Le mois de la prise de décision

C’est adjugé vendu ! Suite à vos nombreuses demandes, le mois de juin sera celui de la prise de décision. Nous allons donc traiter de vos choix de vie actuels, de vos futurs choix, des options qui se greffent sur ces choix et qui font que vous avez l’impression de ne pas avoir le choix, etc.

Ca promet !

Pour commencer, et avant de vous poser 3 questions qui nous concernent, je vous propose de regarder une vidéo sur la prise de décision. Elle a été faite sous forme de Pecha Kucha, une technique qui vous permet de rester en éveil durant une présentation très concise :

Voici mes 3 questions :

Dans la mesure où même dans mon public, 7 personnes sur 10 répondent plutôt à l’oppresseur qu’à l’ami, devrais-je changer de ton et me comporter en oppresseur ? Par exemple, pour obtenir davantage de commentaires, je pourrais menacer de ne plus envoyer cette newsletter aux personnes qui n’ont jamais commenté. Je pourrais vous laisser un mois pour lâcher un commentaire. Et si vous ne le faites pas, la sanction sera appliquée !

Pour que la sanction soit acceptable par des adultes, je ne vais pas vous traiter de sales gosses gâtés-pourris. Je vais vous écrire très poliment que ce programme ne fonctionne que sur les personnes actives qui se posent des questions après lecture. Si je n’ai pas de commentaires issus de ce questionnement, je vais malheureusement (sniff) devoir procéder à la suppression des adresses des personnes muettes, leur souhaitant de tout cœur de trouver un autre coach qui les aidera à sortir de leur mutisme (puisque j’aurais échoué).

Question 1 : est-ce que ça marchera sur vous ? Ou plus clairement est-ce que vous lâcherez un commentaire si cette menace planait au-dessus de votre têtes ?

Question 2 : est-ce que ça va vous fâcher ? Ou plus clairement, est-ce qu’au lieu d’attendre que je vous vire, vous allez vous virer vous-même, vous disant que j’abuse !

Question 3 : que vous décidiez de partir ou pas, est-ce que vous pensez que ça marchera sur les autres ? Ou plus clairement, malgré les pertes que je pourrais déplorer, serais-je globalement gagnant ? Par exemple, si je perds 20 lecteurs qui ne commenteront jamais, mais je gagne 10 nouveaux commentateurs (qui vont commenter de temps en temps), je serai globalement gagnant ! Car c’est pour moi une évidence : une personne qui commente se sent plus impliquée, et une personne plus impliquée progresse. Je n’ai pas besoin d’un public qui stagne, même s’il m’adore, m’adule et me vénère. Je préfère largement un public qui me contredit, et qui grâce à ces contradictions, parvient à avancer dans ses projets.

Voilà… Vos réponses d’aideront à faire un choix. Je vous remercie d’avance.

A++

Stéphane