Vous avez dit Congruence ?

Bonjour ,

Vous le savez peut-être, j’allège périodiquement mon fichier en supprimant les adresses des «lecteurs» qui ne me lisent plus. Juste avant de cesser mes envois, les lecteurs en instance reçoivent un courrier qui les invite à cliquer sur un lien s’ils souhaitent continuer à me suivre. Ainsi, ce dernier courrier peut servir de lettre d’adieu ou de lettre d’éveil.

Eric, un lecteur qui a reçu l’ultime courrier, trouve que cette «démarche d’exclusion» est proche de celle qui consiste à chasser (ou à fuir) les personnes négatives. Et comme ma rengaine du moment vous suggère plutôt de reconsidérer les «négatifs» sous un angle bienveillant, il m’interroge sur ma Congruence. Ne devrais-je pas laisser tout le monde me lire en toute liberté, sans fliquer les bons et les mauvais lecteurs ?

Congruence

Pour rappel, vous êtes congruent ou congruente, lorsque votre monde extérieur est aligné sur votre monde intérieur. Par exemple, si vous avez la conviction intime qu’il est toujours possible d’expliquer les choses aux enfants sans crier, mais qu’en pratique vous ne pouvez pas vous empêcher de leur hurler dessus, c’est un manque de Congruence. J’aimerais vous rassurer : nous souffrons tous de ce type de décalage. Mais le simple fait de connaître le mot Congruence peut parfois améliorer la situation.

Pour en revenir à la remarque d’Eric, effectivement, j’ai mis en place un système qui met fin à la relation auteur-lecteur au bout de 3 mois d’inactivité, et il est possible de le voir comme une démarche d’exclusion. Toutefois, je ne considère pas qu’une personne qui ne me lit plus est «négative». Je constate juste que ce que j’écris ne l’intéresse plus puisqu’elle n’ouvre pas mon courrier. Alors je m’aligne sur ses actions. C’est de la Congruence.

Enfin, et je pense que c’est le plus important, avant de cesser la correspondance, j’envoie aux adhérents inactifs un courrier qui leur rappelle que la porte restera toujours ouverte : il suffit d’un clic pour revenir dans le flux. Ils ne sont donc pas exclus.

J’ai failli arrêter mon article sur ce petit recadrage, mais la remarque d’Eric m’invite à évoquer une autre procédure d’effacement, cette fois sans préavis et sans proposition de retour. Certains lecteurs même très assidus pourraient être sélectionnés par mon critère. Même des lecteurs qui commentent mes articles de façon très positive pourraient se retrouver exclus. Je m’en éloigne sans leur dire adieu, et comme vous allez le découvrir, je trouve cela Congruent.

J’ai mis longtemps à prendre cette décision, mais après de nombreuses aventures (et mésaventures), cette Congruence-là m’a sauté aux yeux… Vous voulez savoir si ça vous guette ? Vous voulez découvrir la raison pour laquelle je pourrais cesser de vous écrire sans crier gare ?

Alignement

Vous recevez des articles gratuits régulièrement et vous les lisez. Ce qui est sûr, c’est que vous lisez au moins celui-ci. Dans mes courriers, utiliser une certain nombre de techniques pour améliorer Si pendant 24 mois vous n’adhérez à aucun des produits que je propose dans mes articles, je lâche prise… La correspondance s’arrête net sans ultimatum. Ceci est valable même si vous me lisez assidûment et même si vous commentez mes articles régulièrement. J’insiste : je n’envoie aucun courrier qui vous prévient de la fin imminente des publications. Il n’y a donc pas de rattrapage de dernière minute.

Si je préfère rester silencieux, c’est pour une raison simple : quoi que je dise, même si je trouve des mots gentils pour faire mes adieux, l’action résonne négativement. C’est curieux car il y a eu tout de même 2 années d’articles gratuits. Mais ce qui apparaît, c’est la sanction finale, et elle est très mal perçue. C’est comme si je vous disais :

– Vous voulez continuer à recevoir ma Newsletter gratuitement, alors passez à la caisse !

C’est pire de de l’incongruence. Je trouve ça cruel, voire pervers. Ça provoque un sentiment de redevabilité, voire de culpabilité. Pour peu que je tombe dans un mauvais moment financier, ça entrainerait un sentiment d’impuissance. Pour peu que je tombe dans un moment de rush, ça rajouterait une pression… Bref : ça provoque tout ce que je déteste ! Je préfère disparaître discrètement. Quitte à ce que vous croyiez que j’ai cessé d’écrire et que je me suis reconverti dans le sauvetage alpin.

Mais Stéphane, allez-vous me dire, c’est à tout à votre honneur d’épargner à vos lecteurs une lettre désagréable, mais si vous vous abstenez parce que vous pensez qu’il est possible qu’ils traversent une mauvaise passe, ne serait-il pas plus congruent de leur proposer votre aide à travers des techniques qui solutionneront leurs problèmes ?

C’est une bonne question, merci de l’avoir posée, ça me permet de revenir vers la sacro-sainte Congruence :

Mes articles, y compris celui que vous êtes en train de lire, contiennent des techniques qui solutionnent des problèmes… Si vous me lisez pendant 2 ans et vous avez toujours le nez dans le guidon,il est préférable de changer de méthode. Je vous l’ai toujours dit et ça s’applique à moi : après une période d’évaluation, gardez ce qui vous réussit et jetez ce qui ne vous réussit pas. Ça s’applique à ma Newsletter.

Sur 2 années glissantes, vous recevez au moins une centaine de courriers. Ils sont censés vous aider à progresser, et surtout à réinvestir en vous lorsque vous obtenez des résultat. C’est ma vocation : je veux vous amener à consommiez du Développement Personnel régulièrement. Je voudrais qu’au moment où une proposition d’augmenter votre performance apparaît, vous l’évaluiez comme on évalue une boite de chocolats en période de Noël. Mes courriers sont des échantillons qui devraient vous convaincre. Si pendant 2 ans, ces échantillons n’ont rien donné, il ne faut pas insister, et trouver une autre solution.

Vous pourriez me répondre que vous n’avez pas le temps, que je tombe mal. Je le conçois, ça peut arriver. Mais si je tombe mal pendant 2 ans, c’est trop long !

Vous pourriez me dire que vous manquez d’argent, que même si je trouve que 20€ c’est accessible, pour vous c’est un sacré investissement, je vous répondrai que si vous ne parvenez pas à mettre de côté 1 euro par mois pour votre Développement Personnel, alors il est vraiment temps que vous changiez de crèmerie.

Vous pourriez me dire que justement, ce qui fait la beauté de mon système, c’est cette gratuité, ce don de soi, ce partage continu, cette motivation indéfectible… et je vous répondrai que si en me voyant me décarcasser, vous concluez que les choses tombent du ciel sans efforts, je suis sacrément mauvais !

La morale de l’histoire

Forcément, vous me voyez venir… Vous vous dites sûrement que je suis en train de vous mettre la pression pour adhérer à ma formation de ce soir… Que je vous menace de vous exclure si vous ne le faites pas, surtout si vous n’avez rien consommé depuis 2 ans. C’est une vision possible. Et dans ce cas, je pense que vous devriez quitter le méchant manipulateur que je suis, sans préavis. Je sais qu’il est beaucoup plus facile de se faire quitter que de quitter quelqu’un mais courage !

L’autre vision, plus positive, est la suivante :

Je ne supprimerai aucune adresse avant le Printemps prochain, et vous avez encore de beaux jours de partage devant vous. Si la présente formation ne suscite aucun intérêt pour vous, d’autres occasions se présenteront, et j’espère que je saurai vous convaincre. Cependant, si la formation de ce soir vous tente, vous avez là une excellente occasion de faire d’une pierre deux coups : améliorer vos performances ET remettre les compteurs à zéro.

A++

Stéphane SOLOMON

Poster un Commentaire

avatar
  Je veux être notifié lorsqu'un lecteur laisse un commentaire  
Notifier de
Auto-Coaching

GRATUIT
VOIR