Le mystère de juillet

Il y a quelques semaines, après avoir fait des courses, j’ai trouvé ce mot sur mon pare-brise :

Aucune description de photo disponible.

J’ai fait le tour de ma voiture, et effectivement, l’aile avant droite a été écorchée… j’ai d’abord poussé un petit «Et merde !», puis tout en roulant, je me suis demandé ce que j’allais faire de ça…

Le mot qui a été laissé suggère une réparation. Il me suffirait donc d’appeler le fautif afin de m’arranger avec lui sur les modalités, puis je passerai au garage pour les réparations. Mais réparer le moindre bobo de la carrosserie de ma voiture ne fait pas partie de mes principes. Le fait est que si j’étais entré dans un arbre ou un poteau causant exactement les mêmes dégâts que cet inconnu, je ne serais pas allé chez le carrossier. Alors aussi vieux-jeu que peut paraître l’adage, je ne me voyais pas faire à autrui ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse.

J’ai donc envoyé ce message à celui qui attendait mon appel :


Bonjour,

Vous avez légèrement froissé l’aile de ma voiture il y a quelques jours, et vous avez laissé un papier sur mon parebrise pour que je vous rappelle. J’ai été particulièrement touché par cette attitude. C’est rare.

Après réflexion, je me suis dit que si j’avais moi-même causé ce type de dégât à ma propre voiture, je ne serais pas allé chez le garagiste pour réparer quoi que ce soit. Je n’ai donc pas à vous infliger quelque chose que je n’appliquerais pas à moi-même. La voiture roule toujours, et s’il fallait en faire le tour pour énumérer le palmarès de ses blessures, je pourrais m’arrêter sur votre œuvre, en disant qu’elle a été réalisée par quelqu’un de bien.

C’est à peu près la seule conséquence que j’ai envie vous faire vivre à ce sujet. Sauf peut-être vous inviter à boire un verre pour mieux connaître l’artiste.

Je vous souhaite de passer un bel été, entouré des vôtre et d’autres belles personnes que vous saurez inspirer.

Stéphane SOLOMON


Quelques jours plus tard, j’ai reçu cette réponse :

Une belle rencontre s’annonce !

Tout est Choix, tout est Décision…

Certains d’entre vous trouveront bizarre que ce genre d’incident m’arrive quelque jours avant mon webinaire sur la prise de décision… Vous vous rendez-compte de la chance que j’ai ? C’est un cas de prise de décision exceptionnel ! Comment aurais-je fait pour vous rappeler que nous avons un webinaire ce soir, sans cet incident ? J’aurais manqué de choses à raconter !

Décidément, j’en vis des synchronicités !

En réalité, même si l’incident est effectivement arrivé, il n’est pas directement lié à la thématique du mois de juin. C’est moi qui crée le lien ! Alors continuons :

Suite à sa maladresse, cet homme a pris une décision liée à sa Proactivité. La Proactivité est un choix de vie qui lui permet de ses sentir Responsable de ses actes à tout instant. Mon aile ne s’est pas froissée par hasard, et s’il a mal évalué les distances au moment de se garer, ce n’est pas à cause du constructeur de sa voiture ou de la mienne… Au lieu de se flageller à cause de sa maladresse, il passe à l’action correctrice et prenant une décision rapide. Il va réparer l’incident qu’il a causé, et passer à autre chose. Vous le savez sûrement (en tout cas ma voiture pourrait témoigner), beaucoup d’autres prennent la décision de prendre la poudre d’escampette, ni vu ni connu…

Que ce soit dans le premier cas ou le deuxième, la décision est automatique. Elle paraît naturelle à celui qui assume, comme à celui qui se sauve. Il y a là-dessous une certaine Education, et aussi un parcours de vie qi permet de valider l’Education ou de l’invalider…

Ma réponse est également une Décision qui est issue d’un Choix de vie. Ceci-dit, elle n’a pas été automatique. Ce qui a été automatique, c’est mon «Et merde !».

J’ai donc réfléchi à la situation avant de rédiger ma réponse, et surtout, j’ai demandé l’accord à ma femme. La voiture lui appartient aussi, et elle aurait très bien pu me dire que cette déformation-là mérite un passage chez le carrossier. Après lui avoir exposé les faits et les deux options (celle du «fautif» et la mienne), elle m’a dit qu’elle approuvait ma morale. Ceci-dit, comme je sais que certaines approbations viennent du fait que j’ai un caractère fort et que j’exprime mes convictions avec une certaine détermination, je lui ai laissé le temps de la réflexion avant d’envoyer mon SMS (environ une semaine). Puis je lui reposé la question, et elle m’a dit :

– Je croyais que c’était déjà fait ! Qu’est-ce qui te fait hésiter ?
– Euh… Toi ! C’est aussi ta voiture…
– Alors n’hésite plus, j’adhère à 100% !

On appelle ça une décision collective, et si vous venez au webinaire de ce soir, vous verrez qu’il est très rare d’avoir un tel score…

Le mystère de juillet

Bon… En fait, il faut que je vous dise un truc important : nous ne sommes plus au mois de juin et mes articles ne sont plus censés disserter de la Prise de Décision. Alors soit je suis obnubilé par le webinaire, à tel point qu’il a envahi la moitié du mois de juillet, soit il y a un thème caché dans mes articles depuis le début du mois…

Tel que je me connais, je répondrais : réponse B ! Si vous relisiez mes articles de juillet en faisant abstraction de tout ce qui concerne le webinaire, vous trouverez ce thème sans peine.

Alors… Quel est donc la thématique du mois de juillet ?

Dès jeudi, je poserai un nom dessus, puis nous nous y consacrerons pleinement. Mais vous pouvez déjà participer en avançant des idées (en commentaire). Pour vous aider un peu, je dirais simplement que ce dont il est question se trouve en amont de la Prise de Décision. Il y a donc un lien entre les thèmes de juin et de juillet. Je parlerai de ce lien ce soir, lors du webinaire.

Ah oui, parce que si vous lisez cet article avant 21h00, vous avez de la chance, car en conclusion, je vais vous proposer de vous inscrire au webinaire de ce soir… Cette conclusion, je la retirerai dès demain puisqu’elle n’aura plus d’intérêt. Mais je garderai le reste de l’article intact, puisqu’il est digne d’intérêt, au même titre que tous les autres articles du mois, qui à première vue ont juste été créés pour vous vendre le webinaire.

Sauf pour ceux qui se sont inscrits dès le début du mois. Ayant reçu exactement les mêmes articles que tous les abonnés, ILS SAVENT que ce que je leur envoie n’est pas qu’une simple lettre de vente (puisqu’ils ont déjà acheté produit, je n’ai pas à les convaincre). Ils ont donc une perception plus aiguisée de ce qu’ils lisent.

C’est d’ailleurs le cas de toutes les personnes qui prennent des décisions rapides et efficaces. Elles ont une lecture plus positive et plus correcte de la vie, et ils finissent par se rencontrer au bon endroit, au bon moment.

A++

Stéphane SOLOMON