Une question d’Ecole

Les questions amènent les questions, et j’aime ça. C’est comme à la fin d’une conférence. Au début personne n’ose s’exprimer, mais dès que quelqu’un se lance, on ne peut plus arrêter le flux…

Henri m’écrit :

«J’ai suivi une formation sur le management dans mon entreprise au mois de septembre, et une partie de la troisième journée était réservée à la gestion des personnalités difficiles. Est-ce que votre formation est du même ordre que celles qui sont animées dans le cadre de la Formation Professionnelle Continue ?»

Je vais commencer par une réponse courte :

NON. Ma formation est issue de mon atelier d’auto-coaching. Elle est certes inspirée de nombreuses techniques, mais si je devais la présenter à votre Service Formation pour la valider, il y a 80% de chances qu’elle la trouve trop originale, et comme on me dit souvent : «à ne pas mettre entre toutes les mains»…

Cette formation se passe entre vous et moi. Votre inscription ne dépend que d’une chose : votre appréciation de mon travail, dont vous recevez des échantillons gratuits régulièrement. Dans mes activités en ligne, aucune Direction ne m’impose un contenu, et aucune autorité ne vous impose un style. C’est Personnel, confidentiel, intime. Ça se passe entre vous et moi, et comme vous le verrez, c’est adaptable à ce que vous savez déjà, donc complémentaire aux formations choisies par votre entreprise.

Inscrivez-vous

Voyons à présent ce que cette question m’évoque en-deçà :

Je suis Coach et Formateur en entreprise dans divers domaines comme la Communication, le Leadership, le Management, la Gestion du temps… et j’anime régulièrement en entreprise, des formations comme celles que vous avez suivies. Je connais les différents styles de management ainsi que la façon de les enseigner. Je suis apprécié pour ma pédagogie et mes différentes approches, et je sais m’adapter à un plan, un support, une culture d’entreprise, un public réfractaire…

Lorsque je dis que je sais m’adapter, en réalité, je DOIS le faire, et parfois c’est très contraignant. Plus l’entreprise est grande, plus la contrainte est importante. Parfois, une réunion préalable est organisée pour convenir de ce que je dois dire ou ne pas dire. La dernière fois que j’ai formé des cadres d’un grand compte, j’ai présenté les 4 styles de management en 10 minutes, puis nous avons approfondi le «style directif» pendant 3 heures. Pourquoi ? Parce que c’est le seul style que l’entreprise a choisi. Mes stagiaires auraient aimé que je parle davantage du «style participatif», car il leur semblait plus adapté à leur projet, mais je n’avais ni la fonction de Conseil, ni la fonction de Coach, et je devais, entant que Formateur, respecter la convention signée par la Direction. Il y avait un support et un timing précis, élaborés bien avant que je sois sollicité.

Même lorsque j’interviens dans un organisme de formation pour une formation inter-entreprise, je suis tenu de respecter le support de cours de l’école. C’est ce qu’on appelle «porter la casquette» de l’entreprise. Pour imager, c’est comme si j’étais anesthésiste capable d’utiliser l’hypnose dans 80% des interventions, mais les hôpitaux pour lesquels je travaille imposent l’usage de produits anesthésiants. Je peux toujours proposer l’hypnose et rappeler que certaines opérations à cœur ouvert se font sans anesthésie. En fonction du regard qu’on me jettera, j’insisterai ou pas… Si j’insiste trop, je peux être catalogué «d’original» ou «d’exotique», ce qui risque de nuire à ma carrière d’anesthésiste. Comme je suis bon dans mon métier, il suffit que j’arrête de parler d’hypnose pour être à nouveau respecté et reconnu. Cependant, il ne faut pas croire que j’en souffre. J’ai choisi mon métier : il me nourrit, me passionne, il caresse mon Sentiment d’Utilité, et je le gratifie tous les jours malgré ses contraintes. Un jour l’hypnose sera communément reconnue, j’en suis sûr ! Ce jour-là je sera prêt, et tout le monde se souviendra que j’en ai parlé bien avant que ça passa à la télé…

Mon école

Lorsque je vous propose une formation ou un programme d’auto-coaching en ligne, je vous invite dans MON ECOLE. Bientôt je vous y inviterai physiquement, car les travaux avancent, et j’inviterai tous mes lecteurs. Dans MON ECOLE, qu’elle soit en ligne ou en salle, je suis complètement libre, et vous êtes aussi libre que moi. Nous pouvons aller au-delà de ce que la Formation Continue propose traditionnellement.

La gratuité de ma Newsletter vous permet d’évaluer si ma pédagogie, mes choix, mes outils sont adaptables à votre style de vie. Personne d’autre que vous ne décide de la pertinence de mes propos ou de ma méthodologie. Vous bénéficiez de l’avancée de mes travaux grâce à mes articles, et cette livraison automatique, régulière et à moindre coût vous permet de prendre la décision d’aller plus loin. Même après la formation, c’est vous qui choisirez ce que vous allez utiliser, rejeter, adapter…

Vous me trouvez trop «original» ? C’est justement cette originalité qui devrait vous attirer. Vous trouvez que ce que je décris en formation se rapproche de la théorie X Y de Mc Gregor ? Vous pouvez m’en parler. Je connais cette théorie, je l’enseigne régulièrement. Je profiterai de votre intervention pour exposer les grandes lignes à tous les participants, et je répondrai à votre question de pro du management. Ce n’est pas parce que je préfère l’hypnose humaniste que je ne sais pas doser le propofol en intraveineuse…

Picasso savait peindre de façon conformiste, mais ce sont ses peintures anticonformistes qu’il a voulu offrir au monde.

Une double réponse

Cette réponse, je la fais aussi pour Myriam, qui m’a demandé il y a quelques semaines pour quelles raisons j’investis autant de temps et d’argent dans une activité parfois ingrate, alors que la formation et le coaching en entreprise cartonne, et s’accorde avec ma passion de partager, de transmettre, d’aider…

Myriam est photographe, alors je vais utiliser une métaphore liée à son métier :

Supposons que vous trouviez un nouveau procédé photographique, qui permet de mettre en valeur certains détails de la photo grâce à un processus optique que vous avez découvert lors d’une expédition au pôle nord. Grâce à un cadre éclairant de votre invention, une simple photo en noir et blanc prend soudainement du volume et le spectateur est subjugué par l’histoire qui lui est contée… Du grand art !

Seulement voilà… A chaque fois qu’une entreprise vous demande de photographier ses produits ou ses locaux, vous présentez vos procédés, et on vous coupe au bout de 3 minutes en répondant :

– Les photos en noir et blanc, c’est désuet !
– Ça me paraît un peu trop chiadé votre truc…
– Ce n’est pas à mettre entre toutes les mains
– Etc.

Allez-vous abandonner votre invention pour continuer à faire du conventionnel ? Allez-vous vous focaliser sur votre invention en mettant en danger l’activité qui vous nourrit (et qui vous passionne aussi) ? Ou allez-vous utiliser les moyens fournis par votre métier, pour donner vie à votre invention ? Même si parfois le résultat est ingrat et décevant…

J’ai fait le troisième choix. J’ai un beau métier, il m’apporte de grandes satisfactions et je facture parfois jusqu’à 3.000€ par jour. Mais il y a des techniques que j’ai envie de mettre entre toutes les mains (donc à un tarif accessible et ne demandant pas un autre prérequis que de savoir-vivre). Il est vrai que j’ai parfois du mal à les vendre malgré un prix très abordable et ma déception est grande (c’est le lot de tout inventeur). Mais mes compétences me permettent de tenter de nouvelles expériences et de revenir les proposer à mon public préféré. Un public qui souhaite gérer bien plus que le quotidien, qui apprécie le tout-cuit, mais qui aime également prendre le temps de faire sa propre cuisine. Dans ce cas, il apprécie les ingrédients rares et originaux. Vous faites partie de ce public, sinon, vous n’auriez pas adhéré à cette newsletter, ou vous l’auriez quittée depuis longtemps.

Beaucoup de lecteurs se sont contentés de ma réponse courte et ne sont pas arrivés jusqu’à cette phrase que vous êtes en train de lire. C’est donc à vous et spécifiquement à vous que je m’adresse :

Inscrivez-vous

Et si vous avez des questions, j’adore ça !

A++

Stéphane SOLOMON

9
Poster un Commentaire

avatar
5 Auteurs du commentaire
MyriamStéphane SOLOMONPISSARD MAILLET PASCALEpiratJonas HOPP Auteurs de commentaires récents
  Je veux être notifié lorsqu'un lecteur laisse un commentaire  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Myriam
Myriam

Comme il me faudrait moi aussi tout un article pour répondre, je reviendrai 😉
Je voudrais quand même dire un petit truc tout de suite, à Stéphane et aux autres lecteurs : les 2 programmes que j’ai préférés sont Histoires inspirantes et Attraction ++. C’est drôle, ce sont les 2 derniers, ceux qui ont peut-être eu le moins de marketing, et qui sont à un prix dérisoire en comparaison de ce qu’ils valent…
Imaginons, je sais pas, peut-être que la soirée du 5 Novembre (jour de mon anniversaire, et c’est pour ça que je serai en fait ailleurs…), sera aussi une soirée qui vaut bien plus que le prix qu’elle n’affiche… Ça me parait imaginable !!
à bientôt,
Myriam

pirat
pirat

Pour rebondir sur votre article sachez que je ne participe pas à tout car des petites sommes ici et là ça grimpé vite ….j’ai un petit salaire.
Mais j’adore vous lire et je dirai même que parfois j’attends avec impatience vos articles….surtout quand on ne reçoit plus rien durant plusieurs jours semaines ….je m’interroge et oh surprise quand un écrit apparaît.
C’est bon de vous lire ….la vie avec les autres et avec soi même est difficile au quotidien. J’aime bien me sentir secouée , rassurée , boire un petit bol d’air en lisant vos articles dans le train (je le prends chaque jour pour me rendre au travail).
Comme j’aimerais être plus solide , moins sensible aux autres et plus satisfaite de moi….
Bref j’aime bien vous lire.

PISSARD MAILLET PASCALE
PISSARD MAILLET PASCALE

Bonjour Stéphane
ça y est je suis inscrite
toujours une petite appréhension avant de prendre un engagement mais c’est rituel chez moi donc pas d’affolement
cette fois ce qui m’a retenue , c’est que je me dis qu’une formation en video est volatile et que je n’en retiens pas grand chose
sur celle que j’ai suivie ( meuble en carton: titre très réducteur je te l’accorde mais juste pour que tu situes ) j’avais beaucoup aimé l’échange et pris des notes mais aujourd’hui il ne m’en reste pas grand chose
Je me rassure en me disant que le subconscient absorbe et un jour tout se met en place
donc à jeudi
amicalement
Pascale

Auto-Coaching

GRATUIT
VOIR