Au-delà du «Mode Chat»…

Sur Faceook, 86 personnes ont «liké» l’article «je n’aime pas les chats !» en moins de 12 heures. Ce nombre sera probablement multiplié par deux avant que l’article se perde dans les méandres du «géant bleu»… Il s’agit (à quelques mots près) du même texte que celui que je vous ai envoyé avant-hier et qui est pérennisé ici (à lire avant d’enchaîner, si vous ne l’avez pas fait depuis mercredi).

Nous ne sommes pas sur Facebook, mais je pense que ce que je viens d’écrire à mes «amis Facebook» vous concerne tout autant, car ici aussi, de nombreux lecteurs ont apprécié cet article fort en Coaching et en Développement Personnel, et je me pose une question existentielle : combien en sont restés en «mode chat» ???

Je m’explique : si ce témoignage à propos de mon chat a plu à tant de personnes, ce n’est pas parce que je parle d’un gentil petit félin domestique ! C’est ma façon d’en parler qui a touché les cœurs. J’aurais pu parler d’un oiseau, d’un chien, et même d’une amitié naissante avec un «sans papiers», vous auriez accroché tout autant.

Cette histoire de chat, bien que réellement vécue, n’est qu’un support pour moi. Je me sers souvent d’évènements vécus pour amener des concepts de Développement personnel. Et je vais vous faire une confidence : que je parle de mon chat ou de mes enfants, je n’aime pas les commentaires qui font de moi «le héros du jour»… Ce que j’aime, c’est de savoir que ça VOUS apporte quelque chose et que ce que je VOUS propose à travers mes publications contribue à faire bouger VOTRE cul !

Ainsi, si vous m’écrivez que je suis un type bien et que je gagne à être connu, je ne ressens rien… Il y a une raison simple : je le sais ! Et je n’ai besoin d’aucune approbation extérieure pour le confirmer ou l’infirmer. En d’autres termes, que vous m’associiez à un ange parce que j’ai sauvé un chat, que vous me traitiez de démon parce que j’ai une chambre d’amis et je n’y ai pas hébergé un SDF, je m’en bats le coquillard (pour rester poli).

Je ne veux pas être admiré, je veux vous aider à VOUS admirer. Ainsi, si vous avez trouvé que j’ai fait quelque chose de BIEN, vous pouvez VOUS regarder dans votre miroir et observer le reflet de quelqu’un de BIEN ! Et tout en vous laissant porter par ce que ce texte vous évoque, vous pourriez oser un questionnement intérieur du genre :

  • A quel moment je sens que je suis quelqu’un de bien ?
  • Quelle est la dernière fois où j’ai ressenti que j’étais quelqu’un de bien ?
  • Qu’est-ce que je pourrais faire ici et maintenant pour être quelqu’un de bien ?

La réponse est subjective, et c’est justement ce qui est intéressant en coaching. Je ne suis pas là pour vous enseigner des actes qui feront de vous des gens biens, mais puisque vous aimez les gens biens, je vous propose de VOUS aimer en faisant ce que VOUS estimez être bien, en appréciant l’expérience au point de poser de jolis mots sur votre vécu.

En relisant «Je n’aime pas les chats !» sous le prisme du Coaching , vous trouverez les thèmes suivants :

  • La sortie de la Zone de Confort
  • L’Empathie
  • La Communication Non Verbale
  • Le début d’une Relation improbable
  • La puissance des Valeurs Motrices
  • Le dépassement de Soi
  • Notre potentiel d’Auto-guérison
  • La Sérendipité
  • La Responsabilité (avec un grand R)
  • La collaboration Gagnant/Gagnant

… et bien d’autres choses que vous avez lues et qui ont clairement contribué au fait que vous avez aimé ce texte.

Malgré tout, la majorité des commentaires concernant mon article parlait de chats ! Certains sont même allés jusqu’à envoyer des animations de chatons en guise de réaction bon-enfant. Heureusement, il y a eu des évocations plus orientées Coaching que j’ai pu apprécier, comme celle suggérant une allergie d’origine psychosomatique. C’est là que ça devient intéressant, car je peux, en utilisant ce commentaire, inviter le commentateur à faire le point sur toutes ses réactions «allergiques», dans bien des domaines de sa vie. Et en créant le dialogue, aider ainsi des centaines de lecteurs à y réfléchir. Autorisez-vous à vous interroger sur tous ces IMPOSSIBLES qui pénalisent votre vie et qui dépendent à 100% de votre esprit. Il y a de fortes chances que les clefs d’un mieux-vivre, voire un mieux-être se trouvent dans ce que vous n’aimez pas à cause d’une multitude d’aprioris infondés. «Je n’aime pas les chats !» vous invite à explorer ce que VOUS n’aimez pas… Et en vous racontant mon «Aller Vers», je vous suggère votre propre Aller Vers… Telle est ma méthode, et à moins que vous ne restiez en «mode chat», parfois volontairement pour occulter le coach, ces HEURES de travail à peser chaque mot, donnent de très bons résultats chez ceux qui savent apprécier ce programme.

Parlons Action !

En m’occupant de ce chat j’ai pris des risques calculés, et même si je savais que j’allais vivre des moments désagréables, à aucun moment, je n’avais le sentiment que j’allais mourir. Et vous quels risques calculés pourriez-vous prendre dans différents domaines de votre vie ? Des actions certes désagréables, mais qui ne vous tueront pas et qui vont révéler des cadeaux cachés…

En allant plus loin, ce texte devrait aussi vous amener à protéger ce qui vous tient à cœur. Ce chat (qui a entre 3 et 4 ans selon l’estimation de la vétérinaire) a été choyé tout au long de sa vie par des maîtres qui l’aimaient et qui l’aiment probablement encore. Stérilisé, toiletté, soigné, et probablement nourri avec les meilleurs produits, il faisait partie de la famille. Et après tout ça, après 4 années de complicité avec cet animal, un inconnu peut se l’approprier légitimement ! Il me suffit de lui poser une puce pour qu’il soit légalement à moi. Telle est la loi !

C’est absurde, mais d’après la vétérinaire, la situation de ce chat est loin d’être un cas isolé : il y a des gens qui nourrissent leurs chats avec du saumon fumé, et qui trouvent que 100€ pour poser une puce d’identification, c’est trop cher ! Ses maîtres l’ont peut-être confié à quelqu’un en partant en vacances, et il ne s’est pas senti chez lui… Peut-être l’ont-ils égaré près de chez-moi en l’emmenant en vacances. Tout est possible !

Même lu au premier degré, ce texte pourrait vous amener à la poser cette fichue puce électronique ! A l’échelle d’une vie de chat, 100€ ça passe… Et quand on sait quelle tranquillité cela pourrait vous amener de savoir qu’au pire, s’il s’égare, il fera un court passage en fourrière, c’est vraiment un investissement utile. Vous investirez dans la sécurité d’un être cher.

Si vous utilisez mon texte pour pousser la réflexion au-delà du premier degré, ça peut vous amener à prendre les dispositions nécessaires pour déposer vos inventions, vos marques, vos chansons, etc. Parce que du jour au lendemain, n’importe qui pourrait s’approprier quelque chose qui vous appartient et que vous n’avez pas fait vôtre officiellement. Beaucoup trop de gens croient que leur animal retrouvera toujours le chemin de la maison, et beaucoup trop de gens croient que s’ils perdent leur iPad, la personne qui le trouvera ne pensera qu’à le garder. Mais c’est faux ! Des milliers de chats se perdent chaque année et les personnes qui les trouvent recherchent activement leurs maîtres, sachant qu’il y a une relation forte entre les deux êtres…  Quant aux objets perdus, ils sont souvent restitués à leurs propriétaires grâce à une simple étiquette. La question n’est pas de savoir si vous êtes optimiste ou pessimiste, mais de faire ce qui est en votre pouvoir pour sécuriser ce qui est vôtre.

Bref, ce texte est apporteur de nombreux concepts, et pour vous, le chat devrait être une métaphore qui symbolise bien d’autres choses. Mais c’est à vous d’aller fouiller au-delà du «mode chat». Et si vous aimez vous exprimer, de poser des mots sur vos évocations et témoigner à propos des gestes qui en découlent.

Ne laissez pas votre témoignage en mode chat ! Faites-en quelque chose de puissant, et témoignez à votre tour avec puissance. La photo de votre chat ne m’intéresse pas ! Sauf si vous l’accompagnez de la belle histoire de votre rencontre, ou encore d’un message du genre «Frippon, pucé ce matin grâce à une prise de conscience apportée par ce texte. Merci Stéphane !».

Alors je me sentirai utile ici. Et ce sentiment d’Utilité me fera répondre «Miaou», qui dans cette circonstances, vaudra beaucoup plus qu’un «Merci».

Miaou d’avance,

Stéphane SOLOMON

NB : Ce site est en fin de parcours. Il ne sera bientôt plus maintenu et ses publications migreront progressivement vers d’autres lieux, réservés à celles et ceux qui en apprécient le contenu au-delà du «mode chat».