Sanction collective

Hier matin j’ai envoyé un message (le Bonheur de Neige), posant une question et proposant aux 10 premiers intervenants un cadeau. Une heure plus tard, je me suis connecté pour lire les réactions : le nombre de 10 venait juste d’être dépassé. Je me suis donc dit pari gagné !

Comme je suis d’un naturel curieux, je me suis reconnecté à ma pause : 48 réactions… Mais enfin, ils n’ont pas compris ? Les 10 premiers seulement ! Arrêtez-vous, ce n’est plus la peine !

Je me reconnecte à midi… et je découvre 33 participations de plus. Ce qui fait au total, 81 raisons de me lire ! Un record ! C’est intéressant : la majorité des lecteurs qui m’ont laissés un message ne l’ont pas fait pour le cadeau, mais uniquement pour me faire part de leur plaisir.

Parce qu’il est principalement question de plaisir dans les témoignages.

Une autre surprise : plus de 6 participants sur 10 m’écrivent pour la première fois ! Ce n’est pourtant pas la première fois que je demande de participer… Il est fort ce message : il pousse à l’action !

Ce matin, je comptabilise 115 réponses au total.

Côté TIME / Côté COACH

Ceci-dit, très peu de gens ont donné la «bonne réponse» à la question posée, à savoir :

Côté temps : j’ai transformé un temps monotone et relativement triste en temps actif, joyeux, créatif, innovant, en me servant de ce que j’avais en moi et autour de moi. 5 minutes avant mon passage à l’action, ce qui se passait dehors était qualifié de sale temps !

Côté coach : Nous sommes tous comme Mamie…  Nous avons les sens brouillés par divers parasites, et nous nous connectons sur une fréquence pour déchiffrer ce que l’environnement nous envoie… Il est possible de changer de longueur d’onde, ce qui donnera aux mêmes évènements un sens différent. Nous pouvons ainsi passer de «radio-triste» à «radio-bonheur» en jouant avec nos interrupteurs internes… A l’extérieur, la quantité de neige reste la même et il fait toujours aussi froid. Ce qui change, c’est la façon dont nous observons le choses. Tout un art… Lorsque nous ne pouvons pas ou ne voulons pas changer de fréquence, une autre personne peut le faire pour que ça chante dans toute la maison.

Ce matin de dimanche, j’ai décidé d’être cette personne-là. C’est un choix comme un autre de l’usage de mon temps.

C’est sûrement ça qu’on appelle le sixième SENS. C’est celui qui donne une signification aux 5 autres… Et ma proposition dans l’article d’hier, toujours en filigrane, était de vous servir de ce sixième sens.

La légitimité de l’action

A part quelques exceptions, peu de lecteurs ont « compris la technique » que je propose de pratiquer dans ce message. Par contre, vous êtes tous particulièrement réceptifs : ça vous a touché ! Vous y êtes sensibles… Ca veut dire qu’à un moment (impossible de prédire quand), vous allez vous autoriser à appliquer la technique du « Bonheur de Neige », sans le savoir. Juste parce que votre subconscient a approuvé sa valeur et sa faisabilité.

Ca me fait penser à mon grand-père : il aimait les enfants, il y était sensible… Mais à l’époque, on savait très peu de choses sur la reproduction. Aucune émission de télévision ne pouvait montrer au peuple, un spermatozoïde agrandi 200 fois pénétrer un ovule… Pourtant, mon grand-père s’est servi de sa sensibilité pour faire des enfants… Il a réussi à appliquer le processus de reproduction avec peu de connaissances et sans intelligence scientifique.

A en croire la science, c’est pourtant un processus extrêmement complexe, et si on devait observer ce qui se passe après la fécondation, ma grand-mère a fait un sacré boulot. Pourtant, elle n’y connaissait rien…

Mes grands-parents ont fait ça d’instinct !

Vous pouvez appliquer la technique du « Bonheur de Neige » d’instinct, juste parce que vous y êtes sensible. Etre intelligent dans ce domaine, apprendre, potasser, bachoter, analyser, comparer… c’est bien, mais ça ne garantit pas la mise en pratique réelle, dans la vraie vie. C’est même parfois bloquant. Je pourrais vous citer des milliers d’exemples où le lâcher-prise et la simplicité ont donné de meilleurs résultats que la volonté de tout savoir sur tout…

Problème décisionnel

Revenons au cadeau : j’ai un problème décisionnel grave ! J’ai beaucoup de lecteurs, et pour des raisons techniques lorsque j’envoie mon message à 8h00, les premiers de la liste le reçoivent tout de suite, alors que les derniers le reçoivent à 9h30… Cela signifie qu’une personne qui me lit à 9h30 et qui me répond à 9h32 fait incontestablement partie des « 10 premiers ». Mais concrètement, la loi voudrait que les 10 premiers soient ceux qui apparaissent vers 8h00. C’est injuste pour ceux qui n’ont pas encore reçu le message.

Il faudrait annuler le jeu pour vice de forme !

Deuxième dilemme : certaines personnes ont bien répondu à la question concernant « la perception liée à l’état d’esprit ». Ce sont de bons élèves à chaud… Ils méritent un TB++ et 3 bons points. Mais le but d’un coaching n’est pas l’intégration d’une connaissance dans une case mémoire… Le but, c’est la mise en pratique… Le passage à l’action ! Il est possible, voire très probable, que d’autres lecteurs qui n’ont pas su exprimer leur réponse par écrit, aient été les premiers à appliquer la technique proposé, d’instinct… Comme mes grands-parents, ils sont passés à l’action sans attendre leur «diplôme de reproducteur» ou leur «permis de reproduire». Ils ont fait des petits, et je parierais (même s’ils étaient discrets sur ce sujet), qu’ils y ont pris du plaisir.

Pour un coach, le TB++ est beaucoup moins important que le RESULTAT. Vous pourriez me réciter les 613 noms des muscles, os, viscères, cartilages du corps humain en anglais, en français et en latin, ça ne m’impressionnera pas ! Par contre, si vous posez vos mains sur une personne qui a mal à l’épaule et vous soulagez sa douleur en quelques caresses, pressions, tapotements et mots rassurants, vous gagnerez toute mon estime.

Je suis bien embêté messieurs-dames… J’ai du mal à départager les 10 vrais gagnants.

Un exemple de mise en application d’une technique

Heureusement, je suis allé à l’école, moi ! J’ai appris des choses, moi ! Lorsque mes professeurs ne savaient pas qui punir à cause d’un délit (un chewing-gum posé sur leur chaise, par exemple), ils appliquaient une technique incroyablement efficace : ils sanctionnaient toute la classe ! A moins que le véritable responsable ne passe aux aveux…

Alors je vais appliquer ce que j’ai appris à l’école : je vais sanctionner tout le monde ! A moins que les dix premiers « appliquants » ne se dévouent, épargnant ainsi leurs camarades…

Vous avez 3 minutes pour me dire comment vous avez mis en pratique l’idée d’hier matin ! Si dans 3 minutes je n’ai pas les dix responsables, j’offrirai mon cadeau à tout le monde !

J’attends vos aveux ici

Stéphane SOLOMON

32 réflexions au sujet de « Sanction collective »

  1. SUPER ! on est sur du tac au tac, du gagnant -gagnant, la pression monte, et avec, on se découvre un mental de coaché !!!
    moi aussi, depuis des années, c’est la première fois que je vous réponds!!

  2. J’ avoue que j’ ai supprimé le mail « Bonheur de Neige » sans l’ avoir lu (faute de temps – oui, je sais, c’est une honte de dire ça à un Time Coach, mais c’ est la vérité). En revanche, j’ ai lu le post ci-dessus (Sanction Collective) – et peu importe les 10 premiers, ou les cadeaux… Je viens d’ être encouragée à lacher prise, et Dieu sait que j’ avais besoin que quelqu’un me le dise ces jours-ci. Merci Stéphane , vous venez de me sauver! Et bonne aux autres pour la course aux cadeaux. Moi, je viens de recevoir le miens, et je m’ efforcerai d’ en faire bon usage.

  3. Le message d’hier a simplement fait écho à un changement d’état d’esprit que j’essaie de mettre en pratique depuis quelques temps, et que je crois j’ai décrit brièvement en commentaire de « Je ne suis pas ». Bref pour répondre à votre question j’essaie que ça « chante » plus à la maison en chantant tout simplement moi-même avec mes enfants, au figuré mais aussi au propre : je chante ou fais des blagues pour les habiller ou tous ces petits trucs qui peuvent -parfois… trop souvent…- les faire râler. Ca marche souvent, c’est à dire que ça chante et râle moins, et pour moi c’est agréable de me mettre dans une attitude « chantante » !

  4. Oups ! jamais au travaill… enfin, si parfois, mais pas en ce moment (démarrage 2013 difficile, audits en tous genres, etc.) ; par contre à la maison, presque toujours, mais sans doute pas sur le mode tout le monde il est beau, plutôt sur celui de la dérision, qui produit des effets mitigés en fonction de l’humeur et de l’humour en service ces moments là. Mais pour le cadeau, je suis pour la punition collective. Pour en avoir subie quelques unes, sur le moment ça fâche, mais pour les souvenirs, quel régal.

  5. Il y a un mouvement de Réveil-Evolution, qui souffle fort en ce moment chez mes enfants, adolescence oblige. Et ma petite capacité (qui grandit surement, gr^ce à mes si bons coachs), à lâcher prise sur le vouloir que ça aille comme je crois que cela doit aller, me permet de plus en plus de laisser faire les autres et de profiter de la situation d’ouverture qui se crée pour le bien de chacun. Merci Stephan de nous faire partager ces possibilités que l’on a en nous, en les retenant trop souvent.
    merci pour la punition collective, que j’attends avec impatience, non pas par masochisme, mais plutôt par gourmandise, car ce sera surement un bon exercice à se faire du bien !
    Oh oui, encore une petite punition ! Même avec des devoirs, je suis preneuse !

  6. Reçu moi aussi ce message 1 h après aujourd’hui !!! alors !!! Qu’est ce que j’ai mis en pratique hier une journée plus agréable après vous avoir lu car le bonheur est contagieux c’est bien connu; Je vous souhaite de continuer encore longtemps de rendre joyeux tant de monde et tant pis pour les cadeaux c’est le plus beau cadeau que de rendre heureux

  7. Bonjour Stéphane,
    Moi non plus je ne vous ai pas répondu hier, mais votre histoire du Bonheur de Neige m’a touchée.
    Je fais partie de ces personnes qui ressentent qu’il y a quelque chose à faire dans ce genre de situation mais qui ne « voit » pas quoi.
    C’est la raison pour laquelle je continue de vous lire inlassablement, pour trouver des indices qui me guident sur la marche à suivre pour tout simplement réussir sa vie dans l’optimisme et l’analyse constructive de ce qui nous entoure, en perpétuel mouvement… et c’est pour le plaisir d’avoir l’opportunité de découvrir chaque fois une nouvelle manière d’aborder les choses. Le plaisir tout simplement.
    Merci à vous,
    Marie

  8. Re …
    J’ai de la chance aujourd’hui, je peux me mettre à jour grâce à mon compagnon qui me demandait d’aller sur ma boîte perso pour réception d’un message …

    Je persiste, car si ma réponse était tardive au message d’hier, je n’ai répondu que ce matin et ben je pense avoir vu juste avec ma petite anecdote car j’ai vu ma journée avec un baromètre au beau fixe dans ma tête et mon coeur.

    Mais comme j’ai pris une décision pour 2013 qui tient à l’action, je peux dire que je pense mettre en application le bonheur de neige avec mes collègues et avec les gens dehors parce que j’essaie de garder les yeux ouvert et que ça fonctionne.
    Merci Stéphane, je participe parce que les échnages sont une multitudes de petites astuces quotidienne en montrant que l’on peut adapter les techniques à sa vie et à son mode de fonctionnement.
    Chaque matin, je fais le tour du service où je travaille pour saluer tout le monde et surtout prendre le temps d’échanges parfois anodins, mais toujours positifs quant à l’intérêt porté aux individus.
    Bonne journée à tous ….

  9. J’ai attendu 3 minutes avant de répondre, comme ça je suis sûr de ne pas perturber la décision. (Encore que, vous vous amusez tellement que je ne puis en être vraiment certain !)
    En tout cas, j’ai éclaté de rire en lisant la fin de ce nouveau mail. Bravo !

  10. bon bien – je n’ai pas répondu pour un cadeau – et sans doute à côté de la plaque, scuse me
    – je trouve grave de grave qu’autant de personnes vous ont répondu pour un petit cadeau
    – pour vous ok, comme statistique de lecture – bombez le torse
    – pour moi, vos textes font sourire mon coeur, et j’emmagasine sans doute plein de chaleur pour mes insomnies … et ma vie éveillée
    (petit clin d’oeil, ma fille vous répond aussi, et j’aime)
    – ne nous oubliez jamais, mm sans cadeau proposé – le prochain cadeau sera votre nouveau texte – merci

  11. Bonjour,

    Je suis en train de lire « le pouvoir du pardon radical » qui est dans la lignée de ce que vous dites, à savoir lâcher prise avec ce qui vous fâche et ceux qui vous fâchent car tout est parfait et que si ils ont été placé là, c’est pour vous faire travailler et évoluer (des réponses à votre inconscient). Je n’en suis qu’au début du livre mais déjà chez moi, la situation bouge… L’avez vous lu ?

  12. Je répondais à la question !
    Mais vous, Frédéric, vous qui décidez de continuer à me lire, pourquoi restez-vous ?

    Faire réagir sur deux points distincts en une seule question!! Judicieux !!
    La technique « qui m’aime, me suive »
    Je décide de rester pour vous lire, je devrais donc réagir à vos sujets!
    Outre ma réaction qui fut tardive (fin de matinée), c’est ma réaction que je retiendrai ici et pour la menée du changement dans mon entreprise. J’ai répondu à cette question tout en réagissant sur le sujet du jour! Subtile !!
    Cordialement

  13. Bonjour !
    Il me semblait que la question d’hier était celle-ci :
    « vous qui décidez de continuer à me lire, pourquoi restez-vous ? »
    et c’est bien à celle-là que j’ai répondu parce que oui, hier, à ce moment-là j’ai pris le temps (pas long je l’avoue) de poster un commentaire. Aurais-je manqué quelque chose ?
    Bon après-midi à tous.

  14. Bonjour
    Hier soir (18 à 20 h) je devais aller à un cours de langues (espagnol), mais il faisait mauvais, j’avais eu une rude journée et envie de vite rentrer à la maison.
    Une petite voix m’a dit « vas-y quand meme, tu verras bien »
    Je l’ai écoutée, et j’ai passé une excellente soirée au soleil espagnol !
    Subitement il faisait beau…
    Merci

  15. Bonjour Stéphane

    Je ne sais pas si j’étais dans les 10 premiers hier, mais c’est bien volontiers que je laisse mon cadeau (je n’avais pas vu l’enjeu quand j’ai répondu)
    Quant à la façon d’appliquer votre leçon d’hier, pour moi, c’est très facile, j’habite dans le Haut-Doubs, pays bien connu pour la rigueur de son climat (record de France du froid avec -40° relevé sous abri) et si l’on était heureux que lorsqu’il fait chaud, il n’y aurait plus personne dans notre beau pays.

  16. Bonjour Stèphane,

    Mon exemple est commercial. Hier personne ne se déplace à mon agence et le temps est drôlement moche(le ciel est gris et il pleut, cela donne l’impression presque qu’il fait nuit). Puis, mon service comptabilité me fait parvenir des chèques de trop perçu à renvoyer à 3 de mes familles. Pour 2 d’entre elles, je prépare un courrier et une enveloppe.N’ayant toujours vu personne, je décide d’appeler ma 3ème famille et lui demande de passer chercher à l’agence le chèque de trop perçu ». J’ajoute : »Quand vous viendrez, j’en profiterai pour vous présenter la proposition de testament obsèques personnalisée dont je vous ai parlé lors de notre dernier entretien ». Ma cliente a souri au téléphone et m’a donné son accord.
    Voilà stéphane comment j’ai essayé de transformer un temps plein d’ennui en un temps d’action.
    Bonne journée Stéphane.

  17. évidemment que personne ne souhaite ce cadeau puisque la pensée positive qui est sorti de l’histoire « du bonheur des neiges » n’a pas de prix. et par conséquent le cadeau pour les 10 premiers ou les 10 derniers n’y changeraient rien.
    Et comme les lecteurs cherchent à prendre de la hauteur dans les textes mis à leur disposition pour se recentrer sur le comment être ou le comment vivre, peu de personne souhaite le cadeau mais ça vous le savez déjà, je crois. (bien avant d’avoir les réponses)
    cependant il n’y a aucune animosité à vous le dire.
    la vrai hauteur de l’histoire du « bonheur des neiges » c’est l’histoire « d’être ou de devenir » et de vivre et de prendre les choses le plus simplement possible et de réaliser des touts petits actes qui feront de très grand bonheur A PARTAGER et ne plus voir la partie obscure du côté des choses et ça, c’est le plus dur pour chacun d’entre nous : Apprendre à nous poser et réussir à gérer nos priorités.
    La spontanéité de chacun (petite folie) nous échappe dans ce monde de stress, responsabilité et rendement, sans compter le regard des autres. (« rentrer dans un moule » car dès que vous devez vous même, on vous prend parfois pour un « fou »)
    en bref je viens de me réapproprier cette idée : être soi, je suis l’original de mon être.

  18. euh… eh bien j’aimerais que tout le monde reçoive le cadeau; mais je brûle de raconter ma façon de comprendre – et surtout d’appliquer – la dernière leçon de coaching : alors, je me lance.
    Je pense qu’ hier soir, en acceptant l’invitation de mon amie à aller voir une pièce de son spectacle, j’ai appliqué sans le savoir la théorie du bonheur de neige. Moi qui pensais et qui tenais profiter de ma soirée avec mon amoureux ( avant son départ pour une semaine) et mon fils; j’ai décidé d’accompagner mon amie pour qui cette sortie était une obligation professionnelle – elle est professeur de théâtre – mais qu’elle préférait faire à deux!!! Et nous avons passé une très bonne soirée. En plus, le père et le fils ont partagé des moments ensemble – quand je suis là, c’est toujours moi qui raconte l’histoire du soir – Lorsque je suis rentrée, notre enfant dormait – normal, il était tard! – et j’ai retrouvé mon amoureux devant la série qu’il adore et que je déteste!!!! (des histoires de zombies…).
    Comme je ne suis pas rentrée très tard, nous avons encore eu un peu de temps pour finir la soirée ensemble…
    Je savais bien que les devoirs d’école ne seraient pas faits, mais ce matin, en une minute, après le petit déjeûner, c’était fait!!!
    Nous avons tous profité de moments de bonheurs inattendus grâce à cette modification de l’emploi du temps collectif. Si ça ce n’est pas une action à la bonheur de neige…

  19. Cher Stéphane,
    Je revendique la première place parce que j’ai appliqué la leçon dès dimanche, à l’heure où vous avez changé le cours de l’après-midi de votre petite famille, ou à peu près. J’étais chargée de raccompagner à la gare le pasteur qui avait animé le culte dans notre Eglise. En voiture, il consulte l’horaire et s’aperçoit qu’il devra attendre 50 minutes le prochain train. Sa petite fille de 10, qui l’accompagnait commence à calculer si 50 minutes + le trajet + 25 minutes de marche à pied jusqu’à la maison lui permettront d’arriver avant les copines qu’elle a invitées. Sans rien dire, je modifie mon itinéraire pour les raccompagner à domicile, et quand Matthieu s’étonne, je lui réponds: « Je me promène! » La suite a transformé le détour en un moment magique, le meilleur de tout mon week-end: Petite route forestière féériquement enneigée! un régal! Je me serais crue en montange à 30 kilomètres de Paris, tandis que mes passagers évoquaient des souvenirs du Canada. Comme quoi les trains trop rares, les gares trop éloignées, on peut s’en plaindre ou transformer ça en pur bonheur, l’amitié en plus!

  20. Bonjour Stéphane,

    Aujourd’hui j’ai laché prise deux fois:

    – Ce matin, je suis allé courir alors que le ciel s’obscurcissait à vue d’oeil et que quelques gouttes tombaient déjà…j »ai décidé de continuer quitte à revenir trempé…le ciel s »est eclairci et j’ai terminé sous un soleil radieux!

    – Cet aprés-midi, j’ai choisi de rester à la maison pour recevoir ma fille au lieu d »aller « courir le cachet » loin de chez moi.

    Merci pour ces encouragements,

    Didier

  21. Bonjour !
    Mon cadeau / mise en application en retour : la théorie du Magnum (par allusion à un magnum de Champagne, histoire d’avoir une ambiance de fête !).
    Dans la vie, nous sommes confrontés à une multitude de magnums (c’est-y-pas bô ça, déjà ???? ;-))).
    Mais ces magnums sont souvent ouverts, déjà utilisés…mais jamais finis ! Alors mon cadeau c’est de vous (te) proposer de voir toujours le côté à moitié plein du Magnum, tout ce qu’il a à nous offrir encore… et de laisser de côté… le côté à moitié vide (il a déjà été bu, d’autres en ont profité avant moi, la neige m’empêche de sortir…).
    La neige qui tombe, c’est un Magnum ! Et nos situations professionelles ou personnelles de tous les jours, des myriades de Magnum !
    Elle n’est pas belle la vie ????
    Francois

  22. Je préfère ne pas répondre afin que tout le monde reçoive le cadeau mais comme vos messages sont déjà des cadeaux…
    Continuez à nous surprendre et à nous émerveiller!

    Merci Stéphane

  23. bonjour,
    je m’apelle donc Emmanuelle.
    je n’ai pas envie de laisser un commentaire sur ce message, spécifiquement.
    j’ai juste envie de dire que ça fait un certain temps que je reçois Time Coach, que j’ai même fait un module, que je ne fais jamais de commentaire( jusqu’à aujourd’hui) et que vous n’imaginez pas le bien que vous me faîtes, Stéphane.
    Quand au cadeau possible accompagnant votre dernier message, c’est à chacun de vos messages que, pour ma part, j’en reçois. Merci

  24. Je n’ai pas joué ,je ne suis pas joueuse.Je suis resté sous le charme de cette histoire,repensant à ma grand-mère qui me cuisinait un repas de roi avec des restes.Elle était simple et bonne.Un vrai rayon de soleil.Amour, sécurité , créativité.J’avais oublié :quand et comment est ce possible ?Je veux devenir la même pour mon petit fils , mes vieux parents et tous les gens que j’aime.Merci beaucoup de m’avoir réveillée !!!

  25. Bonjour,
    Si vous voulez de nombreuses réactions en partant du principe que, dans ce cas, les autres seront lésés (« il n’y aura pas de cadeau pour tout le monde »), cela signifie que vous prenez pour hypothèse que les êtres humains sont égoïstes. Ou toujours dans une course « du meilleur »… Un peu comme la tendance des jeux télévisés actuels où le but consiste à écraser l’autre pour gagner !
    Donc, si je vous écris, je suis sensée être dans cet état d’esprit.
    Pire, si je veux vous dire que cette technique n’est pas bonne, je la confirme par ma réponse.
    Et si je ne vous écris pas, je ne peux pas vous « éclairer » sur ce qu’il conviendrait de rectifier.
    Beau dilemme !
    Conclusion : J’ai décidé de vous écrire ma désapprobation sur cette méthode et vous demande de donner mon cadeau à quelqu’un d’autre.

    Bonne journée,

  26. Bien sûr que nous voulons tous que tout le monde gagne! Et comme d’autres l’ont écrit avant moi, c’est à chaque nouveau message de Stéphane que nous recevons un cadeau.

    Si je ne suis pas pour moi, qui le sera?
    Si je ne suis que pour moi, que suis-je?
    Et si ce n’est maintenant, quand?

    Le Bonheur des Neiges illustre avec beaucoup de douceur l’aphorisme de Hillel. Merci pour vos messages, Stéphane.

    José

  27. Ben c’est vrai quoi je répondai à votre question juste par plaisir…et puis parce que vous me l’avez demandé !!…. quand je lis tout ce que vous mettez derrière….!!
    Pour le cadeau, je vous suggère de continuer à nous en faire et à tout le monde, parce que je n’aime pas les sanctions collectives ( le système social est bancal à cause de cela) ;
    sourires

  28. Bonjour Stéphane,Je n’ai pas attendu aujourd’hui car D’instinct j’ai arrosé avec tous les participants le cadeau que tu nous à offert en déposant au MIRACLE ORDINAIRE ta sanction collecte
    Magnum pour tous

    Ahhhhhhhhhhhhh….Florentine !!!
    Merci à vous toutes et tous d’être là,
    Et que notre ‘miracle ordinaire’ continue à emplir notre CŒUR.

    Becj, feaugas, CAUDAL, Brigitte, Gérard, Sylvie, Migliore, Philippe, Bernard, Eric, Florentine, viglino, Valérie, Philippe, Benoît, Laurent, VERGNE, Jean-Luc, Annie-ClaudeDenis, Jean Eric, christiane, veronique, Marc, antoine, François, nadia, rojouan, gabaude, valentin, anaide, pierre, annette, olivier, patrick, philippe, chantal, francois, eric didier, suzanne, prosper,isabelle, yvon, francois, olivier, sophie, frederic, catherine, louise, catherine, magali, regnaud, patrick, francois, six, gaury, philippe, isabelle, lorette, frederic, frederic, patrick, thierry, pascale, mag, herve, mireille, lydie, pierre yves, agnes, benedicte, catherine, nathalie, michel christie, terdjeman, zinck, isabelle, gilles, bleard, marc, caroline, alain, larribe, catherine, raphaele, dirk, sophie consigny, jacques, mouterde, michel, catherine, dujol, emmanuel, alain, marie, jean louis, leblanc,

  29. Pour une des rares fois, je ne suis pas d’accord avec vous, à moins que, lisant rapidement, trop rapidement votre courriel « sanction collective » je n’ai déchiffré que ce que j’ai bien voulu déchiffrer. Je m’explique, l’histoire du prof qui sanctionne tout le monde car personne ne se dénonce cela s’appelle de l’INJUSTICE ! Comment oser punir tout le monde alors qu’une seule personne est responsable, ça c’est de l’ABUS DE POUVOIR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *