Gare au Gorille ! (1/2)

Gare au gorille ! C’est le titre que j’aurais pu donner à la vidéo de vendredi dernier. Mais je ne pouvais pas le faire puisque ça vous aurait mis sur la voie, et l’expérience aurait été moins riche… J’ai donc préféré l’intituler «30 secondes de concentration». Mais le nom «Gare au Gorille !»  lui va mieux. Qu’en pensez-vous ?

Au moment où j’écris cet article, 1083 personnes ont vu cette vidéo et 50 lecteurs l’ont commentée. Si je ne suis pas intervenu, c’est parce que j’ai prévu une réponse globale, et aussi parce que je souhaitais attendre que celles et ceux qui se sont sentis piégés, trahis, blessés, humiliés par cette expérience puissent prendre la sortie de secours. Car il est évident que si cette vidéo provoque un tel ressenti, il est préférable d’éviter tout processus de coaching.

Par contre, si malgré une «piètre performance», l’expérience vous a paru intéressante, on peut continuer : j’ai tant à partager avec ceux qui ont «survécu» au test. Quel qu’en soit le résultat.

Quelques statistiques

Cette vidéo a fait l’objet de différentes études avec des publics variés. Les commentaires que vous pouvez lire sous mon article, concordent globalement avec les statistiques relevées :

  • Environ 8 personnes sur 10 se focalisent sur le nombre de passes (normal : c’est la directive) et ne voient pas le gorille passer !
  • Que le gorille soit remarqué ou pas, environ 50% des spectateurs se trompent dans le comptage : on trouve des résultats allant de 12 à 18 échanges !
  • A peine 2% des spectateurs arrivent à cumuler le double-exploit de compter 15 passes ET de remarquer le gorille. Ce taux a tendance à augmenter jusqu’à 7%, si le public se doute qu’il y a «quelque chose de plus à voir».

Donc si vous n’avez pas vu le gorille et si vous n’avez pas compté 15 échanges, rassurez-vous : c’est normal ! Il suffit de lire les commentaires de notre petit groupe pour s’en convaincre. Ceux qui ont vu le gorille sont plus performants. Ils ont une perception plus aiguisée, et à moins d’être dans la compétence inconsciente, ils ont certainement une explication.

Par exemple, je sais que l’un des lecteurs qui a eu «tout bon» pratique la méditation quotidiennement. Ce pourrait être l’explication. Beaucoup plus bas, un autre lecteur dit qu’il était arbitre de basket, et qu’il a tout de suite vu l’intrus, tout en continuant à compter les passes. Si vous voulez savoir comment font ceux qui réussissent, demandez-leur ! Je suis sûr qu’ils partageront avec plaisir…

Les gorilles et les chasseurs de gorilles

Comme d’accoutumée, je vous propose de porter votre réflexion au-delà de cette vidéo. Je vais vous aider :

Le «Gorille» peut représenter une opportunité, un plan B, une idée qui flotte dans l’air, une solution à un problème, une action salvatrice ou correctrice, etc. Mais les deux équipes qui s’agitent autour de l’animal représentent des «chasseurs de gorille» : ces chasseurs vous empêchent de voir ce que vous devriez voir.

Les chasseurs de Gorille sont vos peurs, vos aprioris, vos principes, vos pensées négatives, vos habitudes, etc. Tout ce qui est préprogrammé en vous et qui paraît aussi innocent que des gosses qui jouent au ballon. Ils n’ont ni filet ni fusil, et lorsqu’on observe la vidéo, on voit bien qu’ils n’agressent pas le gorille. Leur fonction se limite à le rendre imperceptible…

La base du Développement Personnel se trouve dans ce petit film. Lorsque je l’ai découvert, j’y ai vu un résumé de tout ce que j’ai étudié et expérimenté durant des décennies. Je n’ai pas eu de révélation, j’ai eu une preuve ! Cette fameuse preuve que tout le monde réclame avant de CROIRE en un quelque chose :

La solution est en vous et autour de vous ! Elle s’affiche clairement, mais pour différentes raisons, vous ne pourrez pas la voir. La colère, la méfiance et la culpabilité sont à placer au premier rang des chasseurs : vous vous concentrez sur l’Energie que ces émotions déploient, et le gorille passe inaperçu.

La question n’est donc pas de savoir s’il y a une solution à votre problème. Il n’y a aucun doute là-dessus. Le véritable défi consiste à identifier le vrai problème (qui n’est pas forcément celui que vous observez), et ensuite, de vous mettre en condition pour que vous puissiez remarquer le Gorille qui vous a échappé. Le coaching ne vous livre pas un Gorille. Il exploite votre potentiel pour vous aider à percevoir VOTRE GORILLE : celui qui passe devant vos yeux régulièrement. En ce sens, un coaching peut sembler humiliant, car ces deux défis sonnent comme des reproches :

  • Vous ne ciblez pas le bon problème !
  • Vous ne voyez pas ce qu’il y a à voir !

C’est dur, n’est-ce pas ? Ça signifie que lorsque vous entrez dans un coaching, vous devez vous autoriser à accepter ces deux affirmations avec un sentiment non-coupable : c’est NORMAL ! C’est humain ! C’est la raison pour laquelle il existe des techniques et des outils pour aiguiser sa perception, et avancer…

Remplacez la culpabilité par la responsabilité : vous n’avez pas fait ce qu’il convient de faire jusqu’à présent ? Et alors ??? Si vous voulez enrichir votre vie, vous pouvez vous lancer à partir de MAINTENANT !

Vous acceptez ça ? Alors BRAVO ! Bienvenue dans le monde de ceux qui peuvent percevoir plusieurs visions d’un même monde, et qui savent choisir la vision qui leur permet de DEVENIR.

Tout est une question de regard. Sur quoi allez-vous porter votre regard ? Saurez-vous allez au-delà des apparences, ou allez-vous vous limiter aux directives ? Directives qui, je vous le rappelle, ne sont pas toujours données : dans la majorité des cas, c’est vous qui fixez les attentes, en fonction de votre état mental et émotionnel.

Hier j’ai reçu un e-mail, dont voici un extrait :

[…]Concernant le PWYW je trouve l’idée plutôt bonne. Mais vos messages se sont multipliés rapidement et sonnaient quelque peu désespérés. Je me suis demandé si votre boutique ne faisait pas faillite ou si vous n’étiez pas au bord de la dépression…

Je suis dans une mauvaise passe financière et j ‘espère redresser cela rapidement, auquel cas je ferai un versement via le PWYW ou autre […].

Ce message ne pouvait mieux tomber ! Ce lecteur me dit qu’il a perçu cette profusion d’articles comme un appel au secours : «j’ai besoin d’argent ! Vite !!! Mais qu’est-ce que vous attendez ? combien de fois faudra-t-il vous le répéter ???».

Il précise bien que ce n’est pas ce que j’ai écrit, mais que «ça sonne comme ça» à ses oreilles… Puis il écrit une chose très intéressante : il est lui-même dans une mauvaise passe financière !

Son état émotionnel vis à vis de l’argent a chassé le Gorille…

Ouf ! J’ai cru que le problème venait de moi !

Exercice créatif

Mais quel est donc le Gorille dont je parle et qui a visiblement été occulté par le PWYW ?De même que «30 secondes de concentration» est devenu «Gare au Gorille», quel nouveau nom pourrais-je donner à «Opération PWYW» pour que vous puissiez poser le bon regard sur cette multiplication de messages ?

J’attends vos propositions.

A++

Stéphane SOLOMON

34
Poster un Commentaire

avatar
12 Auteurs du commentaire
FlorenceStéphane SOLOMONPaulChristianPascale Z. Auteurs de commentaires récents
  Je veux être notifié lorsqu'un lecteur laisse un commentaire  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
lalou
lalou

votre gorille, je l’ai VU, mais n’ai pas réussi à bien compter les passes … car abandonné en route

explications (pour moi)
1. je me fous du sport de balles
2. je sais que je suis attentive

qu’en penses-tu ???

Frédéric
Frédéric

Stéphane,

En complément de votre premier message très éclairant, voici le lien vers un article intéressant apportant un éclairage complémentaire; il s’agit d’une analyse du psychiatre Jean-Paul Mialet qui porte sur l’ignorance d’Anne Sinclair:

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/04/23/31003-20140423ARTFIG00079-anne-sinclair-l-amour-rend-il-aveugle.php

Pour ceux qui n’ont pas le temps, le passage le plus important:

“Le célèbre psychologue Jean Piaget expliquait que face à des faits nouveaux, un double mouvement s’opère: un mouvement d’assimilation qui les transforme en notre propre matière, et un mouvement d’accommodation par lequel notre structure se transforme pour les accueillir. Ceux qui tiennent à leur histoire sont surtout des assimilateurs. Ils n’absorbent que ce qui ne demande pas d’accommodation et oublient le reste.”

Enfin, pour prendre au pied de la lettre ce que vous avez dit, il serait en effet intéressant de rebaptiser l'”Opération PWYW”!

Bien à vous,

Frédéric

prosper
prosper

Dans le théâtre et les concerts, on appelle cela : participation au chapeau.
A la fin de la représentation, les spectateurs mettent dans un chapeau la somme qu’ils veulent pour dire merci aux artistes.

(En outre, dans ce cas, comme ce n’est pas une billetterie traditionnelle, je crois que le spectacle est considéré comme une représentation privée et gratuite, sans rémunération et donc sans recettes ni impôts. Ce dernier point reste à vérifier.

Participation au chapeau. = pwyw

Olivier J
Olivier J

Bonjour Stéphane,
Je ne sais pas comment j’ai fait pour avoir “tout bon” comme vous dites, mais si je dois chercher une explication, je la trouverais peut-être du fait que de temps en temps je pratique ce que j’appelle “la double attention”.
Pendant un acte, comme celui d’écrire ce message par exemple, je m’exerce à avoir une attention portée vers l’intérieur de moi-même (observation de mes émotions, des énergies qui sont mises en œuvre) et une attention vers l’extérieur, attention à mon acte. (Ici : tâcher de ne pas faire trop de fautes d’orthografffe).

Pour le “pwyw”, j’utiliserais ce que j’appelle le principe du “Kytahotan”.
Quitte à choisir une dénomination obscure, autant qu’elle contienne la piste d’une compréhension et d’un mouvement. C’est pour cela que je vous propose : “Payez ce que vous valez.”

J’aurais mis un sacré bout de temps à me rappeler que donner et recevoir sont les deux composants d’un même monde de bienfaits… Il me faut parfois beaucoup de temps pour comprendre les choses simples.

Et pour mettre en accord mes propos avec mes actes, je file chercher ma nouvelle carte bleue !

Bonne journée à tous !

Nathalie
Nathalie

Bonjour,
A lire tous les commentaires, j’en viens à une conclusion.. Nous ne voyons pas tous les gorilles qui passent devant nous et nous ajoutons aussi des gorilles qui n’existent pas!!!
à ce que je vois, le gorille n’est vraiment pas une espèce menacé (blague)
Nathalie

Caroline
Caroline

Je propose “le juste prix”, càd “payez ce que vous croyez juste”. Rétribution, justice (perçue), croyance : il y a tout ça dans ce titre, et aussi la responsabilité de chacun face à une prise de décision… Euh, je m’embourbe là non ?

Caroline
Caroline

Même si la finalité n’est pas identique, le pwyw me fait penser au crowd founding, c’est un mode de innovant.
Pourquoi pas “Le juste prix”, càd “le prix que vous croyez juste”. Rétribution, justice (perçue), croyance + la responsabilité de chacun face à une prise de décision. Voilà.

Paul
Paul

De ce que j’ai cru comprendre, l’opération PWYW consistait à nous obliger, par le jeu de la fixation du prix, à déterminer quelle était la valeur du programme, et la piste principale était qu’il fallait considérer pour cela ce que le programme nous avait apporté.
La notion d’urgence et la fixation arbitraire d’une limite temporelle incitait à mettre en pratique “maintenant” et constituait une rupture avec l’ambiance de procrastination qui régnait avec les logos poussiéreux du PWYW et des autres programmes qui, pour avoir acheté l’un d’eux, contenaient des articles dont presque tous les commentaires dataient… des premiers jours de leur premier lancement.

Donc, le gorille est bien au centre d’un programme intitulé ‘time-coach’: la solution est là, à portée de main, avec plein d’outils à disposition. Mais elle n’a de valeur que si on décide de l’utiliser…. maintenant.
Lire la lettre gratuite sans rien faire ni mettre en application (je verrai plus tard pour la mise en pratique), c’est refuser de lui donner sa valeur.
PWYW ne rapportera jamais rien avec des procrastinateurs convaincus.

Si Time-coach peut aider à sortir de la procrastination ceux qui le souhaitent, alors Time-coach peut se rémunérer en PWYW.
A contrario, ceux qui ne peuvent pas imaginer payer en PWYW, considèrent qu’ils ne trouvent pas de valeur à Time-Coach, soit qu’ils ne veuillent pas réellement sortir de la procrastination, soit qu’ils n’ont pas ce type de problème (que font-ils ici ?). Leur départ n’est pas un risque mais une opportunité.

Florence
Florence

Bonjour Stéphane

Quand j’ai mis un commentaire à fin de l’opération PWYW, j’ai noté ce qui me semble être une incongruence : tu demandes à ce que chacun évalue ce que TC lui a apporté mais en même temps tu imposes un choix parmi des montants prédéterminés, tout en glissant ailleurs qu’on peut les combiner pour contribuer au niveau de son choix (ce qui avoue le n’est guère pratique).
Dans ta réponse à mon commentaire, http://www.auto-coaching.fr/index.php/fin-de-l-operation-pwyw/#comment-5190,
tu as écrit : “Je te promets que j’y réfléchirai à deux fois dès que je ferai une opération PWYW… Je veux dire une vraie opération PWYW.”
Dans une transaction financière (ou autre) il y a deux côtés, celui qui donne ou qui paye et celui qui reçoit ou encaisse. Une VRAIE opération PWYW est faite pour récupérer des sous. Ici le but premier est ailleurs.
Je pense que les passes de basket ici symbolisent la réception et que le gorille c’est le départ. Autrement dit : dans le PWYW ce qui est très visible et perceptible (avec des différences et des biais de perception individuels importants), c’est le bénéfice que tu reçois toi (le “fournisseur”) du PWYW. Ce qui est important dans le fait de participer au PWYW c’est … de participer. Le gorille c’est… celui qui donne, le “client” ! Ce qui est important c’est l’acte, car il dit “oui je reconnais que je ne cible pas le bon problème, que j’ai besoin d’aide pour voir ce qu’il y a à voir”. Accepter l’aide est le premier pas vers une évolution. PWYW c’est affirmer que “je le vaut bien”.

Florence
Florence

Oups j’ai oublié la deuxième partie de question : renommer l’opération
je te propose
Bénéfice++ ou MOI++ ou Je le vaut bien (ce forum n’est pas public, on ne risque rien 🙂 )

Jean-Louis
Jean-Louis

Bonsoir Stéphane, j’ai jeté un œil par curiosité mais je ne voyais aucun intérêt à compter les passes, je m’en moquais éperdument et donc, j’ai vu le gorille. J’ai contribué au PWYW mais aussi à des programmes payants. J’ai trouvé plein de choses intéressantes dans Time Coach. J’ai souvent renoncé à des achats à cause du prix mais je trouve normal de payer Time Coach. Dans mon travail, il m’arrive à tort de ne pas faire payer des petits plus à mes clients et je m’aperçois qu’ils ne m’en sont même pas reconnaissants, ils considèrent que tout leur est du. On n’accorde de la valeur qu’à ce qu’on paye !

Pascale Z.
Pascale Z.

Bonjour Stéphane,

Je choisirai la notion de “Responsabilité” sur cette opération 😉

Florence
Florence

Je souscris ! en ajoutant responsable de mes choix pour moi.
En lisant votre commentaire Pascale je me suis demandée s’il y avait un mot pour “responsable de moi-même”. Je n’ai pas trouvé mais en cherchant j’ai trouvé ce texte de Margaret Paul venant de son livre “Healing Your Aloneness: Finding Love and Wholeness Through Your Inner Child.” Je n’ai pas lu le livre, j’en ai juste trouvé cet extrait que j’ai traduit (et je vais acheter le livre entier !) :

“Certains feraient n’importe quoi pour recevoir l’amour et l’approbation des autres, ou pour éviter leur désapprobation, croyant (à tort) que l’approbation va les rendre heureux et qu’ils peuvent d’une certaine façon contrôler le fait d’être approuvé ou désapprouvé. Vous croyez peut-être qu’il est plus important de recevoir de l’amour que d’en donner, que c’est l’amour et l’approbation des autres qui sont vraiment importants. Beaucoup de gens pensent que leurs meilleures émotions viennent du fait d’obtenir quelque chose de quelqu’un d’autre – connexion, attention, sexe, approbation, compréhension, amour – plutôt que de réaliser que leurs meilleures émotions viennent du fait de donner de l’amour et de la compréhension à eux même et aux autres. Ils pensent que leurs meilleures émotions viennent de l’extérieur d’eux-mêmes plutôt que de l’intérieur. Si vous croyez cela, vous voulez toujours plus et plus de quelqu’un ou de quelque chose: plus de sexe, plus d’affection, plus d’attention, plus d’approbation, plus de temps avec quelqu’un, ou plus de nourriture, de drogues, d’alcool, de possessions matérielles, d’argent ou de pouvoir, et vous pensez que vous n’en n’avez jamais assez.

Cette fausse croyance est au cœur de l’addiction et de la codépendance. Ces personnes pensent à un niveau très profond que leurs meilleures émotions viennent d’une autre personne. Elles ne pensent pas pouvoir générer de tels sentiments par elles-mêmes.
Vous devez décider que c’est votre propre responsabilité de vous connecter profondément et avec amour à votre enfant intérieur et vivre ainsi des émotions qui sont meilleures que celles expérimentées avec une autre personne. Derrière tout ça, ces personnes ont peur d’être responsables de leurs propres émotions, en raison de leurs croyances. Elles pensent qu’elles sont incapables de prendre soin d’elles-mêmes et de se rendre heureuses.
Ces personnes ne se décoincent que quand elles acceptent la responsabilité de leurs émotions malgré leurs peurs et leurs croyances, ce qui en général a peu de chance d’arriver avant que ces personnes ne touchent le fond. Ce genre de personne change rarement avant que leur vie ne s’effondre, avant que leur protection ne marche plus du tout pour elle.”

Dans le PWYW on peut de même avoir deux attitudes : donner pour recevoir l’approbation de Stéphane, et plus largement du “groupe des Time-coachers” ou bien donner pour être responsable de soi-même.
Dans un PWYW classique, on rémunère l’autre. Dans celui que Stéphane propose, on se responsabilise, et d’une certaine façon on se rémunère soi-même en donnant. Enfant, on attend le Père Noël et on est heureux des cadeaux que l’on reçoit. Adulte on a toujours le plaisir de recevoir, mais aussi et surtout celui de donner, et celui de recevoir le plaisir de celui qui donne en plus de son cadeau.
Merci Pascale, grâce à vous j’ai une belle lecture qui m’attend !

Responsable de soi ++

Florence
Florence

Génial 🙂 Alors j’attends cet article avec intérêt et plaisir anticipé !
Bonne journée à) toi
Florence

Christian
Christian

Je ne fais que rarement des commentaires mais je vous lis avec beaucoup d’intéret.

Pour le test du gorille j’ai effectivement vu le gorille mais je me suis trompé dans le comptage, le gorrillem’a fait perdre 2 passes 🙁
Certainement le gorille m’a distrait mais j’ai quand même continué à compter, je pense que dans ce test mes deux atouts ont été le soucis du détail et à la perséverence.

Pour l’opération pwyw, personnellement je l’ai ressenti comme une incitation à prendre une décision, à se bouger.

Je l’ai aussi ressenti comme un message qui dit il ne suffit pas de dire/penser que quelque chose est important pour soi, encore faut-il le montrer et passer à l’action pour le préserver, pour le conserver.
Pour moi, c’est aussi une incitation à faire des choix, les faires tant qu’il est temps et à essayer de se simplifier la vie lors de ces choix.

Alors pour renommer l’opération PWYW je vous propose :
– faites vos choix en fonction de vos valeurs
– qu’est-ce qui est important pour vous ?
– passez à l’action.

J’ai bien aimé l’histoire du A++ et du TB++++++++++
ça me fait penser à un code que j’ai avec ma fille qui un jour avait terminé un mail qu’elle m’envoyait par un <3 (image d'un coeur pour les non initiés), et je lui ai répondu en terminant le mien par 2,999999999, oui je suis un peu matheux sur les bords;-), depuis j'utilise souvent ce code pour lui dire que je l'aime…

Auto-Coaching

GRATUIT
VOIR