Jetez ce que vous voulez

En lisant mon article de la semaine dernière sur le pré-lancement du PWYW, Didier (un lecteur), m’a demandé gentiment ceci :

«Très intéressant. Est-il possible d’avoir les deux précédents articles ?

Merci d’avance.»

Je vous ai promis de faire le tour de quelques comportements contreproductifs, dus à la gratuité de TIME-COACH. Didier m’apporte sur un plateau le premier argument :

Question : comment se fait-il que Didier ne retrouve pas ces articles dans sa boite de messagerie ? Il les a reçus, comme tout le monde. Pourquoi ont-ils disparu ?

Réponse : parce qu’au moment de la première lecture, Didier ne les a pas trouvés intéressants au point de les garder, et encore moins pour personnaliser leur contenu. Si Didier avait payé ces messages 1 euro chacun, il les aurait peut-être gardés. S’il les avait payés 3 euros chacun, il les aurait probablement relus régulièrement. S’il les avait payés 250 euros, il aurait certainement trouvé un moyen d’expérimenter ce qui est proposé.

Didier a appliqué le modèle : «Jetez ce que vous voulez». C’est ce qu’on fait avec les choses inutiles qui nous encombrent. Et quand elles n’ont aucune valeur, quel plaisir de s’en débarrasser ! A l’aube du grand nettoyage de Printemps, je vous recommande cette technique.

Didier n’est pas en faute. Le paradigme «plus c’est cher, plus ça a de la valeur» est ancré dans nos réseaux neuronaux. En maintenant aussi longtemps un modèle économique qui encourage la gratuité et le non-engagement, je suis responsable (en partie) de la dévalorisation de mon travail.

Désormais, je vous confie cette responsabilité. C’est vous qui voyez…

Le modèle «Payez Ce Que Vous Voulez» vous permet de donner de la valeur aux articles de TIME-COACH. Mon but n’a jamais été de vous donner des «conseils gratuits», mais des idées payantes !

Je suppose que Didier n’est pas le seul. J’ai donc fait une réponse collective. Voici les deux articles demandés. Ils sont accessibles gratuitement, mais je les ai retravaillés ce week-end pour qu’ils soient encore plus payants :

Payez ce que vous voulez
Payez ce que vous voulez

Bonne re-découverte,

Stéphane SOLOMON

Vous pouvez commenter cette brève ici

9 réflexions au sujet de « Jetez ce que vous voulez »

  1. Salut Stéphane !
    Tu dis «plus c’est cher, plus ça a de la valeur»
    Pas d’accord car les choses n’ont de valeur que celle qu’on leur attribue

    • Bonjour Jean-Claude,

      Les choses ont la valeur qu’on leur attribue, ça c’est immuable !

      Mais en fonction de quoi attribue-t-on de la valeur aux choses ? En fonction de nos valeurs, de nos croyances, de notre culture, de notre éducation, etc. Ca construit des lois internes qui déterminent notre perception des choses.

      Certaines personnes (beaucoup !), alimentent le paradigme selon lequel une chose est gratuite, ou pas chère, c’est qu’elle n’est pas utile, intéressant, praticable, honnête, etc. On pourrait même s’en méfier.

      Par exemple, si je dis à une jeune fille qui souffre du bas du dos que je peux la masser gratuitement, parce que ayant souffert moi-même du dos, je sais que ce n’est pas une vie… Et je sais exactement comment agir pour soulager ce type de douleurs. C’est plutôt sympa comme proposition, d’autant que je suis plutôt doué en massages.

      Mais en fonction de son éducation, elle pourrait accepter avec Gratitude, ou refuser par peur que je sois un peu trop entreprenant. Le bas du dos, c’est très intime comme zone !

      Mais si je lui dus que j’ai un Cabinet de massage, que je lui prendrai 60€ de l’heure, et qu’il faut au moins 10 heures pour ce type de douleurs… Elle va commencer à me prendre au sérieux.

      Tu vois, ça se passe comme ça !

      Alors qu’est-ce que je fais ? Je la laisse souffrir ou je lui fais un devis de 10 séances ?

      • Bonjour Stéphane,
        Je ne suis pas d’accord avec ton raisonnement pour la situation de Didier.
        En effet l’invasion de nos boîtes par des pubs, des messages « soit disant sérieux », « vraiment sérieux « , les utiles et beaucoup d’inutiles fait que, « click »,partent en corbeille pas mal de chose qu’on aurait dû enregistrer avant de jeter. Internet est chronophage et dans notre monde où tout va vite, nos doigts vont quelques fois plus vite que notre cerveau.
        Rassure toi Stéphane je te lit et t’enregistre la plupart du temps même si je ne peux pas payer actuellement.
        Cordialement.
        Christiane

  2. Bonsoir Stéphane,
    J’ai aimé et continue d’apprécier vos textes et je suis très embarasée quant à ‘valeur’ à leur donner. Je me sens ridicule dans tous les axes de mon raisonnement trop / trop peu, oui par rapport à quoi ; mm si je comprends votre démarche. L’altruisme à une fin.
    Moralité je continue à recevoir ce que vous me proposerez mais je me refuse de l’évaluer, je sais trop bien ce que ce travail représente !

    En revanche pourquoi dites vous : jetez ce que vous voulez et non GARDEZ ce que vous voulez !!!!!!!!

    Bien cordialement

    • Bonjour C,

      Je ne vous dis pas de jeter. Au contraire : je serais même d’avis à ce que vous gardiez des choses qui vous rebutent aujourd’hui, car ça pourrait vous êtes utile dans 6 mois. Mais si vous voulez jeter, je vous demande juste d’imaginer avant, que ça a de la valeur… Après, le choix est plus conscient.

      J’ai donc expliqué que Didier a appliqué la méthode «Jetez ce que vous voulez», comme beaucoup de lecteurs, pensant que comme c’est gratuit, ça ne vaut rien.

      Mais en apprenant qu’une autre personne en a fait quelque chose de concret (en l’occurrence 2.500 euros de bénéfice net dès le premier trimestre d’application), ce texte qui était passé inaperçu est devenu «Très intéressant» ! Ca donne même envie de remettre la main sur ce qui a été jeté.

      Comme je sais que j’ai ma part de responsabilité dans cette dévalorisation de mon travail, j’ai fourni ces textes à nouveau. C’est la moindre des choses, puisque j’ai induit mes lecteurs en erreur. Mais désormais, il n’y a plus d’erreur, en jetant un article, vous savez que vous vous débarrassez de quelque chose de payant, et que d’autres ont payé.

      Je ne comprends pas bien pourquoi vous dites que je suis altruiste. Honnêtement, je fais une très grosse différence entre l’abnégation de soi, et le fait de se sentir utile. La raison est très simple : j’aime gagner ma vie en étant utile. Est-ce incompatible ? Le travail devrait-il toujours être synonyme de peine et de contraintes ?

      Vous avez décidé de GARDER mes messages, de les lire d’en bénéficier et d’en apprécier la Gratuité.

      Ca me va ! Ne changez rien ! Ca remplit la boutique, et ça attire du monde.

      Je vous demande juste de ne pas me traiter d’altruiste, parce que j’ai des objectifs commerciaux très sérieux en ce qui concerne l’auto-coaching. Il est vrai que je suis altruiste dans d’autres domaines, mais je n’ai jamais revendiqué ce trait de caractère dans le processus que vous suivez. Je suis votre prestataire potentiel et vous êtes ma cliente potentielle depuis le début. Si ces termes vous empêchent de m’apprécier en tant qu’être humain, c’est dommage… Mais personnellement, j’apprécie mes clients, je respecte mes fournisseurs, et j’adore échanger des factures, des chèques, des virements et des transaction CB avec ce beau monde.

      A++

      Stéphane SOLOMON

      • Désolée Stéphane loin de moi l’idée de vous « traiter d’altruiste », le mot était mal choisi et ne faisait référence qu’à la gratuité ; je sais que vous êtes dans une démarche commerciale.
        Avec mes excuses
        A bientôt

  3. Bonsoir Stephane ,

    Eh bien moi je ne suis pas comme Didier , j’ai gardé tous tes messages et ceci depuis février 2011 car je les trouve très intéressants mais ma vie fait que je n’ai pas beaucoup de temps ou que je ne prends pas assez de temps pour bien les analyser, alors je garde en me disant qu’un jour je mettrai tous ces conseils en pratique mais quand ???? et si je ne me suis jamais inscrite c’est surtout du au temps .disponible et non au montant ……. M-line

    • Bonjour Marie-Line,

      Vous avez bien compris que ce n’est pas le temps qui vous manque. C’est juste que vous ne le prenez pas… Apparemment, même une lecture rapide vous profite. Car je connais encore beaucoup de gens qui n’ont pas le temps. Ils ont 24 heures par jours, comme vous, mais ils n’ont pas de temps ! 😉

      Alors je pense que même une lecture évasive vous a apporté quelque chose, mais quoi ????

      Je vais vous faire une petite proposition : mes prochains articles vous donneront des techniques vraiment exceptionnelles pour libérer du temps. En les appliquant vous bénéficierez de 20 à 30 heures par mois de temps libre. Mais qu’allez-vous faire de tout ça ? Si votre vie ne s’en trouve pas améliorée, je me sentirai très mal de vous libérer du temps sans fond.

      Tant que vous aurez l’impression qu’en me lisant pendant 7 minutes vous avez perdu 7 minutes, il ne faut surtout pas vous inscrire aux programmes payants. L’idée de ces programmes est de me lire pendant quelques minutes, et de libérer des heures, au cours des jours qui suivront. Donc presque immédiatement.

      C’est quand vous voulez,

      Stéphane SOLOMON

  4. J’ai constaté deux choses à propos de votre article , d’abord, votre logique imparable, ensuite, que je vous lis comme j’écoute mon meilleur ami .
    Et je n’achèterai jamais mon meilleur ami, mais je peux acheter ses livres de conseils pour m’en inspirer dans mes actions et réflexions postérieures ; mais quid de l’auto-coaching ? est-ce bien moi ou lui qui guide mes choix ?
    S’agit-il d’hypnose numérique ? ou êtes-vous le chien de garde numérique de mes négligences mentales ?

    Moi, je vous garde……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *