Stéphane,
    Bon ok je vais ma liste contrepoids.
    Mais là pour une fois, j’ai envie de lire au premier degré, même si ce n’est pas le but de ton message. Enfin, plus exactement de te poser une question premier degré.
    Tu dis que tu constates que depuis 2 ans tu donnes de moins en moins d’importance à tes programmes en ligne. Pourtant ce dont je me souviens, c’est que tu avais décidé de les arrêter. Ce qui est complètement différent. Puis un jour tu as recommencé, je ne sais plus pourquoi d’ailleurs. Mais j’étais contente, parce que le programme attraction ++ était celui que j’attendais.
    Donc est-ce que tu leur donnes de moins en moins d’importance volontairement ou involontairement ?
    Et l’autre question : pourquoi alors tu les fait ces programmes ? a quoi ça sert de faire un truc à moitié quand à coté de ça il y a plein de trucs qui qui nous passionnent et qui cartonnent ?
    à bientôt

  6. Bonjour Stephane!
    J’avais deja ecrit une lste de mes 100 succes (33 succes de 0 a 15 ans, 33 de 16 a 30 ans et 34 de 31 a mon age – proche a ce moment la de 45). Excellent pour se redonner la peche !
    Mais une liste de « choses qui vous mettent dans l’enthousiasme », c’est un defi ingteressant! Je m’y mets tout de suite.
    Parenthese pour feliciter ta fille pour l’excellente interpretation de la chanson, dont tu donnes le lien dans l’article. Felicitations aussi a l’auteur…
    Cordialement,
    Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *