Le sentiment d’utilité (suite)

Dans mon précédent message, j’ai introduit une notion très importante concernant le cinquième d’excellence : la motivation qu’il vous procure est une énergie vitale. Me^me dans un contexte commercial, c’est aussi important que l’argent.

Souvenez-vous de mon premier exemple concernant la loi des 80/20 :

  • 20% des clients génèrent 80% de votre chiffre d’affaires.

C’est une application concrète, chiffrable, qui permet de trouver son cinquième d’excellence en explorant sa comptabilité.

Je vous rappelle, qu’ensuite, le principe consiste à s’intéresser à ces clients pour leur trouver un profil. Le but est de fidéliser les clients actifs, et de stimuler les clients potentiels. De partir à leur conquête.

Par exemple : Un boulanger-pâtissier reconnaît que son cinquième d’excellence est constitué de parents de familles nombreuses. Il décide alors d’offrir un jouet à chaque fois qu’on lui achète un gâteau d’anniversaire pour un enfant. Cette attention attirera vers son commerce davantage de parents, sensibles au fait qu’il aime les enfants.

Attention à l’erreur de base : Il n’est pas question d’offrir ce cadeau uniquement au cinquième d’excellence (ce qui provoquerait une chute du bénéfice, puisque ces clients sont déjà acquis). Il offrira ce cadeau à toute personne qui correspond à son critère, parce qu’il sait que ce geste attirera de nouveaux clients. Ces clients entreront par la porte du « club cinquième d’excellence », qui est grande ouverte.

Vous pourriez penser que c’est un « faux-gentil » : il applique une règle commerciale froide, mais il n’a pas vraiment la vocation de faire plaisir aux enfants… Mais c’est là que vous auriez tout faux ! Vraiment ! C’est une posture basse indigne d’un auto-coach. Bouhhh ! Si j’étais prof, je vous ferais redoubler !

Les critères du cinquième d’excellence

Vous vous souvenez de l’importance de la perception ? Eh bien le cinquième d’excellence est également soumis à cette perception, à deux niveaux :

  1. Il y a une multitude de critères possibles pour juger les caractéristiques d’un « profil d’excellence ». Par exemple, un expert en Marketing pourrait, grâce à quelques questions bien placées, reconnaître que le cinquième d’excellence de ce boulanger va au cinéma au moins une fois par mois. Il va donc conseiller au boulanger d’afficher sur sa vitrine « Un gâteau acheté = Une place de cinéma offerte ! ». Et ça marchera aussi bien. Le fait que ce boulanger s’oriente vers le critère « famille-nombreuse » et non vers le critère « cinéphile » est un vrai CHOIX, parmi une multitude d’autres possibilités et combinaisons. S’il n’aimait pas les enfants, il ne ferait pas ce choix-là.
  2. Le boulanger offre le cadeau aux enfants, alors qu’il pourrait l’offrir aux parents (ceux qui payent). C’est encore un CHOIX. Pour vous assurer de sa bienveillance envers les enfants, vous pourriez aussi observer la qualité du cadeau, l’attention qu’il porte aux différents âges, le regard et le sourire qu’il affiche au moment d’offrir… Distingue-t-il les cadeaux des garçons et des filles ? Propose-t-il une gamme de jouets ou impose-t-il ce qui lui reste en stock ? etc.

Attention au piège : les gens qui se revendiquent « terre-à-terre » estiment que la théorie de 80/20 est une fabulation puisqu’elle dépend de la perception de chacun. Ce n’est pas une science exacte, ce n’est donc pas applicable, selon eux… Ils ont tout faux ! Si j’étais prof, je ne pourrais même pas les faire redoubler, car ils ont abandonné ma classe depuis longtemps… Comprenez par là que quelles que soient vos décisions, elles ne plairont pas à la terre entière, mais à VOTRE MONDE. Celui que vous avez CHOISI.

Choisissez votre cinquième d’excellence en fonction de vos valeurs, et vous obtiendrez de bons résultats.

Ainsi, j’ai CHOISI mon cinquième d’excellence pour TIME-COACH et ses dérivés sur deux critères :

  • Les personnes qui adhèrent aux programmes payants
  • Les personnes qui participent à TIME-COACH en posant des questions, en alimentant le débat, en critiquant de façon constructive, en faisant du bouche à oreille, en faisant preuve d’intérêt…

En réalité, il n’y a qu’un seul critère, car on peut résumer ces deux profils à un seul :

  • Les personnes qui trouvent que ce que j’écris est utile

Ce qui correspond exactement à mon objectif, mon ambition, ma motivation profonde, exprimée dans mon précédent message : je carbure au sentiment d’utilité !

Jacquot va encore me dire que je parle de moi… Que mes messages égocentriques n’apportent rien à mes lecteurs. Dans ce cas, je rappellerai à mon excellent Jacquot, que comme dans tous mes messages, avant d’aborder mon cas particulier, je donne des outils pratiques et utiles. S’il les occulte, c’est surtout parce qu’il souhaite s’accrocher avec moi, en se focalisant sur la fin.

Jacquot ne sait pas me lire !

En liant le cinquième d’excellence et le sentiment d’utilité, je parle de vous, je parle de tous mes lecteurs et à tous mes lecteurs ! EN dehors de TIME-COACH, pensez à tous ces gens qui font partie de votre monde : une bulle faites de choix, que vous avez construite, choyée… Les acteurs qui font partie de votre monde ont BESOIN d’une motivation pour avancer.

Pensez à ceux qui sont sur le point d’abandonner une mission sacrée, parce que les démons viennent les attaquer, tandis que les anges les observent se débattre avec admiration, et dans un silence religieux.

Les beaux projets ne sont pas abandonnés à cause de l’argent ou à cause d’une maladie, ou parce que leurs créateurs sont partisans du paradigme « toute bonne choses a une fin… ». Ils sont abandonnés parce que leur RAISON D’EXISTER n’a plus d’intérêt, de SENS ! C’est d’autant plus vrai avec des gens qui savent où ils veulent aller, car régulièrement, ils redonnent du SENS à leurs actions, en changeant de méthode, mais sans changer de but.

Quant à l’abandon, ce n’est qu’une perception de la réalité, si je devais abandonner TIME-COACH :

  • Certains lecteurs seront déçus : « dommage, ça me donnait du courage, du plaisir, de la science, c’était utile… »
  • D’autres jubileront : « je savais bien qu’un jour il allait tomber ce prétentieux. Je suis heureux d’être resté tout ce temps pour assister à sa chute… ».

Mais ces deux  sont loin de la réalité. Je n’abandonne pas : fort de mon expérience et gardant contact avec mon cinquième d’excellence, je ne ferai que disparaître d’un univers qui n’a pas su valoriser mes actions. Mon cinquième d’excellence me suivra dans de nouvelles aventures, conformes aux attentes exprimées, et dont l’énergie principale sera la même :

Le sentiment d’utilité !

Ce que je dis concernant TIME-COACH est valable pour tout système auquel vous avez adhéré, et que vous voulez garder dans votre univers. Au moment de sa mutation pour des raisons de survie, ce système vous invitera à le suivre, parce que vous lui permettez d’exister.

Si vous avez l’impression d’en être chassé, exclu… En bon auto-coach, posez-vous la bonne question : qu’ai-je fait pour mériter ça ?

Si votre réponse est « RIEN !», vous tenez entre vos mains le début d’une solution responsable.

Après la réflexion vient l’émotion, et après l’émotion, l’action…

Vous avez toujours le choix :

A++

Stéphane SOLOMON

5 réflexions au sujet de « Le sentiment d’utilité (suite) »

  1. j’ai peu réagi à ces apports réguliers, Stéphane, pour des raisons compliquées à expliquer, ce qui m’a retenu. En gros, les messages m’ont souvent dérangé, voire ont déclenché en moi des réactions aussi négatives qu’elles étaient supposées être positives. J’imagine que c’est une réaction on ne peut plus classique chez des participants peu avancés, et il ne m’échappe pas que cela aussi doit être pris positivement. En tout cas c’est assurément utile, et cela me fait travailler, et j’en ai grand besoin, même si je n’arrive pas plus loin qu’un niveau de désordre et de désagrément, à ce jour. Merci donc de tes apports réguliers de notions et d’expérience, bien dérangeants.

    • Bonjour Martin,

      Pourquoi vous considérez-vous comme « peu avancé » ? Vous avez participé pratiquement à tous mes programmes… Je crois surtout que ce qui vous dérange, c’est qu’une partie de ce message ne vous concerne pas (celle qui crie « Montrez-moi que je suis utile »!).

      Ce qui en résulte c’est que je ne devrais vous envoyer que la première partie de chaque Newsletter… Et écrire un autre message (plus engageant), à ceux qui lisent TIME-COACH en pensant que ça marche tout seul ! Que je mets mes doigts dans une prise électrique chaque matin, et que ça me recharge… Ou alors que j’écris parce que je n’ai pas le choix. Que je fais ce que je dois faire, par contrainte…

      Comprenez que ces messages d’éveil ont pour but de mettre en valeur la procativité (le fait d’être acteur de sa vie). Si le cinéma de quartier ferme ses portes, 100% des déçus vont reconnaître que c’est parce que « les gens » n’allaient plus qu’aux multiplexe de la ville voisine… Mais en interrogeant ces déçus de plus près, vous constaterez que 80% d’entre eux font partie de « ces gens ». Ils sont responsables de la perte de ce confort, ils connaissent la cause, la connaissaient même avant qu’elle ne les affecte, mais ils n’ont rien fait pendant qu’il était encore temps. Ensuite, ils disent que le monde est injuste, et ont un picement au coeur à chaque fois qu’il passent devant l’établissement qui se délabre…

      Mais ce n’est pas le monde qui est injuste, c’est leur monde !

      Le message que j’ai envoyé est plus général que « vous aimez TIME-COACH ? Alors contribuez ! ». Ce que j’explique, c’est que les personnes qui savent où elles veulent aller ont une motivation à maintenir… Une flamme à alimenter et à protéger. Beaucoup de gens soufflent sur cette flamme. Ce n’est pas par méchanceté viscérale, c’est parce que c’est contraire à leurs objectifs, et « chacun défend son beefsteak », comme on dit…

      Si vous voulez maintenir la flamme, pensez que vous pouvez lui donner aussi votre force : argent, temps, confiance, communication… Peu importe ! Mais autorisez-vous à participer. Croire que vous n’avez pas votre rôle à jouer dans un système, c’est sous-estimer votre force ! C’est contraire au Développement Personnel.

      Lorsque vous adhérez à une programme payant, vous donnez du combustible à la flamme. Lorsque vous envoyez un message gentil, vous la protégez… Chaque fois que vous envoyez une question, vous anticipez les attaques potentielles, vous ravivez le feu sacré de la motivation.

      Il est évident que si je vous écris tout ça, c’est parce que TIME-COACH est menacé, et a besoin d’énergie. Mais j’aimerais que ce soit clair : ne le faites pas pour moi (ce n’est pas du chantage affectif, par rapport à mon devenir). Faites-le pour vous ! Si toutefois je vous suis utile.

      Sinon, ceux qui soufflent sur la flamme gagneront la partie, et en toute cohérence, vous comme moi, devrions leur dire BRAVO et MERCI !

      Vous parce que vous êtes débarrassé de quelques chose d’inutile
      Moi, parce que je peux libérer du temps pour être utile ailleurs.

      TIME-COACH n’est qu’un exemple. C’est valable pour tous vos CHOIX.

      Mais comme je vous l’ai dit en intro, vous avez largement contribué à la flamme. Et vous venez de lui ajouter une protection grâce à cette intervention, car j’étais loin de m’imaginer que mes derniers messages pouvaient mettre mal à l’aise mon cinquième d’excellence…

      J’en prends note.

      A++

      Stéphane SOLOMON

  2. Je lis ce que vous m’envoyez et je ne réagis généralement pas car ce que vous dites correspond à ce que je sais ou ce que je pense. Là je suis quelque peu interpellée par les 20%. dans mon activité, pas du tout lucrative, génératrice de moments de découragement mais aussi de grands bonheurs, je me suis fait des fidèles: des gens qui aiment le théâtre,des gens qui aiment les beaux textes, des gens qui aiment réfléchir ou être émus. Et des gens qui osent découvrir des auteurs d’aujourd’hui et des comédiens qui ne sont pas des vedettes. Comment augmenter ce nombre? je ne suis pas boulangère! Et je viens encore de réduire mes fidèles avec la dernière pièce que j’ai mise en scène, d’une très belle écriture qui offusque les chastes oreilles. Parce que je me suis fait plaisir et que j’ai fait plaisir à une partie des 20%. Je vais programmer la prochaine fois quelque-chose de plus consensuel mais je sais que certains ne reviendront pas.

    • Bonjour Geneviève,

      Vous n’êtes pas boulangère ! Aïe… C’est exactement le type d’interprétation qu’il faut éviter dans le cadre d’un texte d’auto-coaching qui vous propose un introspection…

      • Qu’avez-vous pensé du texte «Des gauchers très contrariés» ? Que vous être droitière ?
      • Qu’avez-vous pensé du texte «Le doudou de ma fille» ? Que vous n’avez pas de fille en bas âge ?
      • Qu’avez-vous pensé du texte «Aimez-vous les pistaches ?» Que vous n’en raffolez pas ?

      Ou alors, vous étiez d’accord, car vous êtes gauchère, jeune maman, et vous aimez la oléagineux ?

      Autorisez-vous à aller plus loin que ça… Dans chaque article, il y a de multiples clefs, dont certaines ne vous seront révélées qu’après relecture (il suffit d’être d’humeur différente pour percevoir le sens du message autrement, quelques jours plus tard).

      Revenons à votre cinquième d’excellence. L’idée que je propose est de ménager ce public, le chouchouter, lui montrer que vous l’appréciez en lui parlant sa langue.

      Visiblement, vous pensez avoir « fauté » à ce niveau-là. Vous vous êtes fait plaisir ! C’est important, mais vous l’auriez fait au détriment de votre cinquième d’excellence, et vous craignez une chute d’activité.

      Vous savez Geneviève, dans mon métier je me fais souvent plaisir, mais je n’invite pas tout le monde au spectacle… Tout simplement parce que pour les prestations de type « plaisir », il y a un autre cinquième d’excellence. J’ai donc :

      – Un cinquième d’excellence pour les prestations de type « efficacité »
      – Un cinquième d’excellence pour les prestations de type « découverte »
      – Un cinquième d’excellence pour les prestations de type « regardez-moi ! Je me fais plaisir ! »
      etc.

      En marketing on appelle ça une segmentation, une qualification, etc. Mais peu de gens reconnaissent l’importance réelle de la loi des 80/20 et le fait que ce taux représente une situation équilibrée (en période de routine).

      Donc vous avez raison : vous et moi, nous ne sommes pas boulangers (c’était un exemple pour simplifier). Le public que nous devons satisfaire n’est pas programmé pour entrer dans notre boutique chaque jour. Nous n’avons pas un public type à satisfaire, mais plusieurs publics types.
      (Ceci-dit, je connais des boulangers-pâtissiers qui distinguent le public-viennoiseries du public-glaces, etc. Alors que d’autres considèrent tout simplement qu’ils ont un public gourmand ! Je vous laisse deviner qui fait le plus d’entrées…)

      Je me suis fait plaisir !

      Vous faites un métier, où on se fait plaisir en public… C’est un métier de partage qui n’aurait pas de sens sans les spectateurs. Et pourtant, vous savez bien que lorsque vous vous distinguez, vous ne vous adressez plus qu’à une partie de la population. Vous savez que :

      DISTINCTION = SELECTION

      et que vous ne pouvez pas plaire à tout le monde en sortant des sentiers battus. la seule vraie surprise (d’après ce que vous exprimez) est que vous ne saviez pas que le bon équilibre est de 80/20… En tant qu’artiste, vous voulez plaire à tout le monde.

      Je suppose qu’il s’agit de la pièce « La princesse aux 2 maris »… Je regarde l’affiche :

      Vous avez oublié d’y écrire « Pour public averti ! » ou « Oreilles chastes s’abstenir… » ou encore « Une pièce consensuelle ». Pourtant, vous saviez que c’était nécessaire (je ne pense pas que le choc ressenti par « certains publics » soit une réelle surprise pour un auteur ou un metteur en scène).

      Alors Pourquoi taire le fait qu’il s’agit dune pièce pour un public SELECT ?

      Moi, j’emmène souvent mes enfants au théâtre. Si vous ne me dites pas que cette pièce n’est pas faite pour eux, comment voulez-vous que je le sache ? Les histoires de princesse, ils adorent ça ! Et si vous me répondez qu’il n’y a pas de quoi choquer le jeune public, accepteriez-vous l’idée que moi, je pense le contraire, une fois enfermé dans le théâtre ?

      Personnellement, j’ai les oreilles beaucoup plus chastes en présence de mes enfants. Même si je suis capable de belles salacités en leur absence.

      Vous avez pu remarquer que dans certains articles, je prévenais mes lecteurs par délicatesse :

      – Attention, j’ai coupé cet article en deux, car la deuxième partie rentre dans les détails et peut choquer un public non averti
      – Attention, si vous n’êtes pas d’accord avec l’introduction de cet article, ce n’est pas la peine de lire la suite
      – Attention, j’ai créé un programme décomplexé concernant l’argent, si vous voulez y accéder, il faut vous y inscrire.
      – Attention, lisez cet article jusqu’au bout, car la révélation est à la fin…
      – etc.

      Lorsque j’ai écrit Printemps 2012, j’ai prévenu mon public qu’il n’y découvrirait pas une technique de gestion de temps, mais une autre facette de l’auteur et de son monde interne. Cependant, il y a un lien avec le temps, dans la conclusion de ce poème. Une clé essentielle, qui justifie la publication de cet article dans un programme nommé TIME-COACH… Je la réserve à ceux qui franchissent certains obstacles.

      C’est exactement la même chose pour les programmes payants. L’argent fait partie de nos obstacles. Une fois que cet obstacle est dépassé,je sais que je m’adresse à des personnes qui sont prêtes à m’écouter. Je me sens donc beaucoup plus libre de mes mouvements. Je peux aborder des thèmes impossibles à évoquer face à un public qui pourrait devenir agressif et très critique s’il n’est pas préalablement sélectionné.

      En affichant clairement : «ATTENTION ! AU DELA DE CETTE LIMITE, VOUS ESTES RESPONSABLE DE VOTRE CHOIX», vous vous assurez un sacré tremplin :

      • Vous respectez votre public, qui a le droit de savoir où il met les pieds si le terrain est miné
      • Vous attirez un public inhabituel, qui vous trouvait trop classique jusque là, et qui va désormais dresser l’oreille : «tiens Geneviève ne fait pas que du Molière…»
      • Vous pouvez vous faire plaisir sans tabous, car une fois le public en place, vous savez que vous vous adressez à «une niche»
      • Vous respectez les autres personnalités, et par effet miroir, on respectera la vôtre

      Ce sont des règles générales. Il est évident que quels que soient vos efforts, certaines personnes se retrouveront là « par hasard », que d’autres n’apprécieront pas de vous voir vous faire et plaisir et gagner de l’argent en même temps, d’autres que vous respecterez ne vous respecteront pas en retour. Mais GLOBALEMENT, ça marche ! On vous rend beaucoup, mais vous ne recevez que ce qui est à votre portée…

      Par exemple, actuellement, face aux critiques que vous avez reçues, vous savez que vous avez perdu des clients… Mais regardez ce que vous m’avez écrit en introduction de votre message :

      «Je ne réagis pas, car ce que vous dites me correspond !»

      Ce qui signifie que lorsque tout va bien, les gens ont tendance à ne pas s’exprimer… Mais ils s’expriment plus volontiers pour critiquer ou revendiquer ou se plaindre !

      Alors rassurez-vous Geneviève : il est fort probable que beaucoup de gens soient sortis de là ravis, mais qu’ils n’aient pas pensé à vous dire : «j’ai passé à une soirée conforme à mes attentes et je voulais vous dire que vous étiez une vraie artiste, aux choix intéressants…». Pourquoi voulez-vous qu’ils réagissent à quelque chose d’aussi normal ?

      A moins que vous ne le leur demandiez… Mais pour obtenir un feedback, il y a des techniques, que vous percevrez peut-être en relisant mes derniers messages, même si vous n’êtes pas boulangère.

      A+

      Stéphane

  3. Bonjour Stéphane,

    C’est vrai que l’on a tendance à toujours réagir pour faire des reproches, ce que je conteste régulièrement en écrivant pour spécifier ce qui est bien et positif.
    Autre trait de caractère qui m’est propre : je pense très sincèrement que tout ce qui m’arrive en positif et surtout en négatif vient de moi … je travaille à mon développement personnel depuis de longues années … et j’ai fait quelques progrès … et pourtant, je bloque encore et encore régulièrement, dès lors qu’il faut gagner de l’argent de façon décente : il me reste à comprendre pourquoi je « retombe » dans une situation de misère au-delà de toute logique.
    Merci pour la somme de vos écrits qui m’apporte toujours quelque chose.

    Bien à vous,
    Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *