Peut-on se reconstruire à l’âge adulte ?

Ce week-end, suite à mon article sur le Sentiment d’Importance, j’ai reçu ce courrier de la part d’un lecteur (nous l’appellerons Ennio).

Stéphane, Mon père était un adepte de l’éducation à la dure. Ce que vous avez écrit me rappelle pourquoi je n’ai aucune estime de moi ! Comme vous l’expliquez dans votre texte je n’ai pas de souvenirs précis de ces «mauvais quarts d’heures» et mes ecchymoses ont disparu depuis. Mais je garde de très mauvais sentiments vis à vis de la paternité. Je pense même que je n’ai aucune envie de fonder une famille à cause de ça. Je me suis séparé de la femme que j’aimais parce qu’elle voulait une vie familiale et rien ne me fait plus peur. Jamais mon père n’a ancré en moi ce Sentiment d’importance dont vous parlez si bien. . J’ai été le faire-valoir de ses principes éducatifs. Quant à ma mère, il semble que malgré son amour et son envie de crier STOP, sa principale mission se résumait à donner son sentiment d’importance à mon bourreau. En m’offrant des flashback sous forme de rêves éveillés, je ne vais pas réveiller que du bon…
Voici ma réponse :

Ennio,

Tout d’abord, je voudrais vous féliciter pour votre degré de compréhension de mon texte. Effectivement, même si ce que vous avez ancré en vous est très différent de ce que je suggère dans ma version, vous avez compris le principe : vous n’avez pas gardé des souvenirs précis, mais des sentiments. Ces sentiments vous font penser que vous n’êtes pas important ou du moins, que vous n’êtes important que pour servir la cause d’un autre de plus autoritaire. Malgré vos rancœurs,  il est possible que vous continuiez à vous placer en faire-valoir (à l’âge adulte, votre père peut être remplacé par votre patron ou un collègue), puisque votre éducation vous donne le sentiment que vous n’êtes bon qu’à ça.

J’ai une histoire à vous raconter pour vous remonter le moral :

Je connais un homme, qui pendant toute sa jeunesse a reçu des marques de Respect et d’Amour. Ses parents étaient de très bons éducateurs, jamais violents et toujours à l’écoute. Il est arrivé à l’âge adulte avec une Estime de Soi extraordinaire, et tous les sentiments qu’il a ancrés en lui, le destinaient à réussir sa vie. Puis il est tombé amoureux d’une femme si belle, si intelligente, si souriante que tous ses amis l’enviaient. Malheureusement elle n’était pas aussi parfaite qu’elle semblait : elle a commencé par l’éloigner géographiquement et sentimentalement de sa famille et de ses amis… Elle le trompait et l’humiliait régulièrement, l’empêchait de réaliser ses rêves, et le manipulait émotionnellement et physiquement pour qu’il avorte tous ses projets personnels et professionnels…

Ils ont vécu ensemble 5 ans. 5 longues années pendant lesquelles cette femme qui ne prenait plaisir qu’en le détruisant, a réduit à néant tout ce que les parents de cet homme avaient construit. Il était tellement attaché à cette femme qu’il n’a compris son jeu que le lendemain de sa tentative de suicide. Regardant le plafond dans cette chambre blanche où différents appareils sonnaient, il venait de comprendre que son Sentiment d’Importance l’avait quitté progressivement jusqu’à disparaître…

Euh… Ça ne vous remonte pas vraiment le moral ? Pourtant ça devrait ! Parce que cette histoire, loin d’être unique en son genre, prouve que les choses peuvent changer à l’âge adulte ! La construction de la personnalité pendant l’enfance est évidemment importante, et après avoir mis en évidence l’éducation bienveillante, il est hors de question pour moi de banaliser la violence éducative… Mais si en 5 ans on peut détruire le Sentiment d’Importance d’une personne éduquée dans la bienveillance, on peut aussi, malgré une enfance difficile, construire de bons sentiments chez l’adulte.

Un adulte peut se construire !

La construction psychologique pendant l’enfance est très importante pour que le futur adulte puisse s’épanouir en mode «automatique». Mais contrairement à ce que la plupart des gens pensent, malgré les blessures d’enfance, il est tout à fait possible de se construire à l’âge adulte.

La principale difficulté de l’adulte vient du fait qu’en société, il sera livré à lui-même, alors qu’un enfant attire naturellement l’empathie.

Par exemple, si vous voyez un enfant qui erre seul dans la rue avec les larmes aux yeux, vous irez naturellement vers lui pour lui demander s’il est perdu et si vous pouvez l’aider. Feriez-vous de même avec un adulte ? D’autant plus que souvent, il tentera de masquer son désarroi, et il vous faudra beaucoup de talent pour percevoir la souffrance dans sa communication verbale et non verbale.

La difficulté de la construction psychologique à l’âge adulte vient principalement de là : l’aide extérieure n’est pas naturelle. beaucoup d’expressions populaires le prouvent, comme :

– Il est majeur et vacciné !
– Il est grand, qu’il se débrouille !
– Il a oublié de grandir…
– Grandis un peu !
– Comporte-toi en adulte !
– Tu n’es plus un enfant !
– …

Et c’est exactement ça : vous pouvez entamer un chemin de reconstruction, mais comme vous n’êtes plus un enfant, ne vous attendez pas à mille égards dès que vous versez une larme. La seule façon de mettre en action l’aide dont vous avez besoin, c’est d’aller vous-même la chercher là où elle se trouve. Comme dans toute aventure, il y a des opportunités à saisir.

Exemple

En vous inscrivant à mon programme sur le Rêve Eveillé, je vais vous proposer (dans l’un des exercices) de rejoindre votre enfant intérieur et de lui apporter votre soutien d’adulte. Je ne le ferai pas pour soigner de grosses blessures, car je ne suis pas thérapeute. Mais en tant que coach, je sais que la réparation d’une humiliation ou d’une injustice, peut enclencher de nouvelles actions ou améliorer des compétences (comme par exemple, prendre la parole en public ou se sentir prêt à assumer les conséquences d’une décision difficile).

Ceci dit, malgré une animation orientée coaching (donc orientée vers les projets d’avenir), si vous me posez des questions d’ordre thérapeutiques, je vous répondrai puisque je serai là en direct et j’en ai les compétences. Je pourrai donc vous apporter des précisions sur «la rencontre de l’enfant intérieur» et vous orienter vers des solutions thérapeutiques qui utilisent le Rêve Eveillé.

Si vous décidez de ne pas participer à cet atelier, je n’ouvrirai pas de parenthèse thérapeutique et je répondrai à d’autres questions. Donc même si vous vous procurez le replay plus tard, il n’y aura pas dans cet enregistrement de quoi répondre à vos interrogations (pas au-delà de ce qui est prévu). Cet atelier est une occasion pour vous de vous aider vous-même. Une invitation du monde extérieur pour nourrir votre monde intérieur.

Vous me connaissez, je n’aime pas utiliser le fameux «c’est votre dernière chance», donc j’insiste sur le fait que vous aurez d’autres occasions dans votre vie. Le monde abonde de personnes qui aiment aider leur prochain, et beaucoup de professionnels trouvent des solutions pour être accessibles à tout un chacun. Mais pourquoi attendre ? Si à chaque fois qu’on vous tend la main vous refusez cette aide, comment, et quand allez-vous vous reconstruire ?

Comme toujours, je rappelle que le meilleur moment pour agir, c’est MAINTENANT.

Et c’est par ici !

Ne procrastinez pas votre vie. Chaque procrastination ajoute de la poussière sur ce qui mérite un coup de plumeau. Jeudi soir, puis le mardi suivant, vous allez découvrir bien plus qu’une technique. En l’appliquant, vous irez à la rencontre de vous-même, que ce soit dans le passé ou dans le futur, ce sera le meilleur de vous-même!

A++

Stéphane SOLOMON

Une réflexion au sujet de « Peut-on se reconstruire à l’âge adulte ? »

  1. Avec un petit effort d’appropriation, ce message peut s’adresser à tous ceux qui doutent de leur capacité à surmonter les obstacles de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *