Ma plus jolie chanson

J’ai environ 12-13 ans, et je me dirige vers l’INNO de Nation dans le XXème à Paris. Je veux offrir à ma maman le nouveau disque d’Annie Cordy. Il paraît que c’est une pure merveille. Ma mère adore cette chanson ! Moi, je ne l’ai jamais entendue…

Je m’adresse au vendeur, qui visiblement est davantage branché «Earth Wind and Fire» qu’Annie Cordy… Il faut dire que je ne l’aide pas beaucoup en lui disant que la chanson s’intitule «Maman». Il m’abandonne devant le rayon «chansons françaises», et retourne vers les clients dignes d’intérêt…

10 minutes plus tard, je pleure ! Je ne trouve pas ce que je cherche ! J’ai marché 4 km avec enthousiasme à l’aller, et je ne me vois pas refaire 100 mètres les mains vides dans le sens inverse. Mes yeux brouillés ne m’aident pas à explorer l’abondance qui est sous mes yeux. Un vendeur qui ressemble à un bon père de famille vient à ma rescousse.

Après avoir réussi à tirer quelques mots entre deux sanglots, il me tend un 45 tours intitulé «Natacha»…

– C’est ça que tu cherches ! Me dit-il triomphant…

J’ai envie de le frapper ! Je la connais «Natacha». Ça ne peut pas être la chanson sentimentale dont ma mère me parle tant… Merde alors ! J’ai peut-être 12 ans, mais faut pas me prendre pour un pigeon !

– C’est en face B, me dit-il tendrement, comme s’il avait lu dans mes pensées…

Je lis le titre : «Ma plus jolie chanson»… Waouw ! Ca sonne tout de suite mieux. Effectivement chère Annie, Grande Annie, c’est ta plus jolie chanson !

Bonne fête à toutes les mamans !

Stéphane SOLOMON